Paradis fiscaux : les boucs émissaires de la crise

Posté le mars 31, 2009, 12:00
5 mins

Parmi les boucs émissaires les plus commodes en temps de crise, figurent les « paradis fiscaux ». Il est donc probable que, parmi les décisions funestes à attendre du G20 qui vient de débuter à Londres, on trouve quelques mesures contre lesdits « paradis fiscaux ».

Naturellement, comme tout le monde en a, en réalité, besoin, ces mesures ont toutes chances d’être assez symboliques. Mais, l’aspect symbolique n’est pas négligeable et il faut dire et redire que les « paradis fiscaux » n’ont pas de responsabilité discernable dans la crise actuelle.
Tout d’abord, « paradis fiscal » est une notion relative : la Belgique est un paradis fiscal comparé à la France. On pourrait légitimement demander à la caste politico-médiatique de concentrer ses attaques contre les enfers fiscaux, somme tout plus dangereux que les prétendus paradis fiscaux.

Doit-on comprendre que la lutte contre les paradis fiscaux soit une lutte contre l’argent sale ? Mais, alors, on confond tout !
L’argent sale ne va, ni plus ni moins que l’argent propre, vers les pays dont les taux d’imposition sont les plus faibles. Il va vers les banques peu regardantes sur l’origine des fonds. C’est tout de même assez différent. Il existe des paradis fiscaux où les banques contrôlent l’origine des fonds et sans doute aussi des pays qui ne sont pas des paradis fiscaux où les banques sont assez peu scrupuleuses…

Si on se concentre à présent sur la fiscalité, il convient de rappeler que l’évasion fiscale et la fraude fiscale ne sont nullement la même chose. Et tout ce que l’on pourra obtenir en luttant contre les paradis fiscaux, c’est de rendre plus complexe l’évasion fiscale. Par conséquent, on vise ainsi à gêner prioritairement ce qui est le moins délictueux. Curieuse conception !

J’ajoute que les États ne sont pas si regardants que cela sur l’argent sale quand ça les arrange
. Le directeur de l’organisme de l’ONU en charge de la lutte contre la drogue, Antonio Maria Costa, a par exemple révélé au début de l’année – dans l’indifférence générale – que l’argent sale avait probablement été largement utilisé pour le renflouement des banques, ces derniers mois…

Le plus bizarre, c’est que la lutte contre les paradis fiscaux semble devoir être une lutte interne à l’Union européenne. Le Luxembourg est particulièrement visé. S’agit-il alors simplement de manœuvres politiques pour la prochaine nomination du président de la Commission – pour laquelle il se murmure que Jean-Claude Juncker, Premier ministre luxembourgeois, serait bien placé ? Peut-être.
Il reste que, pour les peuples, la lutte contre les paradis fiscaux est au mieux de la poudre aux yeux ; au pire, une façon de nous préparer à servir un Big brother mondial de la fiscalité…

Bref, si les dirigeants du G20 voulaient s’occuper de résorber la crise, ils ne s’attaqueraient pas aux paradis fiscaux. Ils pousseraient les enfers fiscaux à se réformer, à préférer l’épargne des individus à l’endettement public, la diffusion de la propriété à la spoliation universelle… Il est vrai que je parle des dirigeants irresponsables du G20, et non de personnes au service du bien des peuples !

16 réponses à l'article : Paradis fiscaux : les boucs émissaires de la crise

  1. sas

    07/04/2009

    sas a des principe relativement simples et décomplexifiants en économie….

    1 )Il dit donc que l’argent sale et éminament necessaire au flux officiels…..PEUT ËTRE PAS DANS LES PROPORTIONS ACTUELLES QUI DEVIENNENT FOLLES(plus de black que d officiel)

    2)Il y a des pays capitalistes très riches…parce qu il y a des pays très pauvres….dès lors qu un nivellement se fera sentir….relèvement du sud….ce sera assurément la fin des economies comme nous les connaissons….

    3) Ou il y a des règles pour tous….ou il n y en a pour personnes….

    Le systeme français est entre tout ça….skyzophrène et au milieu…..il va se faire echarper de partout.C’est le dernier pays communiste qui fait un semblant d’economie de marché….via monopoles et situation de rentes….explosif

    sas

    Répondre
  2. Luc SEMBOUR

    07/04/2009

    « sas », je suis d’accord avec vous.

    Mais je pense que les paradis fiscaux sont tellement nombreux que la cocotte-minute ne risque pas d’exploser par excès d’argent sale. Au contraire, il manque. Il est même très utile pour colmater dans l’urgence les brèches du système socialisant qui s’effondre de toutes parts par excès de dettes.

    Chaque « paradis » a ses recettes-maison pour blanchir. C’est comme en cuisine, où chaque chef se concentre sur ce qu’il fait le mieux. Et il y a des spécialités, des créneaux ,des niches. L’un des plus énormes paradis fiscaux serait la City de Londres selon l’ancienne magistrate franco-norvégienne Eva Joly (interview très récent d’avril 2009). Mais il y en a beaucoup d’autres. Je connais bien JAFZ (Jebel Ali Free Zone) aux UAE qui est un modèle du genre, puisque c’est un paradis fiscal complet niché au sein d’un autre paradis fiscal (Dubaï).

    On blanchit en fait partout, sitôt que possible, sitôt qu’une faille ou un vide juridique permettent d’opérer. CLEARSTREAM a donné lieu à un ouvrage intéressant : « Révélation$ », par le journaliste Denis ROBERT. Les très abondantes poursuites judiciaires faites par les autorités luxembourgeoises face aux révélations d’ « insiders » de CLEARSTREAM dans ce livre, montrent qu’elles avaient fait mouche car pourquoi réagir avec cette force, face à des témoignages qui seraient mytho maniaques.

    Ceci étant, ce sont les jaloux, et parce qu’ils n’ont rien à blanchir, qui hurlent le plus fort contre ce qu’ils baptisent « paradis fiscaux ». A part hurler, gesticuler, brasser du vent, broyer du vide, fracasser du néant, tout ce qu’ils savent faire, c’est de la dette, en distribuant aux impécunieux (en commençant avec générosité par eux-mêmes) l’argent non encore gagné des générations futures, c’est-à-dire en noircissant l’argent ultra-propre de ceux qui ne sont pas encore nés.

    Ceux de ces derniers qui auront survécu aux avorteurs, découvriront bien assez tôt qu’ils naissent affublés d’une sale dette qu’aucun paradis fiscal ne pourra blanchir.

    LS

    Répondre
  3. Luc SEMBOUR

    06/04/2009

    Je suis d’accord avec sas.

    Mais je pense que les paradis fiscaux sont tellement nombreux que la cocotte-minute ne risque pas d’exploser par excès d’argent sale. Au contraire, il manque. Il est même très utile pour colmater les brèches du système socialisant qui s’effondre par excès de dettes.

    Chacun « paradis » a sa recette pour blanchir. C’est comme en cuisine, où chaque chef se concentre sur ce qu’il fait le mieux. Et il y a des spécialités, des créneaux ,des niches. L’un des plus énormes paradis fiscaux serait la City de Londres selon l’ancienne magistrate Eva Jolly (interview très récent d’avril 2009). Mais il y en a bien d’autres. Je connais bien JAFZ (Jebel Ali Free Zone) aux UAE qui est un modèle du genre.

    On blanchit en fait partout, sitôt que possible, sitôt qu’une faille ou un vide juridique permettent d’opérer. Clearstream a donné lieu à un ouvrage intéressant par Denis ROBERT: « Révélation$ ». Et les très abondantes poursuites judiciaires faites par les autorités luxembourgeoises face à ces révélations d’insiders, ont montré que celles-ci avaient fait mouche car on ne réagit pas avec cette force face à des témoignages qui seraient mytho maniaques.

    Ceci étant, ce sont les jaloux qui hurlent le plus fort, parce qu’ils n’ont rien à blanchir. Tout ce qu’ils savent faire, c’est de la dette, en distribuant aux impécunieux (en commençant par eux-mêmes) l’argent non encore gagné des générations futures, c’est-à-dire noircir l’argent ultra-propre de ceux qui ne sont pas encore nés.

    LS

    Répondre
  4. sas

    06/04/2009

    A luc ….sas n’est pas tout à fait d’accord avec toi….et ce qu il fustige sur le sujet des paradis fiscaux : c’est la putain d hypocrisie qui règne autour de ce sujet….

    on ne peut être le "prince qui endort" (‘pardon d andore)….et le monarque qui en impose…..

    En economie , les paradis fiscaux ,sont en cuisine ce qu’est le petit "tourniquet" de la cocotte minute……je te garantis qu il est plutot nécessaire qu’il y en ait un et qu il ne soit pas fixe ni soudé….

    sinon ,c’est la cocotte que tu ramasse en" pleine tronche"…elle te pête à la gueule….c’est simple

    L opération qui se ptrésente…là ,c’est simplement de mettre certaine lessiveuse à l arrêt…et si tu a compris a minima comment fonctionne CLERSTREAM….dit toi bien que largent officiel est marginal….le balck et le criminel est lui maximal….le recyclé…le sale bref celui qui passe toujours par les paradis fiscaux ou chaque entreprise française du cac 40 y a un relais ou une domiciliation…..

    mais nous prix de vertu….pas de commission,pas de loobying,pas de caisse noir et patati et patata…

    sas

    Répondre
  5. HansImSchnoggeloch

    06/04/2009

    Bravo Luc Sembour

    Votre dernier post décrit bien la situation de ce pays, qui est d’ailleurs le premier enfer fiscal de cette planète. Si les exoplanètes s’avéraient être inhabitables ce titre pourrait être étendu à l’univers.
    D’aucuns aimeraient consolider ce titre glorieux  en y rajoutant quelques impôts supplémentaires. Que leurs voeux soient exhaucés et qu’ils passent donc à la caisse en premiers, si toutefois il y a quelque chose à leur prendre?

    Répondre
  6. Luc SEMBOUR

    05/04/2009

    Court mais excellent article de Pierre BAUDOIN qui met les points sur les i’s concernant les « paradis fiscaux ». J’ajouterai que :

    Le Paradis n’existe pas sur terre encore moins « les » paradis, fussent-ils fiscaux. Les Luxembourgeois paient de lourds impôts, mais dans l’ensemble ils sont satisfaits de voir ce qu’en fait leur administration.

    Un paradis fiscal terrestre est ce que n’auraient jamais dû cesser d’être les enfers fiscaux dont la France est un des plus épouvantables sites.

    La France est devenue une anti-économie. L’économie française est un « trou noir galactique » au sein de l’économie mondiale. Oui, au fil des 30 dernières années la France a peut-être perdu son leadership culinaire (heureusement pas encore complètement) mais a beaucoup gagné en devenant LE véritable leader mondial du noircissement d’argent propre.

    Elle noircit l’argent propre, c’est –à-dire jette l’argent, fruit du travail des hommes, dans l’abîme démoniaque des multiples subventions possibles à la paresse, que ce soit en métropole ou par le biais des institutions internationales. Rappelons que la paresse est  l’un des 7 célèbres péchés dits capitaux.

    Qu’est-ce qu’un enfer fiscal ? c’est un lieu où les privilégiés vivent aux crochets des autres, les travailleurs, les entrepreneurs et les investisseurs.

    Par privilégiés il faut comprendre : la liste infinie de flemmards, de tire-au-flanc, de planqués, la pléthore de fonctionnaires en surnombre ou sous-employés (à faire des cocottes en papier ou à planifier leurs congés-maladie et autres loisirs), les foules d’assistés chroniques très valides, les wagons de politiciens grenouilleurs, la myriade de bénéficiaires d’allocations, de « gestionnaires gesticulant » d’associations inutiles, les étudiants grévistes, les retraités prématurés ou non méritants  etc., etc.

    Les autres, ceux qui triment pour tirer le train alourdi par les précédents, sont tous ceux qui donnent beaucoup plus à la machine économique que ce qu’ils en retirent. Cela peut être la femme de ménage consciencieuse mais non déclarée qui fait 15 heures par jour au noir à 5 euros de l’heure, quand on n’oublie pas en plus de la payer, comme le « riche » (sic) patron surmené qui se pourrit la vie à essayer de maintenir son entreprise à flot en luttant à la fois contre le fisc français, les syndicalistes et leurs adeptes, les factures impayées, les tricheurs, les glandeurs, les voleurs et enfin la concurrence chinoise ou autre qui fabrique un produit analogue, mais pour l’instant moins bon.

    Un entomologiste qui observerait l’enfer fiscal français verrait qu’il est en fait constitué de millions de micro-paradis fiscaux, ou plutôt de micro-parasites fiscaux, dont les bénéficiaires sont chaque privilégié décrit précédemment.

    L’avenir est aux vrais paradis fiscaux, qui d’ailleurs se multiplient dans le monde, et qui pérenniseront le fruit du travail des hommes et tireront le reste de la planète économique jusqu’à ce que tout pays cesse de gaspiller ses ressources au profit des privilégiés profiteurs.

    L’Administration Française, ses papes, grands commis, idéologues, ainsi que tous leurs valets, sont les ennemis héréditaires à abattre.

    Répondre
  7. sas

    04/04/2009

    Connaissez vous L A F D ?  agence française de dévelopement ? présente aux antilles ….martinique guadeloupe…

    REGARDEZ QUI PRESIDE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE

    3.1.7. Organes d’administration, de direction et de surveillance

    ·

    Le conseil de surveillance

    Le conseil de surveillance comprend, conformément à l’article R.516-13 du code monétaire et

    financier :

    – dix membres nommés pour trois ans par décret (le président, six membres représentant l’État et

    trois membres désignés en raison de leur connaissance des problèmes économiques et financiers) ;

    – deux députés et un sénateur désignés par leur assemblée respective, leur mandat prenant fin de

    plein droit à l’expiration du mandat électif au titre duquel ils ont été désignés ;

    – deux membres représentant le personnel de l’AFD, élus pour trois ans.

    – un commissaire du Gouvernement, désigné par le ministre de l’Économie, des Finances et de

    l’Industrie.

    Celui-ci exerce auprès de l’AFD, Institution financière spécialisée (« IFS »), la mission définie par

    l’article L 511-32 du code monétaire et financier.

     

    Le Conseil est présidé par

    la République française auprès de la Confédération suisse et auprès de la principauté de

    Liechtenstein, en résidence à Berne (décret du 16/11/2005)

    il suffit de chercher les informations….de lire et de comprendre

    leur G20 est du ciénéma et leur lutte contre les paradis fiscaux une daube…..

    sas

    Jean-Didier ROISIN, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de.

    Répondre
  8. sas

    03/04/2009

    Encore un texte zappé…..ca commence à me gonfler….

    Il est plus facile d emmerder les européens avec leurs paradis fiscaux, q ‘evoquer ceus des usa….

    Les distorsions sociales font plus de mal que les paradis fiscaux…et pourtant pas un mot…

    toute cette merde du G20 ,autoprésenté comme une réussite et mis en scène pour adouber/LE NOUVEL ORDRE ECONOMIQUE……est forcément une merde pour le plus grand nombre….doctrine éminament illuminati et maçonique…du NUEVO ORDO SECULARUM…..ca fait des siècles qu ils y pensent…..

    ne nous laissons pas convoyer a l abattoir….

    sas le profane

    nb   Il ne se cache même plus……les accords bino de guadeloupe portaient en préambule : pour UNE ORDRE ECONOMIQUE NOUVEAU…..et maintenant ils evoque un GOUVERNEMENT MONDIAL…..

    y a t il encore des doutes possibles ?????

    Répondre
  9. Jaures

    03/04/2009

    Que tout le mode se rassure. Comme d’habitude on s’est contenté du menu fretin: le Costa Rica, les Phuilipines, l’Uruguay épinglés. Qui s’en soucie ?

    Les vrais places financières où  transitent les fonds secrets, l’argent de la drogue et du terrorisme, les fortunes des dirigeants corrompus, les capitaux frauduleux, à savoir la Suisse, Monaco, les Iles Jersey, Macao, les Iles Caiman, … échappent à la liste noire, voire intègrent la liste blanche.

    Encore une fois, les chefs d’état se couchent devant les financiers.

    Pierre Baudouin peut dormir tranquille.

    Répondre
  10. Magny

    02/04/2009

    La fin du vingtième siècle vient de se confondre avec le début de cette crise et l’envol du vingt-et-unième se fera lorsqu’il n’y aura plus de pétrole ( vers 2020-2030 ) .

    A ce moment tout sera moins facile , et ce gigantesque chambardement nous remettra de force la tête à l’endroit , nous , tous les milliards d’humains qui respiront sur cette petite planète .  

    Laissons les super-dirigeants du G20 radoter sur leurs modèles de développement d’un âge révolu , et retroussons nos manches pour les coups durs à venir !

    Répondre
  11. Thanatos

    02/04/2009

    Loin de toute littérature et analyse pseudo-expert-politico-sociale, il faut avoir une seule pensée en tête qui est seulement l’Histoire avec un grand H.

    L’Humanité a toujours apportée la preuve que l’entrée dans un nouveau siècle ne se faisait que par des actions dramatiques.

    La date d’entrée dans un nouveau siècle ne correspond en rien au calendrier ! C’est une évidence, car en changeant de siècle, on change de mode de pensée et de vie.

    Souvent, les traditions, coutumes, folklores et autres façons de vivre sont  balayées, emportées par le vent de l’Histoire !

    – Début du 20e siècle, non en 1900 ou 1901, mais en 1912 et 1914 : Naufrage du Titanic et avec lui de toute la société Victorienne anglaise qui croyait en sa suprématie universelle, suivie de la 1ere Guerre Mondiale !
    Un exemple : avec le naufrage du Titanic, l’Angleterre voyait la disparition de ses "élites" parties sur le bateau (un certain nombre de milliardaires !) et assistait impuissante à l’effondrement de la plus grande société maritime d’assurance au monde : la White Star !

    – 19e siècle : On entre dans le 19e (le PLUS LONG de l’Histoire !) en 1789 et 1793 !
    Déjà, nos "voisins" ne supportaient pas notre réaction et au régicide. Elle voyait également s’échapper des millions d’or.
    Le but de la majorité des pays de l’Europe "classique" étaient de nous envahir afin de "nous mettre au pas", notamment après avoir appris que le régime révolutionnaire votait sans réserve l’annulation de toute la dette française et la suppression des créances aux pays étrangers.
    De là : Invasion, offensive française, exportation de la Révolution Française, Naissance de Napoléon et Anéantissement définitif du Saint Empire Romain !

    – On entrera dans le 21e siècle dans quelques mois ou années, seulement après une catastrophe considérable.

    Personne de normalement constitué et intelligent peut seulement croire que la crise prendra fin dans quelques mois. Il est à craindre qu’elle dure plusieurs années, voire décennies (au moins 1 ou 2) et les manifestations laisseront très vite la place à une insurrection générale !

    Pour l’instant : Nous sommes toujours au 20e SIECLE !

    C’est un fait et une analyse indiscutable !

    Un historien a dit en 1989 :
    "La fin du communisme est une catastrophe pour toutes les démocraties car à cause de notre économie qui va se mondialiser, nous assisterons dans 20 à 30 ans, à l’effondrement de notre CIVILISATION !"

    Nous y sommes !

    Répondre
  12. HEFF

    02/04/2009

    @Sas :

    Chirac à propos de Sarkozy  : « c’est une petite merde, il ne faut pas hésiter de l’écraser avec le pied droit, ça porte bonheur »

    Répondre
  13. Lambda

    01/04/2009

    Ah, les paradis fiscaux…..

    Bof, ça ne me dérange pas trop, ce qui me dérange le plus, c’est de n’avoir rien à y faire…
    Mais bon, ça ne me traumatise pas vraiment, ce qui n’est pas le cas pour tout le monde…
    J’ai comme l’impression que ceux qui crient le plus après, ce sont ceux qui aimeraient bien avoir un petit compte "là-bas"….
    L’individu

    Répondre
  14. sas

    01/04/2009

    Cher eff , je souscrit totalement à ton propos…et de préciser….je crains qu il ne faille la force pour leur retirer ce qu ils ce sont abusivement prêté…..

    l’agité de neuilly c’est plutot:"fait ce que je dis mais pas ce que je fais…"

    un p’tit homme reste un p’tit homme…..super menteur était plutot grand …mais tu vois que la qualité d un homme ne se mesure pas à ses talonettes….mais ses origines doivent y être pour beaucoup.

    sas

    Répondre
  15. HEFF

    01/04/2009

    Le gouvernement français ferait mieux de s’attaquer aux régimes trés spéciaux de nos élus, à leurs privilèges exhorbitants qui fourmillent au coeur de la république et qui sont de véritables paradis de détournement de l’argent publique, dans les conseils régionaux, dans les couloirs du parlement européen, dans les administrations en tous genres, toutes plus inutiles les unes que les autres, les multiples organismes d’Etat fantôches, les commissions diverses et variées qui truquent et maquillent les bilans, les comptes, les marchés publiques mafieux, les gros deals de la départementalisation, les magouilles des sièges dans les assemblées ..etc…etc…

    Répondre
  16. sas

    01/04/2009

    Bien exposer le problème c’est déjà y répondre…..

    Pas tous les paradis fiscaux visiblement….et pas pour toutes les affaires politiques ou d armement…juste la Suisse,Liechtenstein,Luxembourg……bref la souppape européenne…

    pas un mot…sur jersey, guernesey,monaco,les iles caimans, tobago,union,trinidad,bahamas et les autres coté yankyees….

    Ils nous prennent vraiment que pour des navets…des goyim…des gentils…des bourriquots a monter…

    mais les suisses , loin d être cons….se rebiffent…les méchants n ont pas encore gagnés….

    sas

    (article du patron de swatch :Hayeck réseau voltaire….sur l europe et l avis d un suisse)

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)