Les plans de relance relancent le chômage

Posté le novembre 08, 2012, 12:58
54 secs

2012. Coût du programme de la gauche pour les entreprises : 32,7 milliards d’euros ! 2013. Un crédit d’impôt de 20 milliards pour les entreprises ? Encore une usine à gaz étatique ! Echec garanti.

L’économiste Christian Saint-Etienne, dans une tribune publiée par Le Figaro du 25 mai 2012, estime que le programme du nouveau président de la République, François Hollande, coûtera aux entreprises 32,7 milliards d’euros de prélèvements supplémentaires.

Conséquence : la destruction de 200 à 300 000 emplois.

Les entreprises seraient soumises au « choc fiscal le plus violent qu’elles aient eu à subir depuis la Seconde Guerre mondiale ». Rappelons que le taux de marge (la rentabilité) de nos entreprises est parmi les plus faibles d’Europe, et que ce choc fiscal ne jouera pas en leur faveur…

 Ainsi, la conséquence de l’application du programme entraînerait, selon l’économiste, une perte nette de 200 000 à 300 000 emplois… De quoi alimenter un peu plus la cohorte des victimes du chômage.

 Les théories keynésiennes de relance par la dépense sont fausses. Ces théories « n’ont jamais reçu la moindre validation empirique » L’argent ainsi taxé ne peut plus financer les « achats ou investissements qui auraient été faits en l’absence desdits plans » Ces plans de relance (théorie de James Maynard Keynes) détruisent plus d’emplois qu’ils n’en créent… Hélas !

4 réponses à l'article : Les plans de relance relancent le chômage

  1. quinctius cincinnatus

    09/11/2012

    pourquoi ( sauce au ) diable voudriez vous que dans la grande cuisine économique internationale le chef Normand soit davantage subtil que le chef Hongrois ?
    les recettes diffèrent certes d’une pincée de poivre ( vert ) , mais la goulache reste toujours immangeable
    par quel tour de main Master Chief Dett va t il  » réduire  » la dette américaine ? au grill ? au tabasco ? …
    voila la grande question  » culinaire  » du moment

    c’était ma rubrique gastronomique … bon appétit fiscal mes chers convives

    Répondre
  2. JULES ET JIM

    09/11/2012

    Le passé de dettes éclairant l’avenir de déficits,nous voyons bien notre marche en avant contrariée par la logique économique implacable conduisant à la faillite.Non ! nous n’allons pas dans le mur..c’est le mur qui vient vers nous.

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    08/11/2012

    Le candidat Hollande passait pour un lunatique, passons, il faut de tout pour faire un monde,
    L’élu Hollande se comporte comme un fou furieux, faut-il un soulèvement de la classe productive?
    Les semaines à venir vont certainement apporter la réponse.

    Répondre
  4. Richard

    08/11/2012

    Et encore vous oubliez les « emplois d’avenir », plus de 25 milliards d’euros foutus en l’air d’ici a la fin de la mandature du président… ce gaspillage est écœurant.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)