L’erreur économique de la Banque centrale européenne

Posté le décembre 08, 2010, 12:00
6 mins

Depuis mercredi 1er décembre 2010, les banques centrales et la Banque centrale européenne (la BCE) interviennent massivement sur le marché en injectant des milliards d’euros dans les banques privées.

Ceux qui veulent connaître en détail le poids de ces interventions doivent consulter les chif­fres et les magnifiques courbes du blog de mon ami Jean Pierre Chevallier.

Depuis des années, les pays européens dépensent bien plus qu’ils ne gagnent. Ils empruntent donc de l’argent, en particulier à leurs banques et aux banques centrales.

Dans tous les pays, la loi oblige les banques à « garder raison ». Si, par exemple, elles ont 10 mil­liards d’euros en réserve, elles ne doivent pas en prêter plus de 100 milliards.

Mais les gouvernements à court d’argent ne respectent pas la loi. Ce sont eux qui rédigent les lois. Ils pensent donc qu’ils se situent au-dessus des lois. Et ils exigent de leurs banques bien plus que 100 milliards. Bien plus que ce que la loi autorise pour les particuliers ou pour les entreprises.

Leurs banques ont été « obligées » de leur obéir, même les banques allemandes. Et même une banque suisse, l’UBS, n’a pas résisté à la tentation de prêter aux gouvernements plus qu’elle n’aurait dû le faire. En effet, pour les responsables d’une banque, un gouvernement ne peut pas faire faillite. Le risque de perdre l’argent prêté est faible.

De ce fait, toutes les banques européennes sont aujourd’hui beaucoup trop endettées, au bord du dépôt de bilan. Il faut donc les sauver pour éviter une énorme crise monétaire européenne.

Pour les sauver, les gouvernements européens ont alors décidé de demander aux banques centrales de renflouer les banques privées en mettant de l’argent à leur disposition.

Depuis le 1er décembre 2010, la BCE intervient massivement et renfloue les banques européennes. Pour sauver l’euro, les pays européens ont donc décidé de renforcer leur union monétaire et de mettre des dizaines de milliards d’euros sur le marché.

Or, cette union monétaire est économiquement catastrophi­que. Depuis 10 ans, la même parité fixe lie les anciennes monnaies à l’euro. Les anciennes monnaies ont disparu, mais la parité fixe, elle, demeure. Or, l’inflation par les coûts est bien supérieure en Grèce qu’en France, ou en France qu’en Allemagne. Les entreprises de ces pays à forte inflation ne sont plus compétitives. Le chômage s’est donc installé et ne peut qu’augmenter dans les mois qui viennent.

L’Europe a fait un choix décisif en ce 1er décembre 2010. Elle a décidé de faire circuler des dizaines de milliards d’euros « non gagnés ».
Tandis que le chômage va continuer à s’aggraver, l’inflation va venir lui tenir compagnie. Les spéculateurs ont immédiatement compris que ce choix n’était pas réaliste. Ils spéculent donc toujours contre l’euro et ils disposent de cent fois plus de milliards d’euros que tous les gouvernements européens réunis.

Il aurait fallu d’une façon ou d’une autre modifier la parité fixe qui unit depuis 1999 les monnaies européennes. En revenant par exemple aux monnaies nationales et en copiant ce que fait la petite Suisse.

On a choisi de faire le contraire. En cette fin d’année, le père Noël européen risque de ne pas nous faire un beau cadeau monétaire !

6 réponses à l'article : L’erreur économique de la Banque centrale européenne

  1. Manu

    10/12/2010

    Krach obligataire en cours… gare à vos assurance-vies libellées en euros et investies en obligations d’Etat !

    Répondre
  2. sdz

    09/12/2010

    On aurait pu leur réserver la législation anti-terroriste vu les dégâts causés dans l’économie réelle… cela se fera peut-être d’ailleurs!

    Quand j’entend certains se féliciter de l’épargne importante des Français, en occultant:

    -qu’elle est libellée en euros…

    -que les acteurs intermédiaires qui la gèrent sont d’une fiabilité douteuse…

    -que l’Etat lorgne dessus…

    …je me doute qu’ une belle partie de plaisir nous attend donc… A chacun de prendre sur soi pour faire les efforts nécessaires et descendre dans l’arêne politique!

    http://www.la-france-contre-la-crise.over-blog.com

    Répondre
  3. grepon

    09/12/2010

    Si la BCE vient tout juste d’agir, la Fed americaine aide les banques privees et certains gouvernments europeens a coups  de centaines de milliards de dollars depuis bien plus d’un an deja.    Vous etes bien plus mal barre que vous ne pensiez.

    Répondre
  4. ozone

    08/12/2010

    Prise de controle immédiat par Nation des banques en difficulté sans idemnisation avec sanctions pour les dirigents

    Répondre
  5. glenarvan

    08/12/2010

    Et gare aux "EURO-BONDS" qu’on nous mitonne endouce…

    Répondre
  6. glenarvan

    08/12/2010

    Et gare aux "EURO-BONDS" qu’on nous mitonne endouce…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)