Le chômage explose en France

Le chômage explose en France

Les chiffres du chômage au mois d’octobre sont tombés cette semaine. Au cours de ce mois, 71 500 personnes se sont trouvées sans emploi. Et, depuis 18 mois, le nombre des demandeurs d’emploi français a augmenté tous les mois. Il atteint, fin octobre, 4,87 millions. Rap­pelons que le nombre de Fran­çais âgés de 20 à 64 ans est de 37 millions d’habitants.

Le risque de ne plus avoir d’emploi crée une très grande inégalité en France.

Le chômage ne touche pas les fonctionnaires qui sont, en principe, embauchés jusqu’à 60 ans. Il ne touche pas non plus les salariés des entreprises contrôlées par l’État, comme la SNCF ou la RATP. Et le gouvernement actuel propose de nationaliser une entreprise pour empêcher le licenciement de ses salariés.

Le chômage touche donc la population de façon très inégalitaire.

Il touche les salariés des entreprises privées exposées à la concurrence. À la concurrence des entreprises françaises, bien évidemment. Mais aussi, depuis le Marché commun européen, à la concurrence des entreprises européennes. Et, depuis la mondialisation de l’économie, à la concurrence des entreprises marocaines, indiennes ou chinoises.

Or, le coût du travail est bien supérieur en France au coût du travail dans tous les pays étrangers.

Une entreprise française est incapable de lutter. Elle disparaît donc. Soit elle dépose son bilan, soit elle délocalise pour aller travailler dans des pays où le coût du travail est inférieur. Ainsi, des dizaines de milliers d’entreprises disparaissent tous les ans en France et nos gouvernements ont installé le vide industriel, en Lorraine par exemple.

Le chômage touche particulièrement deux catégories de la population : les « vieux » de plus de 50 ans, et les jeunes de moins de 20 ans.

Les seniors sont particulièrement touchés. Car, en France, dans de très nombreuses entreprises, le salaire versé ne correspond pas aux services rendus par l’employé. Mais il augmente régulièrement tous les ans, en principe un peu plus que le coût de la vie.

Certains salariés, du fait de leur expérience et de leur savoir-faire, sont précieusement con­servés par l’entreprise. Mais, pour de très nombreux autres salariés, ce n’est pas le cas. L’entreprise préfère donc s’en séparer, pour utiliser des salariés plus jeunes, donc moins payés.

De très nombreux jeunes, de leur côté, sortent du système scolaire français sans avoir appris de métier particulier. Or, embaucher un jeune et lui apprendre un métier prend du temps et coûte de l’argent. De nombreuses entreprises n’en ont pas les moyens. Et les jeunes restent sans emploi, alors que l’entreprise a besoin de main-d’œuvre.

Les gouvernements français croient depuis 60 ans qu’on peut relancer l’économie en donnant de l’argent aux consommateurs. Et tous les ministres des Finances nouvellement nommés, qu’ils soient de droite ou de gauche, utilisent la relance par la consommation ; ils distribuent de l’argent qu’ils n’ont pas. Ils doivent donc, aujourd’hui, emprunter et se couvrent de dettes.

La relance par la consommation n’a jamais créé d’emploi, dans aucun pays. Car elle provoque toujours, dans un deuxième temps, de l’inflation.

Les mesures que doivent prendre les gouvernements pour s’y opposer font augmenter le chômage et celui-ci est toujours plus important après la relance qu’avant.

Or, on peut supprimer le chômage quand on le veut. Il faut pour cela imiter certains pays, comme l’Allemagne, l’Autriche, et surtout comme les Pays-Bas ou la Suède. Il faut cesser d’imposer les entreprises. Et, au contraire, les aider, les protéger en mettant en place la TVA. Car la TVA impose les produits importés et n’impose pas les produits exportés par les entreprises françaises.

Certaines expériences (l’expérience irlandaise en particulier) montrent qu’ainsi, on peut réduire rapidement le chômage en moins d’une année.

Mais les gouvernements socialistes sont persuadés qu’on peut imposer les entreprises, en particulier celles qui donnent de l’argent à leurs actionnaires.

Le chômage ne pourra qu’augmenter en France et en Europe. Et cette augmentation du chômage va faire exploser la zone euro.

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • JEAN PN Répondre

    Le chômage continuera tant que la mondialisation existera. Tant que nous achèterons ailleurs ce que nous, Français, pouvons fabriquer chez nous ! Tant que bon nombre de Français feront l’autruche !!!

    07/12/2012 à 9 h 57 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: