Mesures de Manuel Valls en faveur de l’investissement : insuffisantes pour redonner confiance

Mesures de Manuel Valls en faveur de l’investissement : insuffisantes pour redonner confiance

valls-ministre-jpg-x-2895447-jpg_2531249_652x284Manuel Valls a annoncé un ensemble de mesures pour relancer l’investissement public et privé. Nous Citoyens pense que ces nouvelles propositions vont dans le bon sens et arrivent au bon moment pour compléter le pacte de responsabilité, accélérer le retour de la croissance et rattraper le retard de la France dans la modernisation de son appareil productif.

Néanmoins, la confiance des chefs d’entreprise, seule à même de provoquer de nouvelles embauches et faire baisser durablement le chômage, ne se restaurera que sous 3 conditions :

Les mesures annoncées ne se transforment pas en « usines à gaz administratives » ou en « mesurettes » sous l’effet des arbitrages liés à l’absence de cohérence de la majorité gouvernementale, à l’image de la loi Macron

Les mesures annoncées ne remettent pas en cause le pacte de responsabilité et assurent une continuité de l’action qui vise à améliorer la productivité de nos entreprises.

Les mesures annoncées soient complétées le plus rapidement possible par des réformes destinées à assouplir le marché du travail : refonte du dialogue social, contrat de travail unique, simplification du code du travail.

Nous Citoyens 

Partager cette publication

(11) Commentaires

  • Albator Répondre

    Ce type est un danger mortel pour la France.En éructant à tout bout de champ : République, République, République,  » il déclare que le l’immigration est une chance pour la France et n’hésite pas à attaquer le FN en l’accusant de prendre les immigrés pour des boucs émissaires.Cet enragé profondément anti-Français malgré ses belles déclarations, se pose en défenseur de l’Islam et des Musulmans en oubliant de voir le danger mortel pour la France représenté par cette religion et les nombre de ses fidèles sans cesse croissant.Avec ses déclarations il montre qu’il n’hésiterait pas à faire pénétrer de plus en plus de Musulmans dans notre pays et de les naturaliser afin de bénéficier de nouveaux électeurs.Si les Français ne réagissent pas, cet homme est bien capable de tuer un pays qu’il prétend aimer.Ce dont beaucoup de gens doutent naturellement !

    12/04/2015 à 19 h 58 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      depuis aujourd ‘hui nous savons que Manuel Valls est vraiment à … l’ écoute des Français

      13/04/2015 à 18 h 39 min
  • Hilarion Répondre

    Il semble que nos « gouvernants » qui sont tous des fonctionnaires n’aient pas compris une chose très simple:
    pour investir il faut avoir besoin de produire et pour avoir besoin de produire il faut un carnet de commandes plein. La même remarque s’applique à l’embauche. Une entreprise n’embauche que si elle a à produire s’agissant du personnel de production et pour les fonctions développement, confiance en l’avenir. Il me souviens, lors d’une discussion avec le maire communiste d’une ville normande de cinquante mille habitants, m’être entendu dire « Je sais ce qu’est gérer une entreprise puisque j’ai sous ma responsabilité mille deux cents personnes » (allusion au personnel municipal). Ce maire, ex cadre de la fonction publique ne semblait pas comprendre la différence qui existe entre un personnel dont la masse salariale est assurée par l’impôt quoi qu’il arrive et la masse salariale d’une entreprise privée qui ne peut être équilibrée que par une production qui a l’immense inconvénient d’être aléatoire car déterminée par le carnet de commandes. Tant que les psychorigides qui nous gouvernent et notamment le vociférateur qui occupe le poste de premier ministre n’auront pas compris ces éléments de base, ni l’investissement, ni le chômage ne baisseront à la grande satisfaction de nos concurrents européens, dont beaucoup peuvent travailler et nous inonder de produits grâce à des prix de revient inaccessibles en France.

    10/04/2015 à 20 h 26 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      j’ ai entendu le même discours dans la bouche d’ un officier supérieur commandant une base militaire ! … pour ce qui est de la relance par la consommation ( relance keynésienne cher à nos économistes … politiques car elle relance surtout le pactole de la T.V.A. ) celle ci profite en premier ( et Keynes ne l’ avait pas prévu ) *** aux pays à bas coup de production ( et aux  » importateurs  » )

      *** il y eu pourtant des précédents notamment au XVIII ième siècle dans le textile notamment

      10/04/2015 à 21 h 00 min
  • BRENUS Répondre

    Vous pouvez faire du « quantitative easing » autant que vous voulez en prétendant viser une forte réduction du chomage. Sauf que si vous ne changez pas les règles fondamentales de l’économie nationale, vous ramez sur le sable. Qui va acheter (à l’export) des quantités de produits français vendus trop chers parce que produit trop chers ou d’une qualité jugée limite par rapport à d’autres. Vous pouvez injecter du fric à n’en plus pouvoir pour multiplier la production : tant qu’elle coute trop cher vous la gardez sur les bretelles et les boites n’embauchent pas pour bailler aux corneilles…..

    10/04/2015 à 19 h 40 min
  • lombard Répondre

    bonjour
    tout ceci pour enfin dire que la mondialisation ne fonctionne pas !! a part paupériser volontairement les pays ou société rentable prospère et autonome…..nous finirons par retourner au nationalisme culturel et donc économique avec des projets communs européens !!!comme l’esprit de l’Europe a sa fondation d’avant le traité de rome.

    10/04/2015 à 10 h 14 min
  • René de Sévérac Répondre

    Quinctus,
    « tout cela revient subventionner »
    Oui mais avec quel argent. Tout marche bien dans le monde depuis que les USA ont démontré que le ressort c’est la planche à billet (Quantitative Easing). Au point que les marchés prêtent à nos voisins à taux négatif !
    « Pourvu que ça dure » disait la mère de Napoléon.

    Pur revenir à l’article, j’ai une forte compassion pour le pauvre hidalgo (Vallsounet) : il s’agite sans comprendre qu’il ne tient pas la barre.
    Et comme l’idée de s’éloigner de l’hinterland de la RFA est une idée nauséabonde ….
    Après Jean Germain, Valls ?
    Hollande, convaincu que le rôle de Pdt de la IVème c’est pas si mal. Il se prépare à concourir en 2017 … sur la cadavre de Valls !

    10/04/2015 à 9 h 27 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

       » … tout marche bien ( ? ? ? ) depuis que les U.S.A. ont démontré que le ressort c’ était la planche à billet  » …. deux remarques :

      – premièrement les U.S.A. ne sont pas les premiers à avoir tenté cet  » expédient  » qui consiste à augmenter la masse monétaire disponible

      – deuxièmement : l’  » assouplissement monétaire  » ( Quantitative Easing ) intervient pour faire varier les taux directeurs des banques centrales( c’ est une ligne de CREDIT inscrite à leur bilan ) qui consiste à acheter des titres de créances obligataires aux institutions financières ( banques, compagnies d’ assurance, fonds de pension etc … ) pour injecter plus de masse monétaire lorsque les taux directeurs sont bas, voire nuls ou négatifs … ces  » liquidités » ( qui sont une ligne de crédit il faut le rappeler ) peuvent alors être prêtées plus aisément à faible taux par les banques ( commerciales ) aux  » agents économiques  » … une fois l’ économie relancée la Banque Centrale doit alors vendre les titres SOUVERAINS ainsi créés pour ( entre autre chose ) éviter l’ inflation

      Quid , si l’ économie ne redémarre pas ? et c ‘est le cas selon le F.M.I. ( Inde exceptée )

      10/04/2015 à 9 h 57 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      réponse à votre question ( qui avait échappée à mon attention )  » avec quel argent ?  »

      tout simplement avec les liquidités ainsi obtenues ( comme dit précédemment ) ; le système fonctionnant ( comme n’ importe quelle fusée ) avec trois étages de lancement

      – la B.C.E. ( dans l’ U.E. ) demande aux banques centrales NATIONALES de s’ engager pour un montant de rachat de titres obligataires qui varie selon les pays ( par exemple supérieur pour ce qui concerne la R.F.A. à ce qui est  » demandé  » à la France ) … c’ est ce qu’ on peut appeler une  » mutualisation  » ( des risques ! )
      – la Banque Centrale Nationale prête alors aux banques commerciales de SON pays
      – lesquelles banques commerciales sont censées ( je dis bien sont censées ) ouvrir des lignes de crédit aux  » agents commerciaux  »

      et c’ est là où le bât blesse : ces liquidités abondantes , devant une reprise économique  » molle « , sont plutôt investies dans la  » spéculation  » ( en ce moment par exemple dans les oeuvres d’ art contemporain ) créant ainsi une nouvelle bulle financière ( voilà pourquoi les bourses montent )

      bien à vous

      10/04/2015 à 11 h 58 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    la fable de l’ Hôpital et de la Charité ( actualisée ):

    Manuel Walls :

     » Paris attend une liste de réformes plus profondes de la part de la Grèce  »

    interprétation ( toute personnelle ) :

    le Premier Ministre grec n’ aurait pas du se rendre dans le Moscou ( nationaliste et orthodoxe ) de … Vladimir Poutine !

    10/04/2015 à 9 h 12 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Dans la réalité ( brutalement économique ) tout cela revient simplement à … subventionner , puisque les réformes de fond ne seront jamais faites :

     » Si ça bouge, taxez . Si ça continue à bougre, régulez . Si ça s’ arrête de bouger … subventionnez  »

    Ronald Reagan

    09/04/2015 à 15 h 09 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: