L’abus de pouvoir ruine l’économie

Posté le 06 novembre , 2017, 4:58
4 mins

Il existe de nombreux tests analysant les conséquences fâcheuses entraînées par la possession de trop de pouvoir.

L’un d’entre eux consiste à demander à un candidat de donner des ordres d’action de plus en plus durs à un cobaye humain (simple acteur simulant derrière une glace les effets de plus en plus néfastes que lui occasionnent les ordres reçus).

Il est exigé du candidat de rechercher toujours la plus grande performance possible.
Les résultats sont effarants.

Les candidats, pris par le jeu, poussent les cobayes à des extrémités très douloureuses pour eux et même, dans certains cas, à la mort.

L’expérience prouve que les cliques au sommet de l’État n’agissent pas autrement et ne sont pas à un abus près pour réaliser leurs rêves économiques, en sacrifiant des populations entières à des mythes divers dont le plus néfaste est sans doute « l’égalitarisme ».

Schématiquement, elles agis­sent comme dans la fable « Le singe et le fromage » où un vieux singe, plein de sagesse, doit départager le plus également possible deux postulants, qui pourraient être l’un de gauche et l’autre de droite, à un énorme fromage.

Recherchant l’égalité parfaite, le singe partage le fromage en deux et pèse scrupuleusement les deux moitiés.

Il s’avère toujours que l’une des parts est un peu plus lourde que l’autre.

Qu’à cela ne tienne ! Le singe en mange un bout et pèse à nouveau les deux morceaux.

Maintenant, c’est le deuxième qui fait dévier la balance.

Le singe, bien sûr, en prélève encore un petit bout et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il ne reste pratiquement plus de fromage.

Vous l’avez compris, le singe symbolise l’État qui utilise mille subterfuges pour soi-disant plaire à tout le monde, mais qui grossit tant et si fort sur le dos du peuple qu’il finit par ruiner le pays.

Monsieur Macron, qui a beaucoup lu et pensé, a bien compris la manœuvre mais, plus subtilement que le singe, il prend d’un côté et compense de l’autre, embrouillant le bon peuple qui n’en peut mais.

Il ne manque ni de panache, ni de belles lettres, mais juste d’un rien de sens pratique gagné sur le terrain en se salissant les mains.

Rapportant une blague russe de l’époque, Coluche disait : « Donnez aux communistes avec leurs pleins pouvoirs le Sahara et, sous peu, ils organiseront une pénurie de sable. »

Il aurait pu dire : « Donnez aux socialistes français les pleins pouvoirs et il n’y aura bientôt plus ni grande industrie, ni grande agriculture, juste une mendicité galopante. »

C’est d’ailleurs ce qui est en train de se produire sous nos yeux.

Franz-Olivier Giesbert proclame dans « Le Point » : « L’idéologie aveugle, elle décervelle. »

Il a bien raison. Ce sont nos intellectuels, nos beaux esprits qui vont finir par ruiner la France avec toutes leurs idées puisées dans les nuages.

Vivement un retour sur terre, en route vers le monde de de­main !

ARTICLE PRÉCÉDENT

Seuils sociaux

ARTICLE SUIVANT

ISF

5 Commentaires sur : L’abus de pouvoir ruine l’économie

  1. Jaures

    7 novembre 2017

    Carlos Ghosn affiche (juste pour ses activités chez Renault) un salaire annuel de 7 millions d’euros. Soit près de 500 fois le smic.
    Votre singe n’aura plus d’appétit bien avant d’avoir rogné assez la plus grosse part du fromage pour que la miette fasse sur l’autre plateau pencher la balance.

    Répondre
    • Chris

      10 novembre 2017

      Monsieur Ghosn dirige une entreprise qui produit des voitures,des camionnettes et des camions et qui se vendent.En conséquence de quoi,Carlos Ghosn donne du travail à ses salariés et aussi du travail à des entreprises sous traitantes.En conséquence de quoi,ces salariés qui travaillent dans le monde de l’automobile perçoivent un salaire et remettent une partie de leurs salaires dans le circuit économique et paient des impôts directs et indirects cela s’appelle des flux.

      Vous saisissez Jaures?

      Répondre
      • Jaures

        11 novembre 2017

        Je ne nie rien de tout cela et là n’est pas mon propos, Chris. Pensez-vous simplement que quand une échelle des salaires va de 1 à 500 nous sommes en plein égalitarisme ?

        Répondre
      • quinctius cincinnatus

        12 novembre 2017

        ” Renault trucks ” ( les camions ) appartient au Groupe Volvo qui lui même appartient à un groupe chinois

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)