Nous pouvons relancer l’économie française

Posté le mars 31, 2009, 12:00
6 mins

Le nombre des chômeurs a encore augmenté de 80 000 le mois dernier. L’économie française est très malade. Le pouvoir d’achat a chuté de 3 % au dernier trimestre. Nous nous appauvrissons donc. Le déficit de notre balance commerciale a encore plongé. Nous ne sommes plus compétitifs.
Les entrepreneurs préfèrent investir à l’étranger. La France devient un désert économique. Les capitalistes fuient notre pays. Nous sommes tous un peu plus pauvres.

On peut faire redémarrer quand on veut la progression du pouvoir d’achat.
Les pays européens imposent à leurs économies des mesures inflationnistes (comme, en France, le SMIC ou les charges sociales payées par les entreprises). La banque centrale européenne (la BCE) est obligée de lutter contre cette inflation. Elle doit donc augmenter ses taux courts. Elle met moins d’argent non-inflationniste à notre disposition. Notre pouvoir d’achat régresse donc.

Pour que notre pouvoir d’achat redémarre, il ne faut pas obliger la BCE à baisser ses taux. Un tel comportement ne donnerait que de l’inflation, donc pas d’augmentation de notre pouvoir d’achat. Il faut, par contre, que tous les pays européens suppriment les contraintes inflationnistes qu’ils imposent à leurs économies. Instaurer, par exemple, en France la TVA sociale.

On peut réduire quand on veut le déficit de notre balance commerciale. La cause en est connue : les coûts de production augmentent plus rapidement en France qu’en Allemagne. Nos entreprises ne sont donc plus compétitives. Nous entrons dans la phase finale d’une crise monétaire. Pour rendre nos entreprises à nouveau compétitives, il faudrait dévaluer. Mais ce n’est pas une parité fixe qui lie le mark et le franc. C’est une monnaie commune qui lie l’Allemagne à la France. Pour dévaluer, il ne faut pas sortir de l’euro, rétablir le franc, laisser les marchés déterminer les nouvelles parités liant le franc à l’euro, pour finalement réintégrer l’euro. Il faut modifier avec l’accord de nos partenaires européens la parité liant franc-euro. Passer par exemple de 6,55957 à 8,2. (Ou 8,19776 si l’on tient aux 5 décimales, ceci n’a aucune importance).

Un accord est possible : Italiens, Espagnols et surtout Grecs ont plus besoin que nous de cette manipulation monétaire.
On peut attirer les investisseurs en France quand on le veut. Les investisseurs préfèrent l’étranger à la France, parce que les gouvernements français imposent bien plus les entreprises installées en France. Nous sommes dans ce domaine les champions toutes catégories.

Pour attirer les investisseurs, il ne faut pas accorder des avantages fiscaux, ou donner des subventions aux entreprises qui restent en France ou qui veulent s’y installer. Il ne faut surtout pas intervenir sur les rémunérations de leurs futurs dirigeants ou actionnaires.

Il faut décider de faire passer les contraintes imposées aux entreprises françaises un peu en dessous de celles du pays européen qui impose le moins les siennes. Quand les investissements reprendront normalement en France, le savoir-faire des entreprises françaises sera capable de s’opposer même à l’automobile « Tata » vendue 1 500 euros en Inde.

On peut enfin éviter la fuite des capitaux hors de France quand on le veut. Il ne faut surtout pas imposer encore un peu plus les « riches » au nom de l’égalité. Ils quitteront encore plus la France. Or, pour investir, nos entreprises ont besoin d’argent. Imposer les riches ne permet pas de donner plus d’argent aux pauvres. Imposer les riches appauvrit au contraire les plus pauvres…

Il ne faut pas détruire les paradis fiscaux où les riches trouvent un refuge. Il faut par contre transformer la France en paradis fiscal. Le « bouclier fiscal » va dans la bonne direction. La suppression de l’ISF serait une autre mesure intelligente.
Les responsables économiques, politiques ou médiatiques de la France semblent totalement ignorer ces réalités de bon sens – qui ne sont ni de droite, ni de gauche…

6 réponses à l'article : Nous pouvons relancer l’économie française

  1. pi31416

    07/04/2009

    C’est beau, le français du XXIe siècle:
    Plan social = licenciements massifs
    TVA sociale = droits de douane

    Il manque cependant toujours
    Réajustement social = guerre d’extermination (comme on en voit au Soudan)
    mais on y viendra, on y viendra, vous verrez.

    Revenons-en au sujet.

    Florin s’inquiète: On dit aux gens, "bonjour, vous aviez 1000 euros sur votre compte hier soir ? On a réajusté la parité ce matin, il ne vous reste que 799". Ridicule ! L’émeute assurée, de Barbès à Neuilly.

    Mais non, mon cher Florin, mais non. Vous avez tout faux. Voici comment procéder à une dévaluation de l’euro en France, pour pas un rond.

    Que chaque résident français ajoute, chaque 1er janvier, un zéro à chaque bifton en sa possession. Appelons "nouveaux euros" lesdits biftons.

    Obligation à tous et à toutes d’accepter les nouveaux euros en paiement. Vous aviez 150 euros dans votre larfeuille? Vous en avez maintenant 1500! Joie et liesse assurées, de Barbès à Neuilly.

    Oh, certes, il se produira peut-être un réajustement des prix. Qu’à celà ne tienne, on instruira les citoyen-ne-s de rajouter un zéro tous les premiers du mois plutôt que tous les premiers de l’an, et c’est reparti mon quiqui!

    Ce système a fait ses preuves au Zimbabwé, sous la haute houlette du Dr Gideon Gono.

    Le dollar zimbabwéen en est mort, m’objecterez-vous.

    Il est mort, certes, mais pas d’un surplus de zéros. Il est mort parce que la Zimbabwe Reserve Bank s’était obstinée à imprimer de nouveaux billets à chaque addition de zéros, et n’a bientôt plus eu de quoi payer le papier pour les imprimer. Alors qu’avec mon système…  ah! si le Dr Gono m’avait écouté, il ferait encore envie!

    Nota Bene. Il est essentiel de n’ajouter de zéros qu’aux billets de banque, pas aux soldes des comptes en banque, surtout pas. Sinon c’est l’inflation galopante, vous imaginez bien.

    Répondre
  2. Ben

    06/04/2009

    Vous voulez sortir de la crise? Supprimez les taxes; les 6 milliards 800 millions de gens sur la Terre investiront et achèteront chez vous. Et vous serez aussi débarrassés du gouvernement qui vous empeste depuis 4.000 ans.

    Répondre
  3. TINTIN

    03/04/2009

    Les pays européens imposent à leurs économies des mesures inflationnistes (comme, en France, le SMIC ou les charges sociales payées par les entreprises).

     

    et Bernard tu serais pas un peu patron par hasard

    Répondre
  4. Jaures

    02/04/2009

    Ah ! Les bons conseils du docteur Trémeau ! Chaque semaine, je ne m’en lasse pas.

    Il suffirait de faire ceci, il n’y a qu’à faire cela et hop ! finie la crise !

    Il faut dire que l’homme est de bon conseil. En décembre 2007, il écrivait "Il nous faut copier les bons élèves. Il nous faut copier l’Irlande"

    L’Irlande ! Ah, ce beau pays dont croissance dopée aux subventions européeennes, à la spéculation immobilière et au dumping fiscal faisait rêver les libéraux !

    Aujourd’hui, l’Irlande est exsangue. Son chômage vient de dépasser les 11%. Son déficit public va dépasser les 10% en 2009 et 2010. Sa population est surendettée à plus de 150% de ses revenus. Ses gouvernants parent au plus pressé, nationalisant à droite, recapitalisant à gauche, au jour le jour. Le 21 Février, 120 000 personnes défilaient à Dublin contre la politique d’un gouvernement adulé des libéraux il y a encore quelques mois.

    Et Bernard Trémeau nous prodigue toujours ses conseils avisés.

    Répondre
  5. sas

    01/04/2009

    Absolument , Mr TREMEAU: en exportant les connards…..et dieux seul si nous avons du stock en France….du véritable, de l AOC…..du bien indécrotable….passé par la machine de l’erradication nationnale…..bref de l irrécupérable…du qui vote à gauche… et soutient les sans papiers en situation irrégulière…pas par générosité ni par intelligence…juste par peur que personne n’en fasse autant lorsque leurs tours viendront….

    sas attend le grand soir….il devait advenir le 19 mars…pas bougé..ca sera donc d ici l été….et ca nous confirme que les banlieux avaient bien flambées sur commande du marsupilamy….pour décailliner super menteur….

    je voulais pas le croire…(mossad /cia selon la rumeur)…..il m est avis que ca aussi , ca fleuren bon la real information….

    sas

    Répondre
  6. Florin

    01/04/2009

    La TVA sociale est une idée, pas très nouvelle, soutenue par le syndicat des cadres, la CGC.
    M. Trémeau serait-il devenu syndicaliste ? enfin, it’s a free country.
    C’est une idée saine, car cela revient a taxer la conso et à détaxer le travail et le capital.

    Par contre il nous reparle de son thème favori, le réajustement de la parité franc-euro. Concrètement, on fait comment ? On dit aux gens, "bonjour, vous aviez 1000 euros sur votre compte hier soir ? On a réajusté la parité ce matin, il ne vous reste que 799". Ridicule ! L’émeute assurée, de Barbès à Neuilly. Faudrait penser aussi aux comptes "non-résidents"… Le scandale serait planétaire.

    Il nous parle aussi d’abolir l’ISF. C’est fait, Monsieur !!! Vous ne lisez pas les journaux ? Le bouclier fiscal a aboli de facto l’ISF (on aime ou pas, c’est une réalité).

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)