Les sources du malaise social français.

Posté le novembre 01, 2010, 12:00
3 mins

Le malaise social en France est devenu global, car le Français est en proie à la fois au doute et à des harcèlements croissants :

– Le doute sur une information à la fois masquée et souvent déformée ;

– Les craintes pour sa vie professionnelle, familiale, sociale ;

– La perte de confiance dans la politique et la hiérarchie professionnelle.

  • D’abord l’information. Comment croire à une inflation 0, alors que l’INSEE ne compte le logement que pour 6 % du budget mensuel et que les impôts locaux ont explosés ? Est-il excessif de dire que pour le Français moyen, l’inflation se mesure à l’évolution de sa taxe foncière et de sa taxe d’habitation ?

  • Deuxième sujet sensible, «  l’immigration contrôlée ». Comment ne pas douter, alors que l’on annonce la construction prévue de 300 mosquées, que 20 % des jeunes ne maîtrisent pas la lecture et que le chômage dans les zones sensibles dépasse les 40 % ?

  • Parlons surtout des craintes économiques de nos concitoyens. Les 600 000 nouveaux chômeurs de 2009 tétanisent le corps social. 10 % de chômage officiel, cela reste un pourcentage flou. Deux ou trois millions de sans emplois, c’est l’ensemble du corps social qui est ébranlé. Avoir confiance et retrouver l’espérance sont les conditions au retour de la croissance.

La sécurité économique du lendemain ne doit pas devenir une incertitude et à fortiori une angoisse. Elle est évidemment dominante par rapport à la montée de la délinquance, qui devient un signe visible du trouble qui imprègne le corps social.

Du côté des entreprises et des administrations, la confiance s’affaiblit aussi. Il faudrait être fier de son travail, de ses supérieurs, de ses patrons, de l’Etat.

Tout cela est à reconstruire :un vrai défi qui transcende Copenhague puisqu’il implique la nation, la morale, le religieux. Officiellement l’intégration est en marche, l’inflation est nulle, le pouvoir d’achat progresse depuis 20 ans, la Turquie devrait adhérer à l’Europe, la mondialisation est une chance, etc. Cela tourne à indigestion.

Que demandent nos concitoyens ? Ils voudraient la vérité des chiffres, un discours mobilisateur, une nation où ils se retrouvent, une vraie croissance, de vrais emplois. En un mot : croire en l’avenir.

8 réponses à l'article : Les sources du malaise social français.

  1. grepon

    03/11/2010

    Desormais la France peut se sentir confortee qu’un autre pays beau et mondialement admire pour tant de choses, la Californie, a pour certain la meme maladie terminale que la France:   Capture du gouvernment par les syndicats d’employes de l’etat et autres minorites favores par les etatistes.  

    Barbara Boxer la gauchiste conne a manger du foin vient de gagner contre Carly Fiorina ancienne president de HP, et l’ancien gouverneur Brown reponsable de tant de maux financiers vient de gagner contre l’ancien president de Google.    Les deux boites representent la richesse et innovation de la californie d’avant, alors que les dementcrats qui vient de gagner representent ceux qui sucent la substance vitale de l’economie californienne:  la motivation des californiens.    

    Au Texas, Rick Perry a regagner son siege, ce qui est tres bien, contre l’amis des syndicats corrompu Bill White, mais j’ai bien peur que beaucoup des californiens quittant cet etat pour des raisons econonomiques ne viendront pas voter pour Demoncrats ici, detruisant la motivation et la creativite ici a notre tour.

    Répondre
  2. Florin

    02/11/2010

    " … Il y à des milliers d’emploies non pourvus dans l’artisanat . IL y à des chomeurs qui vivent gracement du chomage …"

    hé ben !!! faudrait créer quelques centaines de milliers de postes d’enseignants …

    Répondre
  3. chausse

    02/11/2010

    En France les télévivions font de l’intox . Tout est déformé et éxagéré dans le négatif . Il faut blackaouté tout cela et ne lire que la presse libre de toute influence syndicaliste obligatoirement mensongère .

    Il y à des milliers d’emploies non pourvus dans l’artisanat . IL y à des chomeurs qui vivent gracement du chomage comme argent de poche ; et travaillent  au noir . Il y à des centaines de milliers d’immgrés qui touchent plus d’aide que les Français qui travaillent ; et qui pleurent devant les caméras des journalisres . Tout est faussé en France pour créer un climat d’angoisse .

    Répondre
  4. Doublet

    02/11/2010

    Autres non-dit: la Chine en pleine croissance économique,alors que font en France et ailleurs en Europe tous ces émigrés chinois?

    Pourquoi ne pas créer des coopératives d’accueil ,pour faire travailler cette émigration dans des conditions acceptables ,mais moins coûteuses que notre main d’oeuvre française? 

    Inventer ce faisant,un "made in France" by émigrés chinois qui rentrerait en compétition avec le made in China ?

    Pourquoi ne pas utiliser les Roms pour là encore ,réaliser un" made in France "en Compétition avec la fabrication des pays de l’Est?

    Au nom de principes dépassés ,on préfère laisser une émigration vivre d’expédients ,cependant que nous faisons fabriquer à l’étranger.

    Répondre
  5. grepon

    02/11/2010

    ""zones sensibles". On pourrait dans la foulée parler de "zones douloureuses" ou "zones infectées", voire "zones à extraire". Je propose un petit concours d’imagination sur le sujet …."

    Il y a t’il des zones engorgees en France?    Je redoute que non…a moins que ca veut parler d’embouteillages grace a la preference des etatistes pour investissements dans les transports en commun(collectives..)…ou bien engorgements de deficites…

    Mais, plus serieusement, le paradoxe dans l’idee de "securite" socialiste…securite d’emploi, securite de pension, securite de soins gratuites, securite de revenus(RMI etc), et j’en passe, c’est que pris ensemble, toutes ces "securites" ont pour resultat de rendre tous de plus en plus insecures.  

    C’est le pourquoi du fait que j’appelle note Social Security Administration, sorte de systeme de pension nationale a contribution obligatoire, "social insecurity".    Chez nous ce systeme a permis au gouvernement de croitre, car les paiements des travaillieurs ont jusquici permis au gouvernement de depenser bien plus qu’il n’aurait pas pu faire autrement.   Les idiots utiles repetent que cet argent est dans un "Social Security Trust Fund" comme si le gouvernement aurait fait des investissements fructueuse avec cet argent.   Il n’en est strictement rien.   Ce "Trust Fund" est rempli de d’obligations de la Tresorie.   C.A.D. que le gouvernement centrale a deja tout depense pour s’accroitre dans ses activites de sapage et obstruction de la vie des americains.    Cet activite nous a rendu tous moins secure, car la croissance du gouvernment a pese sur l’economie reelle sur des decennies, et le poids des divers reglementations, droits acquis,  pensions federaux, et dettes accumulees vont faire imploser tout un jour.   Avant ce jours, tout ces couts vont faire retrecir les capacites de nos forces armees, laissant le reste du monde anciennement libre a nu devant tyrannies du tiers monde et du monde dite en developpement.

    Répondre
  6. marcel

    01/11/2010

    En dermatologie,on "brûle" les zones malignes…ya qu’à brûler…!!!!

    Répondre
  7. pi31416

    01/11/2010

    Zones purulentes ?

    Répondre
  8. Quentin

    01/11/2010

    Dans ce texte comme dans de nombreux autres on se réfère au jargon médical pour désigner les différents lieux devenus infréquentables. On parle donc de "zones sensibles". On pourrait dans la foulée parler de "zones douloureuses" ou "zones infectées", voire "zones à extraire". Je propose un petit concours d’imagination sur le sujet ….

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)