Le chapiteau du cirque de la réforme va s’effondrer

Posté le septembre 22, 2010, 12:00
15 mins

J’écris « cirque » en pensant à la réforme des retraites. Il s’agit là d’un problème complexe qui requerrait pour être résolu sérénité, objectivité, et compétence.

Or, que voyons-nous ? Un problème d’intérêt national entièrement instrumentalisé par les politiciens de gauche et les syndicats. Ce que veut tout ce petit monde, ce n’est pas réussir cette réforme, mais, par manifestations et grèves à répétition, retrouver le pouvoir en 2012. Jamais la CGT n’a autant acheté de tissu rouge pour ses drapeaux qui envahissent les rues et les écrans de télévision. Un syndicat, je le rappelle, issu du Parti communiste, dont le secrétaire général était, il n’y a pas si longtemps, membre de droit du bureau politique du comité central d’un parti d’obédience stalinienne et néanmoins toujours subventionné (comme les autres syndicats d’ailleurs) par l’argent de l’impôt…

J’ajouterai d’un mot, à ce sujet, que le syndicalisme en France (8 % des salariés) est destructif. Il a pour moteur la lutte des classes enseignée par le marxisme. Il est en réalité hostile au dialogue. Totalitaire, il recherche l’affrontement. « Les syndicats en France ne sont rien d’autre que l’expression la plus primaire de l’immobilisme et de l’aveuglement face à la réalité économique » écrit Yves de Kerdrel dans le Figaro du 7 septembre.

Je rappellerai aussi que, dans cette affaire, Mitterrand, dès son accession à la présidence en 1981, a créé le problème en abaissant l’âge légal de la retraite de 65 à 60 ans. On ne lui demandait pas, mais, par démagogie, il a pris les devants. « Votez pour moi et vous aurez tout ce que vous voulez », formule magique prononcée, il est vrai, par pas mal d’autres politiciens, qui a contribué à ruiner la France. Mais Mitterrand s’en souciait peu. Il avait à sa personne fait le don de la France. « Tel est mon bon plaisir » et il en a bien profité…

De toute façon, si la France d’aujourd’hui, telle qu’elle est, était condamnée à la rigueur, s’il lui était interdit de pratiquer ce qu’on appelle « la cavalerie », procédé financier délictuel, les retraites et les salaires ne seraient plus versés à partir du 1er octobre, date à laquelle la France serait en cessation générale de paiement. Merci aux pétroliers arabes, aux Chinois et aux fonds de pension anglo-saxons de nous prêter leurs milliards pour atteindre la fin du mois ! Coût de la mendicité officielle : près de 50 milliards d’euros par an, pour une dette qui augmente chaque jour et qui, aujourd’hui, dépasse 2 000 milliards d’euros. Est-ce là une fatalité ? Pas du tout. Lorsque De Gaulle et Raymond Barre étaient aux affaires, il n’y avait pas de dette. Comment peut-on s’être laissé aller à une gestion aussi politiquement malhonnête qui va faire peser sur le contribuable la charge de la faillite de l’État !

50 milliards d’euros d’intérêts d’emprunt ai-je dit, plus quelque 50 milliards dus à une immigration-invasion encouragée depuis les temps de Giscard et Chirac, coresponsables du regroupement familial, ainsi que par leurs successeurs avec la distribution de visas à tout va, les mariages bidon pour obtenir la nationalité française et les avantages financiers auxquels elle donne droit ; plus le droit du sol qui fait que la population française augmente de façon stupéfiante à Mayotte, en Guyane et aussi dans le XVIe arrondissement de Paris, nouvelle colonie philippine ; plus l’insécurité qui résulte de ce laxisme démagogique dont le coût explose, par les moyens mis en œuvre, des milliers de fonctionnaires mobilisés, les caméras de surveillance, etc., les dégâts causés, la saleté et le manque d’hygiène de très nombreux immeubles de banlieue, le gouffre à milliards d’euros de la « politique de la ville »… Tout cela est estimé à 115 milliards d’euros par an dont, pour être précis, 19,9 milliards pour les dépenses de sécurité et 5,6 milliards pour le seul vandalisme, dans un pays aux 50 000 voitures incendiées chaque année, avec le très prospère trafic de la drogue, cannabis, cocaïne, héroïne.

Discours sécuritaire et incohérences

La confusion est totale, qui consiste à proclamer que l’on va lutter efficacement con­tre la délinquance et, en même temps, inquiéter, voire mettre en examen, un policier ou un gendarme qui a tiré sur un bandit agresseur. Un gendarme est passé aux assises risquant 20 ans de prison pour avoir tiré sur un délinquant qui tentait de s’évader, multirécidiviste de vols avec violence et séquestration. C’était un gitan, donc circonstance aggravante pour le malheureux gendarme. Ce gendarme a finalement été acquitté, mais non sans mal. Et que peut-on penser du maintien en liberté du nommé Moncif Ghabbour, voyou multirécidiviste complice de Karim Boudouda, braqueur du casino d’Uriage en juillet dernier ? Et voilà qu’un préfet, directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur encourt 7 ans de prison pour avoir rédigé de travers, dit-on, une circulaire sur les Roms dont la présence en France est nocive et illégale !

On juge de l’effet produit sur les forces de l’ordre par cette sorte d’anarchie officielle qui ont envie de dire : « Appliquer la loi est punissable, mettons donc la crosse en l’air ! » Et si un magistrat se fait égorger par la « diversité », les forces de l’ordre pourraient se limiter à chanter le De profundis en répétant : « Pas de bavure, surtout pas de bavure ! »

« C’est inadmissible, intolérable et scandaleux », vient de déclarer à ce sujet le syndicat des gardiens de la paix. Un policier de la brigade anti-criminalité confie : « Les flics vont se mettre à tirer. S’ils ne l’ont pas encore fait, c’est que la peur de perdre leur boulot était trop forte. Mais les flics en ont ras-le-bol. Après 15 ans de police sans problème, je me suis trouvé du jour au lendemain mis en garde à vue, perquisitionné à mon domicile, parce qu’un bandit de cité multirécidiviste m’avait accusé de l’avoir agressé – ce qui était faux. Pourtant je suis un des flics les plus décorés de ma génération… »

Pour terminer, une réflexion : le président américain, à l’occasion de l’anniversaire du bombardement de New York par Al Qaïda, le 11 septembre 2001, a déclaré qu’il s’agissait là d’un attentat organisé par quelques extrémistes et non pas par l’islam. Avec des propos pareils, on pourra dire lorsque l’Iran fera exploser des bombes atomiques sur Israël : « Ce n’est pas l’islam, c’est le chiisme. » Et lorsque les talibans imposeront à nouveau la charia en Afghanistan, on dira : « Ce n’est pas l’islam, ce sont quelques groupes de sunnites fanatiques. »

Mais, en même temps, lorsqu’un pasteur protestant américain de Floride annonce vouloir brûler le Coran le 11 septembre, l’indignation est générale chez les leaders occidentaux et chrétiens, dont certains sont tout à fait favorables à la construction d’un centre islamique près du site des attentats du 11 septembre, Ground Zero, à New York. Lorsque Thilo Sarrazin, membre du directoire de la Bundesbank, économiste reconnu, écrit que l’Allemagne est en voie d’islamisation et court à sa perte, avec déjà 5 millions de Turcs sur son territoire, c’est la mobilisation générale de la bien-pensance, du droit-de-l’hommisme et de l’immigrationnisme contre ce diseur de vérité. Il faudrait le pendre !

Eh bien, tout cela, cette abdication, cette veulerie, ce masochisme a une explication : la décadence de l’Occident. Nous en sommes au IVe siècle de l’empire romain d’Occident, la pars occidentalis, avant qu’il ne s’effondre comme va s’effondrer le chapiteau du cirque sous lequel nous vivons dans l’inquiétude quotidienne.

Ceci étant, il nous faut quand même être humanitaire. J’exprimerai donc mes sentiments humanitaires. Pour le bonheur de tous, il me paraît éminemment souhaitable que tous ceux qui sont favorables aux Roms prennent chacun deux familles de Roms chez eux, où ils auront le vivre et le couvert. Et, pour commencer, afin de donner l’exemple, tous les élus socialo-communistes et autres responsables des associations tsiganophiles les recevront chez eux : la caravane dans le jardin, la mercedes dans le garage et la petite famille pourra s’ébattre dans le reste de la maison ! Dans six mois, on demandera à ces braves gens de gauche (plus quelques autres de la droite naïve), ce qu’ils pensent de leurs invités…

5 réponses à l'article : Le chapiteau du cirque de la réforme va s’effondrer

  1. LYCETT

    24/09/2010

    Bravo, vous dites ce que je pense depuis déjà pas mal de temps…Avons nous dans notre pays des résistants capables de redresser la situation ???

    Répondre
  2. Portier

    23/09/2010

    Dans tous les pays d’Europe l’immigration bat son plein. Dans tous les pays d’Europe la législation prévoit que quiconque s’autorise à critiquer cette évolution doit être poursuivi et durement puni. Qui peut me dire qui est derrière cette volonté de fer de mettre en place la submersion des pays européens par ces hordes qui cherchent à vivre mieux, ce que l’on peut comprendre. Dans quel but cette mauvaise action est-elle mise en place? Les politiciens des différents pays à l’exception de ceux d’extrème-droite se plient au jeu. Sont-ce des traîtres ou des imbéciles? Sous la coupe de qui sont-ils placés? S’en prendre aux minables traîne-savates pour essayer de résoudre le problème est une erreur. Qui et où sont les salopards qui nous enfoncent? Les débusquer et leur faire leur fête est la seule solution possible. Bon courage à ceux qui s’y risqueront.

    Répondre
  3. HOMERE

    23/09/2010

    Ne vous inquiétez pas…vous n’avez encore rien vu…….

    Je propose de supprimer les impôts pour ceux qui accueillent chez eux un ou deux Roms……de doubler les impôts de ceux qui n’en accueillent pas, de déchoir de la nationalité les ceuss qui éteindraient les feux de bagnoles, de spolier les individus qui ne seraient pas syndicons et s’abstiendraient de défiler dans nos rues, de séparer la France en deux : au Nord les cocons, au Sud les autres, d’attribuer les allocs aux enfants qui vont naître dans deux ans, de tripler les tiers provisionnels de ceux qui ne payent pas d’impôts, de gifler en public les femmes portant pas de culotte, de taxer les éboueurs des beaux quartiers qui trouvent des Rollex dans les Sita, de panpancucuter les bouchers hallal qui vendent du cochon, de fermer à la circulation les autoroutes pour les prières Allah, de quadrupler les allocs des polygames déclarés en Préfecture, de distribuer gratuitement de la coke aux coquins des banlieues, de déclarer caduques les Lois votées par la Droite depuis Jules César Empereur des Gaules, de couper la main droite à tous ceux qui votent à gauche et inversement, ….et bien d’autres encore !!!

    J’y reviendrai dans le Chapitre II de mon ouvrage intitulé " Comment tourner à gauche sans mettre le clignotant, et mettre le clignotant sans tourner à droite"

    Dans toutes les mauvaises librairies au prix modeste de un pico Euro, remboursé dès la livraison de la Carte du Parti ou du Syndicat.

    Bonne lecture !

     

    Répondre
  4. Ali

    23/09/2010

    Ouais……

    en attendant la France coule et le Maghreb, hamdellah…

    se renforce…

    Ali

    Répondre
  5. ozone

    22/09/2010

    "sérénité, objectivité, et compétence."

    Juste ce qui manque,,,,,On à pas de pot………

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)