Les socialistes n’aiment pas les riches !

Posté le décembre 19, 2012, 7:43
5 mins

C’est une évidence : les socialistes n’aiment pas les riches. C’est vrai de tous les socialistes du monde. C’est un peu plus vrai encore des socialistes français, car, à la différence des socialistes anglais ou allemands, ils n’ont pas vraiment pris le virage de la social-démocratie, et restent imprégnés de marxisme.

Cela s’est vu pendant la campagne électorale de François Hol­lande, notamment avec la promesse (désormais tenue) d’une tranche d’impôt à 75 %, qui, à elle seule, serait suffisante pour expliquer tous les départs vers la Suisse ou vers la Belgique. Cela continue à se voir avec la façon dont se trouvent dénoncés aujourd’hui ceux qui choisissent l’exil fiscal.

Ce seraient, nous dit-on, de « mauvais Français », des gens qui ne sont pas « patriotes », qui ne veulent pas « partager ». Jean-Marc Ayrault a même dit voici quelques jours : « Nous ne pouvons combattre la pauvreté si ceux qui ont le plus ne font pas preuve de solidarité ».

On pourrait répondre que, si Jean-Marc Ayrault s’intéressait vraiment aux moyens de combattre la pauvreté, il commencerait par cesser de combattre la richesse privée : au cas où il ne s’en serait pas aperçu (et je crains qu’il ne s’en soit pas aperçu), ce sont les investisseurs privés qui ont créé toutes les entreprises du pays.

Quand des investisseurs investissent de l’argent à bon escient, leur investissement est profitable, et ils deviennent plus riches qu’ils ne l’étaient auparavant, ce qui leur permet de faire d’autres investissements. S’ils placent de l’argent dans la finance, celui-ci contribue également à permettre des investissements, au sens où la finance repose essentiellement sur l’anticipation des risques, activité cruciale pour que les investissements se fassent d’une manière optimale (la finance peut se détraquer, bien sûr, quand des gouvernements la détraquent, comme lors de la création des « subprimes » aux États-Unis).

Quand un investissement est profitable, l’entrepreneur peut, à son tour, devenir riche et investir. Quand des gens sont riches et n’investissent pas, leur argent est, de toute façon, dans des banques qui ne le laissent pas dormir. Quand des gens riches consomment, ils font marcher l’économie et créent des em­plois dans tous les secteurs dans lesquels ils consomment. Ce sont les riches ou ceux qui aspirent à le devenir qui combattent la pauvreté, chaque heure, chaque jour.

Ce que prônent les socialistes, n’est pas un comportement généreux et moins encore « patriote » : c’est un comportement d’animal sacrificiel con­damné à se faire détrousser et censé se montrer consentant. Partir du présupposé que l’argent confisqué par le gouvernement est mieux utilisé que l’argent privé équivaut à dire que le gouvernement est mieux à même de créer des emplois et de la croissance.

L’histoire et l’analyse économique montrent que l’argent confisqué par le gouvernement est plus souvent gaspillé que l’argent privé et que, plus un gouvernement confisque l’argent privé, moins un pays a de croissance.

Les riches qui quittent la France contribuent bien davantage, en gardant leur argent et en l’utilisant pour créer de la richesse supplémentaire, à combattre la pauvreté que le gouvernement.

En fustigeant les riches, en suscitant la crainte des investisseurs privés, les socialistes accroissent le nombre des chômeurs et des pauvres, ce que montrent les chiffres, mois après mois.

Ils n’en prétendent pas moins, bien sûr, vouloir « aider » les chômeurs et les pauvres en créant de nouvelles et maigres assistances, et en redistribuant la pénurie. Tel a été l’objet du récent « plan contre la pauvreté », qu’il aurait mieux valu appeler « plan pour la pauvreté ».

Je l’ai déjà écrit, les socialistes aiment les pauvres. C’est pour cela qu’ils les multiplient. Quand il y a beaucoup de pau­vres et que les riches s’en vont, quand les caisses sont plus que vides, on emprunte, quand on ne peut plus emprunter, que fait-on ? La réponse viendra très bientôt.

42 réponses à l'article : Les socialistes n’aiment pas les riches !

  1. Jaures

    22/12/2012

    Toni, j’ai beau réfléchir, je ne vois vraiment ce que j’ai pu faire de si hostile envers les autistes ou autres personnes souffrant de handicap.
    Je rappelle ici que la CGT se bat au quotidien pour que les employeurs respectent l’obligation d’embauche de 6% d’handicapés Ceux-ci sont les premiers touchés par le chômage et le manque de formation. La CGT participe chaque année aux rencontres interprofessionnelles sur l’emploi des personnes handicapées et négocie fermement pour que leurs droits soient étendus.
    Qu’attendez-vous donc de plus ?

    Répondre
    • Toni

      23/12/2012

      Jaures, ce n’est pas vous personnellement que je mets en cause mais je constate que certains de ces syndicats ont défendu de mauvaises pratiques de prise en charge de ce handicap au cours des 30 dèrnières années …
      La psychanalyse n’est pas la qolution pour les handicapés autistes, là j’avertis les autres qu’ils jettent leur argent par les fenêtres.

      revenons en à la CGT et FO, lors d’assemblées générales d’associations départementales j’ai pu assister de prêt à leurs méthodes pour les éléctions internes entre autres le trucage de pouvoir de représsentation …

      Permettez moi de vous dire mr le syndicaliste que certains d’entre vous dans ces syndicats sont plus des parrains de la mafia.

      Sinon, mettons par le plus grand des hazards que vous soyez mon délégué syndical à Florange pour Arcelormittal …
      Et bien franchement en voyant la tête qu’ils avaient et les propos qu’ils ont tenu devant les caméras de télé, franchement je ne tiens pas vraiment à ce que vous me représentiez pour défendre mes intérêts ….
      La raison est que je ne veux pas passer ou que l’on me fasse passer pour un imbécile …

      Inspirez vous de vos collègues allemands ou scandinaves et peut être que je prendrai ma carte dans un syndicat un jour. Mais en l’état actuel des choses, c’est non.

      Maintenant que vous le vouliez ou non, ce sont bien les riches et les classes moyennes qui paient par leurs impôts le modèle social français … Si ils s’en vont tout s’écroule …

      Répondre
      • Jaures

        24/12/2012

        Toni, je doute que quelque délégué syndical ait à ce titre pris position sur la valeur de telle ou telle thérapie contre l’autisme. Les médecins ne sont eux-mêmes pas d’accord entre eux. Nous nous contentons de faire notre travail en oeuvrant pour l’insertion des travailleurs handicapé et que leurs droits soient respectés et, croyez-moi, rien que ça ce n’est pas de la tarte !
        Pour le reste, les délégués syndicaux sont élus. Rien ne vous empêche de choisir telle ou telle enseigne. A l’intérieur des centrales, des voix divergent selon les fédérations. Au sein même des entreprises existent des débats contradictoires.
        Ce qui est sûr, et je parle d’expérience, c’est que ceux qui regardent de haut les délégués syndicaux se précipitent dans les permanences dés que s’annonce un plan social. Et demandez-vous si, sans lutte, les ouvriers de Florange auraient encore une fiche de paye.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          24/12/2012

          habituelle ( où donc avais je donc les ailes ? )

          Répondre
        • Toni

          24/12/2012

          Merci Jaures mais si un grand groupe met la clef sous la porte, je ne m’imagine pas aller dans une de ces permanences … qui dans certains cas se terminent par des saccages en règle.

          Même si ce n’est pas systématique, rien que l’idée du fait que ça puisse se produire me commande de rester à l’écart de ces mouvements.

          Inspirez des syndicats allemands et scandinaves et peut être que les autres ici vous accorderont plus de crédibilité.

          Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/12/2012

      les premiers touchés par  » le manque de formation  » ?
      étonnant ; la majorité de handicapés ( ayant un Q.I. normal ) sont d’une façon habituel plutôt  » sur-diplomés  »
      c’est du moins mon expérience …mais professionnelle , pas statistique *

      * à propos de  » statistique  » cette  » bonne  » histoire anglaise :

       » les statistiques sont au raisonnement , ce que le reverbère est à l’ivrogne : il le soutient plus qu’il ne l’éclaire

      Répondre
    • Lhagosh

      12/01/2013

      La CGT est une organisation nuisible, qui vit de la misere des gens. Elle detourne des milliards d’euro de l’etat et se paye de tres beaux chateaus avec… J’invite a l’expulsion de tous ces gens des entreprises ou ils sont la premiere cause de probleme.
      Un ancien de la cgt…

      Répondre
  2. Toni

    22/12/2012

    Jaures a écrit : « Bref, ce discours n’est qu’un moyen de pression des plus riches pour obtenir encore plus d’avantages et s’exonérer de la participation à l’effort collectif. »

    Sans être riche mr le syndicaliste, je suis porteur d’un handicap léger et j’ai dans mon entourage un proche très handicapé.

    Je ne veux pas de vous, de votre système, de vos syndicats … En fait si ils pouvaient dégager de ma vie ça m’arrangerait et m’éviterait d’avoir à planifier un départ sauvage et à la va vite sauve qui peut du pays France.

    Non seulement vous gonflez tout le monde en faisant du flooding mais en plus vos collègues et votre gauche franchouillarde détruit les familles qui ont des proches atteint du handicap autisme.

    On se résume, vous embêtez (pour rester poli) les entrepreneurs, les internautes ici présents et finalement vous avez fait vous et votre parti de gauche des dégâts inimaginables dans certaines familles qui ont des proches autistes.

    Venant de la parole d’un handicapé léger, j’informe ici les autres internautes que beaucoup d’entre nous issus de familles avec « autisme » ne veulent pas du syndicaliste de service dans leur vie … Jaures, les autres internautes apprendront avec plaisir qu’ils jettent leur argent par les fenêtres … Quant on voit la gestion du handicap autisme en France, les internautes comprendront comment on jette leur argent par les fenêtres …

    Répondre
  3. BRENUS

    21/12/2012

    Puis je suggérer une petite idée au webmaster/controleur des commentaires(4V)? Réserver une file spéciale a Jaurès pour lui permettre de sépancher à souhait durant son temps prétendu de travail, plutôt que de saturer la place à loisir. S’il estime que cette mesure relève de l’apartheid à son égard, alors j’assume pleinement. Qu’il reste dans son bantoustan de gauche où l’on n’aime en fait que les riches de son bord. Un peu comme les gays dans le Marais qui semblent ne se sentir bien qu’entr’eux.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22/12/2012

      vous êtes dur avec @ Jaurès
      il a l’onction du jésuite certes mais est d’une politesse parfaite ( trop peut être )
      en ce moment nous éduquons le sieur @ A.Z. pour à défaut de lui donner de bonnes manières sociétales du moins de modérer ses imprécations
      vous voyez que le blog a une fonction de bonne éducation

      Répondre
    • Toni

      22/12/2012

      Il va devenir nécéssaire de prendre le taureau par les cornes avec ce syndicalisme genre Khmer rouge …

      Sinon merci de la suggestion, elle vient de me remonter le moral.

      A part cela et sauf évènements de grande ampleur, je crois que le syndicaliste devra faire un peu plus que faire le schtroumph moralisateur dèrrière un écran plat si il veut vraiment empêcher l’exil fiscal.

      Les Jaures, ils pullulent sur les forums pour vomir leur haine « des riches » et d’ailleurs tout ce qui n’est pas comme eux en fait … Si ils veulent vraiment fermer les frontières, et bien je crois qu’il va falloir qu’ils lèvent leurs grosses miches de devant l’écran d’ordinateur.

      Dèrnier point, si vous avez un souci financier ou de santé en France, ne demandez pas l’aide de la gauche française … En ayant fait l’amere expérience, il vaut mieux aller voir si l’herbe est plus verte chez les voisins.

      Le syndicaliste m’a dit que ma qualité de vie serait moindre ailleurs, c’est possible … Mais à mon avis les gens vont quitter la France non pas pour s’enrichir mais parce qu’ils ne supporteront plus la mentalité franchouillarde marxiste léniniste, c’est mon cas.

      Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    21/12/2012

    Le monde d’après Jaures.

    Problème pour les surdoués en maths: la population de la France est de 65 millions. On admet (???) que la Pologne a touché 85 milliards d’euro de subventions de l’EU. Par rapport à sa population la France aurait donc du recevoir la somme de 1000 milliards d’euro.
    Calculer la population de la Pologne à partir de ces données.

    PS: Il est strictement interdit d’utiliser la calculette et de copier sur son voisin.

    Pour l’heureux gagnant il est prévu une visite d’un immeuble célèbre rue de solférino à Paris. Le masque à gaz et l’équipement de survie seront distribuéssur place. Inutile de se faire du souci!

    Répondre
  5. Jaures

    21/12/2012

    Galahad, je vais essayer de vous répondre sans être accusé de floodage.
    En ce qui concerne la fiscalité, je ne sais ce qui est moral ou immoral. L’objectif actuel de la fiscalité est avant tout de réduire les déficits sans nuire à la croissance. En ce sens deux thèses s’opposent: soit limiter les prélèvements et tout baser sur les économies, soit maintenir une qualité de services publics, un certain niveau de prestations sociales et donc augmenter les prélèvements notamment sur les plus riches. Si la fiscalité comme vous l’entendez permettait de sortir mécaniquement de la crise, les pays qui s’en rapprochent devraient au moins bien mieux se porter. Est-ce le cas ?
    En fait les pays qui tirent leur épingle du jeu sont ceux qui disposent de matières premières ou d’un système financier sulfureux. Concernant les auteurs que vous citez, j’ai à de nombreuses reprises donné les références de leurs fourvoiements et ne puis donc le faire une fois de plus. Veuillez donc vous référer à la rubrique archives.
    J’espère, cher webmaster, que vous rendrez grâce à mes efforts mais avouez que je suis sollicité.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21/12/2012

       » l’objectif actuel de la fiscalité est avant tout de réduire les déficits SANS NUIRE à LA CROISSANCE  »

      @Jaurès , c’est bien la première fois que je vous vois faire dans l’HUMOUR !

      c’est aussi fin , léger et spirituel que du Bedos !

      à votre décharge il faut tout de même admettre que nous avons depuis peu un concept économique nouveau :

      LA CROISSANCE NEGATIVE

      Répondre
    • Toni

      22/12/2012

      Il serait peut être souhaitable que vous et vos collègues mr le syndicaliste compreniez que personne ne vous doit rien … et que le monde ne tourne pas autour de vous.

      Répondre
  6. Shadok

    21/12/2012

    Le monde n’a pas attendu l’arrivée des  » Lumières  » pour exister et penser.

    Ceci dit, il faudrait rappeler que les  » Lumières  » n’ont pas commencé en France mais bien en Angleterre en 1688 soit un siècle avant la France.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/12/2012

      arrogance et nombrilisme sont les deux mamelles des Intellectuels Français !

      Répondre
  7. Shadok

    21/12/2012

    Les socialistes divisent le monde en deux.

    D’un côté les impurs et de l’autre les purs ( eux-mêmes )

    Voilà pourquoi Chesterton disait que « le monde est plein d’idées chrétiennes devenues folles ».

    Répondre
  8. Galahad

    21/12/2012

    Correction importante sur mon commentaire précédent : je ne pense évidemment pas que l’Irlande soit un modèle en tous points. Je ne pense pas non plus que M. Salin, pour ne prendre que cet exemple, ait recommandé de suivre la politique budgétaire qui a accompagné le boom économique irlandais et qui s’est traduite par l’explosion de la dépense publique au cours des années 2000.

    Répondre
  9. Galahad

    21/12/2012

    Jaurès,
    Avant tout, merci pour votre réponse, bien plus courtoise que mon commentaire.
    Juste quelques points en vrac :
    – le principal grief que j’ai contre la fiscalité socialiste, c’est son immoralité — qu’elle soit de surcroît inefficace voire contre-productive est à mes yeux évident mais presque secondaire; quand je parle d’inefficacité, je parle d’inefficacité relativement aux objectifs affichés, à savoir le retour de la croissance et la diminution de la pauvreté ; je ne conteste évidemment pas que cette politique fiscale soit de nature à préserver à ceux qui la mettent en oeuvre certaines clientèles électorales et certains appuis intellectuels qui comptent, et soit donc de nature à leur permettre de garder le pouvoir.
    – je ne pense pas qu’une fiscalité moins démagogique (ce qui me parait une description plus exacte que « moins défavorable aux riches ») sortirait mécaniquement la France de la crise, qui a d’autres sources — mais une fiscalité stable, simple et sans niches serait déjà un pas considérable dans la bonne direction, oui (aucune chance que la preuve nous en soit administrée chez nous, cependant, je pense que nous serons d’accord sur ce point)
    – j’avoue ne pas me souvenir que Trémeau, Millière et Salin nous aient présentés l’Espagne et l’Irlande comme modèles à suivre en tous points, mais à mon sens, s’agissant de l’Irlande, ils auraient eu raison de le faire
    – ils n’avaient pas prévu la crise des subprimes, dites-vous. Soit. Et ? Vos amis de gauche oui ?

    Répondre
  10. Jaures

    20/12/2012

    Ne vous excusez pas, cher Bibewbew, vous vous exprimez tout à fait correctement.
    Tout d’abord, je ne donne pas ici de leçons sur ce qui doit ou ne doit pas être fait dans tel ou tel pays. Je peux observer les expériences et en tirer des conclusions mais toujours en sachant que l’Economie est une science inexacte et que ce qui fonctionne (ou pas) dans un contexte donné aura des conséquences différentes en un autre contexte. Ce que j’ai souligné c’est que les libéraux français ont milité pour que la France imite l’Irlande. Relisez les éditos de Tremeau aux 4V avant 2007 et vous comprendrez. De même, P.Salin, le chantre français du libéralisme mettait à l’époque l’Irlande dans son « triptyque gagnant ». C’est ce discours péremptoire qu’il m’importait avant tout de dénoncer.
    Pour le reste, je ne partage pas tout à fait votre analyse. Tout d’abord, le discours des libéraux sur l’accession à la propriété est ambivalent. Certains avancent que la propriété responsabilise et qu’il faut l’encourager, d’autres qu’elle nuit à la mobilité.
    Ensuite, avant tout optimisme sur la situation de l’Irlande d’aujourd’hui, je me dois de vous rappeler qu’elle a reçu une aide de l’Europe de 85 milliards,Rapporté à la population, c’est comme si 1000 milliards avait été accordés à la France ! Je rappelle également que c’est l’Irlande qui durant 30 ans a reçu le plus de subsides de l’Europe. Il est regrettable que cet argent ait avant tout servi au dumping fiscal. D’autant qu’aujourd’hui, c’est la Pologne qui joue le même jeu et vous pique quelques sièges sociaux comme Dell.
    Enfin, la situation de l’Irlande est loin d’être brillante. Ainsi, si une croissance de 0,5% est prévue, elle suivrait 4 années de récession (Près de 12%), le déficit dépassait 10% du PIB en 2011 et la dette 120% du PIB.
    Je ne sais si les Irlandais sont optimistes mais en 2012, d’après The Guardian,ce sont 75000 Irlandais qui auront émigré.Rapporté à la population c’est comme si près d’un million de Français étaient partis en 1 année ! (Or c’est seulement 1 Français qui est parti avec ses millions.)
    Je ne sais si tout cela est la faute du libéralisme ou non mais il est avéré que ce qu’ils se choisissent comme modèles ne font guère leurs preuves à moyen terme.
    Que cela incite au moins à l’humilité.

    Répondre
    • 21/12/2012

      Jaures vous avez répété une fois de plus vos arguments sur l’Irlande et l’Espagne, tout le monde a compris, je ne validerai plus les nouveaux messages dans lesquels vous le faites à nouveau. Les considérant comme du « floodage ».

      Répondre
  11. Grepon

    20/12/2012

    Mais c’est bien simple. La France n’a qu’a annexer quelques voisins bien proches comme Monaco, Geneve, la ville ou cyrano de Bergerac c’est refugier, imposer les residents comme un Jaures sentirait comme juste, est toute irait pour le miieux dans le meillieur des mondes. Si cela suffira pas bien evidemment la France pourrait enmurer quelques banlieux couteux et puis s’agiter a l’onu a ce que ces territoires soient reconnus comme des etatelettes, ages vote sur le machin drwadelommeux du machin.

    Répondre
  12. bibewbew

    20/12/2012

    Chère Jaurès,
    J’habite en Irlande.
    Le model économique adopté par l’Irlande n’est pas parfait mais je trouve que c’est un des modèles les plus adapté pour ce pays.
    Les français ont régulièrement critiqué l’Irlande pour son dumping fiscal alors que l’Irlande n’est pas du tout un paradis fiscal. L’Irlande a une fiscalité pro entreprise, différence. Dans les années 80, il y’avait des impôts élevé en Irlande et l’économie était dirigé et le marché était rigide. Résultat: tôt de chômage élevé, état ruiné et aucune croissance. Dans le début des années 90, le gouvernement a baissé les impôts sur les sociétés de façon drastique, a investi massivement dans l’éducation, les universités sont toutes indépendantes. S’en est suivi une croissance solide avec réduction du chômage et augmentation des investissements extérieurs.
    Les problèmes actuels de l’Irlande sont du a la bulle immobilière. La cause de la bulle immobilière, a mon opinion, n’est pas le libéralisme économique ou un excès de libéralisme. En fait il y a plusieurs facteurs:
    -culturel: tous les Irlandais veulent être propriétaire (les statistiques confirment)
    -démographique: la plus forte natalité d’Europe (principalement des Irlandais de souche)
    -très forte immigration pendant le tigre celtique
    -Euro: argent pas chère et taux d’intérêt inadapté à l’économie Irlandaise
    -Spéculation des banques sur la bulle immobilière
    -Politique gourvermental (désastreuse!) d’encouragement et d’incitation (financière parfois) de la population à s’approprier de l’immobilier.
    C’est bien un mélange de divers facteurs, certains qui étaient hors du control des Irlandais et d’autres dont les Irlandais sont entièrement responsables. Dire que c’est la faute du libéralisme, c’est un mensonge de l’état pour justifier l’augmentation de son poids dans l’économie.
    Les 4 dernières années ont vraiment été mauvaises pour les Irlandais mais aujourd’hui les fondamentaux sont bons, l’Irlande peut emprunter sur les marchés. La dette devient contrôlable. On bat notre record d’exports tous les ans. On va avoir une croissance positive en 2012 et 2013. La stratégie économique est resté plus ou moins la même. Le taux d’impôts sur les sociétés est resté à 12% (les Irlandais ont résistés contre les pressions extérieures et c’est une bonne chose). L’ambiance de crise est passée. Les gents sont positifs sur l’avenir du pays.
    Je maintiens que le modèle Irlandais est un bon modèle de développent.

    Bibewbew

    PS: Désolé pour les fautes, je suis un peu rouillé!

    Répondre
  13. HansImSchnoggeLoch

    20/12/2012

    Au webmaster des 4V.
    Je pense que vous constaterez que vos voeux ne se réalisent pas!

    Répondre
  14. HansImSchnoggeLoch

    20/12/2012

    Oui quand on voit ce qui est fait avec l’impôt on ne peut constater que de la crasse. Quand on verra ce qui a été fait avec plus d’impôts on constatera que la crasse a augmenté d’une strate. Donner du bon argent à des incompétents est tout juste un appel du pied à augmenter ces impôts.
    Conclusion, pour vivre sans soucis, ne plus rien faire du tout. il n’existe pas encore un impôt de rien, à moins que je ne me trompe. Avec les socialauds on n’est jamais sûr de rien.

    Répondre
  15. HansImSchnoggeLoch

    20/12/2012

    Eh bien l’express est à côté de la plaque, ce n’est pas la première fois d’ailleurs.
    Peut-on déjà faire confiance à un baveux comme celui-là? Oui si on veut rester bête et méchant.
    Il est bien connu pour quel bord l’express roule!

    Répondre
  16. Jaures

    20/12/2012

    Galahad, je n’ai jamais écrit que la situation de l’Espagne ou de l’Irlande avait un rapport avec l’ISF. J’ai simplement souligné que les modèles que les libéraux nous invitaient à imiter (relisez les écrits de Tremeau, Millière, Salin,…) en raison de leur politique économique se sont effondrés. La France n’est certes pas en très bon état mais pensez-vous qu’une fiscalité plus favorable aux riches comme en Irlande, au RU ou en Espagne la sortirait mécaniquement de la crise ?
    Une fiscalité juste est bonne pour le lien social mais la performance économique dépend de ce qui est fait de l’impôt.
    Et en ce qui concerne les subprimes, je vous mets au défit de trouver dans les écrits de Millière la moindre mise en garde antérieure à la faillite de Lehman Brothers.
    Hans, voici l’étude en question:
    expansion.lexpress.fr/economie/pres-d-un-millionnaire-sur-dix-vit-en-france_240492.html

    Répondre
  17. Galahad

    20/12/2012

    « Jusqu’en 2007, les mêmes admiraient Bush qui avait encore diminué les impôts des plus riches »
    N’importe quoi. Tout le reste est à l’avenant. Comme si la chute de l’Espagne oude l’Irlande était dû à la suppression de l’impôt sur la fortune ou à la (relative) faiblesse de l’impôt sur les sociétés…

    « Que les libéraux se souviennent d’un certain Turgot (dont Millière présida un institut à ce nom) qui se bâtit pour obtenir l’égalité devant l’impôt quand les privilégiés entendaient s’en exonérer. »
    La seule égalité devant l’impôt qui vaille, c’est la proportionnalité. Le reste, c’est du socialisme, c’est à dire la démagogie crasse, l’excitation de la haine de celui qui réussit mieux, de l’envie et du ressentiment.
    Gardez votre bullshit pour vos réunions de cellule du PS.

    Répondre
  18. HansImSchnoggeLoch

    19/12/2012

    La france, enfer fiscal par excellence, pense qu’en plumant journalièrement les poulets ou les pigeons que les plumes repousseront plus vite que les mauvaises herbes dans un potager.
    Un gros poulet vient de s’échapper de la cage et que voilà les sangsues et profiteurs de tous bords de hurler à la trahison.
    Puisse mes voeux de réussite accompagner ce poulet et que son exemple fasse école sur d’autres qui décamperont aussi à l’avenir.
    C’est en asséchant la manne dont se nourissent les socialauds et socialeux de droite comme de gôche que ce pays pourra enfin se redresser.

    Répondre
  19. dissident

    19/12/2012

    le syndicaliste ne parlez pas trop des « privilegies » vous avez trop l air d eb faire partie alors n allez pas trop sur ce terrain laquant a l article de mr Milliere il ne dit que des verites, je pense que si le pouvoir continue comme ca, il n arrivera pas tres frais sur la ligne d arrivee en 2017!

    Répondre
  20. Jaures

    19/12/2012

    erratum: lire « qui se battit », bien entendu, et non « qui se bâtit ».

    Répondre
  21. Jaures

    19/12/2012

    « plus un gouvernement confisque l’argent privé, moins un pays a de croissance. » C’est ce genre d’assertions qui amenait les libéraux (ici Millière ou Tremeau) à nous inciter à imiter l’Irlande dont la fiscalité envers les entreprises était, pour eux, un modèle.
    Jusqu’en 2007, les mêmes admiraient Bush qui avait encore diminué les impôts des plus riches: cela ne pouvait qu’amener croissance et prospérité.
    En Europe, outre l’Irlande, on encensait l’Espagne qui supprimait l’impôt sur la fortune, baissait les charges et dont le budget était en équilibre.
    Il ne reste rien de tout cela. Ceux qui nous demandaient d’imiter l’Irlande ou l’Espagne n’en disent plus un mot et les néoconservateurs sont allé chercher une loi vieille de 30 ans, dont ils n’avaient jamais parlé auparavant, pour expliquer la déconfiture financière mondiale.
    En fait, le soi-disant départ en masse des riches est une fable. Certes, certains trouvent plus avantageux tel ou tel régime fiscal dans leur situation particulière (sportif, artiste) mais cela a toujours existé: Aznavour est parti en 1972 alors qu’il n’y avait ni ISF, ni surtaxe de 75% et concerne toutes les nationalités. Et la question à se poser est pourquoi les exilés choisissent plutôt la Suisse que les Etats-Unis, par exemple, où le fisc est également attrayant pour les riches, notamment depuis les lois Bush. La réponse est simple: la Suisse a le meilleur secret bancaire du monde. C’est pourquoi l’argent de Delon ou de la famille Peugeot y fructifie discrètement aux côtés de celui de dictateurs, mafieux russes, affairistes, islamistes,…
    Quant à la Belgique, elle est attractive pour les rentiers qui souhaitent léguer leurs biens sans payer d’impôts. Pour les actifs, c’est une autre histoire: l’impôt sur le revenu belge est bien plus rude que le français.
    Enfin, si la France persécutait ses riches, elle ne serait pas au 3ème rang mondial des terres d’asile des millionnaires (étude du Crédit Suisse 2010).
    Bref, ce discours n’est qu’un moyen de pression des plus riches pour obtenir encore plus d’avantages et s’exonérer de la participation à l’effort collectif. Car à compter de quel montant les plus riches accepteront de payer l’impôt ? Est-ce à eux de le fixer ou au suffrage universel ? A combien Depardieu estime-t-il sa nationalité française ?
    Que les libéraux se souviennent d’un certain Turgot (dont Millière présida un institut à ce nom) qui se bâtit pour obtenir l’égalité devant l’impôt quand les privilégiés entendaient s’en exonérer.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20/12/2012

      tout faux !
      la pauvreté ne se distribue pas !

      Répondre
    • Dr H.

      20/12/2012

      Je savais bien que Jaurès travaillait à Bercy (et peut-être même au SNUI) : « si la France persécutait ses riches, elle ne serait pas au 3ème rang mondial des terres d’asile des millionnaires » !
      Bon sang mais c’est bien sûr… tous les jours de riches Belges, Suisse et Anglais s’installent chez nous, juste pour le plaisir de se faire piquer 1,8 % de leur fortune tous les ans.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        20/12/2012

        je n’y avais pas pensé !
        pour haïr à ce point ceux qui gagnent parfois péniblement leur vie par un travail constructif , il fallait bien en effet qu’il appartienne à la caste des inquisiteurs des finances qui sont généralement les premières victimes de leurs révolutions ! ( heureusement )… et pour avoir autant de temps à ne rien foutre également !

        reste le cas @ A.Z. …. sans doute lui aussi petit inquisiteur des phynances

        Répondre
    • Dr H.

      20/12/2012

      Turgot suggérait surtout que l’Etat cessât de financer des parasites privilégiés. A l’époque c’étaient les courtisans. Aujourd’hui ce sont les fonctionnaires (deux fois plus nombreux chez nous que dans les pays comparables…)

      Répondre
      • Jaures

        20/12/2012

        Exemple de pays comparable, le Royaume-Uni: même population mais 2 fois moins de fonctionnaires, un coût du travail inférieur de 30%, pas d’ISF,…
        Pour une meilleure croissance ? Moins de déficit et d’endettement ? Un niveau de vie supérieur ?

        Répondre
        • Dr H.

          24/12/2012

          En tous cas pas plus mauvais que le nôtre. Que je sache, il y a plus de jeunes Français entreprenants partis à Londres que de jeunes Anglais à Paris. Et surtout un pays respirable, où la haine, la jalousie et l’envie mesquine, ne structurent pas la vie politique…

          Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20/12/2012

      pas l’ombre d’un millionnaire étranger dans ma commune !
      par contre un certain nombre d’exilés ( j’y pense voyez vous ) !

      qu’ils investissent dans les palaces , les boutiques de luxe etc …est une chose , mais qu’ils RESIDENT FISCALEMENT en France en est une autre

      à moins que Monaco soit en …FRANCE

      Répondre
    • Dr H.

      25/12/2012

      Jaurès a dit : »Si la France persécutait ses riches, elle ne serait pas au 3ème rang mondial des terres d’asile des millionnaires (étude du Crédit Suisse 2010). » Mais statistique probablement biaisée par le fait que la France a un super outil de recensement des « riches » : l’ISF ! Quand on installe plein de radars, on trouve plus de gens qui roulent vite… Moi je ne fais pas de statistiques, mais je traverse Paris, Bruxelles, Londres ou Genève en comptant les voitures de luxe. Il n’y a pas photo, la France n’en est pas encore à la Trabant, mais y voir une Aston-Martin ou une Rolls est devenu tout à fait exceptionnel par rapport aux autres capitales du monde.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)