Les entreprises ont besoin de stabilité !

Posté le 28 novembre , 2012, 9:38
5 mins

Il est normal qu’un gouvernement nouvellement élu modifie la fiscalité des entreprises. Il met en pratique ce qu’il avait proposé pendant sa campagne électorale. Et tous les gouvernements nouvellement élus doivent le faire le plus rapidement possible. En pratique, un délai de 6 mois est nécessaire.

Les responsables des entreprises vont alors s’adapter à la nouvelle législation :

– Parfois la nouvelle modification de la fiscalité favorise leur entreprise. Leur fiscalité sera moins lourde. Comme ils sont actuellement soumis à une forte concurrence nationale et internationale, ils pourront abaisser leurs prix de vente et redevenir compétitifs. Le chômage va régresser.

– Parfois, au contraire, la nouvelle modification de la fiscalité accentue les charges qu’ils doivent payer. Et ils n’y arrivent pas. Ils ont, par exemple, emprunté de l’argent aux banques pour moderniser leur entreprise et ils doivent rembourser ces dettes. Ou ils subissent la concurrence d’entreprises installées en Pologne, voire en Chine. Ils ne peuvent plus continuer. Ils cessent leur activité, d’une façon ou d’une autre. Des milliers de PME françaises sont ainsi obligées de s’arrêter de travailler. Elles déposent leur bilan ou délocalisent. Le chômage va augmenter. Notons, au passage, que, très souvent, le dirigeant est obligé de donner en garantie ses biens personnels et qu’il doit s’en séparer quand les banques l’exigent de lui.

– Enfin, et c’est le cas le plus fréquent, les patrons arrivent à adapter leur entreprise à la nouvelle législation et ils continuent à pouvoir vendre ce qu’ils sont capables de produire. Mais, pour y arriver, ils sont obligés de modifier le fonctionnement de leur entreprise. Ils adaptent leurs produits à la demande qui évolue en permanence. Ils peuvent augmenter la durée du travail, voire embaucher, ou, au contraire, diminuer la durée du travail, voire licencier.

Ils peuvent aussi diminuer l’argent qu’ils donnent à leurs actionnaires. Ils éloignent ainsi de l’entreprise les possesseurs de capitaux. Le prix des actions va baisser, les banques vont devenir plus exigeantes. L’entre­prise peut alors disparaître. Et le chômage augmente.

Telle est la réalité économique à laquelle doivent s’adapter toutes les entreprises du monde entier. Réalité confirmée chaque jour un peu plus par toutes les recherches actuellement réalisées sur l’économie.

L’entreprise a donc besoin de temps pour pouvoir travailler. Sans vision de long terme, sa gestion ne peut que devenir chaotique. Le locataire dont le propriétaire modifierait tous les 2 mois le loyer irait habiter ailleurs, le plus rapidement possible ! Le pouvoir ne peut pas changer impunément la structure d’une entreprise en sortant sans arrêt de nouvelles lois.

Par ailleurs, la France fait aussi partie du Marché commun européen, dont le Parlement est aussi élu tous les 5 ans. Les entreprises françaises subissent donc, en plus des contraintes issues du pouvoir politique français, les contraintes issues du pouvoir politique européen. Et elles sont nombreuses et importantes.

Il est évident que la survenue d’un événement particulier, comme des troubles sociaux graves ou un hiver trop rigoureux, peuvent contraindre le pouvoir politique à modifier la fiscalité pesant sur certaines entreprises.

Comme les pouvoirs politiques français et européens, qu’ils soient de droite ou de gauche, continuent à modifier la législation sans arrêt, en particulier du fait des pressions qu’ils subissent de la part de certains groupes d’électeurs, les entreprises sont déstabilisées. Le chômage augmente.

Le gouvernement français actuel semble, sur ce point, battre tous les records…

Enfin, en France, une modification de la loi ne remplace pas les lois déjà existantes. Elle s’ajoute, au contraire, à elles. Notre « Journal Officiel » est un immense volume, très difficile à lire, dont beaucoup de lois ont été rédigées à la hâte, sous la pression d’un événement particulier. Et ces lois se contredisent souvent. Beaucoup d’entreprises n’arrivent pas à s’adapter. Le chômage ne peut qu’augmenter.

Si l’on veut rendre les entreprises françaises plus compétitives, il faut cesser de modifier sans arrêt la législation les concernant.

Cette stabilité enfin retrouvée permettrait au chômage de diminuer.

Répondre

  • (pas publié)