Non au droit de grève des fonctionnaires!

Posté le mars 11, 2009, 12:00
7 mins

Dans la nuit du 23 au 24 janvier, une tempête a ravagé le Sud-Ouest de la France. De nombreux foyers se sont retrouvés sans électricité, sans chauffage, sans télévision, quelquefois sans téléphone et sans eau pendant plus d’une semaine. Mais une extraordinaire solidarité s’est manifestée entre les particuliers. Elle a permis de surmonter l’épreuve.

Comme d’habitude, il y a eu dans les services publics nombre d’individus qui se sont dévoués pour alléger nos épreuves. Mais pas tous : le 29 janvier, nous apprenions que des centaines de milliers d’employés des services publics, entraînés par des syndicats en concurrence, faisaient grève, ajoutant ainsi cyniquement à nos malheurs. Et cela sur des prétextes fourre-tout qui ne faisaient pas honneur à l’intelligence des manifestants ni à leur connaissance de l’état réel du pays.

On a eu ainsi pendant quelques jours le spectacle contrasté de deux sortes de Français : ceux qui assument et ceux qui revendiquent. Ceux qui assument essayent tant bien que mal de faire marcher la société autour d’eux. Ceux qui revendiquent préfèrent obtenir plus d’avantages au détriment d’autres catégories : par exemple, plus de retraites dans la fonction publique au détriment des retraites des employés du privé. Bien entendu, ils ne le formulent pas comme ça : ils disent par exemple qu’ils veulent obtenir plus au détriment des actionnaires. Mais comme les actionnaires sont ruinés, cela revient dans la pratique à prélever davantage sur les salariés du privé, les commerçants, les artisans, les gens qui entreprennent.
Il est temps pour ceux qui assument de combattre les sempiternels sophismes de ceux qui ne savent que revendiquer.

Non, les grèves dans la fonction publique n’ont aucune justification morale : elles exploitent cyniquement une situation de monopole. Lorsque les salariés d’une entreprise soumise à la concurrence font grève, c’est parce qu’ils estiment que l’employeur pour lequel il travaillent ne les traite pas assez bien en échange du travail qu’ils accomplissent : ils s’arrêtent alors de travailler, en espérant que le tort qu’ils créent ainsi à leur employeur l’incitera à mieux les traiter. Leur grève n’est pas destinée à nuire aux clients de l’entreprise, car ces derniers pourront se tourner vers un concurrent. Les grévistes savent qu’ils prennent un risque : s’ils se trompent sur les possibilités réelles de leur employeur, l’entreprise sera contrainte de fermer et ils perdront leur emploi. Aussi sont-ils attentifs à ne faire grève que dans des situations extrêmes. Dans le cas d’un service dit public, en situation de monopole, l’employeur (l’Etat), ne subit aucun dommage, le salarié ne court aucun risque et les seules victimes sont les clients de l’entreprise, c’est-à-dire le public.

Quant aux grèves d’étudiants, elles ne font que singer les grèves d’adultes sans avoir la moindre justification économique ou morale. En arrêtant de travailler, un étudiant ne nuit qu’à lui-même. En France, où les études sont gratuites, un étudiant reçoit tout de la société et ne lui apporte rien. Dans une société bien gérée, les pouvoirs publics devraient permettre aux étudiants qui veulent travailler de ne pas en être empêchés par la violence, et laisser les autres méditer jusqu’à ce qu’ils prennent conscience du ridicule de leurs actes.
Non, rien n’empêche dans la Constitution de circonscrire le droit de grève dans des limites raisonnables, contrairement à ce que rabâchent inlassablement des syndicalistes ignorants. La Constitution dit textuellement et seulement : “Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent”.

Rien ne justifie dans une démocratie que l’on permette à des leaders syndicaux inamovibles et retranchés dans leur fromage de contrer le pouvoir élu par la coercition. Un gouvernement nommé par un président élu va proposer des mesures à un parlement élu pour atténuer la crise dans la mesure permise par nos finances exsangues. Est-il normal que le Président aille s’humilier devant des chefs syndicaux ignares en économie, pour éviter que la France ne soit mise à feu et à sang ?

Il est tout à fait paradoxal qu’un État démocratique finance des syndicats pour le torpiller. Il existe pourtant une solution parfaitement démocratique à ce problème : que les syndicats soient financés exclusivement par leur adhérents.

16 réponses à l'article : Non au droit de grève des fonctionnaires!

  1. rené67

    18/01/2010

    fonctionnaire= fonction au départ ces gens sont sure de garder leur travail quand il font grève il bloque les usagés qui leur garantisse le revenu en allemagne c’est interdit de faire grève dans la fonction public  .les gens du prives quand il font grève n’enpeche pas les autres de travailler mais tant que nos syndicats serons géré par des fonctionnaire ca ne changera pas a quand des syndicats comme igmetall.je serais le premier a souscrire  d’ou provienne leurs subventions si ce n’est par l’état  l’état c’est nous  et le patronat  si vous supprimer les fonctionnaires  des syndiqués il ne reste plus grand chose

    Répondre
  2. rené

    11/10/2009

    il faudrait interdire la grève chez les fonctionnaires tous comme les lycéens. les fonctionnaire sont payés par les contribuables et par respect en vers leurs concitoyens, qu’il manifeste le dimanche et il seraient soutenu par la population .les lycéens pas de grève car il ne travaille pas il ont un devoir d’apprendre

    Répondre
  3. sas

    17/03/2009

    nazisme =national socialist……

    en fait de brun ce sont effectivement au départ des roses…..mais peut importe la couleur de l étandart, ceux qui le levaient à l époque sont les mêmes qu aujourd hui…..

    C’est vrai que jean claude lahitte a disparu ,avec ces commentaires instruit,suivis et fouillés …de ce site….c’est dômmage.ceci dit , il y a des tas de gens qui commence enfin à comprendre…vu les commentaires et ça ….c’est bon pour le moral

    sas te salutante

    Répondre
  4. VITRUVE

    17/03/2009

    Jean Pierre
    STP? c’est un additif moteur que vous employez quand vous m’apostrophez ou bien me faites vous l’honneur, comme ces francs macs chers à SAS de me tutoyer?
    Mais il est vrai que le nazisme doit beaucoup au socialisme , ainsi que le fascisme également socialiste à son origine…étonnant d’ailleurs quand on voit l’admiration que leur portent les extrêmes droites européennes et américaines
    Mais vous avez sûrement une explication à me donner
    Hans
    Torpilleur coulé… effectivement Lorrain depuis 1423 attesté ( rassurez – vous, le socialisme n’existait pas encore) et avec quelques alliances du côté alsacien ( hé oui!) nous avons donné quelques membres de notre famille à la France comme à la guillotine …Mais je constate qu’ il est une vision surannée de la France qui exceptée  peut-être chez P Lance ou Mr Thialet semble avoir déserté ces colonnes…vous n’y êtes pour rien messieurs, c’est dans l’air du temps, la fin d’une époque.
    Place au show bizz et au bling bling!*
    * en ce moment promos sur les Rolex( vrai!)

    Répondre
  5. Jean-Pierre

    16/03/2009

    STP vitruve, le nazisme était une forme de socialisme alors on te le laisse dans ton amalgame de gauche avec toutes les autres variantes de socialisme, et nous autres libéraux de droite, contrairement à toi et ton pôte l’affreux jojo nous sommes justement à l’opposé de toute forme de socialisme.

    Répondre
  6. siniq

    16/03/2009

    Vitruve !

    C’est l’histoire de l’ arroseur arrosé votre commentaire et pour Jaures il doit aimer les baffes pour revenir sur ce site.

    Vous et vos compéres n’ hésitez pas à nous taxer de raciste et autre amabilité lorsque l’ on vous coince dans les cordes.Vous voulez bien d’ un combat de boxe mais selon vos régles et avec vos arbitres et quand malgré tout vous prenez une leçon, vous nous faîtes le coup de la viérge éffarouchée.

    RI-DI-CU-LE.

    Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    16/03/2009

    => Vitruves

    Je ne suis pas Alsacien, mais j’ai beauoup de sympathie pour eux. Une enquête récente *) des DNA vient d’ailleurs de montrer qu’une éventuelle fusion des régions Alsace-Lorraine serait rejetée par 71% des votants. Une des raisons de ce rejet tient à la trop grande différence de mentalité entre les habitants des deux régions.
    Je pense que vous êtes de Lorraine et votre dernier post vient de confirmer ce que je suspectais depuis pas mal de temps, qu’ on ne peut pas mélanger l’eau et l’huile.
    Vos allusions à un nazisme fédérateur sont  tellement ridicules que je n’y répondrai pas. Dans la région Alsace le socialisme passe mal, sauf dans les grandes villes où la population alsacienne est réduite à la portion congrue.
    C’est d’ailleurs avec la Corse une des deux régions dirigées par la Droite et qui arrive à équilibrer son budget. Le système de peréquation pervers imposé aux régions bien gérées la force à  cracher au bassinet pour financer les excès d’autres régions dirigées par les socialistes (mauvais gestionnaires) dont la vôtre.
    Voir mon post après de Guillaume de Thieulloy.

    *) DNA du lundi 16 mars 2009

    Répondre
  8. vitruve

    16/03/2009

    @Hans
    De la façon dont vous agressez systématiquement Jaures (comme Vitruve d’ ailleurs) vous révèlez de graves lacunes en politique, visiblement, dans la gauche vous confondez tout : communisme, socialisme, radical-socialisme, trotskisme, maoïsme… j’en passe et des meilleures… Faire l’amalgame de toutes ces divergences, ainsi que votre attitude envers tout ce qui s’écarte du néoconservatisme US montre que vous n’avez aucune pratique de la tolérance et de l’acceptation de la différence, vous ne devez donc avoir aucune implication dans la vie active, citoyenne ou politique et ne devez jamais vous trouver en négociation quelconque avec  des étrangers à l’Occident anglo-saxon…et c’est bien dommage pour un alsacien( je pense) qui devait avoir baigné dans un meltingpot culturel trés enrichissant.

    Imaginez un instant que nous pratiquions à votre égard le même amalgame avec les courants de droite dans une restriction bornée uniquement à un nazisme fédérateur, qu’en penseriez-vous?
    tournez donc 7 fois vos doigts sur le clavier avant de partir dans des affirmations  ausi hâtives.

    courtoisement mais avec un certain ras le bol quand même…

    Répondre
  9. HansImSchnoggeLoch

    15/03/2009

    Jaures <<Les dirigeants chinois devaient en gros penser la même chose quand ils ont donné l’ordre d’ouvrir le feu sur la place Tien an men>>

    Ils sont bien des vôtres, des socialistes comme vous. Il est bizarre que tout d’un coup vous fouliez à vos pieds ce que vous avez adoré en son temps. Seriez-vous devenu un socialiste repenti? Dans ce cas bienvenue dans la normalité.

    Répondre
  10. Jaures

    13/03/2009

    Citoyen lambda, votre vision du monde estudiantin est croquignolet.

    Les dirigeants chinois devaient en gros penser la même chose quand ils ont donné l’ordre d’ouvrir le feu sur la place Tien an men.

    Jean-Pierre: Le Figaro du 27/01/2009: "La grêve soutenue par 69% des Français". Ce n’est pas moi qu’il faut accuser de "propagande grossière socialococo" mais le quotidien sarkozyste et l’institut de sondage de la présidente du MEDEF.

    Répondre
  11. Lambda

    13/03/2009

    Dire que les étudiants ne font pas la grève par plaisir est assez osé…
    Mais certains ici ont un grand sens de l’humour….
    Bon, je ne lis pas dans leurs têtes, mais quand je les vois, ces têtes justement, je suis plutôt amené à penser le contraire ! Les "étudiants", qui n’étudient plus grand chose, ont au moins compris que l’assistanat devait être érigé en système prioritaire :  pourquoi travailler à l’école quand on peut avoir son diplôme à la braderie de juin (éventuellement celle de septembre) ? Et pour l’après, pourquoi travailler tout simplement quand on peut vivre – certes assez modestement, avec quelques "combines" ? Il est donc évident qu’il faut d’abord s’initier aux combines plutôt que d’envisager les mathématiques supérieures ! Du reste, ça demande moins de ressources intellectuelles…
    Ah et puis la grève estudiantine, quel bonheur ! Quelle ambiance, les AG, les réunions, les "extras" entre jeunes entre beuveries et distribution de tracts ! (N’oubliez pas les préservatifs – c’est partiellement pris en charge par la sécu).  Ah nom de dieu, ça vous laisse un souvenir inoubliable ! Et si ça pouvait aboutir à un nouveau mai 68 – histoire qu’on passe à la postérité (oui madame, oui monsieur MOI, j’y étais), un truc pareil ça vous donne des sensation au niveau de la partie terminale du tube digestif….
    Tenez, pas plus tard qu’hier, il y avait justement un troupeau qui avait envahi un rond-point en entrée de ville. Fort heureusement, il y a une bretelle de contournement, ce qui fait que j’ai pu passer. Mais pour les gens qui avaient besoin de traverser ce passage, que de temps perdu, que d’heures de travail spoliées, et qui devront être récupérées plus tard pendant que les juvéniles émueutiers feront la fête après avoir levé leur occupation imbécile des lieux.
    Contrairement à ce que certain affirme, j’ai pu apercevoir quelques figures parmi les désœuvrés qui nuisaient sciemment à la collectivité, et à voir les visages radieux et hilares, on avait pas vraiment l’impression qu’ils faisaient ça par le désespoir ! On peut même être quasi assuré du contraire….
    Enfin, c’est petits rigolos se seront bien amusés, ils auront fait une "action" et plus tard, quand ils seront en "recherche" d’emploi, ils pourront toujours se souvenir avec bonheur et savourer à sa juste mesure ce temps béni de leur époque fœtale….

    Répondre
  12. Jean-Pierre

    12/03/2009

     

    "Par ailleurs, la grêve était soutenue par la grande majorité des Français qui n’a pas accès au droit de grêve du fait des pressions patronales et de la précarité."

    Une fois de plus l’affreux jojo pris en flagrant déli de mensonge et de propagande grossière, tes 30% de fonctionnaires ne font pas encore la "grande majorité" de ton cauchemard socialococo.

    Quant aux étudiants en grève ce sont les fruits lobotomisés de notre système d’éducation soviétisé qui savent trés bien qu’ils n’ont pas besoin d’apprendre grand chose pour devenir les fonctionnaires incompétents et parasites qu’ils seront.

    Répondre
  13. Lambda

    12/03/2009

    Voilà  des années que j’ai proposé la distribution gratuite est systématique de 4 choses essentielles à tout adolescent  le jour même de ses 16 ans :
    1- Le baccalauréat (avec mention)
    2- Une carte d’électeur
    3- Le permis de conduire
    4- Une boîte de préservatifs.
    Loin de coûter à la nation, cette distribution systématique apporterait au contraire une aide économique incroyablement précieuse au pays. N’ayons pas peur des mots :  ce serait une réelle opportunité pour sortie de crise….
    Pour le premier, comme il ne sert plus à rien, autant le donner, purement et simplement, cela éviterait de payer tout un cérémonial imbécile et grotesque, qui fait semblant de le distribuer au mérite, alors qu’il est bien distribué au quotas (quotas qui augmentent chaque année,  et d’une manière inversement proportionnelle aux heures de cours soi-disant dispensées – encore moins suivies…).
    Pour la seconde, il faut considérer que la finalité est la même que pour le premier : quand on ne l’a pas, c’est très embêtant, quand on l’a, ça ne sert plus à rien ! Cependant – et c’est certainement le plus important, ce  petit bout de carton permet aux manipulateurs et escrocs de tout poil de demander aux imbéciles qui les cautionnent de les légaliser.
    Pour le troisième, sa  possession est totalement indispensable, donc, autant le donner d’emblée. De toute façon, et en France, on n’apprend pas à conduire, on apprend "à passer le permis". Naturellement, si on veut vraiment apprendre à conduire, on va dans une école spécialisée – il y en a d’excellentes. Par ailleurs, le coût du permis est bien souvent supporté par la famille (grands-parents ou autres), et la suppression de cette formalité rendrait un formidable coup d’accélérateur … au pouvoir d’achat des retraités ! Cette relance pourrait aussi servie la sortie de crise (surtout   en achetant des produits made in China)…
    Pour le dernier, c’est par pure fantaisie et pour l’amusette, car tout le monde sait qu’un(e) adolescent(e) de 17 ans n’a absolument plus rien à apprendre au niveau de la sexualité… Certains sont même capables d’expliquer à leurs parents comment faire des gosses….

    Répondre
  14. HansImSchnoggeLoch

    12/03/2009

    Jaures <<Les usagers ont unaniment salué leur dévouement et constaté que la réorganisation des équipes EDF engagée par la direction pour faire des économies a retardé les interventions.>>

    L’encens se vend vraiment au rabais ces derniers temps (fleur d’opium a ma préférence)  Quelques idiots utiles clamant le dévouement des grévistes au journal de 20:00 ou un baveux de boulevard affichant en gros titre un gréviste avec brassard et cela suffit à Jaures  pour en déduire que tout le monde est d’accord avec ces grèves à répétition. La méchante direction d’EDF, a comme toujours mis des bâtons dans les roues de ces G.O. (Gentils Organisateurs) de sud et de la cgt.

    Jaures <<Il est vrai de dire que la grêve des étudiants ne nuit qu’à eux-mêmes. C’est pourquoi ils ne font pas grêve par plaisir. >>

    La grève des étudiants et nouvellement celle des lycéens sont des spéficités françaises. Il est  normal que Jaures ne peut être qu’à côté de ces lutteurs pour le progrès.  Pour les calmer pourquoi ne pas leur distribuer les diplômes dès leur inscription à l’université ou au lycée. Cela éviterait les longs cortèges répétitifs dans les rues et permettrait à celles et ceux qui veulent travailler de le faire. Pendant ce temps Jaures pourrait se reposer (en plus du repos bien mérité qu’il a déjà) et aller cueillir des marguerites au lieu d’avoir à se taper des kilomètres de pavé.

    Répondre
  15. le funambule

    11/03/2009

    bien d’accord une question: les syndicats sont -ils subventionnés par le gouvernement? Je le crains mais je n’arrive pas à le savoir ni évidemment le montant.

    Mais il faut aller plus loin au coeur même : le Statut et notre complaisance à l’égard des communistes. Dont on a toujours, entre autres, masqué leur alignement à 100% sur les directives de Moscou. Comment appelle-t-on cela en Français? Ce dont on accusait, à juste tite, l’Eglise ultramontaine vaut pour ces gens là.

    Tabou? ou tas de boue!

    Répondre
  16. Jaures

    11/03/2009

    A la demande des organisations syndicales, les agents des services publics des régions touchées n’ont pas arrêté le travail. Nombreux sont les agents qui ont travaillé avec un brassard "en grêve". Les usagers ont unaniment salué leur dévouement et constaté que la réorganisation des équipes EDF engagée par la direction pour faire des économies a retardé les interventions.

    Par ailleurs, la grêve était soutenue par la grande majorité des Français qui n’a pas accès au droit de grêve du fait des pressions patronales et de la précarité.

    Il est vrai de dire que la grêve des étudiants ne nuit qu’à eux-mêmes. C’est pourquoi ils ne font pas grêve par plaisir. Mais voir sa jeunesse en lutte fait toujours réagir un gouvernement: en démocratie, il négocie, en Chine, il tire à vue.

    Quel est le choix de Jacques Guenin ? 

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)