Le roman du chômage

Posté le décembre 03, 2008, 12:00
6 mins

Si on se laisse aller à suivre sans réflexion la télévision ou la radio, on parvient à cette impression que les chiffres du chômage sont en baisse, même quand celui-ci augmente. Une contradiction maintenue quand, par exemple, Fadela Amara, de passage à Angers, déclare le jeudi 25 septembre : « Le chômage des moins de 26 ans, c’est un gros problème. Il faut péter ce truc. » Le lendemain même, c’est le Président Sarkozy qui reconnaît que la crise aggravera le chômage.

Pourtant, les chiffres du chômage semblent précis. Officiellement, fin juin 2008, 1 908 300 demandeurs d’emploi sont inscrits en catégorie 1, c’est-à-dire les chômeurs immédiatement disponibles, cherchant un emploi à plein-temps et à durée indéterminée (CDI).
Si on prend en compte toutes les catégories de chômeurs, c’est-à-dire également ceux travaillant à temps partiel, on obtient le chiffre de 3 497 000. (source : www.chomiste-land.com)

Il est bien évident que ces chiffres ne représentent rien, si l’on ne prend pas en compte la population active. Mais quelle est-elle exactement, sachant que les jeunes passent de plus en plus de temps à faire leurs études et qu’une part de la population âgée se retrouve en préretraite ?

On en arrive à la conclusion, certes imprécise en terme de chiffres, qu’une part très importante de la population se retrouve, soit purement et simplement exclue du monde du travail, soit en situation de précarité, travaillant seulement quelques heures par semaine et vivant de bric et de broc.

On peut facilement imaginer les conséquences d’un chômage d’une telle ampleur au sein de la société, en terme de perte de confiance en soit pour les chômeurs, de suicides, de divorces, de destruction sociale.

À l’image du langage grossier employé par Fadela Amara, il semble bien que les élites politiques aient décidé, depuis longtemps, et quelle que soit leur orientation politique, de camoufler cette réalité ennuyeuse, par des mesurettes et des effets d’annonce. Ils se comportent comme si le chômage n’existait pas ou que, finalement, ce problème n’était pas si grave et qu’ils contrôlaient la situation.

Le discours va même aujourd’hui jusqu’à considérer les chômeurs comme des fainéants, soutenus par les aides sociales et ne voulant pas travailler.

Même si des profiteurs existent, il apparaît évident que cette accusation permet d’éviter de remettre les gens au travail. Comme le laisse entendre Nicolas Sarkozy, le chômage va prochainement augmenter.

Alors n’y a-t-il pas de solution à ce problème du chômage ? Si, il y en a une. Simple.
Le malthusianisme économique de ces dernières années, a entraîné les élites, et la plupart des entrepreneurs, à faire des bénéfices sur les emplois.
Diminuer le nombre d’employés, délocaliser dans des pays où la main-d’oeuvre est moins chère, a certes permis de faire des économies pour faire du profit, mais n’a concrètement réussi qu’à bloquer le système.

C’est un peu comme si un mécanicien décidait de retirer l’huile du moteur, celle-ci ne servant à rien proprement dit, pour faire des économies.
Pour qu’un système marche, il faut que l’argent y tourne. Les élites doivent comprendre qu’il leur faut dépenser leur argent, le remettre en bas de l’échelle, pour que le moteur se remette en route. De grands projets, de grands travaux comme le New Deal aux États-Unis dans les années 30, peuvent parvenir à ce résultat. Penser à investir dans l’espace, par exemple, pourrait apporter une ébauche de solution. Les mines d’hélium 3 sur la Lune ne demandent qu’à être exploitées. Les Chinois d’ailleurs se préparent à aller sur place…

Voir aussi :
Vivement les Vacances, le livre de Stéphane Curet

14 réponses à l'article : Le roman du chômage

  1. Stéphane

    21/12/2008

    Il permet de faire de la fusion nucléaire :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9lium_3

    "Lorsqu’on sait que 25 tonnes permettent de satisfaire les besoins des États-Unis ou de l’Union européenne pendant une année, que cette énergie permettrait aux Terriens de combler leurs besoins en énergie pour des centaines d’années, cela incite les enthousiastes à y voir un moteur puissant à son exploitation."

    Répondre
  2. Drakkar

    20/12/2008

    Bonjour,

    Je voudrais que quelqu’un m’explique ce qu’on peut faire avec de l’héluim 3.

    Répondre
  3. Stéphane

    12/12/2008

    Je remercie vivement les 4 vérités pour avoir publié cet article et parlé de mon roman Vivement les Vacances !
    C’est un très grand honneur !

    Une petite remarque supplémentaire. D’après certaines estimations, un ascenseur spatial, c’est à dire un câble tendu entre une orbite géostationnaire et la Terre, coûterait environ 40 milliards de dollars pour être construit.
    C’est beaucoup moins que les centaines de milliards engloutis dans les banques par ces temps de crise, et cela ouvrirait à bon marché la porte des étoiles et apporterait bien sûr de nouveaux débouchés économiques.

    Répondre
  4. Daniel

    08/12/2008

    Vitruve

    Le libéralisme est effectivement un étrange fourre tout en l’état actuel. Il peut ouvrir sur le meilleur, la liberté pour chacun, ou sur le pire, la liberté d’en priver les plus faibles. C’est si peu rassurant qu’il renvoie ceux qui ne sont pas armés dans une opposition catégorique compréhensible. Et compte tenu des raisonnements de ceux (des c….  molles) qui s’imaginent être forts et virils quand ils peuvent écraser les plus fragiles, il vaut mieux établir des règles pour contenir la bêtise. 

    Le libéralisme peut faire autant de dégats que le communisme:  ce sont des frères ennemis portant les mêmes tares de base. 

    Tant qu’on n’aura pas redéfini  une charte du sens de la vie humaine  satisfaisante, non définitive,  qui assurera la recherche permanente d’équilibre entre la liberté et la sécurité, nous produirons des systèmes criminels qui font l’affaire des sans consciences.  Le pouvoir sur autrui (par le fric ou par le droit,  voire les deux)  est tout de même la compensation au non pouvoir sur soi même. Hors de la responsabilité, le pouvoir est une arme.   Il ne peut continuer à être valorisé, reconnu et récompensé  comme un mérite sans la responsabilité personnelle systématique.   Prendre le risque d’assumer plus tard ses erreurs, rien de tel pour rendre prudents les plus lâches; prudents et réalistes sur eux mêmes.   C’est aussi vrai pour la politique, pour les religions et tous les ..ismes qui sont des viviers où se cachent des couards qui vont tenter de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. Aux frais de la communauté qui récompense donc les criminels et indique ainsi à ses enfants la direction et la méthode pour "réussir".      

     

    Répondre
  5. Ben

    07/12/2008

    Daniel: je prône l’égalité en droits civiques seulement, pas en salaire; je ne suis pas communiste. Nous sommes malheureusement forcés de préciser cela car l’égalité civique est souvent amalgamée à l’égalité des paies. La nature nous fait égaux en dignité mais en pas en talent: si tous étaient architectes, il ne resterait pas de maçons pour bâtir. Cette diversité d’aptitudes est nécessaire en société car chacun doit se spécialiser. Victor Hugo écrivait vers la moitié du 19ème siècle que le communisme nuit parce qu’il détruit l’émulation, l’envie de travailler bien, l’envie de travailler mieux, l’envie de travailler tout court.

    Si ce méfait était déjà connu à  cette époque, comment encore justifier le communisme aujourd’hui?

     

     

    Répondre
  6. Jean-Claude THIALET

    07/12/2008

    "Les-4-Vérités"   – 07 12 08

    Les chiffres du chômage donnés par Stéphane CURET (qu’au demeurant j’avais reçus via internet sans me souvenir de la source) sont éloquents. Il devraient (auraient dû) s’étaler à la "Une" de tous les journaux, à commencer par ceux qui sont à la "botte" du Gouvernement. Mais si je suis d’accord avec l’auteur de cet article lorsqu’il écrit que, pour qu’un "système marche, il faut que l’argent y tourne" et que "les élites doivent comprendrequ’il leur faut dépenser leur argent, le remettre au bas de l’échelle pour que le moteur se remette en route"(1) (fin de citation) , je regrette qu’il n’ait pas abordé deux points importants :

        – certes, la Crise est aujourd’hui responsable de l’accroissement du chômage ou de son accélération (ce qui arrange nos gouvernants qui ont beau jeu de l’invoquer) mais son état endémique a pour cause première et essentielle la mondialisation, voulue tant par l’UMP que par le P.S. qui ont inconsidérément ouvert nos portes à des marchandises et des services produits par une main d’oeuvre sous-payée et surexploité. Cela sans demander la moindre contre-partie; Sans prévoir la moindre barrière ou le moindre garde-fou, la moindre "écluse", selon le mot de BRuno MéGRET. Résultat, la France voit ses usines fermer ou se délocaliser. Des pans entiers de notre savoir-faire dans des branches qui ont fait sa réputation, disparaître à jamais. Et des centaines de millions de salariés jetés sur le pavé …

       – si les "élites" ou prétendues telles, doivent effectivement "dépenser" leur argent en France, il en est d’autres qui devraient donner l’exemple en acceptant spontanément de se serrer la ceinture. Notamment nos Parlementaires qui, à chaque législature ou presque, n’ont cessé d’augmenter leurs émoluments et leurs avantages sans se soucier de tous ceux qu’ils ont jeté dans la précarité sinon dans la misère par leur mal-gouvernance. Est-ce trop demander à des gens qui, manifestement, vivent dans leur bulle et qui, depuis des lustres, s’imaginent résoudre les problèmes du pays avec de beaux discours ou de nouvelles lois?  Du genre de celle du "Logement Opposable" !

       Bon dimanche, cordialement, Jean-Claude THIALET  

    (1) à ce sujet, que l’on me permette de citer cet anecdote. A l’occasion d’une élection à la députation (2), Marcel DASSAUT avait été pris à parti par les Communistes qui – bien que semant la misère partout où ils s’installent ne cesse de dénoncer "l’argent" ! – sous prétexte qu’il dépensait des fortunes pour faire construire un mur autour de sa propriété. Le célèbre avionneurs (qui ne devait sa fortune qu’à ses talents !) leur avait répondu vertement : moi, mon argent, au lieu de le planquer en Suisse (à l’époque, on ne parlait pas de "paradis fiscaux"), je le dépense en France. Avec "mon mur", je donne du travail à pas mal d’ouvriers. Les "cocos" se l’étaient tenus pour dit

    (2) régulièrement, Marcel DASSAUT était élu député dans l’Oise dès le premier tour, et avec une majorité super-confortable …

    Répondre
  7. VITRUVE

    07/12/2008

    AVE

    belles interventions pleines de bon sens que celles de Daniel et Ben ci-dessus,  dommage qu’on n’en trouve pas d’identiques dans les derniers posts qui accompagnent l’article de Guy Millière et qui elles, pour certaines du moins, sentent la haine raciste à plein nez…Comment concilier tout cela si , même au sein d’une communauté d’idées, dans notre cas, le libéralisme,  on en arrive à des contradictions aussi flagrantes qu’un regard bienveillant sur l’Autre d’un côté,  à un prône de la guerre sainte accompagné d’éructations d’un autre âge, d’autre part ?

    cordialement

    VALE

    Répondre
  8. Daniel

    06/12/2008

    Ben :  "Quand on a l’humilité de se reconnaître égal aux autres, on ne les attaque pas. Chaque délit commence par le mépris de la victime, la négation de sa dignité". 

    Je crois qu’il faut prendre la peine de préciser:  se reconnaitre égaux oui, mais en droits seulement. Dans la nature l’égalité n’existe pas et c’est bien notre problème: il n’y a pas de modèle. C’est sans doutes  à partir de cela, la non égalité constatée,  que l’intelligence s’est développée par nécessité; nécessité de se projeter à l’extérieur de soi même pour comprendre ce qui  fait partie du même milieu, mais reste différent.

    J’ai dit " les racistes eux ont besoin du pouvoir et ne changent que sous la violence" . Le mot "changent" ne convient pas. La réalité c’est : les racistes ne lâchent le pouvoir que sous la violence.  Car  les malades atteints de cette maladie de l’esprit ne peuvent exister sans pouvoir.  

    Nous savons que les Nazis n’ont globalement exprimé aucun regrêt sincère malgré l’énormité des souffrances qu’ils ont fait subir.  Mais à leurs yeux, les juifs ne pouvaient être comparés à l’élite de race pure qu’ils pensaient être. Comme en témoignent quelques reportages sur les derniers nazis,  jusqu’à la fin de leurs jours,  ils n’ont pas "changé". Il est intéressant de constater à ce propos:  ceux qui se considèrent comme les élites et se sont construits sur cette image d’un homme supérieur, image pourtant réductrice de l’Homme, résistent d’autant plus au changement intérieur. Subir l’orgueil  est un manque de réflexion.  La juste humilité demande une introspection poussée.  

      D’où l’importance de l’Education et de la Culture qui sont aujourdhui entre les mains de… disons d"inconscients" pour éviter certains qualificatifs,  puisque la plupart d’entre eux aspirent à sortir du piège où ils se sont laissés enfermer par un système imaginé par quelques gourous.

      

    Répondre
  9. Ben

    06/12/2008

    Oui, Daniel, les élitistes sont racistes envers les gens extérieurs à leur caste. Il y avait les aristocrates se prétendant "nobles", se distinguant des "roturiers", considérés comme race inférieure. Les membres de l’Axe de la deuxième guerre mondiale se vantaient d’appartenir à une race supérieure (qui prit une raclée) destinée à dominer ou exterminer les autres. Les pharaons, certains empereurs romains, chinois, japonais, se disaient divins, comme des rois de France d’ailleurs. La constitution belge dispense le roi (j’écris "roi" volontairement sans majuscule) de comparaître à tout procès, même s’il commet un meurtre.

    Des gourous de sectes totalitaires déclarent descendre d’anges ou d’extraterrestres plus évolués que nous, toujours dans le même but: paraître supérieurs pour se faire octroyer des pouvoirs inhumains. Tout criminel est arrogant puisqu’il se permet d’avilir sa victime; l’orgueil cause tous les méfaits. Quand on a l’humilité de se reconnaître égal aux autres, on ne les attaque pas. Chaque délit commence par le mépris de la victime, la négation de sa dignité.

    "Liberté, égalité, fraternité", "tous sont égaux devant la loi"; cela n’a jamais été appliqué totalement. Si on ne se décide pas à être plus humble, la puissance de l’armement moderne pourrait massacrer une grande partie de l’humanité ou l’exterminer totalement.

     

     

    Répondre
  10. Daniel

    05/12/2008

    Iosa  pose en termes pragmatiques ce qui constitue la base de toutes les catégories de crimes qui perdurent:   choisir une voie où on ne paye jamais les conséquences négatives de ses erreurs.  Assumer ses choix reste le plus sûr moyen de comprendre!.Même les masos ne le restent pas longtemps… tandis que les racistes, eux, ont besoin du pouvoir et  ne changent  que sous la violence.  

    L’irresponsabilité acceptée, c’est aussi la bêtise reconnue, mais implicitement… Revendiquée, c’en est une double définition.  C’est devenue la définition de l’élite  depuis l’avènement de l’Education Nationale qui seule sait ce qui est bien pour tous les autres.   Elite qui s’est redéfinie à partir de la simple possession du diplôme qui dispense précisément de la responsabilité. Fallait oser l’écrire noir sur blanc: le diplôme définit d’autres catégories de nègres!.  Et le dire: "tu ne feras qu’un manuel!" … "comme ton père!".  

    Il faut dire que le sens de la responsabilité ne peut être perçu comme indispensable que par ceux qui ont le sens du devoir. Devoir? berk! ça rappelle les chrétiens! alors, pensez donc!  .  Et puis, pourquoi un individu de race supérieure devrait-il se justifier face à de quelconques individus du peuple du bas  et considérés préalablement comme intellectuellement inférieurs?

    L’élite s’est reconstruite dans un racisme dont elle n’a pas la clé car il faut être extérieur pour le percevoir. Mais  l’ENA est une prison confortable pour les  intellectuels sans esprit  parce que sans coeur!      

    Nos supers intellos finiront bien par comprendre un jour que le racisme et l’irresponsabilité sont indissociables comme l’oeuf et la poule… et qu’ils ont en conséquence fait des choix racistes, dans un  racisme de hautes performances par son mode d’expression invisible. Pervers au point que ce sont des gentils racistes qui font des lois antiracistes contre de vilains résistants.   Racisme devenu culturel puisque le peuple rêve de fric facile devant sa télé  mais surtout pas de responsabilité personnelle pour le mériter.     

    Sur ce forum, certains pensent que tout est volontairement organisé pour servir un plan, que l’élite n’a aucune morale et se moque des conséquences criminelles de ses choix. C’est plus pervers: ceux qui se prennent pour l’élite sont  persuadés qu’ils nous font l’aumône de leur intelligence. Ils sont persuadés que sans eux, nous serions affamés et sauvages.  Ils sont persuadés qu’ils sont bons et honnêtes simplement parcequ’ils n’ont pas la capacité intellectuelle ni la nécessité d’analyser leur cruauté et leur malhonnêteté, c’est à dire leurs  limites "humaines". Leurs croyances en une supériorité les dispensent  de tout raisonnement  humain suggéré par l’empathie. Un raciste ignore l’empathie envers tous ceux qui ne sont pas "comparables" à lui, c’est à dire tous ceux qui ne sont pas de sa classe sociale!.

    L’empathie  et la notion de justice qui en découle fonde  justement ce qui caractérise et différencie l’être humain. L’être humain,  pas les morts sur pieds qui ont choisi l’irresponsabilité comme moyen de ne rien voir et rien entendre.

    Mais ne le disons pas trop fort  pour ne pas les réveiller trop vite:  une brutale prise de conscience peut provoquer le suicide…  Bien réel!.  

    Répondre
  11. Ben

    04/12/2008

       Félicitations, Stéphane! Te voilà journaliste de grande presse! Tu pointes bien les élitistes comme cause des problémes en Occident. Le chômage est entretenu exprès par l’état car le chômeur dépendant des politiciens pour sa subsistance, il tend à les réélire même s’il les désapprouve. Causer une dépendance à autrui attaque sa liberté; tout élu rendant une personne dépendante de lui est aussi criminel que le dealer faisant ses clients esclaves de lui.

    De grands travaux relanceraient effectivement l’économie, à condition que l’argent étranger y participe. Si la France se taxe elle-même pour donner des salaires à certains en réduisant les salaires d’autrui, sa prospérité n’augmente pas; elle diminue car l’augmentation fiscale décourage les investisseurs étrangers. Ton pays a environ 62 millions de gens, la Terre en a 6.700 millions. Détaxer attirera leur argent en France.

    Si les Français plus riches paient plus d’impôts pour donner des salaires aux anciens chômeurs, les riches doivent réduire leur niveau de vie. Ils achèteront moins, donc les entreprises françaises leur vendront moins, donc elles devront licencier leur personnel devenu excédentaire. De nouveaux chômeurs remplaceraient les anciens. L’influx d’argent étranger est indispensable. Il y a 108 investisseurs, clients ou vendeurs potentiels pour chaque Français. Comment se priver d’une telle manne?

    Bonne chance à la France.

    Répondre
  12. SAS

    04/12/2008

    A heff…..

    merci pour l info , ca doit etre instructif, je fonce acheter…..

     

    SAS

    Répondre
  13. HEFF

    04/12/2008

    "Vérités sur la franc-maçonnerie, de la subversion des loges à la république des initiés" de Bernard Antony

    Ed. Godefroy de Bouillon. 37 € port compris, à commander au Centre Charlier 70, boulevard Saint Germain 75005 Paris.

    Répondre
  14. IOSA

    03/12/2008

    Claude François chantait ceci……." C’est la même chanson "

    Vous savez tout comme moi, que les politiques n’ont pas justifier leurs salaires ( par ailleurs nombreux salaires par politique)….Donc, sans compte à rendre et sans sanctions financières du style confisquation des biens acquis durant leurs mandats, obligation de rembourser les salaires par manque de résultats, celà ne bougera jamais.

    Quand on a la tête dans les étoiles, quand on a le portefeuille qui se remplit tout seul à rien faire, quand on a pas besoin de dépenser le moindre cent de sa poche…..Ben oui, on bougera pas d’un poil un systeme qui rapporte tant de fric à ceux qui sont en place tout la haut au sommet de la pyramide. 

    Au fait, vous avez omis de dire que parfois et celà juste avant le sondage, les chômeurs sont désinscrits d’office et réintégrés aussitôt dans la même journée.

    Elle n’est pas belle la vie de riche ???

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)