Le Rafale : un succès technique

Posté le avril 22, 2015, 9:53
3 mins

Dans tous les pays du monde, l’armée a besoin d’avions pour accomplir de nombreuses tâches.
Les avions de reconnaissance permettent d’identifier les troupes ennemies. Ils sont petits et rapides.
Les avions de transport sont de gros appareils dans lesquels peuvent monter les hommes, mais aussi les voitures ou même les chars de combat. Ils sont beaucoup plus lents.

Les bombardiers sont de gros appareils chargés de lâcher des bombes en territoire ennemi. Ils sont lents et lourds.
Les chasseurs sont de petits avions rapides équipés de mitrailleuses leur permettant de détruire le plus rapidement possible un adversaire.
Depuis la fin de la dernière guerre, les États-Unis équipaient pratiquement seuls les armées du monde.

Mais, le 21 avril 1988, François Mitterrand étant président de la République et Jacques Chirac Premier ministre, l’armée française décide de lancer le programme Rafale.
C’est-à-dire un avion militaire unique, capable d’être en même temps bombardier, chasseur, ou transporteur. Capable aussi de décoller d’un porte-avions ou d’un petit terrain mal équipé. Au départ, 320 avions sont prévus, mais, en 2013, seuls 225 étaient programmés.

La France a confié au groupe français Dassault Aviation, qui construisait jusque-là le Mirage, le soin de produire le Rafale.
En 2004, les porte-avions français touchent enfin leurs premiers Rafales. Et il faut attendre 2006 pour que l’armée de l’air ait les siens.
En 2009, les Émirats arabes unis ont besoin de 60 appareils militaires. Ils passent d’abord un contrat avec les USA. Mais ils annulent ce contrat pour réfléchir au remplacement de l’avion américain par un Rafale.

Les performances du Rafale, multi-fonctions et capable d’atterrir sur des petits terrains, font qu’il intéresse toutes les armées du monde.
En juin 2014, la Belgique envisage l’achat de 40 Rafales.
Toujours en 2014, la Pologne annonce le possible achat de 64 appareils, pour remplacer les appareils russes qu’elle utilisait.
Le 18 février 2015, l’Égypte passe un contrat pour 24 avions.

Le 10 avril, le Premier ministre indien est reçu par François Hollande à l’Élysée. Il annonce l’achat de 36 Rafales fabriqués en France. Et il négocie l’achat de 126 autres appareils, si Das­sault Aviation crée aux Indes une succursale les produisant.
La Chine et la Russie de Poutine s’intéressent à l’avion.
Et Dassault Aviation améliore le Rafale tous les jours.
Bravo !

Article précédent

Diesel

11 réponses à l'article : Le Rafale : un succès technique

  1. MAERTENS

    23/04/2015

    A Hervé…
    Typiquement Français ton attitude
    . »on joue les Cassandre »…
    c’est rassurant…

    Répondre
  2. Claude Germain V ARCHIFAUX

    23/04/2015

    A Desoyer . Oui Monsieur et je suis très heureux qu ‘enfin cela se fasse a l’avantage de Dassault ,car mes anciens collegues encore au travail et les nouveaux que je ne connais pas auront du travail pour longtemps . De toutes les façons je refuse l’hypocrisie de certains syndicats alliés a certains partis qui sont pour le désarmement car ceux çis sont bien content de s’en mettre plein les poches une fois les bilans financiers établis et qu’arrivent les partages de bénéfices….Et puis si ce n’est PAS LA FRANCE QUI VEND D’AUTRES S’EN CHARGERONT IMMÉDIATEMENT ALORS LES FAUX-CULS PRIÈRE DE RASER LES MURS ET TAISEZ VOUS ….

    Répondre
  3. HERVE

    23/04/2015

    Bernard Trémeau fait un article très élogieux sur le Rafale qui est effectivement un très bon avion généraliste, et les commandes de l’Egypte et de l’Inde sont effectivement les très bien venues.
    Malheureusement, je suis obligé de signaler que tout le reste de son article est faux en très grande partie, à commencer par l’affirmation que « Depuis la fin de la dernière guerre, les Etats-Unis équipaient pratiquement seuls les armées du monde ».
    Afin d’éviter de longues listes fastidieuses, je me cantonnerai qu’aux Mirage III (ie à partir des années 1960) en omettant les Mystère IV, Etendard, Super Etendard, Mirage 2000, Alpha Jet et autres Breguet Atlantic, Transal, etc..

    Au moins 20 pays sont ou ont été utilisateurs du Mirage III : France, Afrique du Sud, Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Chili, Colombie, Egypte, Emirats Arabes Unis, Espagne, Gabon, Israël, Liban, Libye, Pakistan, Pérou, Suisse, Venezuela, Zaïre. Voici une liste partielle du nombre de Mirage II utilisés :

    Afrique du Sud : 1962 à 1980 : 73 (Arrêt en raison de l’embargo décidé par les USA, qui ont récupéré le marché à la fin de l’embargo)
    Argentine : 21 achetés d’occasion à Israël en 1982
    Australie : 1960 à 1989 : 116
    Belgique : Construits sous licence – Nombre inconnu
    Brésil : 1970 à 2005 : 32
    Chili : Achetés d’occasion – Nombre inconnu
    Colombie : Achetés d’occasion – Nombre inconnu
    Egypte : Nombre inconnu
    Emirats Arabes Unis : Nombre inconnu
    Espagne : 1968 à 1987 : 30 (Remplacés par de F-18 américains)
    France : 1960 à 1974 : 192 (Remplacés par des Mirages F1, puis Mirage 2000)
    Gabon : Achetés d’occasion – Nombre inconnu
    Israël : 1962 à 1980 : 79 (L’embargo de 1966 arrête les livraisons, et Israël fabriquera le Kfir qui est un Mirage III sous licence équipé d’un réacteur américain GE)
    Liban : 1968 à 2000 : 12 (10 ont été revendus d’occasion au Pakistan en 2000)
    Libye : Nombre inconnu
    Pakistan : 1968 à aujourd’hui : 204 dont 80 Mirage III et 40 Mirage 5 + 50 occasions à l’Australie, 24 à l’Espagne et 10 au Liban
    Pérou : Achetés d’occasion – Nombre inconnu
    Suisse : 1966 à 2003 : 57 (Remplacés par des F18 et F5-E américains)
    Venezuela : 1971 à 2008 : 16 (Certains sont revendus à L’Equateur en 2009)
    Zaïre : Achetés d’occasion – Nombre inconnu

    Le Rafale est un avion généraliste, ce qui veut dire adapté à toute sorte de missions (interception, bombardement, attaque basse et haute altitude, Marine). Cela en fait un avion cher, mais cependant une solution moins chère que de s’équiper d’avions spécialisés dans chaque type de mission (comme les USA).
    Il a fallu l’imposer à l’Aéronavale (après de nombreuses modifications) car les marins considéraient, entre autres, que les entrées d’air des réacteurs n’étaient pas assez grandes pour le vol à grande incidence (risque d’étouffement des réacteurs lors des appontages).
    Enfin, la vente d’avions militaires à l’étranger est éminemment politique. Par exemple, l’Egypte a préféré le Rafale car nous lui donnions tous les codes d’utilisation contrairement aux américains (souvenons nous du HMS Sheffield abattu par un Exocet tiré depuis un Super-Etendard argentin grâce aux codes fournis par la France), et la plupart du temps, les pays acheteurs ne veulent pas dépendre d’un bloc (USA, Russie).
    A noter que les USA imposent des embargos, empêchant les industriels européens de continuer à vendre dans les pays concernés, puis lèvent l’embargo et prennent la place (exemple : Peugeot qui avait le marché iranien, a du fermer ses usines iraniennes, et maintenant que les USA lèvent l’embargo, General Motors prend la place. Idem pour l’amende colossale de 9 milliard de dollars de la BNP).
    Tout ceci n’enlève rien aux mérites du Rafale et de Dassault, au contraire.

    Répondre
  4. Marquais

    23/04/2015

    La Russie aussi ? ça m’étonnerait après l’aventure des vedettes !
    En tous cas ils feront bien de ne pas payer d’avance, le cas échéant !

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    22/04/2015

    c ‘est un succès technique oui mais … relatif quand même car sa maintenance est bien plus onéreuse que celle de ses concurrents … par contre c’ est incontestablement dans sa version aéro-navale un appareil sans rival !

    Répondre
    • web123

      23/04/2015

      Sa maintenance n’est pas plus cher que les autres (à performances équivalentes) et sa disponibilité est très bonne.

      Le prix à l’heure de vol d’un Rafale (tout compris, achat, etc) est 3 fois inférieur au F-35 des USA qui vient de sortir ! L’avion est également bien moins cher. Un Gripen est moins qu’un Rafale, c’est bon appareil pour son prix, mais il n’est pas dans la même cours.

      Il serait bien qu’un jour les français arrêtent de critiquer les français juste pour le plaisir de critiquer. Et qu’ils se mettent dans la tête que quand ils critiquent les français, c’est eux (aussi) qu’ils critiquent.

      Répondre
    • bleu marine

      23/04/2015

      FAUX ! Le rafale demande moins de cycles de maintenance et moins de personnel, c’est pour cela qu’il est plus facile à projeter dans des théâtres éloignés.
      Le Rafale est le meilleur avion POLYVALENT, AIR et MARINE OPERATIONNEL actuellement.

      Les PAK FA ou T-50 russes, leurs homologues chinois et surtout le F35 américains sont loins d’être COMBAT PROVEN.

      Le Gripen est un jouet dont la maintenance et l’approvisionnement des pièces dépend du bon vouloir des USA.

      Et il faut le vendre afin de financer la recherche sur les drones qui sont la prochaine génération d’aéronefs militaires en 2050… (putain je serai vieux ^^)

      Répondre
    • ARCHIFAUX !!!!

      23/04/2015

      A Quinctius Cincinnatus : FAUX !! ARCHI-FAUX !!! Monsieur vous êtes un des-informateur . J’ai travaillé 25 ans chez Dassault et je peux vous dire que la maintenance de cet avion est la meilleure du monde , la plus économique et pourquoi …..Sur le Rafale 2 a 3 hommes maxi pour échanger un moteur et cela en 30 minutes maxi . Sur un F16 , F17 et autres une vingtaine de personnes et je ne vous parle pas du temps passé ….Une trappe d’environ 1 m2 en composite qui tombe par terre sur le Rafale , et éclate en partie 2 a 3 heures pour réparation complète et coups de peinture , sur les autres avion trappe en AU4G traité , si torsion du métal , on change la trappe faite la différence de prix : Rafale en composite = 1 euro , autre en métal = 50 euros …….il en ait de même pour l’entretien électrique et électronique ……………………..Monsieur ne racontez pas de bêtises et allez demander le prix des pièces détachées monopolisées chez les américains vous allez voir la différence de prix et encore soyez heureux si ils acceptent de vous en vendre sous prétexte de sécurité nationale envers les USA ….

      Répondre
    • tolsimir

      23/04/2015

      2 rafale font le taf de 6 mirage 2000…. crois moi leurs maintenance ne dépasse pas celle des 6 mirage 2000 (surtout qu’elle est plus simple car bien plus informatisé… du genre tu branche un ordi portable dessus et au lieu de chercher ce qui va pas tu l’a devant les yeux donc moin de personnel gain detemps etc…)

      Répondre
  6. DESOYER

    22/04/2015

    Faut-il le vendre à tout le monde?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)