Le gouvernement obligé d’aggraver la taxe carbone

Posté le janvier 07, 2010, 12:00
8 mins

l’origine de l’instauration en France d’une taxe additionnelle sur la consommation de produits énergétiques d’origine fossile, dite « taxe carbone », il y a une idée simple mais juste : taxer empêchera. Car, toujours, l’impôt décourage…
La taxe carbone allait donc permettre de réduire, en la renchérissant, la consommation de produits pétroliers et gaziers (pour ne rien dire du charbon, devenu chez nous résiduel).

Allait-elle pour autant, par substitution, encourager la consommation d’énergie « propre » ?
C’est moins sûr, sauf à aller encore plus loin dans le subventionnement des éoliennes et du photovoltaïque, dont on sait que le bilan environnemental global est encore plus mauvais que celui du pétrole brut, quand on tient compte de ce que coûte, en gaz carbonique, la fabrication des équipements…
Sauf à pousser sur le nucléaire, qui n’est ni propre, ni sûr, ni spécialement « convivial »…

L’idée de cette taxe carbone remonte à la campagne pour les élections présidentielles de 2007. On la doit à un animateur télé, Nicolas Hulot. Comme on doit les « Restos du cœur » à un amuseur public, Coluche. Autant dire que la promesse présidentielle de Nicolas Sarkozy, faite au peuple aussi bien qu’à son icône médiatique, à une valeur d’engagement supérieure à tout autre.

L’ennui est que, depuis lors, l’opinion publique, sur le sujet du réchauffement climatique s’est heureusement un peu ressaisie. Les annonciateurs de l’Apocalypse y étaient allés, en effet, un peu fort

Il ne s’agit pas du tout, ici, de nier l’influence de l’activité humaine sur l’évolution du climat comme de l’environnement. Bien au contraire : il convient même de multiplier sur le sujet les études sérieuses et contradictoires (c’est ce que réclame Claude Allègre). Sans laisser au GIEC onusien le monopole d’une soi-disant vérité.

En attendant, force est de constater qu’il n’y a en réalité aucun consensus scientifique, ni pour prévoir un quelconque réchauffement (depuis quinze ans, ce serait plutôt un refroidissement…), ni pour apprécier les conséquences d’une telle évolution incertaine, ni pour mesurer la part des activités humaines dans cette affaire. L’activité du soleil, apparemment très changeante, étant évidemment autrement plus puissante, à elle seule, pour modifier notre climat que toutes les usines polluantes du monde terrestre !

Donc, quand l’idée de la taxe carbone est avancée, par Nicolas Sarkozy, dans le sillage de Nicolas Hulot, sa contestation n’est pas encore organisée. Mais aujourd’hui elle l’est ! On voit bien qu’il y a d’un côté les « pour » et de l’autre les « contre » !

Serait-elle une bonne idée en soi, qu’elle devient absurde si elle n’est appliquée qu’au seul niveau de l’hexagone. Le comble étant le dispositif retenu par la loi de finances pour 2010, avec une discrimination entre, d’une part 1 140 sites industriels déjà soumis, depuis 2005, au marché européen des « droits à polluer », et d’autre part les autres consommateurs, particuliers, petites entreprises et collectivités locales, qui, n’étant pas assujettis au système précédent, aurait eu droit à la nouvelle taxe. C’est cette évidente inégalité que le Conseil constitutionnel vient de retoquer.
Dare-dare, le gouvernement a remis sa copie sur le métier. Il va concocter une nouvelle version de sa taxe carbone. Les grands pollueurs n’y échapperont plus et seront donc soumis à la fois à la taxe et au marché européen des droits (lesquels seront payants dès 2013…).

Si l’on voulait faire fuir hors d’Europe ce qui nous reste d’industrie lourde, s’y prendrait-on autrement ?
Si l’on voulait handicaper en Europe les entreprises françaises, faudrait-il faire différemment ?

Il fut un temps où les impôts avaient pour objet de financer la dépense publique. Puis, avec le développement des cotisations sociales, l’impôt se vit fixer comme objectif de lutter contre les inégalités. Aujourd’hui, avec la taxe carbone et la fiscalité « verte », nous en sommes à une troisième période : celle de l’impôt comme instrument de modification des comportements.

On m’objectera que ce n’est pas vraiment nouveau. Les allocations familiales n’avaient-elles pas pour objectif faustien de favoriser le développement de familles françaises plus nombreuses ?

De même que la politique pro-nataliste est devenue, dans les faits, cinquante ans après, une politique pro-immigrationniste, de même la fiscalité environnementale deviendra, dans les faits, une fiscalité anti-croissance. Et aussi anti-française…

12 réponses à l'article : Le gouvernement obligé d’aggraver la taxe carbone

  1. 09/09/2013

    Tiens tiens, le sujet revient sur la table… Mais toujours pas pour des raisons écolos… eul les recettes fiscales comptent

    Répondre
  2. françois

    12/01/2010

      Saint tex, je ne connaissais pas ces chiffres tres intéressants. Si je comprends bien, mon intervention du début est encore largement en dessous de la vérité!

     Jaures, je maintiens que le prix du kilowat heure HORS TAXES pétrole est (encore)  un peu moins cher que celui du kwh nucléaire. Pour info, 1litre de gasoil fourni 10 kwh environ. 

     La rareté du pétrole va faire augmenter son prix? Sans doute mais la taxe Hulot le fera augmenter encore plus vite. C’est une drôle de conception de prétendre lutter contre le renchérissement d’un produit en le taxant davantage. C’est sans doute de la " gestion socialiste"?

      La fable des recherches investies dans les énergies renouvelables pour en faire baisser le coût est souvent un leurre. Les recherches dans l’éolien par exemple n’apporteront pas grand chose. Ce qui limite le rendement ce n’est pas l’éolienne elle même mais le vent. Et là, le "volontarisme écologique" ou les beaux discours ne changeront rien.

      Quand à votre couplet sur l’isolation que vous considérez comme une panacée, encore faut il que l’on puisse amortir son investissement sur une période raisonnable et en tout cas AVANT que l’on ne soit obligé de refaire à nouveau le même investissement pour cause d’obsolescence. De plus, il faut que cet amortissement se fasse de façon naturelle, hors de toute subvention. Tant que l’on maintiendra les subventions pour certaines énergies, certains équipements, ce sera la preuve que ces énergies ou ces équipements ne sont pas rentables eu égard à l’économie qu’ils génèrent. Vous me répondrez qu’il n’y a pas que les économies, c’est vrai mais à ce moment là, ne parlez pas d’économies si la raison est autre. 

      Ah, dernier point Jaures. Le CO2 n’est PAS un polluant. C’est un "engrais" indispensable à la vie sur terre. Comme tout engrais, il peut devenir nocif à forte dose mais nous en sommes encore tres, tres loin.

    Répondre
  3. Jaures

    11/01/2010

    A siniq le bien nommé je rappelle que le premier pays consommateur de 4X4 sont les Etats-Unis, lequel, comme chacun sait, est le paradis des soixante-huitards.

    Ah ! Qu’il serait confortable, n’est-ce pas, si tous les enfants d’immigrés (surtout d’origine africaine) étaient des cancres avec une casquette à l’envers. Et non ! Il y a des dentistes qui s’appelle Abdel, des ingénieurs prénommés Nabil, des profs de Français ou de Math répondant au prénom d’Omar ou Zohra ! Probablement parcequ’ils ne furent pas parmi les plus turbulents de leur classe.

    Je vous rappelle que les concours administratifs sont anonymes, ceux qui les réussissent ne le doivent donc qu’à eux-même.

    François, le meilleur marché pour l’énergie n’est pas le pétrole mais le nucléaire. Sauf que l’on ne compte pas les milliards qui furent investi dans la recherche durant les années 60/70. Si une part de cet argent avait été orienté vers les énergies renouvelables, les coûts de ces dernières seraient bien moins élevés.

    Par ailleurs, la rareté progressive  du pétrole va renchérir le coût de celui-ci, le rendant de moins en moins compétitif.

    Enfin, les travaux d’isolation permettent autant d’économie pour les consommateurs de gaz que d’électricité. Ceux-ci sont donc urgents à réaliser.

    Répondre
  4. Anonyme

    10/01/2010

    Je ferais remarquer à Jaures l’étroit que ces merveilleux 4×4 sont conduits le plus souvent par des soixante-huitards qui à une époque hurlaient sous les pavés la plage. Vos petits camarades musulmans modérés ne s’en privent pas eux non plus pour s’afficher avec de grosses cylindrées.

    Votre fable sur leurs enfant qui seraient des premiers de classe m’ a fait sourire, les seuls que je connais dans les écoles que fréquentent mes enfants sont plus habitués aux conseil de discipline qu’ aux accessits mais ce n’est point important les différentes administrations françaises pratiquent la discrimination positive à une époque les habitants des DOM caracolaient en tête des concours de certains ministères et maintenant vos amis d’ outre Méditerranée, facile à vérifier.

    Répondre
  5. Anonyme

    10/01/2010

    François : "Le CO2 représente 10% des gaz à effet de serre de l’atmosphère. "

    La CO2 n’est responsable de l’effet de serre qu’à 0.45 %.  C’est la vapeur d’eau qui en est essentiellement responsable à 99.41 %.  Ces données sont authentiques et connues du GIEC qui ne peut les réfuter et d’ailleurs ne les nie pas.  MAIS, le GIEC ne dit que ce que les gouvernements et les écolos veulent bien entendre pour des raisons politiques.  En effet, la vapeur d’eau ne fait pas peur, le CO2 oui.  Donc quand on parle de réduction du CO2, tout le monde est d’accord, même quand il s’agit de payer une taxe carbone !  Et tout le monde est content !!!

    C’est la peur qui commande tout et qui est le levier en écologie.  C’est l’essence, le moteur même des bréviaires de St Hulot et sa caste d’écolos-dévots nuls en science et la chorale de scientifiques qui savent ce qui se passe mais chantent les louanges dictées par les gouvernants qui veulent créer de nouvelles taxes motorisées par la peur afin de renflouer tous azimuts les caisses.  La taxe carbone est le prototype de cette vaste arnaque ; d’autres suivront. Ainsi est née la religion-secte des écolos qui puniront de "salaud de pollueur" les gens qui ne chantent pas avec eux, comme on punit de "salaud de raciste" ceux qui disent que l’immigration non sélective est une connerie mortelle pour la société française.

    Pour les données que je viens de citer sur le CO2, je possède un fichier power point d’un scientifique qui explique très bien le phénomène.  La terre a dans son histoire subit plusieurs alternance de cycles de refroidissement et de réchauffement.  Nous sortons actuellement d’une mini période glacière qui a culminé au 17ème et 18ème siècle et le réchauffement à commencé au 19ème siècle pour vraiment accélérer dans les années 80.  La planète se réchauffera même sans une trace de CO2 ou de méthane, que cela plaise aux humains ou non.

    Ceci n’enlève rien au fait qu’il est nécessaire de changer de technologie, de mieux préserver l’énergie, de respecter et préserver la planète et d’arrêter de jouer aux cons.  C’est le seul point positif de tout ce cirque.

     

    Répondre
  6. françois

    10/01/2010

      Ah, Jaures! " Si vos factures de chauffage vous paraîssent négligeables…" C’est sûr que la taxe Hulot ou la TIPP va les rendre plus digestes! Comme je vous l’ai précisé sur un autre fil, en hors taxes ( qui est la seule comparaison honnête possible), si le kwh pétrole vaut 1, le kwh nucléaire vaut un peu plus, le kwh éolien vaut 6, le kwh solaire vaut 10. Alors les spécialistes de l’économie planifiée taxent modérément les énergies vertes et énormément le pétrole. Et comme cela ne suffit pas pour que ces énergies vertes soient compétitives, on en rajoute une couche avec la taxe hulot. Ces mêmes spécialistes nous expliquent ensuite qu’on fait des économies ( ou qu’on va en faire) avec les energies vertes! Sur quelle planète vivent-ils?

    Répondre
  7. françois

    09/01/2010

      Avez vous remarqué la dialectique?

     En ce moment, la France a froid. Pour les réchauffistes, c’est du domaine de la météo, pas du climat ( sous entendu, le "réchauffement climatique" est toujours d’actualité). Aujourd’hui, j’ai vu un article de France (dés)Info nous parlant des températures records en polynésie française ( hémisphère sud). Et là, ils n’hésitent pas un seul instant à accuser le réchauffement climatique. Il est vrai qu’en plein été austral ( en ce moment c’est comme le mois de juillet pour nous), des températures moyennes de 29° et des pointes à 33,5° sous les tropiques c’est alarmant!!!

    Répondre
  8. jaures

    09/01/2010

    Arrêtons avec la taxe carbone: celle-ci existe depuis des lustres et s’appelle la TIPP !

    L’idée est simple: doit-on encourager ou décourager les énergies polluantes ?

    Si vous vous sentez à l’aise prêt d’une autoroute, si les émanations d’un 4X4 en pleine ville ne vous indisposent pas, si vos factures de chauffage vous paraissent négligeables, alors maintenez le statut quo.

    Par contre, si vous pensez qu’il faut encourager les économies d’énergie, la question est comment procéder.

    Soyons honnête, quand le prix du pétrole est haut, nous choisissons notre véhicule également en fonction de sa consommation. Le prix du carburant élevé permet d’axer la recherche des fabricants vers des véhicules plus sobres.

    Sur le principe, je suis pour une énergie fossile taxée. La question est ensuite ce que l’on fait de l’argent perçu. Or, malheureusement, alors que les fonds devraient servir à l’isolation des logements sociaux (ce qui allègerait la facture des plus démunis), aux transports en commun, à la recherche, aux énergies renouvelable, ils ne servent qu’à éponger une partie d’un déficit créé de toute pièce par des allègements fiscaux sans aucun impact sur l’économie.

    On voit que la fiscalité n’est qu’une technique qui ne prend son sens que dans les choix politiques des gouvernements qui l’organisent.

    Répondre
  9. IOSA

    08/01/2010

    Soyons clair, l’impôt ne décourage en rien les gros pollueurs, tout comme les amendes pour eux et qui ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan de la connerie humaine.

    Par contre, que celà décourage les Français à faible pouvoir d’achat et la classe moyenne, je veux bien le croire, mais comme par un hasard fortuit, ce ne sont pas ces derniers qui polluent puisqu’ils ne sont que des simples consommateurs et à qui l’on vend les fruits d’une technologie polluante à grand renfort d’aides fiscales, elles mêmes tirées de nos poches pour le bien être de l’industrie gagante du pactole "trésor public".

    Mieux que le loto et tous les autres jeux du hasard, parce que là…..le hasard n’existe pas, mais le copinage des loges qui rapporte aux frères omniprésent est le seul critère d’attribution des lots.

    Le tabac tue…est il interdit en France ? Non, parce qu’il rapporte du fric et que l’on peut augmenter son prix sous l’appellation fallacieuse de la santé Publique.

    L’alcool tue…est il interdit en France ? Pas plus que la tabac et pour les mêmes raisons ( sans compter le budget amendes évidemment).

    Gageons que le prochain projet " Carbone" contiendra des aides fiscales pour l’industrie et une nouvelle "Taxe Verte" pour les ménages afin de combler le déficit de la marionnette Empereur Scatophage 1er.

    IOSA

     

     

    Répondre
  10. alain

    08/01/2010

    @françois
    et le CO2 d’origine humaine est loin des 10 %…

    dans l’article, une erreur : la stagnation puis refroidissement ne date que de la fin des années 90

    Sur le fond, je partage l’idée de l’absurdité totale de la taxe carbone ou des permis d’émission négociables…

    Répondre
  11. Millot James

    07/01/2010

    Je partage entièrement le commentaire de françois. Pourquoi n’arrêtons nous pas immédiatement toute cette procédure puisque la tricherie des scientiques est maintenant démontrée et reconnue par les tricheurs eux mêmes? Claude Alègre réclame en vain depuis plusieurs années toutes les observations et les mesures physiques que tout souteneur de thèses scientifiques doit donner. Les ex candidats à la Présidence de la République peuvent être fiers d’avoir signer le manifeste de l’écolo chasseur d’images qui ferait mieux de rester derrière sa caméra plutôt que de se mêler de sciences quand on est du niveau bac moins dix  !!!!!!!

    Répondre
  12. françois

    07/01/2010

     La France est responsable de 1% des rejets de CO2 humains. Les hommes sont à l’origine de 1% des rejets de CO2 globaux. Le CO2 représente 10% des gaz à effet de serre de l’atmosphère. Les rejets de CO2 de la France représentent donc 1 pour 100 000 ( 10 ppm) des gaz à effet de serre de l’atmosphère. Soit une cuillère à café sur un réservoir de 400 litres! Si cette taxe Hulot nous permet de gagner 30% de rejet de CO2 ( espérés par les shadocks qui nous gouvernent) nous aurons enlevé une cuillère à café d’un réservoir de 1200 litres!!! Nous aurons , à nous tout seuls, avec nos petits bras, sauvé la planète. Nous aurons plus sûrement, avec notre idiotie, ruiné la France!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)