Le risque, c’est la vie!

Posté le octobre 13, 2020, 9:25
4 mins

Si, depuis la préhistoire, l’homme n’avait pas pris de risque, il est quasiment certain qu’il aurait disparu de notre planète.

S’il n’était pas descendu de son arbre, au risque d’affronter les prédateurs, il serait mort de faim ou aurait été délogé par des grands singes plus puissants.

Ramenons maintenant cette prise de risque à notre civilisation actuelle et regardons ce qu’elle nous a amené et surtout les catastrophes qu’elle nous a permis d’éviter.

Cela a commencé par le feu. Il n’a été apprivoisé que par l’homme, et ça n’a pas dû être sans un certain courage. Notre espèce lui doit, sans jeu de mots, une «fière chandelle».

Des milliers d’années après, l’homme a domestiqué le cheval et, là aussi, il a pris des risques. S’il ne l’avait pas fait, nous serions restés, avec notre force limitée, soumis à Dame nature.

L’homme n’est pas parfait, loin de là, mais le courage, avec son corollaire, la prise de risque, nous a permis de résister aux envahisseurs.

Aujourd’hui, les risques sont d’une tout autre nature, de l’ascension des hauts sommets aux défis sportifs, en passant par un autre risque, beaucoup moins reconnu dans notre pays : la création d’une entreprise! J’en sais quelque chose : j’ai pris d’énormes risques pour créer la mienne.

S’il y a un risque que nous devons soutenir, c’est bien celui-là. Avec le COVID, la population peut comprendre que l’entreprise est vulnérable avec toutes les conséquences catastrophiques que sa disparition provoquerait, nous en aurons malheureusement confirmation dans les mois qui viennent avec les dépôts de bilan annoncés.

La situation actuelle de nos entreprises n’est pas seulement due à cette pandémie; elle n’est qu’un accélérateur. C’est notre impréparation qui en est la première cause.

Nous ne pouvons pas en rejeter la faute sur les chefs d’entreprises français. Le mal vient de bien loin – je dirais depuis une quarantaine d’années, lorsque l’entreprise est devenue la seule valeur d’ajustement pour un financement de la protection sociale, l’antithèse de la prise de risque.

Les Français n’acceptent plus le moindre risque. Ils sous-traitent à l’État l’ensemble de leur sécurité dans tous les domaines.

Le risque zéro est impossible, mais coûte très cher quand on veut s’en approcher : nos gouvernants ont ainsi ponctionné, encore et encore, nos entreprises jusqu’à l’overdose actuelle.

Le résultat ne s’est pas fait attendre, principalement dans les entreprises industrielles qui payent pratiquement deux fois plus de charges que leurs concurrentes allemandes. Depuis l’an 2000, notre pays en a perdu la moitié et, malgré la charge de notre ministre des Finances pour leur «relocalisation», elles continuent inexorablement leur effondrement.

Une règle économique simple: si une entreprise ne peut pas dégager une marge suffisante, elle ne peut pas investir autrement que par l’emprunt, ce qui la fragilise et surtout elle n’a pas la trésorerie suffisante pour affronter des situations de crise comme celle que nous rencontrons aujourd’hui.

Vous l’aurez compris, si le risque c’est la vie, le «principe de précaution» à outrance, c’est la mort!

Article précédent

Agressions de policiers

Article suivant

Rejet du Mercosur

7 réponses à l'article : Le risque, c’est la vie!

  1. HansImSchnoggeLoch

    19/10/2020

    L’homme est bien originaire d’Afrique. Les plus dégourdis ont esssaimé sur pratiquement toute la planète et les demeurés sont restés. Cela peut expliquer beaucoup sur l’Afrique d’aujourd’hui.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    17/10/2020

    le premier risque de la vie c’ est de mourir !

    Répondre
  3. ELEVENTH

    16/10/2020

    Petite blagounette à l’intention des « émotifs ».
    Mamadou se présente pour un emploi dans une agence de placements tous azimuts. Dans le but de lui présenter des opportunités correspondant à son savoir-faire, le préposé lui demande « dans quelle branche êtes vous ? L’autre, furieux, réplique « raciste! »…. et le fait virer sur le champ avec poursuites judiciaires à la clé »..
    Non, mais !

    Répondre
  4. BAINVILLE

    13/10/2020

    L’homme n’est jamais descendu de son arbre, car il n’y est jamais monté. Assez d’une histoire évolutionniste, qui est un mythe simpliste, sans la moindre preuve, au contraire.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13/10/2020

      c’ est vrai ça !

      la Création est une oeuvre superbe … celle de Joseph Haydn bien sûr que j’ ai chanté dans sa version intégrale en l’ Eglise Saint Philibert de Tournus !

      Saint Philibert une merveille de l’ art roman

      Répondre
    • Nox

      16/10/2020

      Je pense que c’est un trait d’humour !
      Notre invité est suffisamment cultivé pour savoir que les hommes préhistoriques vivaient plutôt dans des cavernes…

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        17/10/2020

        le problème c’ est que pour ce qui est des connaissances actuelles l’ homme est originaire d’ Afrique où il y a ( avait ) beaucoup … d’ arbres non Bainville est un  » créationiste « il l’ a déjà montré

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)