Le dollar est un bon bouc émissaire !

Posté le décembre 27, 2003, 12:00
6 mins

Quand l’euro a été créé il y a bientôt cinq ans, le 4 janvier 1999, nos hommes politiques nous ont annoncé qu’on allait avoir enfin une monnaie forte. Le gentil euro allait pouvoir damner le pion au vilain dollar. On allait voir ce qu’on allait voir.

Il n’y a pas de parité fixe entre le dollar et l’euro et c’est la loi de l’offre et de la demande qui détermine la valeur relative des deux monnaies. Les possesseurs de capitaux, en fonction des informations dont ils disposent, achètent de l’euro ou du dollar, mais aussi des actions, des maisons ou de l’or. Quand l’inflation menace, le prix des maisons augmente. Chaque violence dans le monde fait monter le prix de l’or. Par exemple, quand la banque centrale américaine (la FED) offre 4 % d’intérêts sur le dollar, on préfère acheter du dollar, si, dans la même période, la Banque centrale européenne (la BCE) n’offre qu’un taux de 2 %.

Des milliers de financiers interviennent 24 heures sur 24 sur toutes les places financières du monde entier par téléphone, par fax ou par Internet. Plus ils préfèrent avoir de l’euro, plus la valeur de l’euro augmente. Des sommes fabuleuses sont ainsi échangées chaque jour, plus de 1 200 milliards de dollars (les réserves de toutes les banques centrales réunies ne s’élèvent qu’à 2 000 milliards de dollars, même pas la valeur échangée en deux jours).

Grâce à cette souplesse, grâce à cette recherche permanente du meilleur rapport possible, le capital n’est pas gaspillé et les investissements s’adaptent le mieux possible aux besoins réels des populations. Car ce sont finalement les besoins ou les désirs des milliards de consommateurs qui déterminent les choix des financiers.

Libérer les entreprises, pour faire remonter l’euro

Pendant deux ans, l’euro a subi une lente mais inexorable dégringolade. L’orgueil des hommes politiques européens était blessé. Comme la BCE ne pouvait pas augmenter les taux d’intérêts offerts pour l’euro, car ceci aurait fait grimper le chômage européen déjà beaucoup trop élevé, on a accusé les Américains de pratiquer volontairement une politique du dollar fort. C’était une fois de plus la faute des méchants Américains si l’euro baissait.

D’ailleurs, début 2000, pour lutter contre la bulle spéculative faisant grimper beaucoup trop rapidement le prix des actions, la FED a augmenté jusqu’à 6,50 % ses taux d’intérêts. La bulle spéculative s’est dégonflée, mais toute l’économie mondiale est tombée en panne. On a guéri la hausse irrationnelle des actions, mais on a mis à genoux les économies. La progression du PIB de tous les pays a été stoppée, le chômage s’est mis à grimper. Et comme les taux d’intérêts américains étaient très élevés, les investisseurs ont encore préféré le dollar et l’euro a continué à baisser jusqu’à la fin de l’année 2000. L’euro valait moins que 0,85 dollar. Une honte.

Les banques centrales ont alors acheté un peu d’euro et vendu quelques dollars, pour montrer qu’elles jugeaient ce taux comme un taux plancher. Les financiers ont parfaitement reçu le message et pendant toute l’année 2001, la parité entre euro et dollar est restée stable, alors que la FED, pour relancer l’économie qu’elle avait bloquée en mars 2000, faisait dégringoler en quelques semaines ses taux courts de 6,5 % à 1 %. La BCE n’abaisse les siens qu’à 2 %.

Les attentats et les guerres interviennent à leur tour avec le 11 septembre 2001. L’effort militaire américain creuse un déficit abyssal dans le budget de l’État tandis que les capitaux étrangers affluent aux USA et accentuent le déficit de la balance commerciale américaine. Le prix de l’or grimpe. L’Europe, ligotée par le pacte de stabilité, ne tolère pas de déficit budgétaire supérieur à 3 % et sa balance commerciale est excédentaire. L’euro commence début 2002 à reprendre de la valeur. Et depuis deux ans, il ne s’arrête plus de grimper. Il passe de 0,85 dollar à 1,23.

Les financiers préfèrent l’or ou les actions au dollar et pour faire un placement monétaire, l’Europe offre le double des USA. L’euro devient fort. Nos hommes politiques auraient dû s’en réjouir. Patatras !

Les entreprises européennes déjà brutalisées par une folle fiscalité, subissent en plus la forte évaluation de l’euro. Elles délocalisent au lieu d’exporter. Or il semble que la FED n’ait pas du tout l’intention d’élever ses taux courts : l’économie américaine n’en a pas besoin…

Si nos hommes politiques ne libèrent pas les entreprises européennes, ils vont les tuer.

4 réponses à l'article : Le dollar est un bon bouc émissaire !

  1. chevalier de la Liberté

    01/01/2004

    L’avenir du monde,c’est: la gloire de la Nation la gloire du monde occidental Chercher l’erreur.

    Répondre
  2. La Vérité

    31/12/2003

    On s’en fiche de votre LE PEN croque-mitaine ! Ce n’est pas en jetant des millions d’étrangers hors de France et en fermant les frontières du pays qu’il va empêcher son déclin économique et moral ! Jetons plutôt dehors la bande d’incompétents sociaux-démocrates qui nous gouvernent et nommons à leur place de vrais réformateurs libéraux ! Car sans une économie saine et libre, un pays est condamné au déclin et à la mort, comme on a pu le constater dans tous les pays communistes.

    Répondre
  3. MERLE DES ISLES

    28/12/2003

    Pourquoi toujours rester dans le même shéma de la langue de bois « économique » de tous nos épouvantables et écoeurants homme pliticiens de tous bords? « blablablablablabla….. » L’ancienne parité existante entre les monnaies européennes n’existant plus, cette parité devra se faire avec le dollar! Car au cas ou vous ne le sauriez pas , il n’existe quasiment plus que 2 monnaies dans le monde : le dollar et l’euro. Voilà messieurs une oeuvre de mondialisation incontournable pour les pourris qui gouvernent cette planète . Vous nous dégoutez tous de plus en plus et on sera bientôt 10 millions à voter LE PEN et LE FN devant tant d’ignorance ou de fausse information.

    Répondre
  4. DUGAIN

    28/12/2003

    bonjour, ce que vous dites est vrai, mais il faut qu’on m’explique, qu’une monnaie forte, c’est ce que tous les pays recherchent. pourquoi notre euro n’a t-il pas assez d’engouement vis à vis du reste du monde? il faut que les politiques travaillent pour que l’euro n’a pas l’air d’être une transaction banale. oui à la baisse des impôts pour les particuliers et les entreprises. oui aussi à l’embauche des gens pour éviter les délocalisations. actuellement une entreprise qui fait du bénéfice ne croit plus en l’homme mais à la bourse, que c’est triste!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)