Monnaie : une proposition à faire à la Chine

Monnaie : une proposition à faire à la Chine

Ce n’est pas la mondialisation qui est la première responsable du déclin français. C’est l’impéritie des dirigeants politiques français, depuis trente ans.
Le marqueur de ce déclin est la dégradation continue de notre balance commerciale, aussi bien avec les autres pays de l’UE qu’avec les pays émergents (ou non).

Or, la concurrence de ces derniers s’exerce à l’égard de l’ensemble des pays occidentaux « matures ». Et, contrairement à nous, beaucoup d’autres pays, aussi bien l’Allemagne que les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique, l’Autriche, la Finlande, le Danemark, la Norvège ou la Suède, profitent de cette mondialisation, et même, pour plusieurs d’entre eux, ont une balance excédentaire avec l’épouvantail chinois !
On dira : « Les Suisses ne sont pas des Français ». Mais sait-on que les entreprises suisses fonctionnent avec 70 % de cadres expatriés, dont beaucoup de « Français ». Ni le déclin, ni la prospérité ne sont génétiques…

Ces pays ont tout simplement été mieux gouvernés, depuis longtemps. L’État-providence est mieux géré et contrôlé ; la sphère publique est réduite ; la durée du travail est plus longue ; le budget est moins déséquilibré ; le laxisme à l’égard de l’immigration d’assistanat est moindre.
Si, sur ces différents points, en particulier sur celui de la réduction du volume de la sphère publique et de l’étendue de l’État-providence, notre pays avait été plus raisonnable, les plaintes populaires contre la mondialisation seraient plus discrètes.

C’est donc de la faute de tous ceux qui ont si mal gouverné depuis 30 ans ! Ils sont, à la fois, responsables du déclin français et de l’émergence de ce courant irrationnel des partisans de la « démondialisation », de droite comme de gauche.

Il faut aussi bien voir que les salaires, même très bas, sont rarement, à eux seuls, un facteur déterminant d’avantage compétitif. Sauf peut-être pour les produits basiques, à faible valeur ajoutée. Car les autres produits ou services intègrent une part importante de matière grise et de savoir-faire. Si les Suisses « gagnent à la mondialisation », c’est parce ce qu’ils vendent leurs produits (mécanique de précision, en particulier) à des prix élevés, avec de bons profits, tandis qu’ils achètent de moins en moins cher, à des entreprises qui doivent raboter leurs marges.
De tous les arguments des protectionnistes, un seul est recevable.

Les Chinois contrôlent leur monnaie et son taux de change. Le prix du yuan est au quart ou à la moitié de sa valeur. L’essentiel de leur avantage comparatif vient de cette manipulation. C’est au moment où la Chine frappait aux portes de l’OMC qu’il fallait exiger la libre fixation de la valeur d’échange du yuan.

Maintenant, c’est bien tard. L’affaire, qui était économique, est devenue politique.
En toute logique, les anti-mondialistes devraient se joindre aux États-Unis pour faire pression sur Pékin et pousser la Chine à une réévaluation plus rapide du yuan.

Mais un tel comportement supposerait que ces « démondialisateurs » aient une conception libérale de la monnaie, à savoir que celle-ci est une marchandise comme une autre, dont le prix, la quantité, et même les caractéristiques, ne peuvent être fixés autoritairement, par qui que ce soit.
Pour remettre Pékin à sa place, sur le terrain du commerce international, il faudrait commencer par lui dénier le droit de manipuler sa monnaie, si la Chine veut continuer à figurer à la table des échanges commerciaux internationaux libres.

Mais voit-on M. Mélenchon, M. Mon­tebourg, ou même Marine Le Pen, lui contester ce droit, alors qu’ils prétendent en user eux-mêmes s’ils arrivaient au pouvoir ?

Une autre solution serait possible, qui aurait l’avantage d’être, sans doute, acceptable par la Chine : engager avec elle la nécessaire et urgente ré­forme monétaire internationale.

Non pas en créant une nouvelle unité monétaire, DTS ou autre. Non pas en décrétant que l’euro ou le yen viendraient s’ajouter au dollar comme monnaies de réserve.

Mais en appliquant la recette déjà avancée par Hayek dès 1977 (« Dénationalisation de la monnaie ») : laisser les monnaies se faire librement concurrence entre elles. En ajoutant à toutes ces monnaies de banques centrales celle qui, silencieusement, attend son heure : l’or, support référent par excellence de la monnaie libre, de la banque libre, plébiscité par 3 000 ans d’histoire !

Mais voit-on M. Mélenchon, M. Mon­tebourg, ou même Marine Le Pen, rendre hommage à ce que Lord Keynes – l’économiste le plus nuisible du XXe siècle – appelait la « relique barbare » ?

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • NL Répondre

    Pourtant Marine LEPEN est la seule à demander à ce que l’on revienne à létalon or, contrairement à vos doutes affichés. Préconisation du Prix Nobel en économie le feu et regrété Maurice Allais dont s’inspire largement le programe du FN.

    25/10/2011 à 1 h 43 min
  • IOSA Répondre

    NON NON ce n’est pas la faute des autres qui ont ou qui gouvernent des andouilles.

    La faute c’est d’avoir donner le droit de vote aux andouilles.

    IOSA

    20/10/2011 à 1 h 55 min
  • andré Répondre

    Je suis plus ou moins d’accord avec vous.

    La France est mal gouvernée depuis l’arrivée au pouvoir de Giscard d’Estaing. Mitterrand a aggravé la politique de Giscard.

    Les autres pays occidentaux que vous citez dans cette article se portent mieux que nous mais pas nettement mieux. Eux aussi sont confrontés à des dépenses publiques et des dettes élevées. Eux aussi doivent entreprendre des réformes importantes pour se redresser.

    Je suis d’accord, il faut rétablir l’étalon or.

    19/10/2011 à 16 h 12 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: