Le syndicalisme fanatique contre les salariés

Le syndicalisme fanatique contre les salariés

Lundi 9 mars, le Tribunal de commerce de Marseille devait se réunir pour débattre du sort de l’UNM (Union Naval Marseille), filiale phocéenne du groupe espagnol Boluda spécialisé dans la réparation navale.
L’UNM a en effet déposé le bilan la semaine dernière. Le motif est tragiquement simple: la “tension sociale”, comme on dit pudiquement pour évoquer le racket et la prise d’otages par les syndicats trotsko-staliniens, est si forte à Marseille que la plupart des armateurs préfèrent mettre leurs navires en carénage ailleurs.

À l’heure où il est si facile de quitter Barcelone pour Gênes ou Marseille pour Tanger, il est évident que l’attitude des syndicats – et tout spécialement, pour le cas précis du port de Marseille, de la CGT – est une attitude suicidaire.
Mais, dans ce cas précis, ce n’est pas seulement une attitude suicidaire des dockers, qui condamnent à mort le port qui les fait vivre. C’est aussi, par ricochet, une attitude assassine.

Que s’est-il passé, en effet? La CGT, qui contrôle depuis 1944 le port de Marseille, refuse catégoriquement la réforme portuaire proposée par Nicolas Sarkozy. Elle déclenche donc grève sur grève et “mouvements sociaux” sur “mouvements sociaux”.

Mais le port, cen ne sont pas seulement les dockers. Ce sont aussi les armateurs, les entreprises de réparation… Certains n’étant même pas des entreprises françaises, comment voulez-vous qu’elles puissent en quoi que ce soit intervenir dans le dossier de la réforme portuaire?
Pourtant, ces entreprises sont touchées, elles aussi, par la “tension sociale”. Il n’est d’ailleurs pas certain que ces grèves soient légales, puisqu’il ne s’agit pas de renégocier son contrat de travail avec un patron. Ici, au contraire, le patron n’a aucune maîtrise de la négociation, puisque le dossier de la réforme portuaire a été traité par le gouvernement et le parlement.

Comme les parasites qu’ils sont, les syndicats d’extrême-gauche sont tout à fait capables de se suicider, pourvu qu’ils tuent le corps qui les nourrit.
Mais, comme pour montrer la supériorité de l’espèce humaine, ces parasites d’un genre particulier sautent d’un organisme à l’autre. Après avoir contraint l’UNM au dépôt de bilan, la CGT aurait pu se faire discrète quelques semaines. Eh bien, pas du tout! Pour protester contre le dépôt de bilan, elle a bloqué un ferry de la Compagnie méridionale de navigation qui, évidemment, n’y pouvait pas grand-chose. Quand la CMN déposera à son tour le bilan, on passera au suivant!

Partager cette publication

(15) Commentaires

  • titibomec Répondre

    Il faut reconnaître que lorsque l’on entend parler certains syndicalistes relevant de la CGT, on peut ressentir un pointe de fanatisme et de jusqu’au boutisme . Sans oublier que certaines personnes sont parfois défendues alors qu’elles devraient se faire secouer les puces; j’ai entendu parler d’un cas semblable en France. Même en étant un feignant, les copains du syndicats montent au créneau! Ah, la belle expression « conter au créneau!!! .

    Lorsque ces dirigeants d’entreprise avaient de peu échappé au lynchage, il y a problème quand les syndicats voulaient défendre les coupables faisant un peu tour de tourisme bien justifié devant les tribunaux. Je n’ai nulle capacité pour juger les responsabilités de ces patrons; mais en cas de conflit en entreprise, il existe des structures aptes à juger (prud’hommes, et peut-être d’autres)

    J’ignorai qu’en France les syndicats recevaient de l’argent public. Si c’est exact, c’est tout simplement lamentable, car les centrales syndicales n’ont qu’à se contenter de taxer leur propres ouailles. Les membres n’ont qu’à se prendre en charge tout seuls!

    Ce que je reproche aux syndicats, c’est également à se politiser, alors que leur rôle se cantonne aux problèmes internes des salariés. Permettez-moi d’émettre un bémol sur la compréhension du sens de mot « démocratie » dans ces milieux où pas mal de gens n’ont pas le don de comprendre le droit d’un individu à ne pas se sentir concerné par leur actions.

    08/07/2017 à 11 h 58 min
  • UN chouka Répondre

    @ SAS,c’est bien évident ce que vous èsquissez,je dirais meme qu’ a mon avis ,les violences et autres salopries qui empoisonnent les civiles, sont hautement suggérées par une clique de trés malins ,de trés bien informés et parfaitement au courent des enjeux qui se dessinent de plus en plus clairement  depuis des décénies déjas .Pour ça, ils ont les sèrvices d’èspionage ,qu’ils soient privés ou pas .

    Clique informe qui regroupe un peut de tout ,et meme des innocents naifs qui" travaillent" ou soutiènent ces èscrocs qui se fichent complètement de leurs pommes et je suis poli   😀

    J’avais le sentiment diffus que les syndicats savaient trés bien ce qui se tramait,faisaient tout pour que cela ne se sache pas ,quit a élever le ton .Ils  ne voulaient surtout pas entendre les "solutions altèrnatives " au moins dans les années 90 ,si non, depuis 1974/1975,il me semble .Il m’avait semblé qu’ils faisaient tout pour que la base ,n’évoque pas ce qui semblait sauter aux yeux  depuis le début, c’est a dire que le chomage allait entrainer une ruine de notre économie nationale .

    Il m’a semblé voir que cette population évoquait un remaniment des revenus des non travailleurs ,soit les retraités qui ne sont pas rentables ,si j’ai bien compris ,mais cèrte, je m’en doutais depuis bien longtemps en me disant qu’ils ne pouvaient cautioner cette combine .

    De" bons cocos" ,qui prèchent le "tous ensemble"(amour divin ) ,savent pourtant que c’est tout le temps un chacun  pour soit féroce pour les citoyens du bas qui vivent du commèrce de leur  travail ,et donc ,ils n’hésiteront pas a "partager"  les avoirs qu’ont acumulés ceux qui comme eux  ont vécu de leurs efforts,alors qu’ils ne toucheront jamais aux avoirs immences des  spéculateurs rentiers  😀

    La méthode staliniène n’est pas morte ,on dirait ?

    Ce n’est que mon impression pèrsonnelle .

    @ Christophe,allez dire dans un syndicat que les artisans et "chefs d’entreprises "sont des travailleurs comme les autres ,et vous comprendrez vit a leurs réactions ,ce qu’ils pensent  de leurs  privilèges institutionels  😀

    17/03/2009 à 17 h 21 min
  • christophe Répondre

    A  Jaures

    Il y a en Françe environ 2 milliond 900 mille entreprises.Les très grosses entreprises sont peu nombreuses à peine un centaine!

    En revanche et surtout ce que vous devez savoir,il y a beaucoup de gens qui créés leurs propres sociétés,surtout pour assurer leurs propres emplois! Afin de sortir du chômage.Je crois que l’on appelle cela des sociétés unipersonnelles. Il s’agit de particuliers qui veulent créer et qui y croient.Il est vrai que le Français n’aime  pas celui qui innove,cherche et produit.

    Le français ignore l’économie de marché parce que on ne le lui pas ou mal appris.

    Dans la mentalité française règne l’envie et la jalousie.Je pense que ce sont des tares dont vous avez un mal de "chien" à vous défaire.

    Pas d’entrepreneurs pas d’entreprises pas de développement économique,en conclusion c’est la mort.

     

    17/03/2009 à 11 h 12 min
  • sas Répondre

    Aux antilles…les syndicats et la gauche ont bien montré le modèle….

    le mode opératoire est décliné, violence,sédition,interdiction de circuler et de travailler, casses et destruction, tir aux policiers aux fusils de chasse….

    et des journaliste en stand by pour dénoncer le moindre exces des forces de l ordre….

    c’est probablement ca le NUEVO ORDO SECULARUM ?????

    je pense que ca va chauffer….

    sas…..

    NB° et si ca pête pas…c’est bien que les dernières emeutes parisiennes etaient co-organisées pr les forces qui ont virés chirac et sa clique…..et que les mouvement de guadeloupe et martinique etaient sous hautes mains et particulièrement "instrumentalisées et manipulées"…..

    j’ai dit….

    16/03/2009 à 23 h 44 min
  • UN chouka Répondre

    Il peut sembler a ceux qui s’aprochent de n’importe quel  syndicat,que ceux ci ne font pas de "politique" ,mais en réalité, s’ils le crient sur tous les tons, c’est surtout pour ne pas avoir a discuter de leurs manoeuvres suspèctes ,qui poussent les comportements ouvriers vèrs des situations de bloquage justement ?

    Pour  ma part, j’ai plutot compris que c’etait :

     " tous ensemble "=fèrme ta gueule et fait ce qu’on te dit . 

    16/03/2009 à 13 h 53 min
  • Florin Répondre

    Bon, je vois qu’il y a ici quelqu’un qui préfère Pétain à de Gaulle …

    Moi aussi je préfère la Pompadour à Marie-Antoinette … mais quel rapport avec la choucroute ???

    12/03/2009 à 18 h 27 min
  • Jaures Répondre

    Je vois que beaucoup ont pour les syndicats une haine tenace.

    Beaucoup de petits entrepreneurs se rendent compte avec la crise que ceux qui les roulent et les ruinent ne sont pas les syndicats mais les banques et les grandes sociétés.

    Cher Hans, il y longtemps que les capitalistes ne prennent plus de risques: ils font payer la crise aux salariés et au contribuable. Chez Continental, les 800 millions de bénéfices obtenus notamment en faisant travailler leurs salariés 20 heures de plus par mois (pour 100€ de plus, ça fait combien de l’heure ?) vont servir à délocaliser en Roumanie. 800 millions, c’est bien trop peu ! On peut encore presser le citron !  A la BNP, sur les 3 milliards versés par l’état, c’est à dire vous et moi, 2 seront distribués aux actionnaires. D’ailleurs, si 150 000 travailleurs ont perdu leur emploi en 2008, les actionnaires du CAC 40 se sont eux partagé 54 milliards de dividendes. La crise, eux, connaissent pas !

    Partout les salariés bougent et se retrouvent derrière les syndicats que vous devriez bénir car, dans de nombreux cas, s’ils n’étaient pas là, les choses tourneraient bien plus mal que quelques oeufs sur un crâne vaniteux.

    12/03/2009 à 17 h 48 min
  • Magny Répondre

    Très touchant témoignage Jean-Pierre , quel dommage que dans nos médias on ne met pas plus en avant ces vécus qui nous en apprennent plus sur notre pays que dix heures d’explications intellectuelles fumeuses de spécialistes qui font la roue devant la caméra .

    Jaurès je n’aime pas hurler avec les loups mais si le gouvernement est coupable ce n’est pas de privatiser ( car franchement il y a trop de fonctionnaires , et mal employés ) mais plutôt de ne pas utiliser l’outil législatif pour inciter les entreprises à garder leur personnel et à embaucher .  

    Bainville : De Gaulle a accablé et poussé à la guerre contre les Alliés le gouvernement de l’Etat français ??? L’armistice a permis de sauver l’Afrique du Nord et donc la possibilité de revenir sur le continent européen à moyen terme pour les alliés ??? Mais dites donc dans quels livres d’histoire , dans quelles biographies , ces révélations sont mentionnés ? De Gaulle était certes prêt à s’entendre avec Staline à la fin de la guerre et à conclure un pacte ( qui n’a pas été signé ) avec lui mais ce n’était pas du tout parce qu’il aimait les communistes , mais dans l’intérêt de la France ( pour accroitre son influence et contrebalancer celle des anglo-saxons ) . Quant à l’armistice il a permis tout ce que vous dites , oui , mais malgré Pétain et Laval , qui ne l’ont signé que parce qu’ils ne croyaient plus à la victoire , et voulaient régénérer la France en la soumettant à leur idéologie ( la fameuse révolution nationale ) , et aussi profiter des victoires de l’Allemagne dont ils pensaient qu’elle allait gagner la guerre . Car c’est bien connu : les victoires de mes amis sont aussi un peu mes victoires …

    12/03/2009 à 17 h 37 min
  • Bainville Répondre

    A Fradet

     

    Je vous retrouve sur ce site, et je vous lis souvent sur le blogue de I.R.

    Votre point de vue sur 1940-1944 et l’alliance fondamentale entre De Gaulle et le communisme international est original et bien vérifié historiquement.De Gaulle a été un personnage extrêmement néfaste pour son pays, et il a obtenu un pouvoir précaire par un moyen d’une grande bassesse: Accabler et pousser à la guerre contre les Alliés le gouvernement de l’Etat français, en ne tenant pas compte du fait que la France était anéantie militairement et incapable de continuer la guerre une semaine de plus.

    Nier ce fait essentiel, et nier que l’armistice a permis de sauver l’Afrique du Nord et donc la possibilité de revenir sur le continent européen à moyen terme pour les Alliés, cela a été le fonds de commerce du gaullisme.

    Réhabiliter les communistes collaborateurs de l’Allemagne de 1939 à 1941, à la période où la défaite aurait pu , peut être,  être évitée, cela montre la profondeur de la duplicité de ce faux sauveur, méprisé par ses propres interlocuteurs Churchill et Roosevelt.

    12/03/2009 à 12 h 55 min
  • sas Répondre

    les syndicats sont aux main des francs maçons aussi….exemple Blondel de FO….donc quand les MAC du gouvernement "initiés" parlent aux "subversifs" de terrain…..

    ils sont toujours entre eux…

    ainsi les emeutes, les manifs , les mouvement de terrain sont TOUJOURS CO-GERE….

    le reste c’est du cinéma….

    Nous en avons eu une démonstration éclatante en martinique ces jours ci….

    sas

    12/03/2009 à 12 h 50 min
  • Jean-Pierre Répondre

    et oui l’affreux jojo tes syndicalistes sont pourris jusqu’à l’os, des nuisibles ne cherchant qu’à détruire la France pour en faire la dictature du prolétariat de tes rêves cauchemardeux et je peux en témoigner par expérience vécue:

    de 1980 à 1985 j’ai été en tant qu’artisan un sous traitant des chantiers de La Seyne qui construisaient des bateaux. Pendant ces 5 années j’ai vu la cgt détruire leur chantier par des grèves incessantes et faire fuir le peu de clients qui  faisaient encore confiance à ce chantier. L’état socialococo de cette époque a subventionné les pertes jusqu’à la mise en faillite.  Pour les récompenser l’état donna une prime de 200 000 F à chacun de ces salauds de cégétiste , quant à moi qui avait toujours livré mon boulot en temps et en heure malgré les piquets de grèves etc …. ils me laissèrent une ardoise de 1000 heures impayées avec en prime emmerdes au fisc et à l’urssaf… j’ai du repartir à 0 dans une autre région, merci les salauds cgt pour leur stratégie systématique de destruction.

    12/03/2009 à 0 h 08 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Jaures <<Ah ! Ces méchants syndicalistes qui se heurtent chaque jour aux gentils patrons avides de créer des emplois et distribuer des salaires pour le bonheur de tous !>>

    Les syndicats français ne défendent pas les travailleurs mais leurs propres intérêts et ceux des partis qui les soutiennent, dont le PS.
    Aucun patron au monde ne peut créer des emplois sans qu’il ait un marché qu’il puisse alimenter avec des produits innovants et à un coût au moins égal à celui de la concurrence. Le seul employeur qui puisse embaucher à perte c’est l’état et il ne s’en prive pas (~6 millions d’individus, tendance en hausse).
    Il n’existe pas de patrons gentils ni avides de créer des emplois, Jaures, mais des personnes qui doivent prendre des risques et avoir une intelligence et une perspicacité légèrement supérieures aux vôtres, ne vous en déplaise.
    Le fait d’extérioriser vos remontrances et frustrations à sens unique montre bien à quel point vous êtes intoxiqué par la pensée unique.
    Les patrons qui s’en vont d’ici pour s’établir ailleurs ne font que se défendre. Quand il n’y aura plus d’entreprises à casser Jaures, vos gentils syndicats pourront enfin se mettre au chômage. Je leur conseillerais l’herbe tendre des alpages. Avec un peu de chance ils pourraient même fournir 5 litres de lait / jour qui serviraient à produire les fromages si chers aux gouvernants de ce pays.

    11/03/2009 à 19 h 36 min
  • fradet Répondre

    je connais bien l’Histoire de ce port littéralement anéanti par la CGT et ses dockers superprivilégiés. Et cela est vrai aussi d’aures grands ports français au bénéfice de leurs concurrents européens. On se rappelle aussi l’affaire des Ferry au bénéfice d’une compagnie italienne et au détriment …de la Corse et bien sur de Marseille.

    Je me demande justement 1. Si ces grèves sont bien légales  2. si la cGT ne pourrait être poursuivie pour "crime économique" 3. La CGT reçoit elle des subventions du Gouvernement ? Si oui (je n’arrive pas à le savoir) il serait temps de la supprimer enfin comme celles versées aux autres syndicats4. Où en est-on de l’affaire du CCE de l’EDF? Curieusement on n’en parle plus…

    Alors je me demande quelles sont les complaisances, coullusions…qui  nous valent tous nos déclins? et pourquoi?

    Le PC + la CGT ont ruiné la France dans tous les domaines…

    mais qui a donné le Statut? Qui a amnistié Thorez , condamné pour haute trahison, et en a fait un Ministre d’Etat. Remontons un peu plus loin :qui a fait assassiner judiciarement Pucheux pour complaire au PC après l’affaire des 40 otages Qui a reconnu le PC dans la Résistance aprés son attitude en pleine guerre durant le pacte germano soviétique ? etc…la litanie des questions pose la question des complaisances et donc de la coresponsabilité et pourquoi?

    11/03/2009 à 17 h 53 min
  • Jaures Répondre

    Ah ! Ces méchants syndicalistes qui se heurtent chaque jour aux gentils patrons avides de créer des emplois et distribuer des salaires pour le bonheur de tous !

    Quoi ! Le gouvernement annonce en janvier 2008 une réforme portuaire visant à liquider un service public et à renvoyer dans le secteur privé plus de 2000 travailleurs, en pleine crise et sans aucune garantie et, au lieu d’accepter cela sans sourciller, les salariés osent demander de négocier ! Quelle honte !

    Malheureusement, fidèle à sa devise, Sarkozy s’entête à réformer d’abord et discuter ensuite, sans, d’ailleurs, changer un iota de ce qu’il a décidé. Et on s’étonne qu’il y ait des conflits !

    D’autant que les repreneurs, après avoir affirmé qu’ils créeraient des emplois (air connu) commencent à tailler dans le vif. Ils avancent maintenant que "tous les personnels ne seront pas repris". On sait ce que cela veut dire par les temps qui courent quand même les entreprises qui font des milliards de bénéfices suppriment des emplois.

    Si les travailleurs, grutiers et portiqueurs, n’obtiennent pas de garanties, ils seront allègrement sacrifiés sur l’autel du profit, remplacés par des travailleurs sous qualifiés d’entreprises sous-traitantes.

    Si le gouvernement veut réformer il doit négocier avec les partenaires sociaux (la CGT ports a obtenu 80% aux élections professionnelles). Vu ce qui les attend si la réforme passe en l’état, les salariés n’ont rien à perdre. Ils doivent donc lutter.

    11/03/2009 à 14 h 01 min
  • Lambda Répondre

    Aj la politique syndicale… Il y aurait beaucoup à dire, même si beaucoup a déjà été dit.
    Nos syndicalistes – et nous avons ici l’exemple même, sortent toujours leur même chansonnette. Leur credo : les fonctionnaires nécessaires et incontournables – qu’il faut donc à tout prix protéger, et, à l’opposé, ces fum…. du CAC40, exploiteurs sans vergogne qui ruinent les vaillants travailleurs… Remarquez au passage que les "fonctionnaires", ce sont obligatoirement les infirmières, les enseignants,  pour le reste, on est un peu plus discret… Jamais un mot sur la tâche ardue de nos valeureux policiers qui ont ordre de verbaliser à outrance les braves gens qui vont au travail le matin – au moins ceux-là  sont solvables, alors qu’ils ont tout autant l’ordre de ne pas trop voir de trop près les malfrats qui pillent et détruisent le pays en insultant toute population qui n’appartient pas à leur caste… Braves policiers, va… Mais comment font-ils pour accepter pareille lâcheté ?… On ne parle guère plus de tous ces braves fonctionnaires des impôts ou de l’USSAF qui, par leurs fonctions arbitraires, on conduit à la ruine des milliers de gens honnêtes, et dont le nombre de suicides des "redressés" est soigneusement dissimulé… Initule non plus de s’attarder sur tous ces "nantis" qui font peu d’heures de présence – encore moins d’heures de travail réel – mais bien souvent inutile, et qui sont assurés d’un emploi à vie… Il est vrai que beaucoup de gens appartiennent à des catégories  "attachées", en fait, les sécurité sociale, edf, collectivités territoriales ne sont pas fonctionnaires, il n’empêche qu’ils ont sensiblement les mêmes avantages.
    J’ai été surpris dans l’article de lire "les parasites qui se suicident". Voilà qui m’étonne, les parasites ne se suicident jamais, et pour cause :  un parsite  a pour mission de nuire, et si il se suicidait, il fallirait à sa mission, ce qui est tout simplement impossible. Un parasite vivant aux dépens des autres, il va donc "exploiter" les autres au maximum, passant sur un autre sujet quand la manne est épuisée…
    Il me souvient d’une émission fort regardée sur notre TV nationale le vendredi soir, et où, pendant plusieurs semaines, nous avons pu suivre la vie à bord d’un porte-conteneurs dans un tour du monde. La seule fois où il y avait questionnement à propos du transfert portuaire, cela fut à la dernière étape, à l’arrivée … au Havre… Question : Est-ce que ces messieurs les dockers allaient bien daigner vouloir prendre en compte la tâche à effectuer ? Et effectivement, il y avait bien un "mouvement" en perspective… En fait, la plupart des navires craignant des difficultés dans les ports français, ils vont tout simplement transiter un peu plus loin au Nord… Les syndicats sont contents : ils permettent ainsi aux camions de faire un transport supplémentaire et totalement inutile, ce qui donne du travail aux prolétaires ayant le permis poids lourds ! Un très beau geste de solidarité en fait ! Bon, d’accord, ça augmente aussi les prix de revient des produits, mais ça, ce n’est pas grave, les patrons s’en mettront moins dans les poches ! (traduction, le prolo de base paiera plus cher mais le syndicaliste n’en a rien à faire…).

    Il m’apparaît que le rôle des syndicats est de plus en plus contestable. Il a eu certes son importance, cruciale même, et du temps de Germinal, il avait sa raison de naîre et de remettre en cause des conditions de vies précaires, pour ne pas dire insupportables. Depuis, les choses ont évolué, et pour garder leur suprématie, ils ont manœuvré pour faire croire qu’ils étaient indispensables (comme les médecins d’ailleurs, mais ça, c’est une autre histoire). Non seulement les syndicats ne sont plus indispensables, mais ils sont essentiellement devenus des officines de nuisance (j’ai des exemples personnels concrets).
    Les synddcats n’ont plus aucune représentativité réelle, ils sont accessoirement soutenus par une cohorte de nantis qui n’ont aucun risque quand à leur emploi, mais qui en veulent toujours plus.
    Le droit de grève est paraît-il inaliable, il apparaît pourant comme totalement arbitraire et ségrégationiste, car dans la plupart des cas, il pénalise des gens innocents qui doivent faire les frais de revendications pour le moins hasardeuses, en tous les cas, presque toujours sans rapport avec leurs propres conditions de vie.
    La dissolution du système syndicaliste actuel devrait être envisagée dans les plus brefs délais, et si à la place il naissait des "regroupements de salariés", il devrait être obligatoire qu’ils assument totalement leur fonctionnement et leurs finances. Il est clairement avéré que ce n’est pas le cas pour l’instant !..
    Pour l’heure, les français entretiennent grassement des syndicalistes qui œuvrent pour la destruction de leur pays.
    Combien de temps, cette "féodalité" pourra-t-elle encore durer ?…

    L’individu.

    11/03/2009 à 13 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: