Les démagogies de Mailly

Les démagogies de Mailly

J’entendais ce dimanche sur Europe 1 le patron – oh, pardon ! je veux dire : le secrétaire général de Force Ouvrière s’élever contre le report de deux ans de l’âge de la retraite. J’écoutais Jean-Claude Mailly avec d’autant plus d’admiration qu’il semblait avoir trouvé la panacée à tous nos problèmes, en particulier aux projections démographiques déprimantes qui laissent à penser que le pire est devant nous, et pas très loin : en 2020.

 

Le remède à tous nos maux, assure M. Mailly, consiste tout bêtement à taxer nos entreprises. Pas beaucoup, explique-t-il : il suffirait d’une cotisation d’un niveau « modeste », mais « obligatoires pour toutes les entreprises », qui financerait des mesures d’aide à la retraite « pour les travaux physiquement pénibles ».

Les entreprises, il est vrai, ne seraient pas les seules visées : en faisant porter davantage l’assiette de la CSG sur les revenus du capital ou les revenus financiers, on pourrait faire entrer 12 milliards d’euros dans les caisses.

Ce qu’il y a de bien avec les syndicalistes, c’est qu’ils parviennent à résoudre de façon très simple les problèmes apparemment les plus compliqués. Pas comme la patronne des patronnes, Laurence Parisot, qui coupe les cheveux en quatre dans Les Echos du 1er septembre. « Pour que le chômage de remonte pas, il ne faut pas augmenter les prélèvements », y déclare cette empêcheuse d’imposer en rond.

Mettant en garde le journaliste qui l’interroge contre « la métaphore de la "niche" fiscale », elle ajoute : « Et ne cherchez pas quel effort serait à partager entre les entreprises et les ménages, c’est une mauvaise façon de poser le problème. Il faut seulement se demander comment encourager au maximum l’entreprise car c’est le seul acteur qui puisse tirer tout le monde vers le haut. Il ne faut donc augmenter les prélèvements obligatoires ni sur les ménages ni sur les entreprises. »

Et d’expliquer : « Nous ne retrouverons une croissance soutenue que si nous nous engageons sur la voie d’une sérieuse remise en ordre de nos finances publiques ».

Plusieurs autres points me paraissent discutables dans cette interview  de Laurence Parisot ; mais sur ces déclarations-là, allez savoir pourquoi, j’ai tendance à la trouver beaucoup plus crédible que Jean-Claude Mailly.

256 000 emplois salariés supprimés en 2009

D’abord parce qu’en effet, l’entreprise est, de très loin, le principal acteur économique à même de tirer tout le monde vers le haut, en créant de la richesse. Or, les entreprises françaises sont soumises à la concurrence étrangère.

Sur la même une des Echos, juste sous le gros titre annonçant « l’avertissement de Parisot au gouvernement », figure un article montrant que « les produits composés dans l’Hexagone contiennent de moins en moins de composants français » et que « la proportion des produits fabriqués en France sur la totalité des produits consommés est, elle aussi, en déclin. »

Le contraire serait surprenant, puisque l’ensemble de nos entreprises souffrent, et nos industries encore plus que les autres. Un nouveau signal en a été donné avec la publication, le 5 août, d’une enquête de Pôle emploi annonçant que 256 100 emplois salariés ont disparu en 2009, dont 168 000 dans le secteur de l’industrie. « Un tel niveau de destructions nettes d’emplois salariés n’avait jamais été observés depuis l’après-guerre », observe Pôle-Emploi.

Certes, la même Une des Echos nous apprend encore qu’« avec 4,6 milliards d’euros, les entreprises du CAC 40 ont quasiment doublé leurs bénéfices sur les six premiers mois de l’année ». Mais il s’agit des « stars de la cote », qui n’ont rien de commun avec le gros des entreprises françaises. Les Echos notent par ailleurs que le CAC 40 a plongé de plus de 4 % en août : de quoi s’interroger sur l’opportunité de taxer davantage les revenus du capital et financiers via la CSG, ce qui frapperait d’abord des petits épargnants quelque peu secoués ces dernières années.

De tout cela, Jean-Claude Mailly se contrefiche : il est dans l’annonce et la démagogie. Ainsi lorsqu’il déclare : « Le gouvernement veut faire cette réforme en dépensant moins en matière de retraites parce qu’il y a eu une crise financière. S’il n’y avait pas eu la crise financière, on ne l’aurait peut-être pas maintenant, le projet de réforme des retraites ! »

Quiconque s’est un tant soit peu intéressé au problème sait que le secrétaire général de F.O. ment – sciemment. Crise ou pas, la réforme se serait de toute façon imposée, et serait même arrivée bien tard : la sonnette d’alarme avait été tirée dès 1991 par le socialiste Michel Rocard dans son Livre blanc sur les retraites.

Partager cette publication

(16) Commentaires

  • pier42 Répondre

    Les socialistes n’ont jamais , mais vraiment jamais eu la moindre notion de la gèstion d’une nation . Ils ne savent que créer des impots pour boucher les defficites de leur gèstion hasardeuse . C.S.G. – E.R.D.S. – T.V.A. suplémentaire et surtout augmentation de tous les impots locaux partout ou la région passe à gauche en promettant le contraire pour être élue.

    11 septembre 2010 à 9 h 36 min
  • ozone Répondre

    "Aucune, mais absolument aucune compétence à la tête de l’ETAT "

    Mmmmhh…Tant que ça ?

    E n fait,l’heure de la VRAIE réforme des retraites n’a pas sonné,les previsions ont été contrariées,la "crise" à brouillée les projets.

    Ils avaient prévu de pousser la capitalisation,mais voilà,pas évident depuis octobre 2008,alors faudra attendre une meilleure conjoncture.

    Donc,il ne faut surtout pas resoudre le probléme,simplement le grignoter en posan des mines ça et là,deux ans par ci,une bidouille par là.

    Le plus important se fait en douce,avec méme des félicitations des interréssés,comme par exemple la possibilité de cumuler une retraite avec un emploi,G-é-n-i-a-l trouvent certains,pour un temps bien sur,quand la grande baisse du montant des pensions va se produire ils seront obligés de bosser jusqua ce que mort s’ensuive,autrment dit,la retraite telle qu’on la connait aura disparue.

    Des "confusion" entre pénibilitée et incapacitée,comme ils font maintenant avec une hypocrisie monumentale n’est pas un hasard,il n’y a aucune négociation sur les retraites non plus,alors quand ils nous lancent a la figure les autres pays ils feraient mieux d’aller se faire en…………

    Le but n’est pas de sauver les retraites mais de faire passer le magot entre les pattes des assureurs et des banques,et ce avec "l’aide" des marchés.

    Les mesures de bon sens ne sont jamais évoquées,et pour cause,le gros probléme est le celébre "papy boom",ensuite la situation se tasse,donc il est evident qu’il faudra pendant un temps un effort de la Nation hors du seul débat "actifs inactifs",toutes les études montrent que d’ici a 2050 cela concerne entre 1 et 2 pour cent de PIB,rien de bien insurmontable.

    Il ne faut pas oublier que l’argent qui est mis dans les retraites va immédiatement dans le circuit économique,bien mieux que toute mesure démagogique de relance,l’industrie de la bagnolle en est bien contente de ses clients retraités.

    En tous cas,les syndicats agissent comme des "manches a couilles" (sas),ils ne pensent qu’a se placer sur la ligne de futurs accords sur la representation syndicale avec le gouv;

    Alors si on veut faire de la prospective,en voila une bonne,qu’est ce qu’il en sera quand les "jeunes",dont un pourcentage de plus en plus grand ne travaillera pas avant d’arriver a l’age de la retraite ?,la "solution" que nos démographes ont préconiser auprés des gouvernements et des "autorités" de l’UE montrera son inanité,alors qui va payer?

    De toutes façons,a ce moment la France sera une ripoublique islamique,peut étre la solution.

    Hein….Mohammed…

    8 septembre 2010 à 18 h 41 min
  • Thanatos Répondre

    Plusieurs choses me surprennent dans cette histoire :
    1- Personne ne s’interroge qu’un ministre n’ayant JAMAIS travaillé de sa vie et donc ne sachant pas ce que travailler signifie vraiment ait le droit de réformer les retraites.
    2- Réforme des retraites ??? Comme si la moindre réforme des retraites était nécessaire !!!
    3- On parle de la Suède, de l’Allemagne et d’autres pays ayant réformés… Comme si cela était nécessaire d’en parler.
    4- Réforme juste ? Ah, bon, je ne savais pas que la justice se construisait sur les disparités, conduisait aux inégalités…

    Pour le point 1… Rien à dire et comme le disait Talleyrand, un fait est un fait, il peut être expliqué, mais ne peut être réfuté !

    Par contre, pour les points suivants parlons de réalité. On parle toujours de la Suède, prise en exemple. Ah bon ??? La Suède, c’est un peu plus de 10 millions d’habitants. C’est à dire qu’il y a plus d’habitants au m2 dans la Creuse ou dans le Cantal que dans toute la Suède !
    De plus, c’est un pays qui applique un taux de prélèvements pour les cotisations d’environ 3 ou 4%. Alors que nous sommes, tout salaire confondu, pour les cotisations sociales (charges patronales et salariales) à plus de 9%, rien que pour les retraites et caisses apparentées !!!!!!!!!

    Les gens oublient que nous sommes à plus de 22% de prélèvement sur les salaires de base. Ce qui fait que le prélèvement à la source de l’IR ne se fera jamais car cela ne fait qu’accroître un delta déjà insoutenable.

    De plus, la France est le seul pays à avoir instauré un IR sur un salaire non perçu réellement ! Comment qualifier cela, si ce n’est que c’est du VOL pur et simple. (Net à payer inférieur au Net imposable… Ah ! Y sont forts ces ESCROSnomistes de l’ETAT !!!!!!)

    La Réforme des retraites est inutile car les cotisations suffisent amplement à subvenir aux problèmes futurs. Il suffirait que dans les hautes sphères de l’Etat, il y ait des personnes compétentes (mais là c’est difficile !) pour affecter les cotisations aux caisses concernées. Ne pas utiliser sans cesse les fonds pour les affecter à d’autres choses n’ayant rien à voir (35h depuis robien (RPR), régimes des fonctionnaires, emploi, pac….).
    Un impôt est une taxe (le contraire est vrai !), il suffit donc d’affecter un financement à une charge. Ce qu’a fait simplement Jospin de façon pragmatique (bien que je ne sois pas de gauche !!!)

    La réforme des retraites est donc inutile et ne permettra pas de changer quoi que ce soit. Pourquoi, me direz-vous ???? L’ETAT ????? C’est le tonneau des Danaïdes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Aucune, mais absolument aucune compétence à la tête de l’ETAT ! Et de cela, j’en suis sûr !

    7 septembre 2010 à 22 h 26 min
  • françois Répondre

     Jaures, si votre propos est de dire que Sarkozy n’a pas tenu ses promesses ( surtout celles qui faisaient pencher la balance à droite), je vous suis à 95%. Mais dire qu’il n’avait pas été élu pour réformer les retraites est tout simplement faux car cela figurait dans son programme. Il ne m’a pas échappé que les régimes spéciaux n’étaient pas concernés ce coup ci. Mais que voulez vous, il ne faut pas désesparer Bernard Thibaut! Et on osera dire ensuite que Sarkozy est de droite…

    7 septembre 2010 à 20 h 46 min
  • ozone Répondre

    Tout est politique

    Surtout la repartition des richésses

    D’ailleurs,quand le MEDEF se reuni ils ne font pas de politique

    Comme tout le monde sait

    7 septembre 2010 à 17 h 55 min
  • Jaures Répondre

    A François: Vous aurez sans doute mal lu la réforme qui est débattue: elle concerne tous les salariés SAUF les régimes spéciaux. Ceux-ci ont, il est vrai été réformés en 2007. Sarko avait promis que l’argent économisé servirait à augmenter le minimum vieillesse !

    Sarkozy a voulu, en n’incluant pas les régimes spéciaux dans la réforme, limiter les mouvements sociaux.
    C’est raté.

    Cher R.Ed, vous pouvez me citer sans pudeur ! La seule condition est que vous ne changiez pas une virgule de mes modestes mais nécessaires contributions.

    7 septembre 2010 à 17 h 50 min
  • sas Répondre

    Les syndicats sont au medef et gouvernement……

    CE QUE LES PARENTS D eLeVES SONT A L ERRADICATION NATIONALE……

    faus opposant, faire valoir alibi…..coopté et souvent en loge

    C’est MARMOUD en iran……QUI DOIT SE REGALER LORSQU IL VOIT L AXE DU BIEN ET LE FONCTIONEMENT PLOUTOCRATIQUE DE LA france…..

    ….ayant déjà bien, cerné le profil de la 1 er e dame de france…..je voudrais avoir son avis éclairé sur le reste…

    arf,arf,arf

    sas

    7 septembre 2010 à 14 h 10 min
  • HOMERE Répondre

    Autrement dit à la moscovite (Le Pen) les électeurs sont des cons…..c’est bien ce qu’il me semblait mais je voulais en avoir la certidude….

    Vous me direz que sous un gouvernement socialo communiste, on cherchera les syndicats de droite pour aller foutre le bordel dans les rues…..l’un sans l’autre étant inopérant, mieux vaut faire valoir ses opinions alors avec des fusils pour rappeler aux élus quels qu’ils soient de gauche, quels sont les vrais problèmes…….voilà le chantier qui nous attend si par mégarde la harpie (voleuse) de Lille (aux cocos) était par hasard et par pitié la Présidente des français de gauche et des étrangers de gauche et des fonctionnaires de gauche, et des journalistes de gauche, et des gauchistes de gauche, et des bobos de gauche, et des élus de gauche, et des partis de gauche……alors il se produirait une crise constitutionnelle des fondements de notre République pour officialiser la séparation mitoyenne de l’Etat français : la République libre du SUD à la droite, et la Dictature prolétarienne du Nord à la gauche….celle du sud s’appellerait France Libre et celle du Nord République Démocratique et Populaire du Nord (comme la Corée) Les Belges vont y parvenir pourquoi pas nous ? je vous le demande !!!

    Bien sûr,ceux du Nord,ruinés en deux temps trois mouvements, feraient la manche (à la nage) pour aller quémander quelques subsides,ce qui alimenterait le système failliteux qui a fait florès partout….ils passeraient alors commande auprès du Maday et du monde socialiste qui n’existe nulle part ailleurs……

    7 septembre 2010 à 12 h 03 min
  • R. Ed. Répondre

    Enfin une phrase sensée pondue par l’ineffable joresse, je la cite sans sa permission, en majuscule, s’il vous plaît !

    DE PLUS, AUCUNE MESURE N’ETANT PRISE POUR FAVORISER LE MAINTIEN A L’EMPLOI DES SENIORS, ON VA TRANSFORMER LES JEUNES ( pas tant que ça) RETRAITES EN VIEUX CHOMEURS.

     

    PS pardonnez les fautes de ponctuation, mon clavier ne les permet pas sur les majuscules (contrairement au clavier de l’état, qui les mets sur des millions de documents officiels, la carte d’identité par exemple)

    7 septembre 2010 à 10 h 41 min
  • UN chouka Répondre

    Je ne saurais demeler du nombre des morts, le nombre d’ayant droit,et celui des imprévus,mais depuis octobre 2008,le nombre des deces a ete multiplié par trois je crois ?
    De combien l’économie des caisses de l’état ont  t ‘elles fait l’économie ,mais aussi , de combien les affaires privées ont elles perdue ?

    Je crois que ce sujet est hautement intéressant pour l’ ignard que je suis .
    7 septembre 2010 à 9 h 38 min
  • françois Répondre

     Jaures, vous dites nimporte quoi. La suppression des régimes spéciaux de retraites figurait expressément dans le programme de Sarkozy. Alors cessez la désinformarion, voulez vous?

    7 septembre 2010 à 9 h 31 min
  • Jaures Répondre

    Cher Homère, une chose vous échappe: Sarkozy n’a jamais été élu pour réformer les retraites. Mieux, quelques mois après avoir été élu, il affirmait qu’il ne toucherait pas aux retraites durant son mandat.

    Cette réforme est une commande du monde financier et du MEDEF.

    Pendant que les grands actionnaires se partagent les milliards mis sur le marché pour pallier à la crise, on demande aux salariés de boucher les trous en années de travail supplémentaire.

    Et parmi ceux, qui sont les plus touchés: les femmes, les précaires, les carrières longues ou accidentées,…
    Bref, les plus fragiles. Pour les cadres, les professions libérales, les entrepreneurs, les commerçants, rien ne changera.

    De plus, aucune mesure n’étant prise pour favoriser le maintien à l’emploi des seniors, on va transformer les jeunes retraités en vieux chômeurs.

    Les syndicats, cher Homère, sont donc bien dans leur rôle en organisant des manifestations de mécontentement. Peut-être préfèreriez-vous les fourches ?

    Par ailleurs, le combat syndical ne va pas à l’encontre du combat politique. Au contraire: l’un sans l’autre est inopérant. Il faut s’organiser pour rappeler aux élus, quels qu’ils soient, quels sont les vrais problèmes.

    Alors tous à la manif demain !!!!

    6 septembre 2010 à 17 h 57 min
  • UN chouka Répondre

    Mais, ce n’est helas que la stricte vérité ,il me semble,@ Homere !

    Les "syndicats" (pouf),instruments des structures politiques (repouf),elles meme porte parole èsclaves des natis intèrnationaux (niak-niak),n’est un secret que pour ceux et celles, qui croyent en "l’ordure public ",il me semble ?

    6 septembre 2010 à 13 h 45 min
  • sas Répondre

    En parlant de mailly…..vous voulkez dire :

    …….LE FRERE……

     

    ceci expliquant cela….

    sas

    6 septembre 2010 à 13 h 32 min
  • HOMERE Répondre

    Honni soit qui Mailly pense….Les syndicats ont pour mission strictement la défense des travailleurs au plan social.Les problèmes politiques sont de la compétence des partis, des élus et du pouvoir.

    Notre République de la banane estamplillée confond tout.Ainsi faudrait il voter pour les sydicats en lieue et place des poliques ?

    Allons dans la rue "récupérer" ce que les électeurs nous ont volé…voilà le crédo des syndicots !

    Vite une bonne Loi respectant les compétences des uns et des autres…çà urge !

    Que Mailly, Chérèque,Thibaud, tous encartés au PS ou PC se tournent vers leurs mentors politiques afin que ceux ci aillent ferrailler au Parlement seul garant de la Démocratie élective.

    Les syndicats n’ont aucune légitimité politique en tant qu’élus de la nation……ils la prennent comme le ferait n’importe quel groupe extrême (suivez mon regard).Marianne,le torche cul officiel de la gauche,pourrait alors titrer : "Mailly,Thibaud et Chérèque…les voyous de la République" ou bien " les Syndicats délinquants constitutionnels"

    Réveillez vous, c’est le moment !!

     

    6 septembre 2010 à 12 h 36 min
  • UN chouka Répondre

    A mon avis, pour réduir le montant des retraites,il y a déjas l’inflation, alors pourquoi, vouloir ajouter un autre obstacle aux atributions de celle ci ? 

    6 septembre 2010 à 10 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *