Les sojas de Lula

Posté le décembre 06, 2003, 12:00
6 mins

Il y a un an, Lula da Silva a été élu président du Brésil. Avant d’être élu, Lula et son parti des travailleurs n’hésitaient pas à utiliser la violence pour s’opposer à la Mondialisation et aux OGM. Lula, à la différence de José Bové, a joué le jeu démocratique. Il s’est présenté devant les électeurs et a fait une excellente campagne électorale, contre la mondialisation et les OGM. Il a été élu, à la grande joie de tous les milieux anti-mondialistes et anti-OGM français. On allait enfin voir qu’il existait un « altermondialisme » possible.

Malheureusement, le Brésil est gros producteur et gros exportateur de soja et une multinationale américaine a mis au point depuis des années une graine de soja génétiquement modifiée. Le soja étant une plante auto-féconde, le risque de pollinisation des sojas classiques par le soja transgénique est pratiquement nul. Les Américains ont étudié les incidences éventuelles d’un soja transgénique sur la santé ou l’environnement. Le risque semble si faible qu’ils ont autorisé sa culture aux USA. Puis, le Canada, le Paraguay ou l’Argentine ont suivi.

Le Brésil avait interdit la culture du soja transgénique américain. Mais les avantages de cette graine sont très importants. On sème le soja sans avoir besoin de retourner la terre, ce qui économise bien des fatigues et évite l’érosion du sol. Alors que trois herbicides sont nécessaires pour le soja conventionnel, un seul est utile pour le soja transgénique, ce qui réduit le travail, les dépenses et la pollution. Le soja transgénique a un rendement de 30 % supérieur au soja conventionnel. Ainsi le prix de revient du soja transgénique est le tiers du prix de revient du soja ordinaire.

La culture du soja transgénique étant interdite au Brésil, les agriculteurs brésiliens sont allés acheter au Paraguay et en Argentine les graines de soja transgénique mis au point par Monsanto et l’ont importé clandestinement au Brésil. Le pays est immense, les frontières très longues et les contrôles de l’administration pratiquement impossibles à réaliser. Toute une production illégale du soja s’est mise en place, difficile en plus à réprimer par la justice. Donner une amende ou mettre en prison un paysan est difficile…

Lula, le militant anti-mondialisation, le militant anti-OGM arrivé au pouvoir, mesure les conséquences économiques et sociales que peut avoir l’interdiction de culture du soja transgénique. Le soja représente 13 % des exportations brésiliennes, et d’immenses marchés, comme la Chine, vont devenir acheteurs. Le soja conventionnel coûte trois fois plus cher à produire et pollue bien plus que le soja transgénique. Lula n’a pas hésité longtemps. Ce que mangeaient les bestiaux américains, les bestiaux brésiliens pouvaient bien le manger. Il a rendu légale la culture du soja transgénique au Brésil. Au lieu d’augmenter le nombre des policiers en mettant au chômage ses agriculteurs, Lula supprime des contraintes et rend ses agriculteurs bien plus riches… . « Être contre les biotechnologies, c’est comme être contre les mathématiques » dit-on maintenant dans l’entourage de l’ancien militant marxiste au pouvoir. Et le Brésil achète des OGM aux Américains, et le Brésil cultive des OGM, et le Brésil inonde le marché mondial d’OGM.

Cette décision lui permettra de faire augmenter plus rapidement le niveau de vie des pauvres Brésiliens.

Le marxiste Lula, en tirant sur la mondialisation et les OGM à boulets rouges, vise en fait le capitalisme et les Américains. Le militant marxiste avait perdu son cheval de bataille : la lutte des classes. Il avait retrouvé avec la Mondialisation et les OGM un merveilleux autre cheval de bataille contre le capitalisme. Car Lula sait que ses électeurs ont viscéralement peur du changement. Et la mondialisation et les OGM changent tout…

Lula n’est pas qu’un militant marxiste. Il vient de montrer qu’il est aussi un homme d’État, capable de servir le bien commun. Sa ministre de l’Environnement en a pleuré. Mais il serait bien intéressant de savoir ce que pensent aujourd’hui ses électeurs, après ce tournant à 180°.

Article précédent

La guerre n’est pas finie

Article suivant

Une autre Europe !

2 réponses à l'article : Les sojas de Lula

  1. Samuel

    25/02/2007

    Bonjour a tous

    Merci beaucoup pour avoir publie cet article  qui dit long sur l’avenir que represente le soja pour les petits  planteurs africains.  Nous aimerions exporter le soja mais nous ne trouvons pas de debouche pouvez vous nous donner des contacts ou servir d’intermediaire pour nous. Nous vous assurons des produits de qualite et des livraison regulieres.

    Merci pour votre comprehension, feliciation et du courage.

    Samuel

    Répondre
  2. Chavalier de la Liberté

    06/12/2003

    Lula a aussi fait une réforme des retraites contre les fonctionnaires!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)