Les conséquences de l’accord PS-Verts

Les conséquences de l’accord PS-Verts

Après une discussion de quelques jours en­tre gens incompétents en matière d’énergie, le PS a accepté de rayer d’un trait de plume 24 centrales nucléaires pour gagner quel­ques voix aux présidentielles !

Une usine nucléaire a la dimension d’une cathédrale et abrite un ensemble impressionnant de techniques d’avant-garde. Cet accord n’aurait jamais vu le jour si ses auteurs en avaient seulement visité une. Que quelques idéologues décident sur un coin de table de détruire de telles merveilles est proprement consternant.

D’autant plus que cette destruction va à l’encontre de certaines de leurs croyances les plus souvent affirmées sur la pollution, l’emploi, les niveaux de vie, ou l’émancipation de la femme.

Sur la pollution :

Les éoliennes ne fonctionnent, en moyenne, qu’un quart du temps, faute de vent, ou parce que les vents sont trop violents. Le photovoltaïque ne fonctionne que pendant le jour. Pour faire l’appoint pendant les autres moments, nous avons, en France, la chance d’avoir des centrales nucléaires, qui n’émettent pas de CO2. Si elles disparaissent, il sera nécessaire d’avoir en parallèle des centrales au gaz ou au fuel susceptibles d’être mise en œuvre très rapidement. Et ces centrales, elles, émettent du CO2. Autrement dit le schéma proposé par les Verts augmentera fatalement les émissions de CO2.

Un mot également des déchets nucléaires. L’usage du MOX a été inventé pour recycler les déchets nucléaires les plus dangereux. Que les Verts veuillent le supprimer dans les centrales qu’ils veulent bien laisser vivre dépasse l’entendement.

Enfin, il faut parler aussi de la pollution du paysage. La puissance moyenne d’une éolienne est de 2 mégawatts. Celle d’une centrale nucléaire avec deux réacteurs est de 3 000 MW. Il faut donc un parc de 1 500 éoliennes pour couvrir la même puissance qu’une seule centrale nucléaire ayant deux réacteurs. Certes, quelques éoliennes au sommet d’une colline ne détériorent pas le paysage. Mais quid d’une forêt de 1 500 éoliennes ?

Sur l’emploi :

La fermeture d’une seule centrale entraînera directement la disparition de quelques centaines d’emplois et indirectement la disparition de plusieurs milliers d’emplois chez les fournisseurs. De plus, les centrales sont dans des endroits peu peuplés et toute une foule d’activités se sont créées aux alentours pour satisfaire les besoins des salariés de la centrale. Ces activités disparaîtront, laissant tout un secteur géographique dans la détresse. Il n’est pas vrai que la production d’énergie renouvelable engendrera trois fois plus d’emplois : une éolienne ou un ensemble de panneaux solaires nécessitent beaucoup d’emplois pour leur construction, mais très peu après.

Sur les niveaux de vie :

Nous avons vu que la construction d’un parc d’éoliennes exige en parallèle la construction d’une centrale à gaz ou au pétrole. Ce double investissement grève le coût de l’énergie renouvelable. Par ailleurs, le coût de l’électricité produite décroît considérablement avec la puissance de l’alternateur qui la produit. On imagine donc que le coût de l’électricité produite par 1 500 petits alternateurs sera beaucoup plus élevé que celui produit par un seul alternateur de capacité 2 000 fois plus grande.
Aujourd’hui, aucune éolienne ne serait construite si le gouvernement n’imposait à EDF de racheter leur courant à un prix artificiel (plus de dix fois le prix de revient du kwh nucléaire). Il y a, en France, plusieurs millions de foyers pour lesquels la facture électrique est déjà une lourde charge. Son augmentation substantielle accroîtra leur précarité. Elle diminuera aussi la compétitivité de notre industrie.

Sur l’émancipation de la femme :

Nous achetons l’essentiel des hydrocarbures que nous con­sommons à des pays qui financent insidieusement le développement de l’influence du Coran. Lequel préconise nombre de comportements tout à fait étrangers à nos valeurs, entre autres la soumission de la femme. Chaque centrale nu­cléaire détruite augmentera cette dépendance.

L’accident de Fukushima a fait exploser la crainte du nucléaire. Mais il faut bien voir que cha­que grand progrès dans le con­fort et le niveau de vie, les chemins de fer, l’aviation, l’hydroélectricité et même la voiture, ont engendré des accidents et suscité une hostilité temporaire. Le travail normal des ingénieurs est de tirer parti de ces accidents pour en éviter la répétition et les conséquences.

Partager cette publication

Comments (21)

  • QUINCTIUS CICINNATUS Répondre

    @ François et  @ Jaurès
     vous dépensez beaucoup … d’énergie pour vous convaincre mutuellement et vice  versa !
      … en arbitre qui se voudrait le plus impartial possible  , je donne  l’avantage à Jaurès dans ces joutes fameuses ( et/ou fumeuses ) et dans cette déperdition de chaleur titanesque ( en  joules )

    06/12/2011 à 11 h 26 min
  • François Répondre

      " Cette taxe n’influe au maximum que sur 7,5€ sur votre facture"…
    Encore un mensonge ou une lecture erronée des textes. Cette taxe est de 7,5€ PAR MWh.
     Alors petit calcul:
        En 2010:     – Production d’électricité "nucléaire": 408 TWh
                             – Production d’électricité hydraulique: 68 TWh
                             – Production d’électricité " thermique": 59,4 TWh
                             – Production d’électricité éolienne: 9,5 TWh
                             – production autre ( dont solaire): 5,5 TWh

                      Soit au total un peu plus de 550 TWh soit 550 000 000 de MWh.

      La production éolienne et solaire pour laquelle cette taxe est instituée représente moins de 2,7% du total.
     Taxe récoltée: 550×1 000 000x 7,5 = 4,125 Md€
      Soit rapporté au kwh éolien+solaire produit: 0,275 €.
      A comparer au prix de production des autres Kwh: 4 à 5 centimes d’€.
      Tiens, on retrouve comme par hasard un rapport 5 à 6 entre les deux…Et ce rapport n’est que de 5 à 6 parce que j’ai déjà payé sur mes impôts la moitié du matériel "vert" à l’installation…

      Question: Comment fait on quand la part du " vert" augmente? On augmente la taxe au fur et à mesure pour rester dans ce rapport qui permet aux investisseurs de ne pas se ruiner. C’est ce qui s’est passé ces dernières années.

      Dernier point sur votre affirmation que "seulement" 40%  de cette somme sert au rachat de l’énergie renouvelable:
      Vous omettez bien sûr de citer la suite: 35% pour " péréquation tarifaire ( y compris surcoût de production de l’énergie renouvelable)". Bref, c’est la même chose sur une autre ligne comptable… 21% pour " rachat cogénération et diesel dispatchable" (!!!) . Ca, c’est la génération par usine thermique d’électricité permettant de palier les manques de vent et de soleil. Mais dit autrement, car il ne faut pas le dire…
      Bref, il n’y a guère que les 1,4% de "disposition sociale"  qu’on pourrait ne pas attribuer à cette arnaque ( et encore, si cette arnaque n’existant pas les 1,4% non plus)…

      Question: Si c’était si bien et si rentable, pourquoi aurait on besoin de traiter des tarifs de façon aussi obscure?
     

    02/12/2011 à 12 h 31 min
  • François Répondre

     Et moi, je vous repose la question, comment équilibrez vous vos comptes quand vous achetez le KWH vert à 5 fois le prix du marché quand vous êtes producteur d’électricité.
      Il me semble que les EAU ont commandé des centrales, non? Et que d’autres suivent le mouvement.

    01/12/2011 à 12 h 45 min
  • Jaures Répondre

    Encore une fois, François, vos propos montrent la faiblesse de vos convictions.
    3% de la consommation pour l’éolien ? Et comment en serait-il autrement alors que les investissements ne datent que du milieu des années 2000.
    Si vous citez wikipedia, merci de le faire plus précisément:
    "En 2007, la capacité éolienne installée aux États-Unis a augmenté de 45 % et 9 milliards de dollars ont été investis dans ce secteur5. Les éoliennes fournissent 1 % de l’électricité américaine, soit l’équivalent de 4,5 millions de foyers5. L’éolien comptait en 2007 pour 35 % de toutes les nouvelles infrastructures de production d’électricité."
    Quand on connait l’a priori défavorable des américains sur le renouvelable, faut-il que sa rentabilité soit indiscutable pour que l’on y investisse tant d’argent (rappelons que la décision de lancement de ces travaux a été prise sous Bush, un écolo patenté).
    Et je vous repose la question: pourquoi les Américains investissent-ils 9 milliards dans l’éolien plutôt que d’acheter un EPR flambant neuf ? Tous membres de "Grinpisse" ?

    01/12/2011 à 9 h 30 min
  • François Répondre

      Votre allusion au Texas a attiré mon attention. Mais comme d’habitude, après vérification, vous déformez la réalité par vos tournures sémantiques.
      D’après Wikipedia, l’électricité éolienne représente au Texas 3% de la consommation…Quand au solaire, il y est quasi inexistant.
      Avec cela, allez continuer à affirmer que les Texans se sont massivement tournés vers les énergies vertes et qu’avec leurs réserves de pétrole, c’est une preuve de l’intérêt de cette source d’énergie. L’intérêt pour l’instant se situe à 3%…
      Quand aux Etats Unis en général, l’éolien représente 1% de leur production d’électricité. Impressionnant, non?
      Allez, retournez étudier, Jaures. Et mes amitiés à Grinepisse et au WWF…

    30/11/2011 à 12 h 13 min
  • Jaures Répondre

    François, je me demande si vous êtes vous même convaincu de ce que vous dîtes.
    La "contribution au service public de l’électricité" dont vous parlez sert effectivement au rachat de l’énergie renouvelable mais seulement à hauteur de 40% (dont 12% pour l’éolien). Le reste de cette taxe sert à bien autre chose (desserte des zones isolées, tarifs sociaux,…).
    Mais surtout, cette taxe n’influe au maximum que pour 7,5€ sur votre facture. Dire que ce sont les énergies renouvelables qui entraînent la hausse de l’électricité (8% sur les 12 derniers mois) est donc bien une supercherie.
    Par ailleurs, au Moyen Orient, seul l’Iran dispose de centrales nucléaires civiles en activité. Demandez-vous pourquoi ce pays se consacre ainsi à l’énergie atomique.
    Mais surtout, pourquoi donc une énergie si bon marché, une technologie si performante est abandonnée par tous les pays développés qui préfèrent, sont-ils bêtes, investir dans l’éolien et le photovoltaïque qui sont coûteux et inopérants ?
    N’êtes vous pas fatigué, cher François, d’avoir raison contre tout le monde ?

    30/11/2011 à 10 h 07 min
  • François Répondre

      Une fable? C’est tellement une fable qu’elle est inscrite sous forme de taxe dans votre facture d’électricité. Pour "promouvoir" l’énergie renouvelable, c’est à dire pour compenser une partie des subsides fournis par nos deniers. C’est tellement une fable que tous les médias ( pourtant peu soupçonnables d’être "anti verts") l’ont dit et répété à l’occasion des dernières augmentations. Et ces renseignements ne viennent pas d’EDF, et pour cause, je reçois d’eux 3 fois par semaine depuis 6 mois un coup de fil de publicité pour les énergies renouvelables. Alors vos allégations…
      Moi aussi, je peux poser des questions. Comment se fait il que des pays du moyen orient, pourtant assis sur un lac de pétrole construisent des centrales nucléaires?
      Maintenir vos affirmations ne suffit pas. Expliquer comment EDF qui achète l’électricité "verte" 5 fois le prix qu"elle ne la revend ( demandez leur la marche à suivre pour installer votre propre production " verte" et vous verrez que c’est vrai) peut joindre les deux bouts sans répercuter cet écart sur le reste de la consommatrion…
      Mais que vallent les faits face à un dogme? ( surtout un dogme à la mode).
      Maintenant, pour les lois physiques, quelqu’un qui parle "d’un rendement énergétique de 5 MW", est forcément un expert en la matière. C’est chez "Grinepisse" que vous trouvez vos données?…

    29/11/2011 à 20 h 45 min
  • Jaures Répondre

    Cher François, je vous remercie de ne pas énoncer comme "lois physiques" les allégations que vous avez probablement pompées sur le site d’EDF, notamment la fable selon laquelle l’augmentation des prix de l’électricité serait due au rachat de l’énergie renouvelable.
    Evidemment, je maintiens ce que j’ai écrit et invite les lecteurs à se renseigner par eux-mêmes mais je poserai une simple question: si le nucléaire est si performant et sécurisé, pourquoi l’un après l’autre les pays comme la Suisse, la Belgique, l’Allemagne ou l’Autriche renoncent-ils au nucléaire ? Pourquoi le Texas, pourtant gorgé de pétrole, est-il devenu le premier état  producteur d’énergie éolienne aux Etats-Unis, pays lui-même en tête des producteurs d’énergie renouvelable ?
    Sans doute n’ont-ils pas lu les posts de François.

    28/11/2011 à 17 h 45 min
  • François Répondre

      Oh, Jaures, derniers points de votre prodigieuse intervention auxquels j’ai oublié de répondre:

      – Vous affirmez que 30% de la chaleur produite par un réacteur nucléaire est transformée en électricité. Et alors? Le prix du combustible ne représente que 5% du coût de production. Passer à un rendement de 100% ne diminuerait le prix du KWH nucléaire que de 3%. Au fait, quel pourcentage de vent capté est transformé en électricité par une éolienne?

     – Au bout de 15 ans l’éolienne est amortie et l’énergie produite est gratuite dites vous. C’est un calcul aussi brillant que celui du rendement que vous faites là!
                          1) Au bout de 15 ans on est dispensé de aintenance et d’entretient sur une éolienne? Quelle prodigieuse machine!
                          2) Un amortissement suppose une adéquation entre le prix de vente et le coût de l’investissement et de fonctionnement. Or, avec une électricité vendue au bas mot 10 fois moins cher qu’elle ne coûte à produire ( investissement +fonctionnement) sur sa durée de vie, une éolienne n’est et ne sera JAMAIS amortie, loin s’en faut.
                         Ne confondez pas l’amortissement avec le retour sur investissement de ceux qui investissent dans l’éolien qui, après avoir minimisé leur investissement par le crédit d’impôt ( payé par nous) vendent leur électricité à EDF 5 fois le prix du marché, prix qu’EDF compense en augmentant le prix du KWH nucléaire ( payé par nous une fois de plus).
                        Saviez vous que toutes les augmentations du tarif de l’électricité de ces dernières années sont dues à l’obligation faite à EDF d’acheter l’électricité éolienne et solaire 5 fois plus cher qu’elle ne la revend? Et qu’avec ce brillant montage, 10% de l ‘électricité produite en "renouvelable" augmenterait, sur les errements actuels, le prix du KWH de 50%? Et ce ne serait "que" 50% parce que la moitié de l’investissdement nécéssaire aurait été payé par nos impôts à perte, c’est à dire sans entrer en ligne de compte dans l’amortissement?

     Alors, cessez donc d’affirmer des choses en espérant qu’un ton péremptoire et l’ obstination dogmatique vous dispenseront de les démontrer…Les faits sont têtus et les lois physiques n’affectionnent pas le luxe des causes superflues…

     

    28/11/2011 à 11 h 19 min
  • François Répondre

     De mieux en mieux, Jaures. Le watt ( ou ses multiples) est une unité d’énergie maintenant? Ou de "rendement énergétique"? Dont on se demande ce qu’il peut être d’autre qu’un pléonasme…
     Ah, le "démantelement", serpent de mer des écolos que l’on applique de façon sélective.
     Je signale au passage que le démantelement d’UNE éolienne ( y compris son socle de béton de 1500 tonnes pour un éolienne de 2 MW), coûte de 3 à 5OO OOO € selon les sources. Faites donc le calcul:
     -Prix au KW installé identique pour l’éolien et le nucléaire.
     -Production d’énergie à la puissance nominale: 18% pour l’éolien, Plus de 90% pour le nucléaire. ( On change le combustible tous les 4 à 5 ans).
    – Durée de vie des éoliennes, 20 ans contre 40 ( pour l’instant, mais il est probable qu’on pourra encore augmenter leur durée de vie) pour une centrale nucléaire.
    – Coût de la maintenance( y compris changement du combustible pour les centrales) semblable dans les deux cas.
     On en est à un rapport 10 dans l’investissement+fonctionnement au KWH produit entre les deux modes de production.
      Alors, c’est sûr qu’on comprend mieux les chiffres de Grinepisse qui doit bien trouver un moyen, même malhonnête de " rééquilibrer" les comptes.
     Mais pour Wikipedia, les 12 à 30 milliards évoqués sont une estimation pour L’ENSEMBLE du parc nucléaire français, soit 630 millions à 1,5 milliards par centrale…A comparer avec le coût du démantellement du parc éolien de puissance équivalente:  2,5 à 4,15 milliards!…Et encore, il faudrait le compter 2 fois car en raison des durées de vie, on démantelera 2 fois plus souvent le parc éolien que le parc nucléaire.
      Alors, prenez en compte le démantelement des centrales nucléaires dans le coût de l’énergie, mais n’oubliez pas de le faire aussi pour les éoliennes.
      Bref, plus on creuse, plus on voit que l’énergie gratuite est inabordable… Quand au solaire, c’est presque pire ( si c’est possible)…

    28/11/2011 à 10 h 10 min
  • QUINCTIUS CICINNATUS Répondre

    @ HOMERE 

    votre langue est sonore …mais manque cruellement de  poésie …  quant à  votre argumentation elle est aux antipodes de la Raison … grecque
    démanteler les centrales nucléaires , en traiter et stocker les déchets est en effet hors de prix … pourquoi voulez vous que les Germains (et les Latins) fassent à votre (notre) place cet effort financier à moins de penser que , comme en 18 , " l’Allemagne doit payer " … ce qu’ elle n’est certainement pas disposée à faire  pour vos (nos) beaux yeux … alors "arrêtez vos c…….. " ( foncièrement gaullistes )

    27/11/2011 à 15 h 46 min
  • HOMERE Répondre

    Arrêtez vos conneries les gars  !! vous voyez pas l’absurde de vos positions ? et la pitrerie de vos raisonnements ? si ?  Ah bon vous m’avez fait peur !!!

    Que les allemands sortent du nucléaire alors que la France y reste est une fumisterie.

    Dans l’hypothèse ou un accident arriverait en France…….boum l’Allemagne !! boum l’Italie !!…..

    La seule solution est que les pays adjacents au nôtre…et les autres…..payent le démantèlement de nos centrales pour être peinards chez eux et appliquer en toute sécurité leurs plans merdiques d’énergie écolo.Sans celà,leur politique énergétique ne sert strictement à rien……à rien !!

    Alors….boum les économies…..

    Merde alors….on va être obligés de lire le Coran à la bougie…..

    26/11/2011 à 12 h 12 min
  • Anonyme Répondre

    Je ne suis pas , loin de là , un spécialiste des sources d’énergie , mais je crois savoir que chaque technologie a ses avantages mais aussi ses inconvénients et qu’en plus elle ne peut pas être "l’Unique" … Ainsi pour l’énergie atomique l’abandon en rase campagne du surgénérateur fabuleux de Giscard  et le Mox qui s’en suivit ( renoncer au Mox ne condamne pas la filière nucléaire , mais uniquement l’usine de retraitement de La Hague)  sans compter que les pays producteurs ne tarderont pas à créer une nouvelle OPEP …Ainsi les panneaux photovoltaïques ( l’unique société française qui en faisait l’exploitation a été mise en liquidation judiciaire) sont importés de Chine et nécessitent des composants rares ( Chine , Afghanistan tiens , tiens ! Bolivie et les…fosses sous marines !  !  ! ) …Ainsi les éoliennes (même off-shore ) ne peuvent fournir une énergie permanente , leur efficacité est au mieux de 20% et on commence seulement à savoir stocker l’électricité dans de gigantesques batteries … au lithium (Australie ) ….Ainsi l’énergie issue des barrages terrestres et des unités marée-motrices sont soumis aux aléas de la …nature et la détruisent … quant aux énergies fossiles elles "empoisonnent" notre air et nos poumons ( de plus elle ne se renouvellent que toutes les dizaines de millions d’années et encore dans des conditions favorables … sauf pour … l’homme ….Ainsi la géothermie peut être une source d’énergie en Islande ou en Toscane …ainsi la biomasse peut elle fournir de l’électricité usuelle à certains villages et petites villes ( Allemagne)Venons en pour terminer aux économies d’énergie ( un volontarisme "citoyen .. on sait d’expérience ce que cela veut dire !  !  ! ) en premier lieu l’isolation et bien cela développe de façon exponentielle les allergies , les asthmes et autres pathologies des muqueuses et de la peau sans compter que l’utilisation d’isolants "cancérigènes" relève le prix de la construction d’au moins 10%… En conclusion de ce long et néanmoins succinct tour d’horizon utilisons les toutes avec modération en attendant de vraies nouvelles technologies qui elles aussi auront leurs avantages mais aussi leurs inconvénients ( énergie par l’hydrogène et même énergie cosmique pourquoi pas !) et cessons de traiter le sujet de façon uniquement passionnelle

    25/11/2011 à 15 h 28 min
  • Y.Larre Répondre

    On entend à peu près autant d’âneries à propos du nucléaire que dans une galerie d’art moderne !
    Le plus triste, c’est que les donneurs de leçons n’ont aucune notion d’électricité, de réseau, qu’ils n’y connaissent strictement rien, mais ils savent…
    Déjà, le fait qu’ils se sont réjouis de la catastrophe japonaise parce qu’elle supposait apporter de l’eau à leur moulin en dit long sur leur mentalité : moi, j’appelle ça un comportement de charognard.
    Certes, il faut passer à autre chose, cela est tout à fait naturel à partir du moment où on est capable de définir et de concrétiser cet "autre chose", ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
    Les "énergies renouvelables", je ne sais pas ce que c’est. La seule définition que je puisse en donner est simple : "Enfumage caractérisé diffusé par les pastèques"…
    Par contre, je souligne la remarque d’un intervenant, et je suis persuadé que les recherches sur le sujet ont longtemps été entravées parce qu’il fallait à tout prix laisser les pétroliers gagner un maximum. J’ai d’ailleurs vu maintes fois le cas, une idée ou un procédé était trouvé, mais il fallait attendre "l’amortissement" du système précédent.
    Certes, il y a des économies à faire. Pour ma part, je trouve aberrant de chauffer sa maison en faisant passer du courent dans un fil.
    Au niveau des économies, il y en a une qui serait très significative, autant que symbolique : comme les membres de la secte "Anti" sont bien connus, on pourrait déjà leur enlever le raccordement au réseau, ça ferait déjà ça de moins à produire. De toute façon, ils ne seraient pas vraiment gênés, et cela leur laisserait tout le temps pour aller dehors porter des pancartes et arrêter les trains…
    L’éolien comme le photovoltaïque sont une utopie, si ils peuvent parfaitement remplir une fonction d’appoint ou d’approvisionnement d’un endroit isolé, ils ne peuvent et ne pourront, en aucun cas, alimenter significativement le réseau…
    Mais bon, suivant l’adage célèbre : médisez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.

    25/11/2011 à 12 h 01 min
  • Jaures Répondre

    Ne soyez pas jésuite, François, vous aviez très bien compris que je parlais du rendement énergétique.
    Vous souhaitez être précis, soyons le.

    Il est vrai qu’une éolienne ne produit pas en permanence, mais c’est aussi le cas des réacteurs nucléaires. Ainsi, un sur cinq est à l’arrêt pour maintenance ou en raison de panne. Il est d’ailleurs difficile de se procurer les informations puisque EDF refuse de communiquer sur ce point: l’omerta qui règne dans le nucléaire n’est pas une de ses moindre plaie.
    Par ailleurs, 30% seulement de la chaleur produite par un réacteur nucléaire est transformé en électricité.

    Les comparaisons de prix entre nucléaire et énergies renouvelables sont biaisées. En effet, le coût du démantèlement est compris dans le prix global de l’énergie éolienne. Ce n’est pas le cas pour l’énergie nucléaire dont personne n’est capable de chiffrer le coût de démantèlement d’une centrale (on parle de 12 à 30 milliards: quelle précision). Une éolienne est amortie sur 15 ans: l’électricité produite au-delà est donc quasi gratuite.
    Mais surtout, l’évolution des coûts de production est largement en faveur de l’énergie renouvelable. Ainsi, le coût de production de l’énergie éolienne a été divisé par deux en 20 ans. On estime qu’en 2020, il sera inférieur à celui du nucléaire. Ce dernier devra par ailleurs faire face à une pénurie du combustible dés 2015, donc à une hausse des coûts. Par ailleurs, le vieillissement du parc nucléaire va entrainer des travaux de maintenance et de sécurité importants qui impacteront le prix de l’électricité. Celui-ci augmente déjà régulièrement et EDF a demandé une hausse de 30% sur 5 ans !

    Le tout nucléaire a entraîné un gâchis monumental: on a encouragé les ménages à se chauffer à l’électricité alors qu’il s’agit de l’énergie la moins adaptée au chauffage. De nombreux ménages ne peuvent faire face à leurs factures alors que les nouveaux bâtiments permettent des économies d’énergie de 20 à 30% sans nuire au confort.. Les Marseillais sont moins équipés en chauffe-eau solaires que les Munichois !
    Enfin, il n’a jamais été question de remplacer des centrales nucléaires par des champs d’éoliennes. La solution est le mixe énergétique: éolien, solaire, biomasse, hydraulique,…
    Des villes expérimentent avec succès des éoliennes qui, quand elles fonctionnent à plein, remplissent de vastes réservoirs dont l’énergie hydraulique prend le relai quand le vent faiblit (Dardesheim).
    La région de Harz, en Allemagne, prévoit d’être totalement convertie à l’énergie renouvelable d’ici 4 ans.

    Bref, ceux qui s’arqueboutent contre vents et marées au nucléaire, ne font que retarder l’inéluctable et faire de la France un véritable dinosaure énergétique.

    25/11/2011 à 11 h 26 min
  • jean-marc.rouet Répondre

    Depuis que l’homme maitrise le feu des milliers de morts sont a deplorer faut il supprimer le feu ?

    25/11/2011 à 9 h 22 min
  • Anonyme Répondre

    Le niveau intello de la grande majorité des khmers verts relève de celui des lapins-crétins. Quant à leur violence, elle relève de celle des anarchistes de gauche ou skin heads rouges. Il suffit de voir les vidéos. Maintenant, sécuriser encore plus les centrales et développer l’EPR qui aurait déjà dû être étudié dès les années 50 si on avait écouté leur inventeur, Edgard Nazare, aurait conduit à des centrales au thorium bien plus sécurisantes que celles actuelles (et moins polluantes que des centrales à pétrole, à gaz ou à charbon). Là, ce serait plus intelligent. Mais non, les bourrins verts ne savent rien. A moins qu’ils aient l’idée de faire des centrales humaines où des centaines de travailleurs immigrés (on augmentera encore l’immigration) pédaleront pour fournir de l’électricité. Autrefois, ils gueulaient contres les pilônes à haute tension et maintenant, ils veulent des éoliennes partout. Très jolies dans le paysage, c’est indéniable… Seul le solaire est raisonnable car discret d’autant que la recherche le rend rapidement plus rentable, plus efficace. La recherche sur le stockage de l’électricité évolue vite. La production électrique par l’hydogène évolue aussi très vite, elle est déjà utilisée pour les ordinateurs des grands sièges de certaines banques depuis quelques années (ainsi autonomes). Mais si on considère la façon de penser des lapins-crétins, on peut dire aussi que le transport aérien est celui le moins risqué, mais quand un avion tombe, il y a des centaines de morts d’un coup. Donc supprimons les avions. Idem pour les paquebots qui peuvent couler et entraîner des centaines de noyés, et les pétroliers polluer énormément en cas de naufrage. Supprimons donc aussi les bateaux ! Certes il faut changer nos énergies, mais intelligemment. Cela dit, le prix de l’électricité n’est pas près de baisser avec les solutions (s’il y en a de valides) des khmers verts. Et Eva Joly mettra tous les récalcitrants dans des camps d’éducation (à pédaler dans les centrales aussi).

    24/11/2011 à 11 h 29 min
  • François Répondre

      Jaures accuse les autres de ne pas savoir ce qu’ils disent, mais ne fait pas mieux. Pour votre information, Monsieur l’Ingénieur, 5 ou 10 MW ne sont pas un rendement mais une puissance.
      Alors, avant de donner un cours de physique appliquée, apprenez d’abord le vocabulaire…
      Et tout le reste est à l’avenant.

     Une petite précision, le parc éolien français actuel fonctionne au long de l’année à 18% de sa puissance nominale en moyenne. ( Résultat sur des années d’exploitation). Une éolienne de 1 MW sur 1 an ( 8760 heures) ne produira pas 8760 MWH mais 1577 statistiquement
     C’est à dire que pour remplacer une centrale nucléaire il ne faut pas 1500 mais 8300 éoliennes à condition de savoir stocker l’électricité, ce qui n’est pas le cas. D’où en complément des parcs éoliens la construction de centrales à charbon.
     De plus, les site favorables ayant été les premiers exploités, il est à craindre que ces 18% ne diminuent au fur et à mesure que le pays se couvrira d’éoliennes.

     Un parc éolien sur terre coûte le même prix au KW qu’une centrale nucléaire. D’où, de base sur l’amortissement un prix du KWH 5 fois plus élevé. ( Pour l’éolien off shore, le prix est double par rapport à l’éolien terrestre). Ajoutez à cela une durée de vie de 20 ans en moyenne pour les éoliennes, de 40 à 50 ans pour une centrale nucléaire, des prix de maintenance au KW comparables entre les deux et on comprend tapidement pourquoi l’énergie soit disant  gratuite est hors de prix…et pour longtemps ( peut être même pour toujours).
     Quand au photovoltaïque, les prix au KWH produit sont semblables à ceux de l’éolien off shore…

     

    24/11/2011 à 11 h 09 min
  • Karl34 Répondre

    grossières erreurs: le rapport entre le cout du MWh nucléaire et celui de l’éolien n’est pas de 1 à 10, mais de 1 à 2:

    MWh nucléaire : 30€

    MWh éolien :60 €

    MWh (centrale gaz) : 35 €

    en fait, la france n’a plus les moyens financiers de renouveler toutes ses centrales nucléaires

    "heureusement" quasi 50% de l’énergie électrique est utilisée, en la dégradant, pour le chauffage ( ce qui vaut à la france d’avoir le cout du  kwh électrique le plus bas, mais les factures les plus chères d’europe pour se chauffer, car pour se chauffer le pire c’est d’utiliser l’électricité!)

    conclusion, il suffit d’abandonner le chauffage électrique (et d’isoler correctemment nos maisons) pour résoudre tous nos problèmes, et conserver le nucléaire uniquement pour les utilisations nobles de l’électricité (éclairage, moteurs, informatique,………..) en relais d’éoliennes, PV et centrales gaz.

    mais je ne suis pas sûr qu’un état aussi centralisé et fonctionnarisé que la france abandonne une telle rente que la vente forcée d’énergie électrique nucléaire

    24/11/2011 à 8 h 00 min
  • Jaures Répondre

    Avant de qualifier les gens "d’incompétents" il faudrait déjà apprendre à lire.
    Il ne s’agit pas de 24 centrales nucléaires mais de 24 réacteurs. La France ne possède que 19 centrales en fonctionnement et 58 réacteurs.

    Sur la pollution:
    Ce discours sur les éolienne est totalement obsolète. Depuis 2004 les éoliennes ont un rendement supérieur à 5 MW. En mer on peut dépasser les 10 MW. Le rendement du photovoltaïque fait également chaque jour de grands progrès.
    Par ailleurs, l’énergie la moins polluante est celle que l’on utilise pas. Un Français consomme plus de 20% de plus d’électricité qu’un Allemand !  Un travail sur les économies d’énergie, notamment sur les logements collectifs, permettrait de baisser la consommation globale et d’alléger la facture des habitants.
    Quant à la pollution visuelle, les énergies renouvelables peuvent s’adapter à la densité démographique et au milieu. Ainsi, des éoliennes et des hydroliennes apportent l’énergie aux villes du littoral. Le photovoltaïque est rentable dans le sud, l’hydraulique dans les zones montagneuses. Idem pour le biomasse, la géothermie, etc…
    Cette décentralisation permettrait la suppression de milliers de kilomètres de lignes haute tension qui, elles, dénaturent des milliers d’hectares de paysages.
    Et surtout, si une éolienne ne convient pas, on peut la démanteler ou la déplacer. Essayez avec une centrale nucléaire !

    Sur l’emploi:
     L’exemple allemand est probant: l’énergie renouvelable a créé plus du double d’emploi que le nucléaire en abrite en France. Par ailleurs, s’il faut prendre en compte la situation des travailleurs, il ne faut pas que le chantage à l’emploi empêche toute évolution de la société. Doit-on encourager les conflits pour maintenir l’emploi dans les usines d’armement ?

    Sur les niveaux de vie.
    On a vu que l’on peut réaliser des économies importante d’énergie sans nuire à notre niveau de vie. Par ailleurs, le coût au KW/heure de l’énergie renouvelable décroit quand celui du nucléaire, au mieux, stagne. Où est l’avenir ?

    L’émancipation de la femme.
    Commençons sur ce sujet à se battre sur la parité et l’égalité des salaires ! Ensuite, le passage par le gaz resterait transitoire et peu important: près de la moitié des fermetures de réacteurs seront compensés par des économies d’énergie. Il faut faire monter en puissance le passage aux énergies renouvelables. En Allemagne, le mixe énergétique permet à certaines villes d’être autonome en énergie. Certaines produisent même plus d’électricité qu’elles n’en consomment !
    Enfin, on ne peut comparer Fukushima a un accident de chemin de fer. L’accident nucléaire, outre que l’on est passé à 2 doigts d’une catastrophe absolue, contamine pour des décennies des milliers d’hectares et on ne peut encore mesurer les dégâts sanitaires sur la population.

    Déjà l’Allemagne, la Suisse, la Belgique, l’Autriche, l’Italie renoncent au nucléaire. Le nucléaire ne nous a pas permis d’échapper à la crise, ne rend pas nos entreprises plus compétitives et ne nous offrent pas un meilleur niveau de vie que nos partenaires européens.
    Il est temps de passer à autre chose.

    23/11/2011 à 17 h 56 min
  • QUINC Répondre

    slogan politique pour "l’alliance" E.E.L.V. – P.S.
     " le ver est dans la pomme ( de discorde )"

    23/11/2011 à 14 h 14 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *