Loi El Khomri et manœuvres politiciennes

Loi El Khomri et manœuvres politiciennes

La loi travail, dite loi El Khomri, n’est pas bonne. Elle en fait trop pour les uns et pas assez pour les autres, ce que déplorent toutes les parties concernées deux clans de mécontents pouvant être identifiés, au gré des inclinations de chacun et de façon parfaitement interchangeable.

Mais certains points de cette loi auraient sans doute pu être ac­ceptés, notamment le plafonnement des indemnités de licenciements accordées généreusement par les tribunaux prud’hommaux et l’arbitrage référendaire local, en cas de conflit insoluble entre les « partenaires sociaux » conventionnels.

Le gauche, et particulièrement la gauche sectaire, est montée sur ses grands chevaux et a mis dans les rues une foule braillarde qui a égoïstement oublié ceux dont la loi aurait peut-être pu adoucir le sort, c’est-à-dire quelques chômeurs.

Il est bizarre de voir avec quelle agressivité, ceux qui parlent volontiers de générosité et de solidarité défendent des avantages acquis dont ils sont les seuls à profiter.

Bien des chômeurs accepteraient de travailler 39 heures en CDI, plutôt que de croupir dans un non-emploi dégradant. Ils ont été oubliés.

L’attitude des parlementaires LR fut également étrange, avant et durant le vote.

Voter contre une loi uniquement parce qu’elle était d’origine gouvernementale, faute d’y trouver des motifs radicalement inacceptables, fut, en l’espèce, une manœuvre de basse politique particulièrement maladroite.

Si les députés LR avaient voté pour la loi (ce qui ne les aurait pas empêchés d’en dénoncer les insuffisances tout au long du débat), ils auraient atteint un double objectif.

Primo, ils auraient semé une zizanie féroce dans la partie adverse. Secundo, ils se seraient démarqués de l’ultra-gauche révolutionnaire, alors que leur vote de rejet en a fait les alliés objectifs. Ils semblent ne pas savoir qu’on ne doit jamais dîner avec le diable, fût-ce avec une longue cuillère !

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • rania Répondre

    La République pourrait-elle survivre sans ses deux pantins marocains ?

    31/05/2016 à 11 h 10 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: