L’euro, la drachme et la Grèce

Posté le juin 29, 2011, 12:00
6 mins

Depuis dix ans, le gouvernement socialiste grec dépense beaucoup plus d’argent qu’il n’en gagne. Pour le redistribuer à tous ses électeurs, en particulier aux salariés des entreprises grecques.

Ses budgets sont en déficit depuis dix ans. Il emprunte donc de l’argent dans le monde entier pour ne pas être en faillite. On lui prête cet argent, mais, plus on avance, plus le risque de ne pas être remboursé augmente. Les intérêts demandés par les emprunteurs augmentent. C’est logique.

Depuis dix ans, une parité fixe lie la drachme grecque à l’euro, donc aux autres monnaies européennes, tandis que les coûts de production augmentent bien plus rapidement en Grèce que dans les autres pays de la zone euro.

Les Grecs achètent de moins en moins de produits fabriqués en Grèce. Ils préfèrent les produits allemands ou français bien moins coûteux. Ainsi la balance commerciale grecque avec les autres pays de la zone euro se détériore chaque jour un peu plus. Malgré le tourisme qui attire de plus en plus de monde en Grèce.

Pour rétablir la compétitivité des entreprises grecques, il n’existe, à notre connaissance, qu’une seule solution logique : modifier la parité fixe liant la drachme à l’euro. Il faut la diminuer de 35 % environ.

Nos responsables pensent que le seul moyen d’y arriver serait de faire sortir la drachme de l’euro. Le marché déterminerait alors la parité entre les deux monnaies.

Or les responsables politiques européens veulent conserver l’euro et tous ses avantages. Ils décident donc de prêter à faible coût, voire de donner, de l’argent au gouvernement grec pour qu’il puisse rééquilibrer son budget. À une condition bien précise et impérative : le gouvernement grec doit supprimer en quelques années son déficit budgétaire.

Nos dirigeants ne parlent absolument pas de modification des parités, car ils sont persuadés qu’une telle modification ne peut se faire qu’en sortant de l’euro.

Les entreprises grecques continueront à être de moins en moins compétitives, puisque rien n’est fait du côté des parités. Le chômage ne peut qu’augmenter.

Par ailleurs, le retour rapide à un budget équilibré exige soit une augmentation des impôts, soit à une diminution des allocations trop généreusement distribuées depuis dix ans. Le pouvoir d’achat des Grecs va donc baisser dans les années qui viennent.
Par de telles décisions et en toute logique, les gouvernements européens vont donc augmenter le chômage, déjà très élevé, et réduire le pouvoir d’achat des Grecs.

Les salariés et retraités grecs ont parfaitement saisi les conséquences désastreuses pour eux des décisions prises par les gouvernements européens.

Sous l’influence du Pasok, le syndicat largement subventionné par le gouvernement socialiste grec, ils se lancent dans de vastes manifestations essayant de s’opposer à la réduction de leurs revenus. Des affrontements parfois violents avec la police ont déjà eu lieu et d’autres manifestations sont prévues dans les prochains jours.

Quand le chômage dépasse 10 %, dans un pays démocratique, des violences de plus en plus importantes surviennent toujours. Elles sont responsables de morts. Or, le chômage en Grèce dépasse 20 %…

L’Espagne, l’Irlande, le Portugal, et même la France, sont dans des situations comparables à celle de la Grèce
. Il faudra que les gouvernements européens trouvent des centaines de milliards d’euros pour y appliquer la même politique. Ils n’en ont pas les moyens.
Alors qu’il existe une autre politique possible. Modifier la parité liant les monnaies à l’euro pour rendre les entreprises compétitives et faire baisser les prix en réduisant les impôts touchant les entreprises.

20 réponses à l'article : L’euro, la drachme et la Grèce

  1. Jaures

    05/07/2011

    Watson, je me demande parfois si vous savez de quoi vous parlez. Les trains en Angleterre, outre qu’ils sont bien plus chers et moins performants qu’en France, connaissent des retards et des annulations extrêmement fréquents sur un réseau bien moins dense que le français.
    Quand je dois y aller, en dehors de Londres, je préfère souvent prendre le car  plus fiable et plus confortable.
    Petite nuance à leur actif, les informations sur les retards sont un peu meilleures qu’en France.
    Et malgré ses défauts, le chemin de fer Anglais est tout de même en bien meilleur état qu’avant 2000, quand il était totalement privatisé.

    Enfin,Watson, si les 100 000 employés d’EDF sont comme votre cousin, je me demande comment nous pouvons être distribués dans toute la France, qui sont ces ouvriers qui remettent en quelques jours les lignes après une catastrophe et pourquoi nos centrales nucléaires n’explosent pas les unes après les autres.
    Bien heureusement, votre famille n’est pas à l’image du pays.

    Sur le mot de Hollande, évidemment maladroit mais à re-situer dans le contexte d’un débat, il s’est sur ce sujet expliqué: les riches, par leur situation, ont une responsabilité à l’égard de la société et ils ne doivent pas se contenter d’optimiser leur situation fiscale.
    Quant à DSK, ses millions, comme vous dîtes, sont à son épouse et je pense que pour la présidentielle il est définitivement grillé.

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    04/07/2011

      <<Donc, place aux riches ! A condition qu’il n’y ait plus de pauvres.>>

    Pouvoir écrire des emails suppose être en possession d’un PC et d’un abonnement à un provider. Signes évidents d’une certaine aisance.
    Un des précédants patrons du PS n’avait-il pas dit que la richesse commence à € 4000.- / mois.
    N’avait-il pas ajouté qu’il n’aimait pas les riches?
    Ce même homme brigue aujourd’hui l’investiture du PS pour le poste de président de la république. Avec les émoluments d’un président, qui sont certainement > € 4000.- / mois, il faudra qu’il se haisse lui-même, exercice difficile pour un homme normal mais probablement très facile pour un socialiste.
    Quant à DSK, s’il revient sur la scène politique il faudra qu’il explique comment il va concilier ses millions pour lesquels il n’a jamais travaillé avec les dizaines de millions de pauvres qui hantent ce pays. A mon avis une donation aux oeuvres s’imposerait, histoire de concilier ce qu’on dit avec ce qu’on fait.

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    04/07/2011

    <<Il suffit de voir, par exemple, comment fonctionnent les trains en Angleterre !>>

    Le périple du train de Noël 2010 qui devait aller de Strasbourg vers le Sud était assez épique. Le poney express aurait sans doute fait mieux.
    Je ne peux pas me rappeler une mésaventure pareille en Angleterre. Il y avait certes des faiblesses au début quand la société nationale avait été privatisée. Mais il y avait un tel backlog de travaux non effectués par la société nationale qu’il a fallu plusieurs années au privé pour tout remettre en état. Et ce n’est pas encore  terminé!
    Le privé britannique n’a pas droit aux largesses de plusieurs milliards d’euros par an octroyés à la SNCF par l’état français.

    Répondre
  4. WatsonCorsica

    04/07/2011

    Jaurès :

    Il suffit de voir, par exemple, comment fonctionnent les trains en Angleterre !

    Réponse : Mieux qu’en France si on comptabilise les accidents et les retards !

    Et puis qui t’a parlé des employés de la SNCF ?

    quant’à l’EDF, j’ai mon cousin qui commence le matin vers 9H qui a fini à midi, qui a sa résidence secondaire à la montagne chauffée à l’oeil et à bloc ( 26° ) tout l’hiver 24h sur 24, qui part en vacance en dépensant une poignée de figue… etc. et c’est toi qui paye mon coco ! et comme lui il y en a plus de 100000 rien qu’à l’EDF !

    Encore une fois on se demande si on parle du même pays !

    Répondre
  5. Jaures

    03/07/2011

    Camarade Watson, pensez-vous que tous les salariés d’EDF touchent le salaire de Proglio (2 millions d’€) ?
    Pour votre information, consultez http://www.cgt-energie-paris.com, vous verrez que les salaires des électriciens n’ont rien de mirobolant eut-égard au niveau requis à l’embauche.Et dire que les employés d’EDF,/GDF ou de la SNCF ne font rien est totalement ridicule. Il suffit de voir, par exemple, comment fonctionnent les trains en Angleterre !
    Il est tellement facile de mettre à l’index une catégorie de travailleurs. C’est d’ailleurs la stratégie habituelle de la droite: les salariés du public contre ceux du privé, les immigrés contre les français, les cadres contre les ouvriers,…

    Et si je vous ai parlé des enseignants, des policiers et des salariés des hôpitaux, et j’y ajoute ceux de la Justice, c’est qu’ils représentent l’immense majorité des fonctionnaires d’Etat.
    Alors avis aux amateurs: passez les concours ! Vous ne serez jugés ni à votre bonne mine, ni au nom de vos parents, ni sur votre lieu de résidence mais sur vos titres et vos résultats.

    Les fonctionnaires sont tellement incompétents et vous tous tellement brillants que vous devriez vite faire main basse sur l’ensemble des postes !

    Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    03/07/2011

    <<on trouve toujours le petit bout d’état qui est la cause de tout.>>

    57 % des ressources annuelles produites par ce pays sont accaparées par l’état en prélèvements et emprunts . Si ceci n’est qu’un un petit bout il faudra admettre qu’un gros bout serait supérieur à 100%. La plus grande partie de ces prélèvements servent en priorité à la redistribution pour appâter une certaine clientèle électorale.
    Autant mettre la clé sous le paillasson et aller danser avec les cigales sous les lampions sur l’air du tralala socialiste.
    Facit: au bal des pompiers c’est toujours les mêmes qui dansent, mais la musique va bientôt s’arrêter les musiciens refusant de jouer pour des queues de prunes.

     

    Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    03/07/2011

    <<Ce n’est plus "cherchez la femme" mais "cherchez le socialiste".>>

    Ce serait plutôt chercher les deux en une seule personne, par exemple la déesse Kâh.
    Les socialistes ne sont peut-être pas responsables de tout les maux mais ils ont contribué au maximum à la déliquescence des moeurs. Grâce à eux un étalon pourra bientôt se marrier à une chèvre.
    Avec une idéologie aussi délétère il n’est nul besoin de virus et de bactéries. Nous sommes servis!

    Répondre
  8. WatsonCorsica

    03/07/2011

    Eh jaurès, ce n’est pas des flics ni des infirmières et leurs zavantageszakis qu’il voulait parler mais :

    – des dockers

    – des aiguilleurs du ciel

    – des employés de la banque de France

    – des cadres de Air France ( qui sont contrairement à ce que l’on pense aussi des fonctionnaires ! )

    – des employés du gaz

    – des employés de l’EDF

    – des cadres des charbonages de France

    – des cadres de la SNCF

    – des employés de la SNCM

    etc etc etc… cela fait des centaines de milliers de branleurs parce que plus branleur qu’un aiguilleur du ciel ou un employé de la SNCM tu meurs !

    Alors Jaurès, t’as la mémoire sélective en portant toujours en médaillon les enseignants, les flics et les infirmières ? Tu nous prends pour des idiots ? Dis-le !

    merci quand même pour être là et nous rappeler l’escroquerie continue des syndicats que tu représentes !

    Répondre
  9. Jaures

    03/07/2011

    Cher Ajores, avant de traiter de parasites des gens dont vous ne savez rien, allez donc évaluer les conditions de travail dans les commissariats et les hôpitaux !
    Imaginez vous juste une journée dans un collège de banlieue face à 30 ados en essayant de les intéresser à la Guerre Froide ou aux philosophes des Lumières !

    Sont-ce ces salariés, payés entre 1500 et 3000 euros les "parasites" ou ceux qui se sont contentés d’hériter et dont le seul boulot est de se présenter au guichet en criant: "envoyez la fraîche, ou je change de banque" !

    Par ailleurs, les avantazakis que vous raillez ont été obtenus dans la lutte et bien souvent au prix du sang.
    Nous sommes quelque uns encore, effectivement, à pas vouloir s’en laisser dépossédés.

    Répondre
  10. ajores

    02/07/2011

    Ce n’est pas dans la rue qu’il fallait – ou qu’il faut- que les Grecs descendent. C’est au boulot. Point barre. Et pour un salaire en rapport avec les moyens du pays.

    Un pays de fonctionnaires, si cher a la pensée socialiste que professe joress, ce n’est jamais qu’une assemblée de parasites dont le rapport travail/salaire est toujours lamentable, donc voué a la faillite.

    Et bien entendu que ces gens doivent sortir de l’euro car, alors et de fait, tous devont réduire leur train de vie de 30 A 50 %. C’est ça ou la descente aux enfers.

    Bien entendu, nous n’en sommes pas loin en France, avec les "zavantageszakis" des personnels de la fonction publique et assimilés qui préfèreront voir crever tous leurs voisins que de lacher de moindre privilège.

    Après tout, et dans un autre temps, c’était un peu le même système avec les aristocrates qui considèraient aux aussi qu’ils avaient droit a la perpétuation de leurs "zavantageszakis", et ce depuis des siècles, après tout. On a vu comment cela s »est terminé et il est a craindre que seule cette issue soit la solution. Une nouvelle nuit du 4 aout en somme.

    Bien sur , jojo va nous tartiner sa prose syndicale pour nous expliquer que nous sommes des méchants et les gens comme lui des gentils – raison pour laquelle il est indispensable de les maintenir dans leur fromage-.

    Mais, ainsi que le disait son maitre a penser "les faits sont têtus" et l’aboutissement est certain.

    Répondre
  11. Jaures

    02/07/2011

    François, en France les socialistes ont également gouverné de 1997 à 2002.
    Evidemment, il est facile quand les conservateurs sont au pouvoir et que tout ne fonctionne pas au mieux de les qualifier de socialistes.
    J.M Le Pen disait en son temps que Thatcher était "encore un peu trop socialiste".

    Les libéraux tiennent le même discours. Quand un pays libéral affiche des statistiques flatteuses, on en accorde tout le crédit à la politique libérale. Dés que les nuages s’amoncellent, ce qui ne manque jamais d’arriver, on trouve toujours le petit bout d’état qui est la cause de tout.

    Ce n’est plus "cherchez la femme" mais "cherchez le socialiste".

    Répondre
  12. François

    01/07/2011

      Vous ne dites pas tout, pour ceux qui ont gouverné la Grece, Jaures.
        De 1993 à 2004:  Premir ministre issu du PASOK ( mouvement socialiste panhellénique)
        De 2004 à 2009:  Premier ministre issu de "nouvelle démocratie".
        Depuis 2009: Premier ministre issu du PASOK.

      Finalement, c’est un peu comme chez nous avec le jeu de ping pong entre UMP ( RPR avant) et PS. Sauf que chez eux le PS a dominé en temps de gouvernement…

      Ceci explique cela?
         

    Répondre
  13. grepon

    01/07/2011

    Auparavant, c’était les conservateurs de Nouvelle Démocratie qui géraient le pays depuis 2000.

    Conservateur veut dire quoi dans un pays aussi mange par ideation marxisante?    En Europe c’est l’etatisme a toute les sauces, partout, avec des nuances sur des problematiques secondairesau mieux.   Les promesses des politiciens du passee ne peuvent pas etre tenu, nulle part en Europe, et les divers regimes politiques installee sont tous des morts vivantes, essayant coute que coute de preserver leur positions par des trucages et mensonges a effet strictement a terme courte.

    Répondre
  14. Jaures

    30/06/2011

    Les socialistes ne sont pas au gouvernement depuis 10 ans mais depuis 2009. Auparavant, c’était les conservateurs de Nouvelle Démocratie qui géraient le pays depuis 2000.

    Limiter les problèmes de la Grèce à  un taux de change c’est parler d’un cancéreux en évoquant ses maux de tête.

    Depuis des années, le clientélisme a prévalu: on a exonéré d’impôt les plus riches, on a surpayé les hauts fonctionnaires, on a laissé aller la corruption et la fraude fiscale, on a livré le territoire à la spéculation immobilière.
    L’industrie grecque est en perdition (la France, exporte 7 fois plus qu’elle n’importe de la Grèce. Imaginez l’Allemagne !). Un pays ne peut se développer que par le tourisme qui a atteint en Grèce ses capacités maximum.

    La purge que le gouvernement socialiste impose aux Grecs a le mérite de faire prendre conscience au peuple des délires du passé. Même si, à mon sens, les riches armateurs sont bien trop laissés à l’écart de l’effort; mais quelles sont les capacités de police fiscale de l’actuel gouvernement ?
    Il sera temps ensuite de réparer les injustices présentes mais c’est il y a 5 ou 10 ans que les grecs auraient dû descendre dans la rue.
    Aujourd’hui il est trop tard. Retenons la leçon.

    Répondre
  15. kriss

    30/06/2011

    Merci Marine Le Pen , elle propose  de sortir de facon intelligente et groupé de "L EUROPE de BRUXELLE"  et de reprendre une monais nationnal afin d’arreter l’hémoragie qui va gagner tout les pays europeen.

    Ou va le monde de nos jours , ca fait vraiment peur de voir a quel point nous somme dirigées par des incompétants avide d’argents de magouilles et autres

    Répondre
  16. WatsonCorsica

    30/06/2011

    Alors qu’il existe une autre politique possible. Modifier la parité liant les monnaies à l’euro pour rendre les entreprises compétitives et faire baisser les prix en réduisant les impôts touchant les entreprises.

    ça c’est vraiment du n’importe quoi !

    c’est vrai que du côté de l’extrême droite on n’a jamais rien compris à l’économie…

    Si la Grèce ne produit rien, pourquoi croire qu’une autre monnaie la sortirait d’affaire ? Et avec quelle monnaie vont-il acheter le pétrole ?

    Répondre
  17. Arthur Gohin

    30/06/2011

    Il n’y a pas grand mystère dans cette crise grecque: quand on vit au dessus de ses moyens, on fait faillite. Il y a quarante ans le film "Zorba le Grec" donnait un exemple de l’irrespnsabilité grecque. Je pense que cette mentalité n’a guère évolué depuis. Avant l’euro déjà l’europe subventionnait la Grèce plus que les autres pays. L’euro n’aura fait que dissimuler le déséquilibre.
    Plaie d’argent n’est pas mortelle. Il va seulement falloir reprendre contact avec la réalité financière.
    Je ne vois pas en quoi diminuer les allocations va augmenter le chomage.

    Répondre
  18. R. Ed.

    30/06/2011

    A l’auteur de l’article …

     

    Expliquer ce que veut dire  """ modifier les parités liant les monnaies à l’euro """

    Entre l’euro et le yen ? Entre l’euro et le dollar ? Entre l’euro et le rouble ?

    Ou bien entre les différents pays de l’euro ?

    Cela reviendrait à ce qu’il y ait un euro français, un euro belge, un euro grec etc… Autant reprendre le nom de notre ancienne monnaie.

    Répondre
  19. glenarvan

    30/06/2011

    Le gouvernement Grec vient de voter le nouveau plan de rigueur imposé par l’Europe. Son calendrier doit être fixé et voté aujourd’hui par le parlement Grec.
    S’il est appliqué, la Grèce, sous 18 mois, sera un pays du tiers monde et ses actifs les plus importants seront aux mains de grands trusts européens, américains, chinois,  qui rapatrieront leurs bénéfices – quand il y en aura – dans leurs pays respectifs.
    Ce n’est pas seulement la politique de l’Europe qui est cause de la crise grecque, mais les mensonges, les dissimulations, les faux-semblants, les bilans truqués de la République grecque… VAE VICTIS…

    Répondre
  20. ozone

    29/06/2011

    Les bras m’en tombent

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)