Non à la relance par les déficits

Posté le décembre 18, 2008, 12:00
6 mins

Michel de Poncins, vous évoquez souvent le Président « jogger ». Vous dites à présent qu’il court après une relance qu’il n’atteindra jamais…

Je me sépare, en effet, des analystes « officiels » qui ont les yeux de Chimène pour le plan annoncé à Douai. D’abord, on nous promet une nouvelle giclée de lois. La loi n’a jamais créé la richesse et, au contraire, la détruit de diverses façons. Le plan de relance prévoit dès maintenant des périodes transitoires puisque certaines des mesures envisagées ne doivent durer que pendant l’année 2009. Les entreprises et autres acteurs de l’économie ont un besoin urgent de stabilité et non pas de jogging permanent.

Sans parler des inévitables usines à gaz…

Vous avez parfaitement raison. Le plan rajoute un étage supplémentaire à l’immense usine à gaz administrative dans laquelle la France se débat. Cette horreur n’est pas un hasard mais une nécessité dès lors que le pouvoir ne veut pas détruire le socialisme, mais simplement le gérer, courant sans cesse après les calamités qu’il organise lui-même et prétendant les corriger à chaque fois en mettant une nouvelle couche de réglementations.

Cependant, Mme Lagarde nous promet 100 000 emplois de plus et un supplément de croissance de 0,8 à 1 % de PIB. C’est peu, mais c’est un petit pas…

Quel crédit accorder à ce mariage incestueux entre l’énarchie régnante et les ordinateurs ? Un coup de pouce par-ci, un coup de pouce par-là et la promesse paraît présentable. Le nouvel étage de l’usine à gaz est déjà contradictoire : une prime à la casse pourrait soi-disant conduire à des achats d’automobiles. Au même moment, et dans le même projet, on bride l’industrie automobile en préconisant des voitures propres : nous sommes frappés cruellement d’un impôt parce que nous achetons une voiture prétendue sale.
La toute récente nouvelle est l’adoption à Bruxelles d’un plan climat avec pour effet de nuire à l’industrie par des mesures très contraignantes et, ceci, à seule fin de plaire à un quarteron d’écolos qui ont saisi le pouvoir dans le monde entier ! Quelques mesures donnent de la monnaie aux consommateurs comme si des millions de foyers déclenchaient des achats, qui enchanteraient les producteurs, qui embaucheraient davantage : bienvenue aux voitures indiennes et chinoises à bas prix qui arriveront justement à point nommé !

Mais il est promis des investissements…

Certes, mais ce sont des investissements publics. L’effet recherché ne peut être que fort éloigné dans le temps avec tous les gaspillages et la corruption auxquels nous sommes habitués dans les investissements publics. Ces investissements, quels qu’ils soient, reposent sur des firmes dont une grande partie de l’activité se déroule à l’étranger : les sous-traitants dans des pays lointains peuvent se frotter les mains. Il est décidé, en particulier, de construire quatre lignes de TGV supplémentaires. Or, les TGV jouent un rôle important dans la ruine de la SNCF, celle-ci étant une cause majeure dans la ruine générale de la France. Le plan coûtera 26 milliards. Bonjour aux déficits et à l’endettement ! Et que dire de ce poste nouveau de « ministre de la relance » ?

Mais que faire, car la crise menace tout de même l’économie réelle ?

Il faut libérer sans délai les forces productives du pays : liberté de créer, de travailler, de gagner, de s’enrichir, d’épargner… Les méthodes sont connues et, dois-je l’avouer, nous pouvons souvent lire dans les colonnes des « 4 Vérités », sous des plumes talentueuses et compétentes, certaines de ces méthodes ! Mais il faut le vouloir. Or, le président lorgne sans cesse vers la gauche, ses hommes et ses idées, ce qui est évidemment le contraire de ce qu’il faudrait faire…

Voir aussi :
http://www.libeco.net/

5 réponses à l'article : Non à la relance par les déficits

  1. IOSA

    18/12/2008

    Et encore….il n’y a pas eu la quête comme à l’église.

    Le pays va mal, bientôt la police religieuse…..aie! aie! aie!

    Répondre
  2. sas

    17/12/2008

    A Monneuil……vous avez tout à fait raison et sas partage votre sentiment….

    la seule chose qui continue de manière lancinante a m’agacer est la désinformation permanente……les contrevérité historique et plus grave que tous les cocufiés et recocufié de france ne soient même pas d’accord sur les causes historiques et incontestables de notre "sodomie comune et chronique"…..en termes moins brutaux…….nous autres goyims de france ne sommes même pas d’accord sur le diagnostique……

    ……quant a l unanimité pour nous guerrir ???

    je crois que c’est cela le propre du con…..et le français est con c’est un fait maintenant….

    SAS

    Répondre
  3. Monneuil

    17/12/2008

    Ce premier commentaire va sérieusement indisposer Monsieur Lafronde….

    Oui, la France continue de se disqualifier….
    Cela me rappelle un commentaire sportif vu par hasard (ce n’est pas ma tasse de thé) et où la Farnce se plaçait quatrième. Le commentateur patenté n’a pas hésité une seule seconde :
    "La France est la première des éliminés"….

    En ce qui concerne notre situation actuelle il me semble que nous n’avois même pas l’honneur de cette "belle place avec non-médaille". Je crois que nous sommes très loin derrière…

    Révolté je suis, révolté je reste. Et finalement je me dis que chaque pays a le destin (gouvernement) qu’il mérite. Je sais bien que notre pouvoir d’intervention est très limité, mais le peu qui nous reste n’est même pas utilisé. Une très grande majorité de français est écoeurée, lasse, asphyxiée, mais tellement lasse et  conditionnée qu’elle ne ragit même plus. Une minorité impose ses lois dans l’éducation ou dans le transport étatiques, une autre minorité impose ses lois par le truchement d’hurluberlus bruxellois, et le peuple subit, subit, subit.
    J’ai essayé à maintes reprises de "mobiliser", de trouver des mouvements crédibles et décidés à l’action : rien !
    Alors, et désolé, je le redis : nous avons ce que nous méritons…
    Ce qui me fait mal pour mes petits-enfants…

    Répondre
  4. sas

    17/12/2008

    Qu’à cela ne tienne luc……

    La france continue a perdre du temps…….et a s’auto disqualifier des machés concurrents….

    c’est le but premier

    sas

    Répondre
  5. Luc SEMBOUR

    17/12/2008

    Autrement dit et tout le monde en est bien convaincu: une vibrillonnante potiche, une impuissante mazette, boursoufflée de chimères étatiques, a été élue en 2007 à l’Elysée. Il est impossible qu’elle se change elle-même et encore moins qu’elle provoque un progrès décelable en France. 

    LS

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)