Manœuvres frauduleuses et « moralisation » du capitalisme

Posté le septembre 09, 2009, 12:00
7 mins

II serait difficile de l’ignorer, les services fiscaux ont en mains une liste de 3 000 contribuables français « évadés fiscaux ». C’est le ministre du Budget, Éric Woerth, qui l’a annoncé à grands renforts de trompette à la fin du mois d’août.
De toute évidence, cette annonce est d’abord une opération de communication. Le président Sarkozy a enfilé depuis quelques mois des habits de « moralisateur du capitalisme » qui ne lui ont pas mal réussi aux dernières élections européennes. Il y a donc fort à parier qu’il va profiter du G20 de la fin septembre pour en rajouter une couche.

Par ailleurs, le président-du-monde Obama ayant obtenu un accord « historique » avec la Suisse en matière de levée du secret bancaire, il était tentant pour celui qui se prend pour un autre président-du-monde d’en faire autant.
Bref, du point de vue du marketing politique, dans lequel excelle Nicolas Sarkozy, ces 3 000 noms sont un beau « coup ».
Mais, si l’on réfléchit plus calmement à l’affaire, plusieurs problèmes se posent immédiatement.

Tout d’abord, est-ce un coup de bluff pour récupérer quelques millions d’euros ? Le fait que Woerth, depuis une dizaine de jours, ne cesse de faire le tour des popottes journalistiques pour dire qu’il ne bluffe pas pourrait être un signe… qu’il ne dispose pas du premier de ces fameux 3 000 noms !

Admettons cependant que la liste existe bel et bien. Pourquoi le ministre du Budget refuse-t-il de la communiquer ? Parce qu’il « respecte le secret fiscal » a-t-il récemment déclaré lors d’une table ronde organisée aux universités d’été de l’UMP. L’argument laisse pantois. De deux choses l’une : soit cette liste n’existe pas et cette histoire de secret n’est que de la poudre aux yeux pour camoufler le bluff ; soit cette liste existe et elle a été obtenue en violation manifeste non seulement du secret fiscal, mais même du secret bancaire.

Naturellement, n’ayant pas une âme de Fouquier-Tinville, je ne demande pas que Woerth « balance » les 3 000 noms aux médias, mais, du moins, qu’il présente des arguments sérieux. En l’occurrence, le seul argument audible serait de dire aux journalistes : j’ai la liste, mais cela ne vous regarde ni de près, ni de loin. Problème : pour qu’un ministre parle ainsi, il faudrait que la classe politique ne soit pas assujettie à la classe médiatique et au politiquement correct. Ce n’est pas demain la veille !

S’agissant maintenant de la façon dont cette liste hypothétique a été obtenue, il est clair qu’elle est frauduleuse. Le ministre du Budget a déclaré que ses « sources » étaient largement les banques étrangères présentes sur le sol français. Là encore, de qui se moque-t-on ? Soit il parle des informations officielles, mais il semble un peu difficile de croire que quelqu’un d’assez fortuné pour bénéficier de conseils fiscaux et pour organiser son évasion fiscale ne prendrait pas la précaution élémentaire empêchant que les informations qu’il laisserait en Suisse ne remontent en France.

Autant nous dire tout de suite que les avocats fiscalistes et les banquiers suisses sont des parfaits incompétents ! La deuxième hypothèse est qu’il ne s’agisse pas d’informations officielles, auquel cas ces informations ont été obtenues de façon frauduleuse. M. Woerth me paraîtrait alors bien mal placé pour donner des leçons de morale !

D’ailleurs, au plan juridique, que vaudraient ces preuves obtenues frauduleusement ? Pas grand-chose. Dernier point : les résultats. Un certain Pierre-Antoine Dusoulier, président de Saxo banque, s’est livré à un amusant calcul dans le quotidien économique « La Tribune ». Sur la base des informations données par Éric Woerth, il estime que les 3 000 contribuables rapporteraient, s’ils acceptaient tous de coopérer, 75 millions d’euros au fisc français. Ce n’est certes pas négligeable, mais enfin, ce n’est pas ça qui couvrira la gabegie des gouvernements de ces 40 dernières années !

J’ajoute qu’en laissant jusqu’au 31 décembre aux fraudeurs pour se mettre en règle, le ministre du Budget leur laisse surtout le temps de gommer les traces de leurs fraudes – ce qui devrait réduire d’autant les résultats obtenus.
En tout cas, si la « moralisation du capitalisme » donne d’aussi piètres résultats et oblige à employer des méthodes de voyous, restons-en à l’économie mafieuse : ce sera plus efficace et moins hypocrite !…

19 réponses à l'article : Manœuvres frauduleuses et « moralisation » du capitalisme

  1. THOMAS

    15/09/2009

    @Jaures

    Donne moi ton no de compte bancaire que je te fasse un virement direct de toutes mes économies. Je ne les ai pas volé, j’ai travaillé dur pour ça, même si j’ai voulu échapper à l’inquisition communiste. En tant que représentant du communisme, je te propose de te virer tout mon pognon. Est-ce que ça te va comme ça?

    Répondre
  2. Lambda

    14/09/2009

    <<<<<<  Ces milliards appartiennent à ceux qui ont travaillé pour les avoir. >>>>>>>
    Il me semble assez difficile de gagner des milliards par son seul travail, j’aurais tendance à penser que pour gagner de telles sommes il faut – au moins un peu – faire travailler les autres pour vous. Ce qui n’est pas choquant en soi, quand les choses résultent d’un libre choix. Etre salarié et apprécier le confort par "non-responsabilité" est  un choix qui se défend, qui a aussi un prix ; entreprendre et assumer des responsabilités et en recueillir un avantage, me paraît aussi une démarche honorable. La question est donc de savoir à partir de quel moment on est volé ! Et le voleur n’est pas forcément là où le prétend : l’assisté de tous poils qui ne vit que de rapines (légales), est en fait un voleur qui vit aux dépens des autres, car il ne fait rien, l’employeur qui gagne de l’argent en faisant travailler les autres pour lui est en définitive beaucoup moins voleur que le premier ! Tout est donc relatif. Le gugusse qui gagne des millions en tapant dans un ballon ne me choque pas : après tout, si il donne du plaisir à des millions de gogos qui n’ont jamais pu sortir de la cour de récréatiion de la primaire, c’est très bien comme ça ! Ce qui me révolte, c’est de devoir payer pour ça, par racket, fiscal ou autre. Le Mardoff ou le Kervel qui détourne des milliards, voilà qui n’a rien de choquant, ce n’est jamais que de l’argent (virtuel) qui change de mains… Par contre, les états totalitaires qui créent de toutes pièces une crise mondiale qui va mettre à mal une partie de ce que j’ai mis une vie à gagner, ça m’interpelle en peu plus. Je n’en veux pas spécialement à ceux qui ont profité des largesses gouvernementales pour s’enrichir – bien que je sois loin de les admirer – mais je dois bien constater qu’ils n’ont fait que profiter d’un était providence, en cela, ils sont aussi voleurs que les assistés, et sans avoir aucune idée, ni des chiffres ni même d’un ordre de grandeur, je serais même enclin à penser que l’assistanat brasse des sommes peut-être comparables aux escrocs de la finance… Bon, mais là, je vais certainement avoir des compléments d’information, la comptabilité des pauvres doit bien être tenue quelque part….

    Répondre
  3. Jaures

    14/09/2009

    Le problème, cher Hans, c’est que personne ne connait l’origine des fonds cachés dans les paradis fiscaux. A moins que vous ne considériez le traffic de drogue ou d’armes, l’évasion fiscale ou le détournement de fonds pratiqué par les dictateurs comme des activités commerciales banales et honorables.

    Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    14/09/2009

    <<Et pour cela, les milliards entassés dans les coffres Suisses ou monégasques seront les bienvenus !>>
    Ces milliards appartiennent à ceux qui ont travaillé pour les avoir. En aucun cas à ceux qui pensent qu’on leur doit tout et qui bavent leur envie et leur haine envers tout ce qu’il n’ont pas et que leur voisin a de plus. Typique morale socialo!

    Répondre
  5. Jaures

    13/09/2009

    Cher Lambda, les salariés dont vous parlez voient une bonne part de leur rémunération bénéficier d’allègements fiscaux pour eux et leur entreprise (qui peut donc les payer plus). En 3 ans, les dirigeants du cac40 se sont augmentés de 15% leurs jetons de présence (combien vous, votre salaire ?)

    François, rassurez-vous. Les 82 000 délinquants non incarcérés représentent 13% des condamnés. Or, on sait que 20% des PV aux automobilistes ne sont pas exécutés. Mais, pour ma part, je souhaite que les délinquants, qu’ils soient cambrioleurs, chauffards ou évadés fiscaux soient condamnés. Il faut donc doter la justice de moyens conséquants. Et pour cela, les milliards entassés dans les coffres Suisses ou monégasques seront les bienvenus !

    Répondre
  6. SAS

    13/09/2009

    Est ce que l UMP et son secrétaire d etat au finance ….ont le numéero de compte au japon avec dessus 200 000 000 d euros ????…..

    enquêtent ils ?….vont ils rapatrier cet argent évadé? le détenteur du compte escroc notoire va t il être redressé ou bénéficie t il encore et toujours de privillèges honteux ?;……la chantage empêche t il toutes investigations supplémentaires….

    Le fruit pourri toujours par la tête….

    pauvre france…

    sas

    Répondre
  7. MINUX75

    11/09/2009

    Bonjour

    Je me souviens au début des années 81, quand la gauche a été au pouvoir, il y eu l’opération BUS (anagramme de UBS, union des banques suisses) menée par les socialistes. Ceux ci avaient frauduleusement récupéré une bande informatique venant d’une banque suisse, ou étaient inscrit le nom de clients français, toutefois, il n’y avait pas le montant. Les pouvoirs publics s’étaient servis d’ordinateurs de l’armée pour les décoder. 

    Des policiers accompagnés de douaniers entraient donc dans les appartements des suspects pour faire une perquisition en règle afin de trouver des documents compromettants. Les suspects le plus souvent ayant gagnés l’argent honnêtement durent subir un interrogatoire en règle.

    Je rassure les français, la france 27 ans après est toujours un état policier. Encore une histoire qui fait rire les belges.

    à bientôt

    Répondre
  8. françois

    11/09/2009

     Il n’empêche, Jaures que ces 82 000 délinquants ne sont pas inquiétés. C’était juste pour répondre à votre attaque du début: "Qu’aurait on dit si …" Réponse : RIEN et le conditionnel n’est même pas de mise. PERSONNE n’a rien dit (et surtout pas vous). Pour ma part, je persiste et signe: Ces délinquants comparés aux fraudeurs du fisc et aux automobilistes ont bien de la chance… 

    Répondre
  9. Lambda

    11/09/2009

    <<<<< Je rappelle que les salariés, eux, ne peuvent frauder. Leur fiche de paye est transmise au fisc  >>>>>>
    C’est vrai !

    <<<<<< c’est que les prisons regorgent de prévenus en attente d’un jugement >>>>>>
    C’est toujours vrai !

    <<<<< La faute à un service publique de la Justice en déliquescence par faute de moyens et de prisons vétustes, honte de l’Europe.  >>>>>>>
    C’est faux !

    Les traders, les Grands Dirigeants parachutistes au métal précieux sont TOUS des salariés ! Les cadres bancaires sont TOUS salariés ! Les fonctionnaires – surtout les Hauts, sont TOUS salariés, les politiques sont TOUS salariés ! Par contre, nombre de responsables de PME / PMI sont responsables en nom propre et gagnent moins du SMIC, souvent même, leurs salariés gagnent plus qu’eux.
    Oui, les prisons sont pleines, les salles d’attentes des médecins aussi d’ailleurs, ainsi que les cabinets d’huissiers et d’avocats. Ce qui démontre que le pays est malade, psychologiquement, socialement, physiquement. On peut éviter d’aller voir un médecin, on évite rarement d’être mis en prison, la démarche est moins personnelle… Je reste persuadé que le nombre d’innocents en prison est fort faible, je suis tout autant persuadé que le nombre de coupables / délinquants / criminels qui n’y sont pas – mais devraient y être, est fort grand. Autant dire que la quasi totalité des gens qui sont en prison ont tout fait pour y arriver. Alors, qu’on ne compte pas trop sur moi pour les plaindre, même si les conditions de vie sont atroces. Seulement, ont-ils réfléchis avant aux atrocités qu’ils ont fait endurer aux autres ? Les gens qui peuplent les prisons ont généralement une éthique qui n’est pas particulièrement à louer, pourquoi faudrait-il que leur détention soit "décente" ? Doit-on être décent, humain, correct envers ceux qui ne le sont pas ? Le vrai problème concerne en fait ceux qui sont là par erreur ou par l’hypocrisie du système, là oui, ceux-là sont à plaindre. Quand aux "manques de moyens" de la magistrature – ou d’autre chose, il me semble que nous avons déjà entendu la chanson, et même plusieurs fois, mais je ne sais plus où… Pas sur Youtube en tous les cas, puisque je ne connais pas… (Tiens, il faudra que je demande à ma petite-fille, elle vient d’avoir deux ans, elle doit savoir…)

    Répondre
  10. UN chouka

    11/09/2009

    C’est le genre de sujet qui me donne a penser que ceux qui se fichent complètement  de "lautorité Française",vu qu’ils s’en affranchisent sans pèrte,continuront a faire comme d’habitude .

    La morale, continue d’etre une affaire de Proctologue,

    et la finance, une affaire de malins savents …………………………………….

    Bon, faut pas que ça vous tracassent

    Répondre
  11. Jaures

    10/09/2009

    A François: Si les condamnés n’effectuent pas leurs peines, c’est que les prisons regorgent de prévenus en attente d’un jugement. La faute à un service publique de la Justice en déliquescence par faute de moyens et de prisons vétustes, honte de l’Europe.

    Mais nos fraudeurs, eux, n’ont même pas été inquiétés. Je rappelle que le gouvernement leur a déjà fait les gros yeux il y a 2 ans. Résultat: 40 régularisations. Et puis quoi ! Si on est (cela reste à prouver) un peu plus sévère aujourd’hui, cela ne veut-il pas dire que nous avons toujours été laxiste avec cette délinquance ? Je rappelle que les salariés, eux, ne peuvent frauder. Leur fiche de paye est transmise au fisc. D’où sort cet argent placé sur des comptes secrets ?

    Répondre
  12. richa83

    10/09/2009

    en parlant de fraudeur au fisc, il fut un temps question d’un "GROS" compte au Japon d’un homme qui de par sa fonction aurait du êtreun exemple de moralité….

    Faites ce que je dis, pas ce que je fais!

    Répondre
  13. HansImSchnoggeLoch

    10/09/2009

    Herr Erich Wörth, le Feldwebel de l’Obersteueramt du Grossparis  ne s’encombre pas de principes. Quand c’est le gouvernement qui pratique le principe vertueux de la délation, cela passe. Tous les baveux et torchonniers de faubourg qui autrement hurleraient leur indignation se taisent à l’unison.
    Voir l’article: ON A VOLE LA FRANCE de Christiane Chavane.

    site: http://le12eliberal.over-blog.org/

     

    Répondre
  14. SAS

    10/09/2009

    Si ils pratiquent déjà comme cela pour des choix internes et sans réels enjeux……

    vous avez bien compris comment ils font au niveau nationales et pour des présidentielles par exemple….

    ……les dictatures du moyen orient n ont qu a bien se tenir….nous en coccident sommes des modèles de mensonge, tricherie et arnaques….l axe du mal doit certaienement passer par paris, rome et londre…

    sas

    Répondre
  15. Frédéric Bastiat

    09/09/2009

    Délinquant. Julien Dray?
    Escroc. Martine Aubry qui bourre les urnes?
    Ou peut être patron voyou? Ségolène Royal?

    Répondre
  16. françois

    09/09/2009

     @ jaures

    Il n’a pas besoin de le dire, c’est déjà le cas! Ily a une liste de 82 000 délinquants CONDAMNES par la justice à des peines de prison ferme qui n’effectueront jamais leur peine. Vous voyez, eux sont déjà amnistiés sans même avoir eu besoin de régulariser leur situation. Par rapport aux fraudeurs du fisc ou aux automobilistes, avouez qu’ils sont vernis!

    Répondre
  17. Anonyme

    09/09/2009

    c’est tres pertinent comme article!
    pauvre capitalislme, on nous prend vraiment comme des cons!

    Répondre
  18. Jaures

    09/09/2009

    Que dirait-on si le ministre de l’intérieur déclarait détenir une liste de 3000 délinquants, escrocs, cambrioleurs, pick-pockets, mais qu’il leur laisse jusqu’à noël pour rendre l’argent afin de ne pas être inquiétés ? 

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)