Mondialisme et Sécurité sociale

Mondialisme et Sécurité sociale

Les péripéties de la directive Bolkestein ont mis en lumière la contradiction fondamentale que l’Union européenne ne parvient pas encore à résoudre, mais dont il lui faudra venir à bout tôt ou tard, et qui est l’incompatibilité totale entre le libéralisme et le socialisme.
L’Europe en construction est, comme chacun sait, d’inspiration libérale, pour la simple raison que le libéralisme remporte dans le monde moderne une victoire incontournable. Tous les collectivismes ont fait faillite. Le communisme russe s’est effondré, suivi peu après du communisme chinois, qui n’est parvenu à sauver son apparence et son drapeau qu’en embrassant le capitalisme à pleine bouche.
Quant aux partis socialistes occidentaux, lorsqu’ils sont au pouvoir, ils ne parviennent à s’y maintenir qu’en adoptant sans le dire une bonne part de libéralisme, et aussi parce que leurs adversaires de droite sont gangrenés eux-mêmes par une bonne part de socialisme, comme on le voit en France particulièrement. C’est pourquoi le mythe de « l’Europe sociale » a la vie dure, mais il ne pourra pas tenir très longtemps.
Jacques Chirac a volé au secours de la chimère en obtenant une révision de la directive Bolkestein, qui cherchait tout simplement, et en bonne logique, à étendre le libéralisme européen à toutes les professions de services. Comment l’a-t-il obtenue ? En agitant à Bruxelles l’épouvantail d’un « non » français à la Constitution européenne. C’est-à-dire qu’il s’est servi d’un sondage favorable aux adversaires de sa propre position. Et je le soupçonne d’avoir dit aux autres dirigeants européens : Mettez la directive Bolkestein au frigo; vous pourrez toujours la ressortir quand la Constitution aura été adoptée. Il faut reconnaître que c’est de la bonne tactique politique.

La France sera libérale ou ne sera pas


Résumons la situation : le libéralisme mondial triomphant a déclenché une concurrence industrielle et commerciale internationale qui ne laissera aucune possibilité de survie à une quelconque « exception », qu’elle soit française, européenne ou autre. Aucun îlot socialiste ou socialisant ne pourra perdurer sur la planète sans être voué à une ruine absolue.
Or, le système français dit « de protection sociale », plus ou moins partagé par d’autres pays développés, et qui consiste à faire payer aux plus consciencieux, aux plus sobres et aux plus travailleurs l’irresponsabilité des insouciants, des intempérants et des goinfres, n’est rien d’autre que du communisme sous sa forme la plus concrète. Il est donc inexorablement condamné. Ou plutôt, si nous ne le condamnons pas, c’est nous qui serons condamnés, car nous serons dans l’incapacité de résister à la concurrence commerciale des nations préservées de ce système aberrant.
En France, quelques naïfs, parmi lesquels plusieurs ministres, s’imaginent qu’ils pourront faire durer la Sécurité Sociale à coup de réformettes. C’est de l’inconscience pure. Quiconque regarde un tant soit peu la télévision ne peut qu’être frappé de la pression constante exercée sur l’opinion, tant par les journalistes (soudoyés ?) que par les publicitaires dans le sens d’une médicalisation à outrance.
On terrorise actuellement les jeunes mamans pour qu’elles infligent à leurs bébés le vaccin oreillons/rougeole/rubéole. On terrorise leurs mères pour qu’elles multiplient des mammographies elles-mêmes cancérigènes. À chaque automne, on vante à longueur d’antenne le vaccin contre la grippe, totalement illusoire, sinon néfaste, mais gratuit pour les vieux, donc payé par les autres. (Cet hiver, 2 millions 1/2 de grippés en France. En 2004, 9 morts de la grippe dans la maison de retraite de Sevran, tous vaccinés. En 2005, 13 morts de la grippe dans une maison de retraite de Meurthe-et-Moselle, tous vaccinés, etc.). Dernière trouvaille : on lance le dépistage de l’obésité. Vous pensiez qu’un gros se voyait dans la glace ? Détrompez-vous ! Il doit aller consulter un médecin pour savoir qu’il est gros et se nourrit comme un idiot. Et maintenant voici la folie du « médecin traitant » quasi obligatoire pour chaque assuré.
Bref, tout est fait, chaque jour, pour que la médecine tentaculaire et remboursée ruine de plus en plus la nation et la rende incapable de tenir tête aux productions envahissantes des pays sans charges sociales. La France est malade de sa médecine et elle en mourra, sauf si l’Europe libérale l’arrache à ses démons. Voilà pourquoi je voterai OUI à la Constitution européenne. Et pour bien d’autres raisons dont je vous parlerai en temps opportun.

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • JEDISNON Répondre

    La France sera SOUVERAINISTE Ou ne sera pas… http://jedisnon.site.voila.fr

    16/04/2005 à 15 h 48 min
  • Adolphos Répondre

    Moi je préféres justement Nice parce qu’il n’y a pas la moindre goute de « social » dedans. De toute façon il faut être logique : -Soi les services publics sont rentables, et alors il n’est pas justifier qu’ils soient public, justement. Donc concurence etc.. ne leur fera pas de mal. -Soi les services public sont non rentable, mais alors aucun concurent, même si c’est autorisé, ne viendra jamais les concurencer. Donc les vrais services publics n’ont rien à perdre de l’Europe, et les citoyens tout à y gagner. Mais si « l’europe social » est imposée par la France, alors oui, on risque de rester longtemps dans la situation toute pourrie de maintenant. Donc =>Nice.

    13/04/2005 à 12 h 34 min
  • SOLITAIRE Répondre

    Je me souviens avoir lu il y a quelques années, en 1998 peut-être, dans le Monde Diplomatique une étude complète sur l’AMI (Assoc Mondiale pour l’Investissement si mes souvenirs sont exacts); il s’agissait en gros de mettre en coupe réglée le Monde et d e soumettre l’économie des pays concernés (toute l’Europe pour commencer) à la volonté d’un groupe de capitalistes que l’on ne nommait pas mais que l’on devinait sous des phrases assez tarabiscotées. Je me souviens avoir été ému de l’énormité de la tentative et j’ai adressé un mail à un de mes neveux qui faisait partie du personnel de la Commission de Bruxelles pour lui faire part de mes craintes. Il m’a répondu rapidement en me disant qu’il n’y avait plus rien à craindre, la France ayant opposé son veto en soulevant l’exception culturelle et obtenu que le texte soit remisé aux oubliettes. Eh bien le voilà revenu, revu et corrigé, avec le projet de Constitution que l’on propose au vote des Français le 29 Mai 2005. Il aura fallu sept ans aux requins de la Haute Finance Internationale pour remettre ça. Ils ont la dent dure et l’esprit tenace. Ils veulent par une occupation qui ne dit pas son nom remettre dans le creux de leur main ce joyau économique et financier que forment les Nations de notre vieille Europe. Ils sont sans doute européens eux-mêmes et sous prétexte de s’opposer aux USA (voyez comme on utilise un courant devenu populaire !) ils veulent organiser à leur manière les facultés industrielles, commerciales et économiques de l’Europe, pour disposer d’un énorme marché qui sera à leurs bottes. Je revois les mots et les phrases et en tous cas l’esprit du texte de l’AMI ci-dessus. Mais cette fois, il ne s’agit pas d’un accord entre eux; les peuples ont leur mot à dire, du moins dans les pays où on les consulte par referendum. Ailleurs, ce sont les Parlements qui vont décider. Pour notre doux pays, c’est NON qu’il faut dire à cette invasion camouflée, NON à cette tentative d’accaparement, NON aux mensonges qu’on utilise, NON à ceux qui v eulent en douceur nous enlever ce que nos pères ont mis tant d’années et tant de larmes à conquérir.

    13/04/2005 à 10 h 44 min
  • sas Répondre

    mondialisation,europeisme….illuminé …infos viennent d’être publiées; les bénéficiaires Anglais (les moins concernés par l’europe puisque non signataires)des primes et subventions agricoles dans le cadre de la PAC….édifiant; des lords,des nantis et même un prince de sang…pour des millions de francs lourds…à quand la liste française avec les nantis de notre ripoublique et les « frères » du crédit agricole de Brie et de Bauce…c’est ca l’europe n’en déplaise AUX AFICIONADOS sas

    11/04/2005 à 15 h 24 min
  • Josick Croyal Répondre

    Certains prétendent qu’en votant NON, on laissera la part belle au Traité de Nice qui lui, est présenté beaucoup moins social, beaucoup plus libéral que cette « Constitution ». Que dit à cela Pierre Lance, dont j’apprécie beaucoup la réflexion et la prose ?

    11/04/2005 à 13 h 50 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Il y a manifestement un plan mondial d’asservissement des êtres humains. Tout ce qui les rendra dépendants est bon pour ceux qui, dans l’ombre de gouvernants élus avec de vraies fausses majorités, nous dirigent réellement. L’assujettissement aux véritables poisons que sont les médicaments et les vaccins est tout bon pour ces machiavels invisibles. Non seulement parce que les êtres humains sont transformés en « assistés » (« une peuple d’assistés n’est pas un peuple de gens libres », a dit Maurice DRUON, il aurait pu tout aussi bien écrire: « c’est un peuple d’esclaves », mais aussi parce que, au lieu de prendre en main leur santé (en même temps que leur destin), ils deviennent dépendants de produits qui, à la longue, sont aussi dangereux que les « drogues » dénoncées certes par les pouvoirs, mais dont les trafiquants (hauts bonnets de la politique, et du business) ne sont jamais sérieusement combattus. Tout se tient. Je rappellerai aux éternels sceptiques, véritables béniouiouistes ou idiots utiles, qu’après la fondation, dans les années 50,du Groupe BILDERBERG (sous l’influence de David Rockefeller)dont le but avoué est précisément la « globalisation », l’un de ses membres, Percy BARNEVIK avait eu l’honnêteté de prévenir, au début du XXI° siècle: « Je décrirai plutôt la globalisation comme la liberté pour mon groupe (entendez BILDERBERG)d’investir où il veut pour le délai qu’il veut, de produire ce qu’il veut, de rechercher ses matières premières où il veut et de vendre ses produits où il veut, en s’embarassant le moins possible des droits des travailleurs et des accords sociaux » (fin de citation). Voilà qui, d’une certaine façon, nous ramène à la CONSTITUTION que veut nous imposer l’UMPS (contraction de UMP et de PS), CHIRAC II et HOLLANDE en tête. Et, bien entendu à la directive BOLKESTEIN remisée dans un tiroir en attendant que les OUISTES triomphent « démocratiquement » (comme lors du referendum de MAESTRICHT) avec quelques dizaines de milliers de voix de plus que les NON, et en oubliant les abstentions, les blancs ou les nuls toujours largement majoritaires…Pour en revenir au texte de Pierre LANCE, plus les électeurs seront abrutis(1)par les « poisons » pharmaceutiques, mieux se sera pour la « globalisation ». Cordialement vôtre, Jean-Claude LAHITTE (1) au fait, comment appelle-t-on un internaute inintelligent ? REPONSE: un a-bruti ! Vous pouvez ne pas rire, la devinette est de mon cru …

    10/04/2005 à 22 h 35 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *