L’individu sait tout, mieux que l’Etat –

Posté le 11 septembre , 2004, 12:00
5 mins

Le MEDEF vient de consacrer son université d’été à une réflexion sur l’entreprise. Réflexion animée par Xavier Fontanet, PDG d’Essilor, une entreprise française d’optique de taille mondiale, qui donne des emplois à 23 000 salariés. Réflexions passionnantes.
La société riche et développée dans laquelle les Français ont la chance de vivre est une société qui devient chaque jour un peu plus complexe. Aussitôt que de nouvelles technologies sont découvertes, de nouvelles entreprises naissent. Aujourd’hui, en France, plus de deux millions d’entreprises mettent sur le Marché une infinie variété de produits. Chaque Français, en fonction de ce qu’il a vu ou entendu, en fonction de ses propres désirs ou en fonction de ses propres revenus, choisit en toute liberté les produits qui lui plaisent. Il est par exemple libre d’acheter un kilo de sel ordinaire à 0,50 euro ou un kilo de fleur de sel de Guérande à 41,50 euros. Pour tous les produits, c’est la même variété, la même diversité.
Certains pensent que ce libre comportement du consommateur est une fantastique source de gaspillage, et que nous serions tous bien plus heureux si nous n’avions à notre disposition que du sel ordinaire, qu’une seule marque de voiture, ou que la même vareuse. Ces penseurs oublient seulement que chaque homme est différent de son voisin, et que certains s’éclatent en salant leur purée avec du sel de Guérande, en roulant dans une voiture japonaise ou en mettant une chemise laissant voir leur nombril décoré d’un petit anneau.
Prétendre que l’État sait mieux choisir que l’individu est une pensée méprisante pour l’individu, parfaitement anti-démocratique. C’est une pensée totalitaire.
En plus, l’économie dirigée organise efficacement le maintien du peuple dans la pauvreté. Cette idéologie, dominante dans le monde il y a soixante ans, implose partout, mais reste encore très forte en France. Avec nos « services publics à la française », nous ne pouvons pas choisir notre transporteur, notre fournisseur d’électricité, ou l’école de nos enfants : SNCF, EDF et Éducation Nationale nous imposent leurs choix qui sont loin d’être les meilleurs.
Seul le libre comportement des producteurs autorise le libre choix des consommateurs.
L’entreprise qui sait satisfaire les désirs de ses clients fait des profits. La mondialisation qui multiplie par 100 la clientèle potentielle pourrait lui permettre de faire des profits bien plus importants. Mais la mondialisation multiplie aussi par 100 le nombre des concurrents. La concurrence élimine impitoyablement les moins performants. De plus, la concurrence se concentre dans tous les secteurs qui font de gros profits et les profits baissent automatiquement. Le profit est en effet le meilleur indicateur de ce que désirent les consommateurs.
La complexité de l’économie est aujourd’hui devenue tellement grande, que toute intervention de l’État essayant de « réguler » le libre fonctionnement du Marché ressemble chaque jour un peu plus à l’agitation désordonnée d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. La complexité atteinte par l’économie ne peut être que régulée par le libre comportement économique des individus dans le Marché.
La Démocratie a raison de respecter le libre comportement politique des individus et tout autre comportement ne serait que totalitarisme.
La Démocratie doit tout autant respecter le libre comportement économique des individus. Elle doit les laisser libres de choisir le sel de leur cuisine, la marque de leur voiture ou l’école de leurs enfants. Tout autre comportement est un comportement qui ne fait plus confiance à l’individu, et qui devient totalitaire. Les Français ont encore bien du chemin à parcourir pour devenir vraiment des démocrates.
Et qu’on ne nous raconte pas que la Liberté enfin retrouvée nous livrera aux maffias. Une véritable démocratie n’est pas une démocratie molle. Elle punit au contraire avec une grande sévérité tous les tricheurs. Il existe des tricheurs potentiels partout.

7 Commentaires sur : L’individu sait tout, mieux que l’Etat –

  1. Georges-André Gaillard

    17 septembre 2004

    Hm, Thierry, permettez-moi de douter concernant votre assertion première. De mémoire, il me semble que la République de Saint-Marin est la constitution la plus vieille du monde. Vous avez également celle d’Islande, du XIIème siècle si je ne dis pas de sottises (je parle de mémoire). Cela dit vous avez raison, les monarchies parlementaires restent majoritaires dans ce contexte. Quant à la Terreur, il est tout à fait exact qu’elle est sinon occultée du moins totalement minimisée en France dans les cours d’histoire (je renvois aux excellents ouvrages de Jacques SEVILLIA).

    Répondre
  2. Thierry

    16 septembre 2004

    Sur les 11 pays dont la constitution sont les plus anciennes, 9 sont des monarchies parlementaires et seulement deux sont des républiques( la suisse et les USA): L’histoire montre que les monachies sont plus forte sur le long terme et plus adaptables aux changement que les républiques…. Mais comme en France, on est plus fort que les autres, on fete tous les ans l’un des plus grand massacre que le pays ai connu ainsi que la fin d’un regime qui avait mené le pays au sommet de l’occident (rappelons ,ici, qu’il fut un temps ou l’on parlait Francais a la cour d’Angleterre!!!). les plus grands mensonges sont ceux que l’on fête..

    Répondre
  3. Georges-André Gaillard

    14 septembre 2004

    T.Larger : Oui, bien évidemment, mais je n’opposais pas les formes de gouvernements (république/monarchie), j’opposais les pays constitutionnels aux autres (démocratie/autoritarisme voire totalitarisme). Désolé si ce n’était pas aussi clair que je le souhaitais !

    Répondre
  4. T.Larger

    14 septembre 2004

    je peux citer certaines monarchies qui sur le plan de la démocratie n’ont rien à envier à la république, l’europe en est pleine

    Répondre
  5. Christophoros.

    13 septembre 2004

    Effectivement, cher Georges-André Gaillard, comme toujours on ne peut faire que critiquer. Par quoi remplacer cette fameuse démocratie ? Je dirais une démocratie censitaire ( plus vous payez d’impôt direct c’est à dire plus vous contribuez au bien commun plus vous avez de voix ) tempérée ( pour éviter les abus du matérialisme et par un jeu de “check and balances” que vous apprécierez certainement ) par une véritable théocratie. Je dis véritable théocratie parce que je ne pense pas au régime des ayatollahs, à celui que voudraient imposer certains rabins en Israel ou au régime des mollahs et autres “religieux” de tout poil ni bien évidemment à Savonarole et autres avatars tragiques du monde chrétien. Pour moi la loi civile doit être certainement distincte de la loi religieuse tout simplement parce que la première vise le respect de la morale naturelle tandis que la seconde a pour but ultime l’accomplissement de la morale extranaturelle la Sainteté qui est un idéal qui ne peut être prescrit ( j’ai conscience que utiliser le mot Sainteté est tabou en occident particulièrement en France et j’entends déjà des rires en casquades ). J’ai à l’esprit cette phrase superbe de Mgr Adamakis prélat orthodoxe en France ( je ne connais pas son titre exact ) auditionné par la commission Stasi ( débats visibles sur Internet ) selon lequel l’Etat et l’Eglise doivent être en symphonie ( finalement l’idéal politique n’est-il pas d’aboutir à une certaine harmonie ? ) J’ai conscience qu’il s’agit d’une vision utopique et totalement mystique ( encore un mot inconvenant en France ) mais vous conviendrez que je ne fais pas que critiquer. Très curieusement, c’est peut être ( si je suis un peu illuminé je n’ai pas prétention à être prophète ) en Russie tellement frappée par le Démon que cette démocratie tempérée par l’autorité de la religion est peut être susceptible d’advenir ( comme quoi les voies du Seigneur sont impénétrables ), voir Wladimir Poutine faisant allégeance à l’Eglise Orthodoxe Russe. Cordialement.

    Répondre
  6. Georges-André Gaillard

    13 septembre 2004

    Certes, Christophoros, la démocratie -à tout le moins, à la française- est perfectible, tant s’en faut. Simplement, quand je lis ce type de reproches, j’ai juste une question à poser : Que préférez-vous à la démocratie ? Entendons-nous bien : je connais parfaitement l’état de délabrement extrême dans lequel notre pays (et l’Europe) s’est mis tout seul. Je sais que la France est une benne à ordures tiers-mondiste. Cependant je sais aussi que la république et la démocratie sont des systèmes supérieurs, pour le moment imbattables politiquement et économiquement. Vous n’arriverez pas à citer une autre forme de régime qui accorde autant de liberté et de droits (voire trop à mon goût parfois !). A moins bien sûr d’avoir un goût prononcé pour les systèmes autoritaires, ce qui n’est pas mon cas. Je préfère l’incitation au dirigisme. Pour ma part, je suis pour un système qui délivre une liberté totale, à concurrence d’une force de droit totale elle aussi. C’est à dire pour être clair retour à la peine de mort, répression égale au crime (“the punishment fits the crime”), expulsions “réelles” des étrangers à problèmes, grosses amendes pour les délits et autres incivilités (exemple : un fumeur dans le métro = 300€ d’amende immédiate). Seul un système “décent” (comme dirait Guy MILLIERE) arriverait à cristalliser la population, surtout celle d’origine tiers-mondiste qui ne comprend très souvent que la culture de la force et confond laxisme et liberté.

    Répondre
  7. Christophoros.

    11 septembre 2004

    Le nouveau Baal : la démocratie, ce Léviathan aux milles têtes qui justifie tout et n’importe quoi. Pendant ce temps, en France par exemple : 220.000 avortements par an, un nombre de crèches insuffisant, des vieillards délaissés matériellement et affectivement dans des maisons de retraite souvent indignes, un avilissement des esprits par des médias qui vendent du “temps d’utilisation du cerveau humain”, j’en passe et des meilleures. Avez-vous entendu parler non de l’individu ( les animaux aussi sont des “individus” ) mais de la “personne humaine” ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)