Moralité de l’impôt

Posté le janvier 06, 2013, 7:32
2 mins

L’ouragan fiscal qui s’abat sur la France et le départ de Gérard Depardieu sont l’occasion de nombreuses réflexions sur la fiscalité.

Certains plaident pour l’impôt progressif que nous connaissons, et trouvent normal que la moitié des Français n’en payent pas. D’autres estiment qu’il serait plus juste d’imposer tout le monde au même taux (flat tax). Et curieusement chaque camp trouve morales des positions aussi diamétralement opposées !

Si vous aimez les films policiers, une situation classique vous permettra de résoudre la question. Il s’agit du scénario qui commence par un cambriolage ou une attaque de banque réussie. Les bandits s’échappent, et le reste du film se passe à savoir lequel arrivera à gruger ses complices en gardant le magot pour lui seul. Mais généralement, le trésor disparaît à la fin dans une explosion, un incendie ou des flots tumultueux…

C’est que voler étant immoral, il n’y a pas non plus de façon morale de partager le produit d’un vol. Or il n’est aucune définition qui s’applique à l’impôt qui ne puisse également s’appliquer au vol. C’est comme si l’on vous demandait quel est le meilleur moyen de tuer sa mère ? La seule réponse acceptable est : « Il ne faut pas tuer sa mère. »

Si je ne paye pas mes impôts, l’huissier viendra me saisir. Si je m’oppose à lui, c’est le commissaire de police qui viendra. Et si je m’oppose à ce dernier, en dernière extrémité, il me tuera. C’est pourquoi, personnellement, la seule raison pour laquelle je paye est que je considère la préservation de ma vie comme supérieure à toute autre valeur. Je n’ai pas d’autre motif, et certainement pas ce mystérieux contrat social que l’on n’a jamais soumis à ma signature…

16 réponses à l'article : Moralité de l’impôt

  1. dany

    07/01/2013

    D’accord avec chacun d’entre vous, mais vous oubliez l’essentiel :
    les allocations que reçoivent beaucoup de « pauvres que l’on plaint et qui sont aidés avec l’argent public » ne sont PAS DECLAREES. Ainsi, ils peuvent ne rien déclarer, ne pas payer d’impôts et finalement avoir des revenus bien supérieurs à ceux des contribuables….

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    07/01/2013

    AZ, Robespierre le coupeur de tête a parlé!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      08/01/2013

      on ne discute pas avec le bourreau !

      Répondre
  3. Jaures

    07/01/2013

    Quinctius, si vous ne voulez pas payez d’impôts pour les « fainéants », profitez-donc de vos contributions: envoyez vos enfants à l’école, à l’université, partez en formation, allez dans la médiathèque ou le théâtre de votre commune, promenez-vous dans les parcs naturels nationaux, visitez les musées, les monuments,… Bref, vivez !
    Travailler n’est pas une fin en soi mais un moyen d’accéder à ce dont vous avez besoin. Celui qui pleure sur les impôts pensera toujours trop en payer et les payer pour les autres. Lorsqu’on a commencé à prélever un IRPP, le taux était à 3%. Déjà, nombre parlait d’impôt confiscatoire…

    Répondre
    • Dr H.

      08/01/2013

      Ce cher Jaures dit « allez dans la médiathèque ou le théâtre de votre commune, promenez-vous dans les parcs naturels nationaux, visitez les musées, les monuments… » En clair, après nous avoir fait les poches, il dirige nos loisirs… Ce JackLangisme d’homo festivus post moderne est bien roboratif ! J’imagine sous sa houlette, une visite encadrée d’un « musée de l’antifascisme » avec interro à la sortie, donnant droit à des bons alimentaires…

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        08/01/2013

        j’avais répondu vertement aux  » bons  » conseils de Jaurès qui semble penser que je suis un béotien ( bac + 9 )
        il est vrai que je fréquente ni la bibliothèque , ni son annexe la médiathèque de ma petite ville où je n’ai recensé que des oeuvres et des ouvrages sans intérêt ( pour moi , mais sans doute pas pour lui )
        je lui avais également dit qu’il ne m’avait jamais été possible ayant une activité libérale et 4 enfants de  » passer « ( en partie aux frais de la princesse ) 3 semaines de vacances dans le Queyras
        ma réponse n’a pas été publiée … j’en ignore la raison

        je vous remercie d’avoir relevé l’ outrecuidance des propos de notre parasite !

        Répondre
        • Dr H.

          09/01/2013

          Parasite… parasite… avouez tout de même qu’il nous distrait ! Non, ce que je ne m’explique pas, c’est le plaisir masochiste qu’il prend apparemment à gambader sur ce site… «  »Vivant dans les théories abstraites indépendantes des lois économiques, les socialistes peuvent promettre aux foules les paradis dont elles sont avides. Limités par des nécessités économiques inflexibles, les adversaires du socialisme ne sauraient faire les mêmes promesses et posséder par conséquent le même prestige » (Gustave Le Bon.)

          Répondre
  4. BAYLE

    07/01/2013

    Il n’est pas normal que 50% de la population française échappe à l’impôt ! Tout le monde devrait payer l’impôt nationale et les impôts locaux. Tenir compte de l’importance des ressources, oui, certes, mais même avec un montant faible d’imposition, les citoyens se sentiront concernés par les problème des impôts surtout par les temps actuels !

    Répondre
  5. Elsaesser

    07/01/2013

    Cela me rappelle une série de dessins humoristiques que j’avais vu dans ma jeunesse.

    Robin des Bois détrousse un riche et dans la foulée donne le butin à un pauvre qui passait par là. Ce dernier s’écria: »je suis riche »
    Robin des Bois, gêné, se tourne vers l’ex-riche devenu nouveau pauvre.

    Il reprit le butin au nouveau riche.

    Devant la complexité de la situation et pour être sûr de contenter tout le monde, il finit par laisser les deux pauvres sur place et s’en alla, plus riche qu’il n’était venu.

    10% sur tous les revenus et quelle que soit l’origine* ou le montant total. Chacun pourra ainsi profiter de ce qu’il a gagné en fonction de ses mérites et en contribuant de la même manière au bien commun.
    On ne peut pas trouver normal qu’un patron gagne plus qu’un ouvrier pour ensuite le détrousser sous prétexte qu’il gagne plus.
    Après, que l’écart de salaire soit raisonnable et surtout, lié à la compétence, ça c’est une autre histoire.
    Mais je pense surtout que nos politiques sont certainement les plus mal placés pour donner des leçons de moralité dans ce domaine (comme dans celui de la retraite et du train de vie des administrations) puisqu’ils font justement tout le contraire de ce qu’ils imposent aux autres.

    * Celui qui place beaucoup d’argent en bourse peut en perdre beaucoup. Il prend donc un risque et s’il gagne, mérite d’en profiter pleinement. Il n’y a aucune raison qu’il partage avec celui qui a placé son argent sur un produit qui lui procure un revenu plus faible, mais garantit.

    Je rassure tout de suite ceux qui pourraient bondir suite à cette prise de position. Je suis retraité, n’ai aucun placement en bourse et rembourse un crédit de cinq ans pour ma voiture. Si un Robin des Bois passe vers chez moi…Juste un petit coup de main ferait déjà du bien.

    Répondre
  6. AZ

    07/01/2013

    Remarques

    – L’impôt est au fondement de la nation depuis 1789. C’est précisément parce que les riches (et surtout les très riches) ont refusé d’y contribuer que le Révolution a eu lieu. Refuser l’impôt, c’est remettre en cause la légitimité même du principe de la Révolution, c’est, réciproquement, légitimer l’Ancien Régime…

    – [Je rappelle, à cet égard, que les impôts s’appelaient jadis contributions. Le changement d’un terme à l’autre n’est idéologiquement pas neutre : une contribution est une participation à laquelle on adhère ; un impôt est une charge. Or l’impôt n’est pas une indemnité de guerre versée à un Etat ennemi dont les habitants s’appellent fonctionnaire, l’impôt est un tribut que la nation se verse à elle-même – selon le très beau mot de Condorcet].

    – Le consentement à l’impôt est défini par les articles 13 et 14 de la Déclaration des Droits de l’Homme, qui figure en préambule de la Constitution. Celle-ci étant l’émanation de la Nation est donc censée être approuvée par tous.

    – L’impôt est là pour répondre aux besoins généraux de la société, besoins qui NE SONT PAS la somme des besoins individuels, de même que la société N’EST PAS égale à l’agrégation de ses membres mais représente une entité autre et SUPERIEURE.

    Répondre
    • Dr H.

      07/01/2013

      AZ a dit : « L’impôt est au fondement de la nation depuis 1789. » Alors ils sont vachement nationalistes, les socialistes ! Nationaux-socialistes, en somme… (Je rigole !). Et AZ d’ajouter « Le consentement à l’impôt est défini par (…) censée être approuvée par tous. » Oui, surtout par ceux qui n’en payent pas ! Quant aux « besoins généraux de la société », ils sont par nature extensibles à l’infini. On n’a pas le c… sorti des ronces !

      Répondre
  7. goufio

    07/01/2013

    On ne peut pas libérer les pauvres en aliénant les riches. Pour qu’une personne reçoive sans travailler, une autre personne aura dû travailler sans recevoir.
    Le gouvernement ne peut pas donner quoi que ce soit à qui que ce soit sans l’avoir confisqué d’abord à quelqu’un d’autre. Quand la moitié des gens commence à comprendre qu’elle n’a pas à travailler parce que l’autre moitié va prendre soin d’eux, et que l’autre moitié commence à se dire que cela ne vaut pas la peine de travailler parce que quelqu’un d’autre va recevoir le fruit de leur travail cela, mon cher ami, est le début de la fin pour toute nation.
    On ne peut pas multiplier la richesse en la répartissant. – Dr. Adrian Rogers

    Répondre
  8. goufio

    07/01/2013

    Si l’impôt, payé sous la contrainte, est impossible à distinguer du vol, il s’ensuit que l’État, qui subsiste par l’impôt, est une vaste organisation criminelle, bien plus considérable et efficace que n’importe quelle mafia « privée » ne le fut jamais. – Murray Rothbard

    Répondre
  9. Banro

    06/01/2013

    Je ne suis pas d’accord avec  » qu’il serait plus juste d’imposer tout le monde au même taux », c’est ridicule.
    Je trouve que les tranches d’imposition sont plus justes, bien qu’elles pourraient commencer plus bas. Mais je suis tout à fait contre une imposition à 75%, bien que n’étant pas concerné.

    Répondre
    • Dr H.

      07/01/2013

      Banro, il est probable aussi que la majorité des gens dispensés de payer l’IRPP, trouvent tout à fait normal qu’on augmente les taux pour ceux qui le payent…

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      07/01/2013

      c’est la  » flat tax  » et elle n’est pas aussi immorale que vous semblez le penser ; c’est en quelque sorte une T.V.A. : tout le monde s’en acquitte et l’état y trouve ( plus que ) son compte ;mais elle n’est pas assez  » répartitive  » pour les  » parasites  » de tous poils

      j’ai entendu ( dans ma famille ) ce dialogue entre un ex-socialiste et un toujours socialiste ( pour l’instant ) :

      – je refuse de payer des impôts pour des fainéants !

      – t’a qu’a travailler moins , tu gagneras moins et tu paieras moins d’impôts !

      c’est on ne peut plus  » motivant  » !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)