L’Institut du Pays Libre communique : Le rapport Louis Gallois : « beaucoup de bruit pour rien » !

Posté le novembre 10, 2012, 8:00
5 mins

L’Institut du Pays Libre communique :

Paris le 6 novembre 2012

 Le rapport Louis Gallois : « beaucoup de bruit pour rien » !

Le rapport de Louis Gallois, brandi et évoqué avec une grandiloquente solennité proche du grotesque par le Premier Ministre Ayrault et exalté comme un sublime programme de salut public économique et social par le vaniteux ministre du redressement industriel Montebourg, mérite vraiment le titre de la comédie de Shakespeare : « Beaucoup de bruit pour rien ». Mais son indigence est telle qu’il sera beaucoup plus vite oublié que la pièce du génial dramaturge.

 On y trouve encore heureusement quelques justes constats et lieux communs de bon sens sur la maladie de l’économie française tels que formulés avant lui depuis des décades par les acteurs de la vie industrielle et les militants de la Droite de conviction.

 Pour dénoncer la ruineuse hypertrophie administrative de l’État et des collectivités publiques et de leurs chevauchements, on n’avait vraiment pas attendu ce « grand industriel » !

 Observons que si Louis Gallois a l’honnêteté élémentaire de faire remonter « le décrochage de l’industrie française aux années 1970 », le citoyen politicien Ayrault l’impute seulement aux dix dernières années. Son rapport est ensuite constitué d’une belle compilation de souhaits dans une utilisation répétée du conditionnel sur ce qu’il vaudrait mieux que l’on fasse plutôt que de ne pas le faire.

 L’affligeant c’est que monsieur Gallois ne s’avise pas du tout de remonter des effets aux causes réelles de la maladie économique qui est d’abord une maladie politique et sociale et à vrai dire une maladie morale. Pas un mot sur notre système étatisé, sclérosé, massifié, idéologisé d’éducation nationale ! Le simple constat sans la moindre esquisse de critique qu’il est « budgétairement sanctuarisé ».

 Passons sur ce jargon. Mais prenant cet exemple de sanctuarisation comme modèle, Gallois, en parfait socialiste, en propose l’extension à « la recherche publique et au soutien à l’innovation ». Comme si un regard critique sur les gabegies nombreuses en ces domaines ne s’imposait pas.

 Louis Gallois ne remet pas davantage en cause la stupide loi des 35 heures alors que c’est sur la base des 40 heures, la souplesse sur le temps de travail qu’il faut introduire en facilitant notamment dans les accords d’entreprise la possibilité du travail à mi-temps ou à temps partiel. Mesure efficace de lute contre le chômage.

Louis Gallois n’esquisse même pas la nécessité de simplifier et diminuer, un peu sur le modèle du Japon, le nombre aberrant de nos collectivités territoriales et de leurs comités de liaison et de coordination surgissant sans cesse. Une quarantaine de « généralités » pourraient, à un moindre coût, succéder aux départements et aux régions.

Prônant essentiellement le transfert des charges sociales sur la fiscalité directe et indirecte, Louis Gallois demeure, à l’évidence par sclérose idéologique, dans un affligeant conformisme. Tout cela pour tomber sur un chiffre « convenable » de 30 millions d’économie.

Mais on ne trouve pas un mot de jugement dans son texte sur les choix si contestables, voire aberrants, de la politique française en matière européenne, de commerce international, d’écluses douanières et de flux de population.

Louis Gallois n’a pas l’envergure de caractère du Baron Louis, ce grand ministre des finances qui abjurait ainsi Louis-Philippe en 1830 : « Sire, faites moi de la bonne politique et je vous ferai de bonnes finances ! ».

 Il aimait rappeler aussi que « L’État doit être le plus honnête homme de France ».

Bernard Antony

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

12 réponses à l'article : L’Institut du Pays Libre communique : Le rapport Louis Gallois : « beaucoup de bruit pour rien » !

  1. lavandin

    11 novembre 2012

    Pas besoin d’un rapport pour juger de l’urgence de la situation. Nos dirigeants ont besoin , pour gouverner, d’une multitudes de conseillers et de rapporteurs de tout bord : seraient-ils incapables de juger par eux memes de la situation ? Cémenceau et De Gaulle avaient-ils besoin d’une cinquantaine de conseillers pour prendre une décision ? L’incompétence est au sommet de l’Etat

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 novembre 2012

      voici ce que pensent en général les correspondants de la presse étrangère ( en particulier anglo-saxonne ) à Paris :

      ” il est impossible de croire que le rapport Gallois soit indépendant ( autonome ) ; il s’agit d’une ” commande ” de François Hollande pour se sortir de l’impasse où l’avait mis ses promesses en particulier sur celle qui affirmait que ” moi président il n’y aurait pas d’augmentation de la T.V.A. “

      Répondre
  2. JULES ET JIM

    11 novembre 2012

    Allez y mollo :
    Sondage Sud Ouest (journal socialo) des 6 et 8 novembre 2012 :
    80% trop d’asistanat
    75% islam progresse trop vite
    70% donner + liberté aux entreprises
    66% trop d’immigrés en France
    56% on ne se sent ensécurité nulle part
    57% hostiles aux votes des étrangers
    52% opposés à l’adoption par les homos
    51% les chômeurs pourraient trouver du boulot s’ils le voulaient
    72% la France n’a plus de marge de manoeuvre par rapport aux traités signés

    et la meilleure pour la fin :
    64% des militants UMP sont pour le retour de Sarkozy !

    Voilà un bon et beau programme !!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 novembre 2012

      ” voilà un beau programme ” …. surtout le retour du ” Grec ” !

      bientôt à l’affiche :

      ” Sarko II le retour ”

      un film catastrophe de série Z

      Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    11 novembre 2012

    Quinctius, quelles sont vos solutions?
    En ce qui me concerne les seules qui marcheraient sont énoncées dans le le célèbre livre inachevé “Vom Kriege”. Je ne veux pas vous insulter en citant l’auteur, vous savez de qui il s’agit.
    Il est évident que les 4V ne pourraient pas promouvoir ce genre de politique sans se faire liquider en tant que site sur internet.
    Le rôle du site est plutôt de donner un éclairage différent à certains évènements politiques et sociétaux que la presse officielle ignore volontairement par déférence à la PUT.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 novembre 2012

      Lénine reformula en paradoxe la fameuse citation du Prussien qui devint :

      ” la politique est la continuation de la guerre ”

      à son plus grand profit , faisons de même … au lieu de se frapper la coulpe ( la ” poulpe ” avait dit je ne sais plus quelle érudite ministre sarkozyenne … Amara je crois me souvenir )

      Répondre
  4. QUINCTIUS CINCINNATUS

    10 novembre 2012

    bien … bon …et après que proposez vous ?
    il est désolant de lire , jour après jour , les mêmes poncifs depuis longtemps éculés , sans que jamais soit émise l’ombre d’une quelconque solution ; à croire que les ” 4V² ” sont un cahier de doléances déposé au Jardin des Lamentations et dans lequel le promeneur frustré confesse ses états d’âme dépressifs !

    Répondre
    • philiberte

      11 novembre 2012

      et VOUS, vous proposez quoi?
      ce que je propose, MOI, c’est que le manque à gagner des économies réalisées sur le prix du travail, au lieu de les récupérer sur les dos des moutons que nous sommes, soit récupéré en faisant l’économie du gaspillage d’aides en tous genres, comme l’aide aux primos arrivants, clandestins ou pas. comme l’ATA! à supprimer! vous verrez qu’on aura vite fait de combler le vide.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        11 novembre 2012

        les gisements nous les connaissons ( et certains filons sont bien plus riches que ceux que vous citez ) … ce qui manque ce sont les bras !
        si vous voulez être utile à votre pays entrez en politique qui ,comme je viens de le dire à l’instant à Jean l’Alsacien, est d’après Lénine est ” la continuation de la guerre “

        Répondre
        • philiberte

          11 novembre 2012

          ce qui manque ce sont les bras? mais comment peut-on manquer de bras avec 4 millions de chômeurs? et on en importe encore!

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            12 novembre 2012

            je parlais , bien entendu , des ” bras ” qui boxent les caciques de la politique !

            ” la politique est la continuation de la guerre ”

            Lénine

  5. dubos

    10 novembre 2012

    A partir du moment ou des tenants du socialisme font le constat qui précède , ,on pourrait croire ou espérer que les socialistes en place en tiennent compte !! Mais qu nenni ,l’énoncé du dogme les ayant portés au pouvoir , ils ne peuvent y déroger , sans perdre leur électorat ,sans compter ces nouveaux électeurs musulmans qui ,maintenant qu’ils les ont élus ,leur demandent de renvoyer l’ascenceur , a l’image de cette femme musulmane qui avait apostrphé le président””nous vous avons élu ,maintenant il vous faut faire quelque chose pour nous qui avons voté pour vous !””Prisonnier de son électorat ,il n’a plus aucune marge de manoeuvre , entre cette entrave , le dogme , la pensée unique, et le politiquement correct,et la gauche de la go^che qui vote contre ……………

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)