La zone euro va bientôt éclater

La zone euro va bientôt éclater

Le sort de l’euro va se jouer dans les jours qui viennent. Plusieurs points doivent être soulignés à ce sujet.

L’effondrement des bons du trésor français s’accentue brutalement.

Les gouvernements allemands et français ont emprunté de l’argent en émettant des obligations d’État, remboursables en 10 ans. Ce sont les « bons du trésor » français et les « bunds » allemands.
De très nombreuses personnes, provenant du monde entier, ont acheté ces obligations d’État pour placer leurs économies. Or, actuellement, de sérieux doutes pèsent sur les capacités de la France à rembourser ses dettes. Ceux qui possèdent les bons du trésor français les vendent donc pour acheter des bunds allemands (ou des obligations américaines, d’ailleurs).
Depuis juillet, le prix des bons du trésor français baisse donc rapidement par rapport au prix des bunds allemands. Ce qui est parfaitement normal. que

Selon mon ami, l’économiste Jean-Pierre Chevallier, l’écart entre ces deux obligations d’État atteint, ce 21 octobre à 10 heures, un chiffre record. Le bon du trésor français vaut 59,2 % de moins que le bund allemand.
Les bons du trésor grecs n’ont, aujourd’hui, pratiquement plus aucune valeur, ce qui montre que plus personne ne fait confiance au gouvernement grec pour rétablir sa situation financière et rembourser ses dettes. Les bons du trésor portugais ne valent guère mieux…

– La France va subir une décote des agences de notation.

Deux agences de notation américaines sont en train d’informer les responsables économiques de la France que sa notation a de fortes chances d’être abaissée, Moody’s l’a annoncé le 18 octobre et Standard & Poor’s vient de le faire, à son tour, deux jours plus tard.

En disant que ces agences de notation sont américaines et ne connaissent rien à l’économie française, notre gouvernement commet une très grave erreur. Il se comporte comme un médecin qui soignerait un malade depuis des semaines pour une grosse fièvre. Comme, malgré tous ses traitements, la fièvre ne tombe pas, ce médecin annoncerait au malade que c’est le thermomètre, fabriqué aux USA, qui ne marche pas…

– L’accord entre la France et l’Allemagne sur le sauvetage de la Grèce (ou du Portugal) est loin d’exister.

La France est favorable à une aide financière des pays européens en difficulté, à une « solidarité ».

Elle est donc d’accord pour qu’on leur prête de l’argent avec des faibles taux d’intérêts, ou même pour qu’on paye une partie de leurs dettes. Car ces pays, on le sait, sont incapables de les rembourser.

Il faudra donc augmenter les impôts des Français et des Allemands pour avoir ce comportement très généreux, trop généreux. Car la France risque d’être incapable de payer correctement ses propres dettes.
L’Allemagne, de son côté, est bien plus réaliste. Ses responsables économiques ne veulent pas payer les dettes contractées par les autres pays. Et ils ont raison : la position de la France est, en effet, utopiste.

Angela Merkel, la responsable politique de l’Allemagne, sent, par ailleurs, que son opinion publique n’a pas envie de mettre la main à la poche pour payer les dettes des voisins…

Dans de telles conditions, on voit difficilement comment un accord serait possible entre la France et l’Allemagne. Les États européens n’ont pas su gérer les contraintes qu’impose une monnaie unique. Quand les prix augmentent bien plus rapidement en Grèce ou en France, qu’en Allemagne, il faut savoir dévaluer à temps.

La zone euro a donc toutes ces chances d’éclater dans les semaines qui viennent. On va revenir aux monnaies nationales. Et ce seront alors les marchés qui vont décider des valeurs relatives des nouvelles monnaies.
Finalement, les responsables des États auraient dû écouter les messages que leur envo­yaient les spéculateurs. Ils ne l’ont pas fait, et ils les ont même accusés de tous les maux. Ils veulent donc les punir !
Un comportement plus logique est tout à fait envisageable.

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • francois Répondre

    tres bon article alors u’un accord vient d’etre trouvé ce qui a permis a la bourse de reprendre 6p100 ce jour….

    tout est donc reglé pour qq semaines au mieux avant le big bang.les etats font avec les dettes ce que les banques us ont fait avec le subprime:mutualiser et diluer le risque en le disseminant partout…..

    de plus ,les usa sont ds un etat de dette pire que celui de l’union europeenne et lorsque les speculateurs delaisseront l’europe pour se pencher sur les usa… attachez vos ceintures

    28/10/2011 à 0 h 14 min
  • grepon Répondre

    Quoique, apparamment l’explosion de l’euro passe par un acroissement terminale de sa valeur, a regarder le cours de le EURUSD(*).    De degats il y en aura, et ils seront plus terribles que les suites du faillite de Lehman, mais ca risque de prendre plus de temps que prevu.   Une chose qui a ete cachee sous la moquette avec cette histoire de "haircut" sur la dette grecque, est l’activation, oui ou non, des contrats d’assurance contre un tel evenement, les fameuse "Credit Default Swaps".   Ceux qui tiennent de tels contrats vont engager des proces, a mon humble avis!    50% de pertes declarees c’est tres clairement un defaut de paiement, point barre.   En outre, bien sur que les agences de notations devraient s’attaquer a plusieurs notations souveraines en Europe, pas seulement la France.

    27/10/2011 à 22 h 43 min
  • Martin Répondre

    Dans un tel contexte il faut acheter de l’or ou du platine. Les monnaies risquent de devenir rapidement des monnaies.. de singe !

    26/10/2011 à 13 h 30 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: