Notre pays décroche dangereusement

Posté le décembre 03, 2019, 9:53
3 mins

Que ce soit bien clair: la «descente aux enfers» de notre économie n’est pas due seulement à Macron. Tous les dirigeants de la France, depuis Mitterrand, en sont responsables à des degrés différents.

Dans un précédent article (n°1211), je dénonçais l’effondrement de l’industrie française, dont la part dans le PIB a été réduite de moitié en 15 ans.

Un nouveau rapport nous annonce que l’industrie automobile (fabriquée sur notre territoire), qui tenait encore en 2010 la deuxième place dans la production européenne, va passer à la 7e place en 2020!

C’est compréhensible: tant que la débauche de taxes, impôts et contraintes, ne sera pas drastiquement revue à la baisse, notre capacité d’investissement dans du matériel plus sophistiqué restera largement inférieure à celle de nos concurrents étrangers qui creuseront alors de plus en plus l’écart de compétitivité – et ceci, malheureusement, à une vitesse exponentielle.

Nos dirigeants ne s’en sont pas trop émus puisque, disaient-ils, on compenserait par les «services».

On sait maintenant que ces derniers sont également sous concurrence internationale, ainsi que notre agriculture qui fut longtemps notre fierté.

Mais voilà, les mêmes causes engendrant les mêmes effets, la filière agricole, après s’être fait largement rattraper par nos amis allemands, suit la même descente aux enfers et nos agriculteurs hurlent leur désespoir.

Résultat : pratiquement un suicide par jour, des situations désespérées pour une grande majorité, des surendettements imposés par des normes toujours plus contraignantes, des prix de marché imposant souvent des ventes à perte, malgré un travail de 15 heures par jour, 7 jours sur 7 et, pour beaucoup, un revenu pour l’ensemble du foyer inférieur au RSA.

Nourrir la population française serait-il moins important que nous transporter?

Français, savez-vous que vous ne payez que 20% du billet lorsque vous empruntez les transports en commun?

Une partie des 80% subventionnés est payée par nos agriculteurs, est-ce logique?

La solution, je le rappelle, je le martèle, est bien connue. Il faut de toute urgence baisser drastiquement les dépenses de l’État, afin de ramener les charges de nos entrepreneurs à l’équivalent de ce que paient nos concurrents étrangers.

Le décrochage de notre pays s’accélère dangereusement et c’est lorsque notre pays sera en faillite que la baisse des dépenses s’imposera d’elle-même, mais, alors, la France, telle qu’on la connaît, n’existera plus.

N’attendons pas cette extrémité, réagissons tous ensemble, arrêtons de reporter tous nos excès sur les générations à venir, c’est d’une grande lâcheté!

Malheureusement, Macron n’en prend pas le chemin. Sa reculade sur la réforme des retraites est pitoyable.

10 réponses à l'article : Notre pays décroche dangereusement

  1. quinctius cincinnatus

    06/12/2019

    au vu et au su des sujets traités par elle, cette semaine, je ne sais pas si la Rédaction des  » 4 Vérités  » sait, elle, que le  » sujet du jour  » ce sont les retraites et surtout la façon dont ce gouvernement  » ultra – libéral  » les ( mal- ) traite

    Répondre
    • 08/12/2019

      Traiter ce gouvernement d’ultra libéral est aussi idiot que de me considérer comme communiste!
      Un pays sera dit libéral lorsque la dépense de celui-ci est inférieur à 30% du PIB ce qui, avec plus de 57% pour notre pays, nous classe à l’opposé de vos affirmations.
      Vous n’êtes malheureusement pas le seul à subir cette manipulation politique et journalistique, la France ne pourra s’en sortir que par une dose réelle de libéralisme, le vrai pas celui qui est galvauder pour mieux le combattre.
      C. GOUDRON

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        08/12/2019

        mais mon Cher Monsieur on peut être tout à la fois ultra-libéral et  » socialiste  » voyez Soros !

        votre naïveté est sans bornes

        je vais vous expliquer :

        si je détiens la monnaie je suis le maître absolu

        ce n’ est pas moi qui le dit mais le  » Vieux  » Rothschild

        Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    04/12/2019

     » depuis Mitterrand  » ? … depuis Giscard d’ Estaing et l’ abandon industriel serait plus honnête !

    mais combien de vieux lecteurs des  » 4 Vérités  » ont voté pour lui et son parti  » bourgeois  » et de boutiquiers  » louis – philippard  » ?

    Répondre
    • 08/12/2019

      Je vous donne partiellement raison, Giscard à fait des erreurs mais c’est tout de même avec un « programme commun » irresponsable que la France à commencer sa plongée aux enfers (même si en 1983 Mitterrand à essayé une marche arrière toute)

      C.GOUDRON

      Répondre
  3. OMER DOUILLE

    04/12/2019

    Lorsque vous abordez la position de notre pays quant à l’industrie automobile pour son classement dans le monde, il semble que vous ignorez qu’en réalité elle est beaucoup plus basse : les grandes masses des productions qualifiées de « française » du fait de la nationalité de leurs marques sont en fait construites à l’étranger.
    Que reste t il alors des Renault fabriquées en France, par exemple, sur l’ensemble de la production attribuée à cette marque? .
    Vous pourriez me répondre que ce n’est pas plus mal car si c’est pour avoir du vrai « made in France » monté comme j’ai eu à le subir plusieurs fois par des rebeux, avec les problèmes qui vont avec… Je pourrais presque faire un roman avec mes déconvenues sur Citroen que je m’efforçais d’acheter comme un idiot « pour la technique » jusqu’à ce que je sois définitivement dégouté par ces purges.
    Depuis, j’achète du Honda : même les modèles montés au Mexique ne sont pas pourris et pas plus chers malgré une fiabilité sans commune mesure.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      04/12/2019

      en tête l’ Italie, suivie de l’ Allemagne, du R.U. et de l’ Espagne la France n’ arrivant qu’ au cinquième rang  » industriel « 

      Répondre
      • OMER DOUILLE

        06/12/2019

        Une mise à jour du logiciel s’impose quant à la production italienne de voiture. Plus grand chose ne sort de  » la botte » de nos jours. Ce qui n’empêche pas l’avancée technologique de marques prestigieuse que nous n ‘avons pas . Voyez Ferrari, et autres.
        Même les productions « Bosch » en système common-rail d’injection ont été à l’origine mis au point par Magnetti Marelli et malheureusement revendu pour le brevet au Teuton qui a bien prospéré dessus

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          06/12/2019

          pour ce qui concerne la production automobile, l’ Italie est toujours le premier producteur européen sur son sol et à ce sujet la production industrielle italienne est de loin supérieure à celle française se plaçant au deuxième rang européen, derrière l’ Allemagne, malgré une stagnation qui dure depuis des années

          Répondre
    • 08/12/2019

      Si vous souhaitez une voiture fiable, achetez une Dacia (Groupe Renaut) elle est classée au sommet de la fiabilité.
      La raison il est vrai c’est qu’elle utilise des organes anciennes génération qui ont fait leur preuve et ont éliminé les erreurs de jeunesse.
      ce n’est pas le cas de Citroen il y a une trentaine d’année, actuellement elles sont plus fiables.
      Personnellement je roule en Peugeot depuis 1966 et ai à « mon compteur » plus de 2 millions de km avec une seule déconvenue sur un modèle mal maitrisé au départ qu’était la 505. Pour toutes les autres (une quinzaine de modèle) je n’ai jamais eu de problème même avec une 309 menée à 400 000 km avec pour seul problème un moteur d’essuis glace.
      C. GOUDRON

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)