Les nouvelles promesses fiscales de François Hollande

Les nouvelles promesses fiscales de François Hollande

Après avoir annoncé son intention de baisser les impôts en 2016, si nos finances le permettaient, 24 heures plus tard, François Hollande en faisait un engagement… quoi qu’il arrive !

Tous les Français ont compris qu’il était en campagne électorale pour les présidentielles de 2017, mais, contrairement aux nombreux engagements irréalistes de sa précédente campagne, cette promesse, étant donné qu’il est maintenant aux commandes, devra être concrétisée avant la date fatidique, s’il veut conserver une toute petite chance d’être réélu.

D’autant que son engagement sur l’inversion de la courbe du chômage, même avec un recours massif aux « emplois aidés fictifs », sera loin d’être respecté.

Il est certainement démagogue, mais pas idiot à ce point. Alors quelles sont ses possibilités pour tenir sa promesse ?

  • Faire, une nouvelle fois, le pari d’une nette reprise. Mais ce n’est pas le 0 % du second trimestre qui peut l’encourager, ni les 600 000 nouveaux chômeurs depuis son arrivée au pouvoir !
  • Augmenter le déficit et ne pas respecter ses engagements auprès des instances européennes. Mais je ne crois pas que nos partenaires soient prêts à une troisième dérogation, surtout après l’épisode grec.
  • Réduire les dépenses de l’État. Mais il aura déjà du mal à trouver les 15 milliards prévus en 2016, surtout au détriment de son électorat traditionnel que sont les fonctionnaires et en sachant que les rentrées d’impôt sont déjà en dessous des prévisions (-5 milliards) ! De toute façon, en ce domaine, les résultats ne pourraient pas venir avant 2018.
  • Augmenter la TVA en essayant de faire croire aux Français que ce n’est pas un impôt. Mais il lui faudra alors justifier sa décision de mener la même politique que Nicolas Sarkozy !

Il ne lui reste donc que deux solutions :

La première, mais ses chances sont assez limitées  : gagner au loto !

La seconde, qui me paraît plus crédible, d’autant qu’il ferait ainsi d’une pierre deux coups, c’est ce que lui suggèrent le PS et son premier secrétaire Cam­badélis : « réorienter » le CICE et affecter 20 milliards d’euros au pouvoir d’achat des ménages. Hollande pourrait alors respecter sa promesse et, en plus, calmer les frondeurs. Bien joué, non ?

J’en prends aujourd’hui le pari, car je sais que, malgré ses « patrons, je vous aime », Hol­lande n’hésitera pas une minute à trahir ses promesses aux chefs d’entreprises. D’autant que ce n’est pas, pour lui, un électorat acquis…

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • betsynette Répondre

    Le chef de la clique des menteur, promet de donner un petit plus aux sans dents aux retraites , je trouve qu’il ne donne pas il rend ce qu’il leur a volé, quant à donner aux fonctionnaires qui sont son fond de commerce, et qui sont loin de faire honneur au service public, c’est du gaspillage.

    26/08/2015 à 8 h 51 min
  • SOULAINE Répondre

    Il y a des élections en 2017 je crois ,donc hollande va arroser les sans dents ,les fonctionnaires qui sont contre l’état (AgnèsVerdier Moligné livre ) les retraités qui sont plein de Fric et qui votent à gauche la trouille au ventre ,et oui c’est bien ça car tout leur argent est au Credit comme ils disent !

    25/08/2015 à 15 h 41 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: