Le matraquage fiscal s’aggrave encore

Posté le 25 septembre , 2013, 11:58
5 mins

Le Président de la Répu­blique avait annoncé une baisse de nos impôts pour 2014. Mal­heureusement, c’est le contraire qui a lieu.

Si l’on étudie le budget de 2014 qui vient d’être publié, ce sont des dizaines d’augmentations des impôts des ménages ou des entreprises qui sont observées.

1) Pour les ménages, on note :

– Une augmentation de la TVA. Le taux normal va passer de 19,6 % à 20 %, ce qui va produire, en principe, 6 milliards de recettes nouvelles. La TVA à taux intermédiaire frappant les cinémas, les restaurants ou les travaux effectués sur des logements va passer de 7 à 10 %, ce qui augmentera automatiquement le coût de ces prestations. Enfin, la TVA à taux réduit (alimentation, électricité ou gaz) devrait passer de 5 à 5,5 %. Mais on parle aussi d‘augmenter le taux normal de TVA jusqu’à 21 %…

– Une augmentation de l’impôt sur le revenu a été décidée du fait de plusieurs mesures. On diminue le plafond du quotient familial qui passe de 2000 à 1 500 euros par demi-part. On impose les allocations familiales qui étaient jusqu’alors exonérées. On intègre aux revenus certaines retraites qui n’étaient pas prises en compte. Etc.

– Lors de l’achat d’un logement, un nouvel impôt va être perçu. Certes, le gouvernement vante sa décision d’exonérer après 22 ans de l’impôt sur les plus-values (au lieu de 30 précédemment), mais cette décision cache mal cette hausse d’impôt.

– Une augmentation des taxes payées sur le diesel ou sur les vieilles voitures et certaines autres taxes à visée « écologique ».

– Les droits de succession vont être augmentés.

– Les cotisations versées à la Sécurité Sociale pour les assurances retraite, maladie ou chômage vont être augmentées pour les particuliers et pour les entreprises.

2) Pour les entreprises, on note, outre l’augmentation des charges sociales :

– La réduction de la durée de travail hebdomadaire.

– Le retour à la retraite à 60 ans.

– La prise en charge de la pénibilité du travail.

– Le maintien du SMIC français donné aux salariés étrangers.

– L’augmentation des taxes perçues par les départements ou par les régions.

On parle aussi de supprimer de très nombreuses « niches fiscales » accordées aux particuliers ou aux entreprises qui dépensaient leur argent pour réaliser des projets qui plaisaient aux gouvernements ou aux élus locaux.

Le système fiscal français est si complexe que les entreprises ou les ménages ne savent pas si telle mesure va les toucher. Et ils ne perçoivent finalement l’augmentation de leurs impôts qu’en recevant l’avis de l’administration.

De nombreuses autres augmentations des impôts ont été réalisées, alors que le Président annonçait qu’il n’y aurait pas de hausse des impôts. Ce qu’a contredit le Premier ministre moins de 48 heures plus tard. Contradiction qui semble avoir fort déplu au Président.

Il ne faut pas augmenter les impôts, ce qui va réduire le pouvoir d’achat des ménages, donc réduire leur consommation, augmenter le chômage, et, enfin, pousser le gouvernement à augmenter encore un peu plus les impôts.

Il faut, au contraire, relancer l’économie en diminuant les impôts des entreprises, ce qui augmentera automatiquement les revenus de l’État. Et l’on pourra alors diminuer les impôts. De nombreux pays l’ont fait.

Il ne faut pas uniquement proclamer qu’on va copier l’Alle­magne. Il faut le faire !

13 Commentaires sur : Le matraquage fiscal s’aggrave encore

  1. Magne

    29 septembre 2013

    Il ne s’agit pas de regarder la paille dans l’oeil du voisin .

    Nous avons le taux de prélévements obligatoires le plus élevé d’Europe . 46,3 % cette année , 46,5 % en 2014 ( du PIB données INSEE ; comment voulez – vous créer de l’emploi avec un taux pareil ! ) .

    C’est Valéry Giscard d’Etaing qui avait commencé à augmenter les impôts , et à l’époque on lui avait reproché .
    Il avait supprimé la patente , et l’avait aussitôt remplacée par une taxe professionnelle plus forte de 2,5 , au grand dam de certains de ses électeurs qui lui avaient rappelé aux présidentielles suivantes .

    Avec Maurois et Mitterand , ce fut le délire .

    Jacques Chirac lui , évita tout ce qui aurait pu déchirer le tissu social ( comme de nos jours quand il y a des mouvements dans les ” banlieues sensibles ” on fait attention à ne pas déchirer le tissu social , et déstabiliser la ” cohésion sociale ” au grand dam là aussi des populations de ces mêmes banlieues , qui n’en peuvent plus de vivre dans l’anarchie . On peut -être immigré ou pas , et vouloir la même norme de tranquillité que partout en France ) .

    Donc Jacques Chirac pour éviter de déchirer le ” tissu social ” évita toutes sortes de réformes qu’un gouvernement aurait du entreprendre à l’époque , comme par exemple les Anglais et les Allemands .

    Nicolas Sarkozy lui ne baissa pas les impôts ( principe numéro 1 ) et n’étant pas stratège , il laissa le systéme bancaire français investir massivement dans des produits financiers douteux ( crédits immobiliers américains accordés à des familles peu fortunées ( 6 millions de familles en 2006 ) , crédits qui avaient la particularité d’avoir des taux d’intérêts plus élevés que les crédits immobiliers normaux accordés à des familles qui avaient les moyens de rembourser ) . De plus les remboursements de ces crédits qu’on pourrait qualifier d’un mot à la mode , ” toxiques ” s’élevaient dans le temps , donc en principe ne pouvaient pas être rembourés par des familles peu fortunées .

    Sans tomber dans la théorie du complot , on pourrait s’étonner que nombre de mairies en France aient contracté des emprunts toxiques , un peu comme les banques françaises .

    Ce qui devait arriver arriva et deux ans plus tard ( 12.09.2008 ) , la Banque Lheman Brothers mettait la clef sous la porte . Le Gouvernement américain ne fit rien pour renflouer les banques qui firent faillite et l’Angleterre et la France se trouva face à la ” Crise ” ( avec un grand C ) .

    La ” Crise ” est devant nous , derrière nous fut le refrain des banquiers et des politiciens du systéme . Vous comprenez nous n’y pouvons rien , serinait – on .

    Les Anglais plus conscients réagirent en empruntant massivement pour renflouer leurs banques , et ce n’est qu’en observant les Anglais que le gouvernement de Nicolas Sarkozy décida de réagir et emprunta 600 milliards( sans cet emprunt la situation aurait été identique en France à ce qu’elle avait été en 1929 ) pour renflouer le systéme bancaire français , et nous laissa , à nous contribuables le soin de rembourser .

    La ” Crise ” était derrière – nous , mais la somme à rembourser est devant nous .

    Et dire que certains souhaitent le retour de Nicolas Sarkozy . Il faut de tout pour faire un monde .

    Pour les prochaines municipales :

    1 – Voter pour la gauche , et pour l’explosion de la taxe d’habitation et foncière .

    2 – Voter pour l’UDI et l’UMP . Voir la impôts légérement augmenter sans pouvoir espérer une baisse significative ( pour ceux qui ont des revenus suffisants , pas de probléme ) .

    3 – Pour les autres qui veulent une baisse significative des impôts , voter autrement .

    Pour tous , que personne ne vienne se plaindre aprés les élections municipales ; il sera bien reçu , je l’espère .

    Répondre
    • Jaures

      30 septembre 2013

      Cher Magne, encore une fois, il n’y a pas de lien avéré entre niveau de prélèvement obligatoire et taux de chômage. Inutile de reprendre les statistique je pense l’avoir assez fait.
      En ce qui concerne les municipalités, il faut choisir entre la qualité de vie et un faible taux d’impôt, mais on ne peut vouloir des écoles et des voiries bien entretenues, un patrimoine restauré, des parcs accueillants, des centres de loisir pour les enfants, une médiathèque achalandée, des locaux administratifs modernes, des stades, des gymnases, des piscines,… sans mettre la main à la poche.
      On peut bien sûr sanctionner une équipe qui a mal géré mais ceux qui prétendent offrir des équipements et services de qualité sans fiscalité sont des imposteurs.

      Répondre
  2. Magne

    28 septembre 2013

    Le probléme , c’est que nous n’avons même pas l’argent qu’ils réclament , et personne pour venir en aide aux Français de base .
    Ils annoncent 30 milliards supplémentaires pour l’an prochain . Je ne pense que ce soit FILLON qui va se préoccuper du Français de base ( ou ses semblables JUPPE – COPPE – BAYROU etc … ) , il a ce qui lui faut probablement pour voir venir .
    Certains quittent le bateau mais sautent en emportant un sac de gruyère sur son dos , tel un écolo célèbre .
    Certains à l’extrême gauche disent : ” retiens – moi , je vais faire un malheur ” entre deux voyages en avion en Amérique du Sud et en Afrique .

    La grande caractéristique de l’homme de gauche , c’est son désir de marquer son passage par le maximum d’impôts , et là , il y a pas photo , c’est bien un gouvernement de Gauche , l’an prochain les taxes vont grimper jusqu’au plafond .

    L’homme de droite ( molle ) c’est de ne pas troubler ce qu’ont fait ses prédécesseurs de gauche , et d’augmenter sensiblement encore les impôts , mais règle immuable , ne jamais les diminuer ( les impôts ) .

    Sous la gauche ,les marchés rassurés par la bonne tenue des déficits publics , investissent la Bourse et le CAC 40 progresse , Environ 5,9 à chaque passage de la gauche depuis 1854 .
    Le CAC 40 a augmenté de 33 % depuis l’arrivée de François Hollande aux affaires .

    Répondre
    • Jaures

      28 septembre 2013

      L’Espagne du conservateur Rajoy a également largement augmenté les impôts tout en baissant les pensions retraites. Ce n’est pas là une spécificité socialiste. L’Irlande a refusé d’augmenter son taux d’impôt sur les sociétés mais ne crache pas sur les dizaines de milliards de prêts qui lui proviennent de pays plus exigeants.
      Mais ne soyez pas inquiet: la France a vu son nombre de millionnaires augmenter depuis la crise et ses milliardaires ont vu leur fortune croitre confortablement.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        28 septembre 2013

        #Jaure#, quand on parle de la France cet intervenant cite l’Espagne ou la “Macédonie” pour dévier le sujet.
        Cela ne marche plus #Jaures# c’est ici que cela passe.
        Ici avec les socialauds français qui ne savent qu’augmenter les impôts pour ensuite foutre le fric volé par la fenêtre.
        Avez-vous bientôt compris cela?

        Répondre
        • Jaures

          29 septembre 2013

          Magne parme de”l’homme de gauche”. Je ne pense pas que la gauche soit une spécificité française.
          Et la France n’est pas une unité autonome sans lien avec le reste du monde.
          Mais si vous voulez parler de la France, allez-y ! Expliquez nous comment baisser les impôts tout en limitant les déficits et maintenant les prestations et ce avec exemples chiffrés à l’appui. Merci.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            30 septembre 2013

            Si, la gôche française est unique au monde, plus nocive qu’elle tu meurs.
            Les prestations sociales ça commence à faire bien, #Jaures#, c’est bien là qu’il faudra tailler à la hache.

  3. BRENUS

    26 septembre 2013

    Bravo jaurès. Expliquez bien à tous les incroyants que nous sommes que l’augmentation perpétuelle des prélèvements est bénéfique et que nous souffrons de ne pas en supporter d’avantage. Lorsque j’ai entendu, ce matin, à la radio, le projet d’appliquer une taxe sur les EBE des entreprises, j’ai enfin compris comment fonctionnait la compréhension de l’économie pour vous les gauchistes (les cours d’éco à science-po, ça ne doit pas être triste, sauf pour les adeptes du gossplan). Et pour les boites qui ne parviennent pas à équilibrer, vous proposez quoi ? Des subventions peut être, comme pour les boutiques du “public”? Si de telles anneries n’entrainaient pas de conséquences graves pour l’ensemble de la population, ce serait à mourir de rire en regardant leurs auteurs se suicider en même temps qu’ils anéantissent la nation.

    Répondre
    • Jaures

      27 septembre 2013

      Justement, Brenus, il n’existe pas de religion de l’impôt. Un impôt est efficace ou non. De même, ne pas prélever d’impôt n’entraine pas mécaniquement une meilleure performance économique.
      La Grande-Bretagne prélève bien moins que la France. Cela n’empêche nullement cet Etat d’être endetté, d’avoir connu une grave récession et d’importants déficits. Les prélèvements moins importants se traduisent par des pensions retraites plus basses, des frais de scolarité plus importants, des indemnités chômage dérisoires,…
      On peut, je l’ai déjà écrit, demander une baisse de la fiscalité à condition de dire franchement et précisément quelles prestations on supprime en regard et qui profite de ces allègements.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        28 septembre 2013

        UK sort lentement de la boue, la France s’y enfonce tous les jours plus.
        L’impôt efficace est celui qui reste dans la poche du contribuable. Et c’est le contribuable qui décide de son affectation finale.

        Répondre
        • Jaures

          29 septembre 2013

          “UK sort lentement de la boue, la France s’y enfonce tous les jours plus.” Rien de ce que vous avancez n’est avéré. Comment un pays qui sortirait de la boue en viendrait à inventer le “contrat 0 heure” qui est une version moderne des journaliers agricoles du XIXème siècle ? Est-ce une preuve de sortie de crise que de voir chaque jour le nombre de sans-abris augmenter, la tuberculose faire son retour à Londres même (“Why austerity kills” D.Stuckler (2013) page 134),les handicapés à qui on refuse désormais leur pension, la baisse drastique de la qualité des soins à l’hôpital où on décède par manque d’hygiène (La Libre 14/09/2007),…
          Je ne sais si l’UK sort de la boue mais les Anglais eux, pour la plupart, y sont encore, et bien profond !

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            30 septembre 2013

            En ce moment c’est l’emprunt qui paie une grande partie des prestations sociales en France. Il n’y a qu’à voir l’augmentation du niveau de la dette depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir.
            Sans ces emprunts, France already in the mud up to the neck would sink in deep shit.

  4. Jaures

    25 septembre 2013

    Les slogans de Tremeau sont attendrissants. Chaque fois il nous enjoint d’imiter le pays aux statistiques flatteuses mais quand ce même pays s’effondre quelques mois plus tard, il se garde bien de faire amende honorable.
    En ce qui concerne la traditionnelle litanie du “trop d’impôts”, il ne suffit pas de dire que l’on va baisser les prélèvements mais il importe de lister précisément les prestations que l’on souhaite supprimer en regard. Sans s’en tenir à la méthode Copé qui prétend économiser 130 milliards sans autres propositions que la suppression de l’AME et des départements qui ne feraient, à elles deux qu’à peine 1 milliard.
    Allons-y M Tremeau ! Donnez-donc la liste de ce que vous souhaitez supprimer, évaluez l’économie réalisée et dîtes-nous quel impôt vous comptez réduire pour une somme équivalente. Sinon nous en resterons aux analyses économiques des brèves de comptoir.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)