Les dettes ne seront pas remboursées !

Les dettes ne seront pas remboursées !

N’étant pas inspecteur des finances de formation, il m’est difficile de comprendre quelle est, dans son extrême complexité, la situation financière catastrophique de l’Europe, France y compris. Je vais cependant essayer d’y voir clair en faisant simplement appel au bon sens.

La dette de la France est, à ce jour, de 2 700 milliards d’euros, si l’on tient compte de tous les engagements de l’État dont la retraite des fonctionnaires. Mais restons-en à 1 700 mil­liards (26 000 euros par Français). Première constatation : cette dette énorme s’est-elle formée d’un coup, comme une éruption volcanique imprévisible ? Non. Elle s’est formée jour après jour depuis 1974, s’aggravant chaque année du montant des déficits qui, en 2011, seront de 100 milliards d’euros, coûtant à la France près de 50 milliards d’intérêts par an, plus que les budgets de l’Éducation nationale, de l’armée et de l’agriculture, avec pour prêteurs aux deux tiers des étrangers. Tout est dit. On pourrait s’arrêter là. Tout le reste n’est que littérature, mensonges, fausses promesses et illusions dans un pays qui n’est plus indépendant et où la classe politique, à droite comme à gauche, est responsable et coupable.

Cette classe politique nous raconte qu’elle va rembourser. Comment ? Avec la plus grande difficulté, l’État va trouver 11 milliards d’euros par des prélèvements obligatoires, c’est-à-dire à 90 % des impôts, en attendant 8 autres milliards par la hausse de la TVA, soit quelque 20 milliards. Bien, mais 1 700 milliards moins 20, cela fait 1 680 milliards, toujours à rembourser. Or, le déficit annuel va encore augmenter en 2012 et il faut s’attendre à une augmentation moyenne de 7,6 % des impôts par an, au moins jusqu’en 2014. En fait de diminution de la dette, c’est une augmentation qui va se produire et il y a fort à parier que le fameux triple A nous sera, de ce fait, supprimé prochainement. J’ajoute que la croissance qui devrait tout régler comme par enchantement n’est pas au rendez-vous. Ce qui se profile, ce n’est pas la croissance, mais la récession.

Comme il est hors de question de rayer ou même simplement d’alléger les crédits considérables distribués au parlement, aux partis et aux syndicats politiques dont la CGT, et à tous les assistés, on pourrait peut-être demander aux travailleurs de travailler un peu plus (les 35 heures), de frauder un peu moins (le coût annuel de la fraude se chiffre par dizaines de milliards d’euros). On pourrait aussi prier le chef de l’État et son gouvernement, il faut le répéter, de bien vouloir arrêter d’augmenter les impôts par la création permanente de taxes nouvelles, de ne pas oublier que la France est déjà le pays le plus imposé du monde où, en moyenne, ceux qui travaillent travaillent jusqu’au 22 juillet au profit de l’État redistributeur, où, parmi les millions d’heureux bénéficiaires, figurent les 52 % de Français (et autres) qui ne paient pas d’impôt sur le revenu. Peut-être pourrait-on aussi suspendre l’aide aux pays en constant sous-développement, sachant que cette aide annuelle de 7 mil­liards d’euros, fournis en pure perte aux potentats déjà richissimes qui, outre leurs palais et leurs voitures de luxe, disposent de valises. Et qu’y a-t-il dans ces valises, et où vont-elles ? Le retour sur investissement, ça rend bien service ! N’insistons pas…

Peut-être pourrait-on aussi ne pas oublier que le montant cumulé des intérêts de la dette depuis 3 décennies est de quelque 800 milliards. Eh bien, avec 800 milliards, si l’État ne s’était pas endetté, on aurait pu recruter le personnel nécessaire pour interdire l’entrée en France de millions d’immigrés assistés qui coûtent aux contribuables au moins 30 milliards d’euros par an, en augmentant gravement l’insécurité, les trafics en tout genre, en peuplant les prisons, les hôpitaux, les maternités, et les files d’attente devant les bureaux de la CAF. V

ous savez ce qu’est la CAF ? Non ? Alors, demandez dans les banlieues, c’est-à-dire les 750 ghettos urbains que compte la France ; on vous le dira aussitôt, mais, pour comprendre la réponse qui vous sera faite, il faut être polyglotte, parler le wolof, le manding, le swahili, le turc, l’arabe, le kurde, et le ouïgour du Setchuan. Et, pour le bon Français d’Angers, dont la ville est aujourd’hui envahie de demandeurs d’asile, il serait bon de comprendre la langue des Somaliens, Érythréens, Monténégrins, Roms, et Libyens de Libye ! Au fait, comment tous ces gens-là ont-ils pu pénétrer en France ?

Enfin, pour terminer un mot sur l’inénarrable Grèce, dont les gouvernants ont le mérite de très bien savoir ce qu’ils veulent : ne pas rembourser leur dette et être entretenus par l’Europe (300 milliards d’euros par an), jusqu’à la fin des temps. Pourquoi avoir intégré dans l’Union européenne ce petit pays (2 % du PNB de la zone euro) qui ne répondait nullement aux critères exigés par l’UE ? Il arrive aujourd’hui ce qui était prévisible depuis longtemps dans un pays dirigé par des tricheurs et des menteurs au comportement déloyal. Il faut l’exclure de la zone euro et mettre fin immédiatement à toute aide financière, prêts et subventions. Dans le cas contraire, la mendicité grecque à l’égard de l’Europe sera sans fin.

Conclusion de tout ceci : ces dettes gigantesques accumulées depuis 30 ans par l’incurie de gouvernants, soucieux avant tout de leur carrière et de leurs intérêts personnels, ne seront pas remboursées – en tout cas pas intégralement. Il en résultera des pertes d’emploi, c’est-à-dire une hausse du chômage, de graves troubles sociaux, et, pour bien des entreprises et des particuliers, la ruine. Pouvait-on faire plus mal ?

Partager cette publication

(13) Commentaires

  • fosseauxlions Répondre

    @Daniel

    Pourquoi bavasser et entamer des polémiques dès que les commentaires ne vous conviennent pas?

    La réalité est bien souvent simple : un laissez-allez trop long, des profiteurs tous azimuts nous ont amenés a cette état de faillite virtuelle.

    Pour redresser un tant soit peu la situation, il faut seulement fonctionner comme lorsque l’on veut stopper la mort d’une entreprise : d’abord boucher les trous ( c’est a dire cesser de financer le vent), puis tenter d’optimiser ses actifs et enfin se décider à produire quelque chose capable de renconter (et convaincre) des clients.

    Tout le reste n’est que verbiage et vouloir vous en prendre a Lambert qui est un des rares a analyser clairement et simplement les situations relève de la fumisterie. Et je suis gentil en employant ce terme.

    La palabre sans fin ne mêne jamais a rien.

    27°

    17/11/2011 à 19 h 31 min
  • tartampion Répondre

    Pas d’accord avec les procès d’intention intentés à Daniel , son analyse est tout à fait juste et pertinente ,
    C’est un homme perspicace , c’est ça qui vous gene ?
    M Lambert est certainement brillant  , plein de bon sens et compétent , mais il fait partie des privilègiés , c’est un fait difficile à nier  à moins d’etre de parfaite mauvaise foi .
    Trop de français travaillent dur pour gagner le smic ( les affreux criminels aux 35 heures ) , ils n’ont peut etre pas besoin en plus de leçons de morale !
    "faites ce que je dis , pas ce que je fais ", ça a fait ses preuves , mais c’est la racaille d’en haut , bete et méchante de " droite" comme de "gauche" , si ces mots veulent encore dire quelque chose qui nous a mis dans un merdier pareil , ce n’est pas le français moyen qui n’en peut plus , est déboussolé , et ne sait plus à quel saint se vouer .
    C’est facile quand on ne manque de rien de donner des leçons à tout le monde , daniel a raison .
    de toute façon , la  ripoublique saturée de francs-maçons, d’irresponsables , égocentriques et ivres de pouvoir est foutue .
    Renaud Dozoul  nous souhaite un prompt rétablissement de la Monarchie , eh bien  Vive le roi , aux ch… la ripoublique  , de mafieux et de parasites de haut rang !
    Mais comme dans la fable de  la fontaine , bien sur" c’est de ce galeux , de ce pelé d’ou nous vient tout le mal" !!!
    (pas du lion évidemment …., quel courage !)

    17/11/2011 à 10 h 11 min
  • Leon Répondre

    Monsieur Lambert, vous etes bien clairvoyant AUJOURD’HUI! Mais vous avez servi hier ces gouvernements que vous decriez aujourd’hui, en tant qu’ambassadeur, me semble-t’il. Certes il n’y a que les imbeciles qui ne changent pas d’avis, et mieux vaut tard que jamais…

    14/11/2011 à 6 h 36 min
  • Daniel Répondre

    Rosanov: 
    "Qui bave de jalousie" est votre argument préféré et maintes fois répétés. Serait ce le seul? Et en quoi est ce un argument ? 
    "Mort de rire":  mort une fois de plus également pour la X ième fois!… Comment est-ce possible? Etes vous sûr d’être encore vivant?  A moins que ça ne soit "mort un peu plus",  ce qui conviendrait mieux au niveau de vos non arguments.   Et vous "croyez vraiment " que quelqu’un puisse en être jaloux? 

    Guillermo:     "Je veux dire aussi à Daniel qu’en 40 il aurait désigné aux FFI le facteur comme cible plutot que les Allemands."
       
     Si ma tante en avait 2 …

      A moins que vous n’ayez pas saisi que NOUS NE SOMMES PAS EN  40, mais en 2011.  C’est pour cela qu’en rappelant à toutes personnes qu’en ayant participé au pouvoir depuis 30 ans elles portent une responsabilité face à la dette,  il n’y a aucun risque de les envoyer devant  un autre mur que celui de leur conscience. 
    Et nous avons tous besoin que ceux qui ont accepté d’être considérés comme l’élite en cette période de profit facile à crédit,  comprennent leurs erreurs et réagissent au sein de leur milieu, ce milieu étant toujours au pouvoir, à droite ou à gauche.  
    Ceci afin d’éviter précisément qu’ils soient tenter d’insister dans leurs certitudes au point qu’une violence plus grande que la leur ne les contraigne à assumer leurs responsabilités.  Car nous ne sommes pas en 40 et on aimerait précisément que ces inconscients qui pensent intérêt perso et immédiat tout en parlant d’intérêt général ne nous y renvoient pas. 
    Comme ça, ça va?

    13/11/2011 à 22 h 11 min
  • Guillermo Répondre

    Je suis de l’avis de Lavandin.  Je crois que le premier problème c’est bien de couper sérieusement les subventions.

    Flamby osera-t’il le faire ?   Sarko ça m’étonnerait.  Il préfère toucher au 11 novembre qu’aux sans papiers.  Il est vrai que tous les poilus sont morts. Ca craint moins.

    Je veux dire aussi à Daniel qu’en 40 il aurait désigné aux FFI le facteur comme cible plutot que les Allemands.

     

     

    13/11/2011 à 8 h 38 min
  • MOUA Répondre

    Tout un prgramme à soi seul….les connards dommage que campés place beauvau ils ne se en soient aperçu plus tôt…

    Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant veut remettre des détachés syndicaux sur la voie publique pour participer à la compensation des 3.000 postes de policiers et gendarmes supprimés par la RGPP, a-t-il déclaré mercredi sur France Inter.

    Dans une note de service en date du 4 novembre, que s’est procurée l’AFP mardi, le directeur central de la Sécurité publique (DCSP), Jacques Fournier, demande à ses troupes (63.000 agents) une « optimisation de (leur) présence sur la voie publique ». Cette note « vise » plusieurs pistes, a commenté le ministre mercredi, dont « un certain nombre de détachements syndicaux qui ont été consentis de façon excédentaire par rapport aux textes ».

    Nicolas Sarkozy dirige de prés ou de loin le Ministère de l’Intérieur depuis 2002. C’est dix ans après la prise de fonction de M. Sarkozy que la place Beauvau « s’aperçoit » que des centaines de fonctionnaires de police sont en absence irrégulière depuis des années. Des aveux même du Ministre, des centaines de policiers seraient détachés sans autorisation spéciale d’absence.

    Des détachements syndicaux hors quota des enveloppes d’autorisations spéciales d’absences allouées au profit des syndicats majoritaires du système existent depuis toujours et cette pratique s’était même accélérée sous la Gauche.

    Il est urgent de remettre de l’ordre dans ce système nauséabond qui est à la limite de constituer des emplois fictifs dans la police. Il faut limiter les détachements syndicaux aux seuls organes dirigeants pour les réunions de bureau, les conseils d’administration ou les congrès des syndicats. Ainsi, des milliers de policiers détachés syndicaux pourraient utilement être remis sur la voie publique.

    Il faut également mettre un terme aux subventions exorbitantes versées par l’administration aux syndicats de police qui se chiffrent à plusieurs centaines de milliers d’euros chaque année. En période de crise, ces sommes gigantesques seraient bien mieux investies ailleurs que dans la poche des syndicats de police. Voilà une économie publique simple et rapide à réaliser.

    13/11/2011 à 1 h 03 min
  • Rosanov Répondre

    @Daniel, Je me régale chaque fois que je vois quelqu’un comme vous qui bave de jalousie. J’en redemande. Au fait combien touchez-vous de retraite ? Ca doit pas être fun je présume. Mort de rire !

    12/11/2011 à 23 h 31 min
  • lavandin Répondre

    Pour rembourser les dettes, il faut d’abord arriver à zero déficit ( donc bien en dessous des 3 pour cent du PIB)   Ensuite, il faut dégager un excédent budgétaire. Si celui ci  était de 10 milliards d’euros (et renouvelé chaque année), il nous faudrait 170 ans pour rembourser la dette. Compte tenu que notre déficit est aux environs de 80 milliards, c’est 90 milliards d’economies qu’il faut faire, la pression fiscale étouffant l’économie du pays ne pouvant guère etre accrue. On peu parfaitement y arriver en coupant sérieusement dans les subventions, mais il faut avoir le courage de le faire

    11/11/2011 à 20 h 14 min
  • Daniel Répondre

    Pierre :  "Comment des hommes politiques se prétendants intelligents peuvent-ils espérer vivre pendant des décennies à crédit , sachant que ce seront leurs enfants qui règleront la note ."

    Ils font donc la démonstration que le qualificatif "intelligent" ne peut leur être appliqué. Les qualificatifs qui collent à leur niveau de pensée, (si toutefois on peut encore parler de pensée personnelle pour un regroupement en meute), niveau démontré par la réalité de leurs choix, sont classables en 2 catégories:
    – les qualificatifs autour de la bêtise, (ignorance, prétention, méconnaissance de soi, peu exigeant…)
    – les qualificatifs autour de la méchanceté (cruauté, violence, mensonge, égoïsme…).
    C’est à dire aucun des qualificatifs nommant l’humain. Ils se positionnent en ennemis de l’Homme.
     Et ils ont touché beaucoup d’argent et en touchent toujours pour détruire la France et sa culture. Et détruire en même temps beaucoup de Français qu’ils voient comme inférieurs seulement parce qu’ils sont honnêtes. Un racisme qui cherche de nouvelles formes d’expression dans une période où une guerre sanguinaire semble difficile à envisager. 

    La seule recette à ces perversions: la responsabilité personnelle et non celle diluée dans la responsabilité générale… c’est à dire dans l’argent public anonyme qui ne pue ni ne sent!. 

    10/11/2011 à 20 h 24 min
  • pierre42 Répondre

    Comment des hommes politiques se prétendants intélligents peuvent-ils èspérer vivrent pendant des décennies à crédit , sachant que ce seront leurs enfants qui règleront la nôte .

    10/11/2011 à 11 h 29 min
  • Daniel Répondre

    "…la France est déjà le pays le plus imposé du monde où, en moyenne, ceux qui travaillent travaillent jusqu’au 22 juillet au profit de l’État redistributeur, où, parmi les millions d’heureux bénéficiaires, figurent les 52 % de Français (et autres) qui ne paient pas d’impôt sur le revenu."

    Dans l’ensemble, c’est un bon article. Pourtant, cette phrase est terriblement stupide, incohérente et  malsaine. Monsieur Christian Lambert nous montre  ce que produit l’irresponsabilité professionnelle qui consiste à faire prendre aux autres les risques consécutifs à ses propres choix de vie professionnelle … mais à devenir devin et juge quand il s’agit d’analyser les comportements de ceux que l’on a plumés, alors qu’ils tentent de survivre au massacre dans la marge réduite de liberté que leur tolère tous les va-t-en guerre planqués derrière un statut pitoyable d’assistés de haute gamme.
    A quoi sert votre article si vous n’avez pas intégré que les criminels d’aujourd’hui n’ont pas de sang sur les mains puisque l’arme utilisée est le "droit à l’argent" sans mérite établi par la reconnaissance de ceux qui paient.
    Allez, Monsieur Lambert , dites nous combien vous touchez et justifiez en le mérite reconnu par ceux qui en ont assumé la charge. Puis faites la comparaison de votre statut avec le statut dont bénéficient ceux  qui ne paient pas d’impôt sur le revenu.
    Dans ce bordel, au propre et non au figuré, depuis 1974 quel rôle avez vous tenu? aujourd’hui , qui êtes vous?
    Et puisque vous parlez de bon sens , observez que cette catégorie fourre tout que vous avez définie n’existait pas en 1974,  et qu’elle a été sciemment créée depuis par l’Etat distributeur qui ne s’est tout de même pas oublié au passage, lui et ses protègés.
    Je peux vous faire le pari qu’avec de telles méthodes envers vous qui êtes peu rodé à affronter la violence de l’injustice légalisée,  je vous mets à la rue en trés peu de temps et je vous accuse au terme de n’être qu’un fainéant, un incapable méprisé parce que méprisable… preuves à l’appui crédibles à la seule image que vous offririez alors! 
    Et à ce propos, je cherche dans votre article les sanctions envers les fraudeurs légaux qui ont organisé et utilisé les 2700 milliards d’une manière improductive et donc non méritée,  et continuent encore d’empocher des retraites jusqu’à la fin de leurs jours pour un service non rendu. N’est-il pas logique de commencer par là plutôt que par les dangereux smicards aux 35 heures?
    Savez vous que, même sans parler de leur faire rendre ce qu’ils ont touché à tort,  le simple fait de ramener les montants versés au niveau mérité renverserait immédiatement la tendance à la hausse de la dette. Ceci avant d’entamer une analyse de ceux qui ont reçu un autre privilège , celui de faire de l’argent à partir de l’argent créé par d’autres.

     

    09/11/2011 à 23 h 27 min
  • dissident39 Répondre

    qui a donc gouverne ainsi depuis 30 ans ? c est ce que les medias et la classe politique appellent …les partis de gouvernement ou encore l arc republicain sous entendu les autres partis ne sont pas dignes de gouverner, c est a dire de nous entrainer dans la ruine comme nous le montre mr Lambert

    09/11/2011 à 17 h 54 min
  • QUINCTIUS CICINNATUS Répondre

    La déesse aux yeux brillants experte en brillants ouvrages , Palléas Athénée ,élevant la voix lui ( à Ulysse n.d.r.) adressa ces paroles ailées : "Il serait bien astucieux et fripon , celui qui te dépasserait en toutes sortes de ruses , fût ce un dieu qui l’essayât. Incorrigible inventeur de milles tours , insatiable d’artifices , tu ne devais donc pas, même en ta patrie , mettre un terme à tes tromperies , aux récits mensongers qui te sont chers profondément ?  Allons!  Laissons ces feintes , nous deux qui sommes experts aux ruses profitables. Car de tous les mortels tu es de beaucoup le meilleur en conseils et paroles , et moi , entre tous les dieux , je suis réputée pour ma finesse et mes bonnes inventions . .. "

    HOMERE  l’Odyssée / chant XIII 281

    09/11/2011 à 14 h 47 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *