Pauvreté et revenu universel

Posté le 06 septembre , 2018, 3:53
16 mins

La pauvreté affecte particulièrement l’espèce humaine, du fait que ses représentants se distinguent de ceux des autres espèces animales par la conscience qu’ils ont de leur condition.

C’est ainsi que les hasards de la naissance et de la distribution des facultés, qui permettent à chacun de faire face aux aléas de l’existence, s’ajoutent au fait que la pauvreté est une notion relative. Chacun n’est-il pas, en effet, le pauvre ou le riche, de plus riche ou de plus pauvre que lui-même ?

Non seulement il s’agit là d’une vérité fondamentale dont devraient tenir compte tous ceux que préoccupe la pauvreté, mais cette condition peut faire l’objet d’observations en rapport avec une population distribuée de façon pyramidale.

L’application de la loi de Pareto à cette structure caractéristique confirme que les pauvres sont condamnés à être plus nombreux que les riches.

14% de la population (les riches) se partagent, en effet, 50% de la richesse collective, alors que les autres 50% vont aux 86% restant de la population, pauvres.

Dans le cas d’une partition de la population en 3 catégories sociales, 3,7% de la population – les riches – se partagent le tiers de la richesse collective, pendant que les représentants des classes moyennes, qui en représentent 26,7%, se partagent le deuxième tiers et les pauvres, soit 70% de la population, se partagent le tiers restant.

L’étude de la pyramide sociale permet par ailleurs de constater que, si la richesse n’a pas d’autres limites que l’appétit et les facultés de ceux qui la convoitent, ainsi que les ressources dont ils la tirent, la pauvreté a la sienne, qui est le niveau zéro de cette même richesse.

C’est à partir de ces constats que peut être indiquée la meilleure marche à suivre pour réduire la pauvreté, autant que faire se peut, et éradiquer la pauvreté profonde.

En bref, il est nécessaire de tenir compte de ces réalités fondamentales pour mettre fin à une archaïque lutte des classes, qui n’a fait qu’exacerber les frustrations, sans rien changer au fond du problème pendant des millénaires – quels qu’aient été les arguments et les efforts déployés – à droite comme à gauche – depuis les premières révolutions serviles, dont Spartacus fut l’un des meneurs, jusqu’aux théoriciens modernes.

La misère dont sont victimes les pauvres vivant au plus près de la base de la pyramide sociale est une plaie ouverte depuis toujours au flanc de l’humanité, qu’il s’agit de panser et guérir sans plus attendre.

L’humanité y a déjà consacré une partie considérable de la richesse créée et accumulée au cours des siècles, sans que cela ait modifié en rien le sort des plus pauvres.

Ne suffit-il pas pour s’en convaincre de considérer que le nombre de miséreux est, de nos jours, plusieurs fois ce qu’était la population humaine totale voici deux millénaires ?

Quel que soit le nombre de ceux qui connaissent aujourd’hui les heureux effets du progrès scientifique et technique, 250 millions d’êtres humains peuplaient la terre au début de notre ère, alors que 1,5 à 2 milliards souffrent de pauvreté profonde de nos jours, sur une population qui en compte près de 8 milliards.

Le présent raisonnement faisant référence à la pyramide sociale conduit à préconiser le relèvement de la base de la pyramide sociale, par instauration de ce revenu universel (RU) qui a déjà fait couler beaucoup d’encre.

En résumé, voici ce que l’on peut dire de ce RU :

«Il s’agit de remplacer un enchevêtrement compliqué de dispositifs fiscaux, sociaux et familiaux, sans oublier diverses dispositions du droit du travail, par un seul outil redistributif intégré.» (Marc de Basquiat, AIRE, Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence)

«Des expérimentations de revenu de base se concrétisent en France et en Europe, c’est le moment de créer une véritable force citoyenne pour peser dans le débat et aboutir à l’instauration d’un revenu réellement inconditionnel, individuel et universel !» (Mouvement français pour un revenu de base)

Reste donc à tout faire pour que la raison triomphe sans tarder de la misère partout dans le monde. Il sera alors possible de venir à bout du premier des maux de l’humanité qu’est une surpopulation dont les besoins dépassent largement les ressources qu’offre la planète.

En effet, les pauvres se multiplient d’autant plus vite que leur pauvreté est profonde.

Le relèvement de leur niveau de vie par le RU devrait donc entraîner un alignement de leurs taux de fécondité sur celui des plus riches.

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

ARTICLE SUIVANT

Fiscalisme

45 Commentaires sur : Pauvreté et revenu universel

  1. quinctius cincinnatus

    17 septembre 2018

    charité bien ordonnée commence par soi-même

    ce pourrait être un proverbe … jésuite

    déjà 350.000 euros de ventes de produits dérivés ( dont des mugs en fausse porcelaine de Limoges ) par la boutique de l’ Elysée pour rafraîchir le Palais de la République

    à noter que les bâtiments les plus visités pour les journées du patrimoine sont les ” lieux de pouvoir ”

    le peuple est vraiment bien ” curieux ” con et servile

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      17 septembre 2018

      // …déjà 350.000 euros de ventes de produits dérivés… //

      Il y a encore pas mal de gogos dans ce pays, ce chiffre le confirme.

      There is a long way to Tipperary….

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    17 septembre 2018

    une étude intéressante : …

    des ” chercheurs ” ont eu la bonne idée de savoir dans quel pays l’ activité physique était la plus importante et les résultats ” surprennent ( sic ) les commentateurs

    si on comptabilise les inactifs on obtient les chiffres qui suivent

    seulement 5,5 % en … Ouganda mais … 29,3 % en France et 40 % aux U.S.A., le record revenant au … Koweït avec 67 %

    la nature et surtout l’ intensité de l’ activité physique ne sont pas [ à ma connaissance ] indiquées dans l’ étude et personnellement je pense qu’ elles ne sont certainement pas les mêmes allant de la lutte et de la danse africaine au golf à la bière glacée du Nevada ce qui n’ est pas, vous en conviendrez, la même chose

    si vous voulez survivre aux vagues migratoires Blancs bougez vous le cul !

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      17 septembre 2018

      Inactivité et obésité marchent la main dans la main.

      Mesurer l’obésité est plus facile à mesurer que l’inactivité.
      Par exemple aux USA l’obésité ne tient aucunément compte de la couleur de la peau.
      Elle est assez bien distribuée entre toutes les ethnies.

      Les états US suivants sont en tête du peloton pour l’obésite
      Mississippi 37.3%
      Alabama 35.7%
      Arkansas 35.7%
      Louisiana 35.5%
      Nul besoin de vous dire que ces états ont une population noire assez substantielle.

      Le Nevada que vous avez cité avec la bière glacée ne fait que 21.1%
      Un des plus bas des USA.

      “Blancs bougez-vous le cul”, est donc un slogan gratuit.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        17 septembre 2018

        j’ aurai en effet PU dire ” american way of life is very bad for you ” mais je me serai attiré les foudres célestes ( pas les tonneaux ) de Guy Millière … qui si j’ en juge par son thrombinoscope file un mauvais … profil mais … biologique

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          17 septembre 2018

          Ramener Guy Milliere sur le plateau ne corrige rien à votre erreur.
          Tout au plus est-ce une dernière tentative pour donner le change.

          “Blancs bougez-vous le cul”, est votre invention et reste donc un slogan gratuit.

          The american way of life doesn’t give a damn about your remarks.
          It goes on its own way, no matter you like it or not.
          Amen.

          Répondre
      • quinctius cincinnatus

        17 septembre 2018

        addenda … médical … pour info

        d’ autre part les afro-américains présentent des réactions physiologiques particulières aux médicaments anti-hypertensifs ( ils réagissent moins bien à certaines classes thérapeutiques ) et se nourrissent encore moins bien que les ” européens ” étant généralement plus pauvres

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          17 septembre 2018

          Assez bizarre, les Ougandais étant tout aussi pauvres sont eux pleins d’activité.
          Galipettes, luttes et danses tribales les maintiennent en pleine forme selon vos dires.

          Une étude comparée s’impose.
          Alertons le WHO onusien.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            18 septembre 2018

            les Ougandais sont pauvres mais heureusement pour eux ils n’ ont pas tous ou pas encore les ” moyens ” de bouffer de l’ agro-alimentaire américain sauf du Coca-Cola peut être

            toutes les activités physiques sont bonnes … y compris de baiser !

            l’ activité devant un clavier est très … nocif et pas simplement pour la vision !

            je suis de retour d’ une marche de 12,5 kms avec 450 m de dénivelé positif

          • HansImSchnoggeLoch

            18 septembre 2018

            Oui ils doivent être bien contents de recevoir des sacs de céréales gratuits made in USA.
            Heureusement qu’ils ne savent pas lire.

  3. HansImSchnoggeLoch

    15 septembre 2018

    Avec 8.8 millions de pauvres (13% de la population), la France aurait un système social que le monde entier lui envierait.
    Et on veut encore en importer plus.
    La vérité c’est que le système social français avec ses prélèvements déments est une fabrique de pauvres.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      17 septembre 2018

      8.8 millions de pauvres en France.
      Ce chiffre est équivalent à la population totale de la Suisse.

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    15 septembre 2018

    ” de plus en plus de Suisses sous le seuil de pauvreté : 5,9 % en 2013 , 7,5 % en 2018 ”

    ( les agences )

    bientôt ce sera votre tour

    et vive un Mouvement Social Français

    Répondre
  5. Claude Courty

    12 septembre 2018

    C’est vrai, comme le soulignent certains commentateurs sans paraître appréhender la nature profonde du changement dont ils parlent, les temps ont changé et changent chaque jour un peu plus, dans l’accélération.
    Et le plus grand changement de notre époque est probablement celui de la notion de travail ou plus précisément du besoin de main d’oeuvre, pour diverses raisons dont la première est le remplacement de l’homme par la machine dans des domaines de plus en plus nombreux, ceux réservés à l’être humain se raréfiant chaque jour. Je devrais d’ailleurs parler plutôt de robots que de machines, lesdits robots étant promis à se concevoir, à s’entretenir et à se dépanner par leurs propres moyens, sans intervention humaine. Nous vivons beaucoup plus que la révolte des canuts.

    La réussite par le travail est profondément remise en cause et la capacité de chacun à s’assumer avec ceux dont il a la responsabilité, s’amenuise de jour en jour. Il faut donc des solutions de remplacement, le revenu universel étant celle qui exploite au mieux la richesse considérable produite et accumulée par la société au cours des siècles, pour éradiquer enfin la pauvreté profonde.

    L’assistanat ? nous y somme depuis longtemps, sous les formes les plus diverses et dans un grand gaspillage. Le RU, qui mobiliserait en les concentrant les moyens affectés à cet assistanat, ne serait donc qu’une adaptation indispensable, sans supplément ce coût, d’autant plus qu’elle s’accorderait avec une ajustement démographique.

    Pour plus de précisions sur ce qui motive cette manière de voir, invitation à visiter :
    https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/
    https://pyramidologiesociale.blogspot.fr/

    et/ou lire “Précis de pyramidologie sociale”

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      12 septembre 2018

      Suivre la politique du RU équivaudrait à mettre l’intelligence humaine en muselière.
      Les machines ne sont pas issues d’une génération spontanée ou d’une danse rituelle autour d’un totem.
      Elles sont l’oeuvre de gens qui ont commencé à en tracer des ébauches humblement avec crayon, papier et gomme en utilisant les connaissances de celles et ceux qui les ont précédés.

      Admettre implicitement que nous avons maintenant atteint les limites de la créativité est une insulte faite à toutes celles et ceux qui modestement essaient de remplacer ou d’améliorer tout ce qui existe autour de nous.
      Oui le monde est en train de bouger et pas seulement dans les pays “avancés” où le “panem et circensem” encouragé par des gouvernants irresponsables est en train d’abrutir les gens et de les metttre sous tutelle.

      Faites donc un tour sur YouTube et tapez “DIY” ou “Makers” pour vous convaincre qu’il y a encore de la matière grise qui travaille et qui n’a nul besoin d’un RU.
      Et ces gens ne sont pas des “zélites”.

      Répondre
      • Claude Courty

        14 septembre 2018

        Qui prétend avoir atteint les limites de la créativité humaine ? L’intelligence artificielle et les robots seront au contraire à son service pour la renforcer et continuer à connaître et comprendre ce qui nous entoure, à commencer par nous-mêmes, une planète Terre que nous connaissons bien mal – la preuve en étant dans les traitements que nous lui infligeons –, et l’univers … à condition de ne pas nous laisser déborder. Mais là encore c’est notre créativité qui opérera.

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          14 septembre 2018

          Intelligence articielle (IA)?
          Je m’étais borné à évoquer des réalisations faites avec des moyens moins sophistiqués.

          L’IA n’est qu’une façon de programmer pour générer du code qui se modifie et / ou s’adapte en apprenant.
          Par exemple réseaux neuroniques ou réseaux bayésiens.
          Je les utilise pour mes applications.
          Elle sera toujours accompagnée d’humains pour la perfectionner et pour l’augmenter.

          PS:
          Soyons modestes.
          Les traitements infligés à la Terre par des objets venus de l’espace et la propre dynamique de la Terre (séismes, volcanismes) ont causé des dégats bien supérieurs à ceux infligés par l’humanité.

          Répondre
          • Claude Courty

            15 septembre 2018

            Les moyens dont il s’agit (IA comprise) sont chaque jour un peu plus sophistiqués, que cela vous convienne ou non. C’est cela aussi le changement, pour le meilleur et pour le pire.

            PS : Quant au fait que la force de la nature soit infiniment plus grande que celle des hommes, c’est bien connu mais ça ne saurait minimiser les dégâts provoqués par l’homme.
            La modestie ne voudrait-elle pas que ceux qui raisonnent avec avec un train de retard s’en rendent compte et se souviennent que s’il est deux mots qui ne doivent être employés qu’avec une extrême réserve, ce sont bien “jamais” et “toujours” ?

          • HansImSchnoggeLoch

            15 septembre 2018

            Ne brûlez pas les étapes pour le moment l’électronique digitale supportant l’IA est basée sur du silicium dopé.
            On songe à utiliser ultérieurement des chaines de DNA pour traiter l’information, mais nous en sommes pas encore là.

            En ce qui me concerne tout ce qui fait avancer le schmillblick me convient très bien et je n’en fais pas un cauchemar, rassurez-vous.
            J’utilise tout simplement ces avancées pour mes propres projets.

            D’autre part j’essaie de suivre le principe suivant.
            Il faut toujours songer à notre nature fallible et ne jamais prétendre à détenir la seule vérité.
            Cela compte pour tout le monde et aussi pour vous.

        • quinctius cincinnatus

          18 septembre 2018

          l ‘ I.A. est un outil qui nous facilite la vie et qui nous aide dans l’ acquisition de connaissances nouvelles

          Répondre
    • Raoul Villain

      12 septembre 2018

      Bonsoir Monsieur Courty.

      Vos assertions gratuites sur la “fin du travail” ne reposent sur rien. Dès 1980 Alfred Sauvy écrit un livre sur le sujet: “la machine et le chômage”, je vous invite à le lire en particulier les passages historiques, sur les Canuts si vous le souhaitez. De plus tous les modèles économétriques montrent que la productivité globale des facteurs (PGF) calculée à partit d’une moyenne arithmétique des productivités apparentes des facteurs travail et capital baisse. Or nous savons de façon certaine que la période des “Trente Glorieuses” du point de vue de l’enrichissement rapide (la croissance économique) est due à cette PGF. Robert Solow (1956) en particulier mais aussi les travaux de Carré, Dubois, Malinvaud pour la France aboutissent à ce même résultat. Or cette période combine dynamisme démographique et enrichissement. A cette époque les pauvres sont:..les retraités. Aucun rapport avec le travail. Contrairement à ce que l’on peut penser, la crise de 1974 (crise de rentabilité) qui met fin à cette période ne s’explique pas par une mécanisation accrue et donc par un problème de débouchés, mais par une fiscalité trop forte sur les entreprises (avant le problème du coût du travail) qui ne leur a pas permis d’investir.
      Au tournant du millénaire la mise en place des 35 heures a achevé l’industrie française, pour les mêmes raisons malgré un coût pour la collectivité de l’ordre de 22 à 25 milliards par an. Or ce type de mesure n’est pas à priori saugrenu: il y a une tendance à la baisse du temps de travail au fur et à mesure qu’un pays s’enrichit (cf les études sur la Chine – oui je dis bien la Chine). Ceci est depuis longtemps intégré dans les modèles économiques. Pareto et Walras (Ecole de Lausanne) lorsqu’ils construisent l’équilibre général intègre au modèle l’hypothèse suivante: le travail est une activité pénible et l’individu arbitre entre le salaire et le loisir avec une préférence pour ce dernier.

      Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour ce long développement un peu ennuyeux. Toutefois nous sommes au coeur du sujet.
      Non la machine n’a pas remplacé l’homme, ni par le passé (Ludd ou les Canuts) ni maintenant. Sinon comment expliquez vous que la productivité baisse ?
      Non, il n’y a pas de gâteau à partager qu’il s’agisse d’emploi ou de richesse. D’ailleurs, même si l’on se réfère à cette vision simpliste et erronée un gâteau peut être plus ou moins grand.
      Non il n’y a pas de richesse accumulée: la rémunération du capital ou de l’épargne est faible. Achetez une action “Orange” et essayez d’en vivre ! Pensez vous que 75 centimes annuels pour 100 € investi permette une quelconque accumulation ?

      Il n’y a aucune justification économique sérieuse à la mise en place d’une mesure telle que le revenu universel puisque le sujet est fondamentalement politique. Il s’agit tout simplement de se constituer une clientèle électorale fidèle qui a une “très grand préférence pour le loisir”. C’est son “droit”, le mien est d’arrêter l’hystérie fiscale qui tôt ou tard plongera la France dans le Chaos argentin.

      Je vous souhaite une très bonne soirée.

      Répondre
      • Claude Courty

        14 septembre 2018

        Bonjour Raoul Villain

        La Banque Mondiale vise la création d’environ 600 millions d’emplois au cours des 15 prochaines années, soit 40 millions d’emplois par an, alors que le nombre d’humains – donc de demandeurs d’emplois – augmente dans le même temps, d’un peu moins de 100 millions d’unités, le rythme de cette augmentation continuant de croître pendant que la décroissance économique, donc l’augmentation du chômage, menace chaque jour un peu plus, pour des raisons liées à nos ressources et à nos déchets ; voici ce qu’il en est pour, non pas la fin du travail, mais sa raréfaction.

        Et si, la richesse collective ne cesse de croître et de s’accumuler depuis que l’homme existe, du simple fait qu’il soit, avant tout autre opinion ou considérations, un agent économique (dès avant de naître jusqu’à sa mort incluse, les marchés prénatal et post-mortem n’ayant rien d’anodin) dont l’effectif est passé de 250 millions à bientôt 8 milliards en un peu plus de 20 siècles, avec l’aide du progrès scientifique et technique. Définition de notre richesse collective : “Somme des richesses matérielles et immatérielles, naturelles et résultant de l’ensemble des activités et autres rapports de tous les membres de la société” (y compris prédation). Gâteau ou richesse, plus ceux qui se les partagent sont nombreux, plus leur part moyenne se réduit.

        Dans sa conception le RU n’est en rien de l’hystérie fiscale, bien au contraire, mais il est vrai que le politique ne manquera pas de le réduire à cela et il suffit de voir ce qu’en fait le pouvoir en place dans son “plan pauvreté” pour s’en rendre compte. Il en a été ainsi de la TVA, pourtant le plus intelligent impôt jamais conçu.

        Bien cordialement

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          14 septembre 2018

          // Il en a été ainsi de la TVA, pourtant le plus intelligent impôt jamais conçu. //

          Un impôt peut-il par définition être intelligent?

          Exemple:
          Un type de la préhistoire invente la roue et un autre invente la massue.
          Le type à la roue, tout content de sa trouvaille en fabrique d’autres pour les vendre à ses voisins.
          Le type à la massue intervient et fait comprendre au premier que pour chaque roue vendue il faudra lui céder 30% de la somme encaissée.

          Que va faire le type à la roue?

          Répondre
          • Claude Courty

            15 septembre 2018

            « Que va faire le type à la roue ? »
            Il inventera et fera autre chose, mais en tout état de cause il faudra bien trouver quelque part de quoi financer le carrossage des chemins sur lesquels rouleront les véhicules qu’équiperont ses roues, par la vente desquelles il se sera enrichi.
            La vie en société a ses coûts collectifs. comment les financez-vous ?
            Que la gestion de ce financement – avec ou sans usage de la massue – laisse à désirer est une toute autre affaire.

          • HansImSchnoggeLoch

            15 septembre 2018

            // La vie en société a ses coûts collectifs. comment les financez-vous ? //

            Avec l’aide du type à la massue, bien sûr.
            Cela vous a-t’il échappé?

        • Raoul Villain

          14 septembre 2018

          Bonjour Claude Courty.

          Je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre. Je vous prie d’abord de bien vouloir excuser les fautes présentes dans mon “post” ainsi que celles qui, inévitablement seront présentes dans celui. Il est épuisant d’écrire un texte même court à partir d’une fenêtre qui ne permet pas d’avoir un œil sur le début de sa phrase.

          Vous commencez votre réponse par un raisonnement qui ressemble à celui de T. R. Malthus et sa parabole du « banquet de la nature ». Je ne fais pas partie de ceux qui balaient d’un revers de la main dédaigneux ses écrits. Je n’ai jamais lu en entier « Essai sur ile principe de Population » mais de nombreux biographes ont noté que c’est lui qui a permis à J.B. Say de s’approprier les thèses de l’Ecole Classique d’où une certaine dimension intellectuelle à lui reconnaître.

          Que disait Malthus : il n’y a pas de ressources naturelles suffisantes pour permettre un accroissement durable de la population. Il cherche à expliquer l’arrivée de « l’état stationnaire » qu’avait imaginé Ricardo.
          Je reprends ce que vous dites : pas assez d’emplois pour la main-d’œuvre disponible.
          Or votre raisonnement amène à mon sens plusieurs objections :
          La croissance démographique n’est pas uniforme dans toutes les régions du monde. Europe, Asie, Amérique du Nord, dans une moindre mesure du Sud ont achevé ou sont en cours d’achèvement de leur transition démographique. Un continent pose problème : l’Afrique ou un doublement de la population est prévu (je ne me souviens plus du délai mais il est court. L’Afrique connaît des famines (mais les dernières survenues en Asie sont relativement récente), l’Afrique est surpeuplée (mais que dire alors de la Chine ?), l’Afrique surtout ne parvient pas à s’émanciper : ce qui est un problème culturel et politique et non un problème économique. Je m’explique : l’Afrique a été colonisée et sa structure économique a pendant longtemps reposé sur un principe de comptoir (mis à part, peut être le Maroc et l’Algérie). Une économie de comptoir est le fait que c’est une entité extérieure qui finance les infrastructures et que le système économique n’est pas viable si on supprime les financements externes. Le problème de la Guyane (qui n’est pas en Afrique, mais qui a la même structure économique) est celui-là.
          Problèmes politique et culturel. Contrairement à d’autres régions ou pays du monde (Vietnam par exemple), les thèses tiers-mondistes ont encore un écho chez les Africains. Ils ont intégré (à tort) que l’on avait une dette envers eux issue de la colonisation. Les gauchistes européens justifient l’immigration africaine par la « maxime » suivante : « on a pillé les richesses de l’Afrique, ils viennent chez nous pour travailler ». Ceci est faux et vicieux, puisque au lieu d’aider les Africains et leur permettre de s’émanciper, on les stigmatise en position de créancier sur une « dette » imaginaire. Slogan du NPA : « qui sème la colonisation récolte l’immigration » : c’est d’une niaiserie absolue. Or, pour ceux qui, comme moi, n’adhèrent pas à des thèses racistes ou cultualistes quelconques, il est possible de mettre un terme aux souffrances actuelles de ces populations en posant des principes simples :
          Vous voulez venir en Europe, vous êtes les bienvenus, nous sommes des pays touristiques et nous serons ravis de faire des échanges culturels avec vous, nous avons tant à apprendre les uns des autres.
          Vous pensez que l’Europe vous permettra un avenir meilleur et vous dépensez toutes les économies d’une vie pour traverser la Méditerranée, vous vous trompez des marchands d’esclaves modernes vous mentent, ils construisent avec votre sueur, votre sang et celui de vos enfants des palais dans le Désert lybien. Bien sûr nous enverrons des bateaux pour essayer de vous éviter la noyade mais à votre arrivée sur le sol européen après vous avoir nourri et soigné d’autres bateaux vous reconduiront en Afrique.
          Vous pensez que l’Europe est divisée en deux camps : ceux qui transgressent les lois pour vous faire traverser les frontières (les gentils) et ceux « qui n’aiment pas les africains » (les racistes). Vous vous trompez : les « gentils » n’ont qu’une idée en tête vous voir voter pour eux (et peu leur importe vos conditions de vie) pour nous enfermer, vous et nous dans la barbarie marxiste.
          Etc…

          Vous donnez une définition curieuse de la « la richesse collective ». De quoi parlez-vous exactement ? Pendant des siècles, personne (ou si peu) ne s’est intéressé au charbon et tout à coup les propriétaires de terres peu fertiles ont fait fortune parce que l’on a creusé des galeries très profondes. Aujourd’hui : extraire du charbon n’est plus rentable, c’est aussi le cas lorsque l’on produit de l’acier. Collectivement ou pas la notion de « richesse » n’a pas de sens. Les Français, toujours attachés à ceux que les autres soient dans une situation aussi médiocre que la leur, ont toujours applaudi lorsque l’on a inventé « l’ISF » ou l’IFI ». Posséder un Château de trois millions d’euros permet-il d’être riche ? Non, mis à part si vous trouvez un acquéreur qui va prendre en charge les dizaines de milliers d’euros annuels nécessaire pour le maintenir simplement hors-d’eau. Si dans un gâteau vous trouvez une telle fève, je ne vous conseille pas de signifier à la cantonade que vous êtes le roi.

          Selon vous nous accumulons (depuis que l’homme existe) par le simple fait que nous soyons « un agent économique ». Si je prends un raccourci historique comme vous, le cheval de trait a toujours été un meilleur « agent économique » que l’homme. De mémoire je ne peux rien vous citer, mais dans n’importe quel livre d’histoire traitant de la Révolution industrielle vous trouverez exprimé en cheval/vapeur leurs forces motrices respectives. Plus que votre définition me paraît intéressante votre allusion au « marché pré-natal » ou « post-mortem ». De la préhistoire jusqu’à une date très récente, il n’y avait pas ce type de marché par essence. De la même façon le marché de la « rencontre » ne donnerait pas lieu à plusieurs volumes si l’on veut retracer son histoire.

          Effectivement toutefois, plus d’activités sont marchandisées, plus la « richesse virtuelle » augmente. Il y a même des crédits d’impôt qui vont dans ce sens : si ce n’est plus mamie qui garde Lou, le coût relatif à cette tâche vous permettra d’être un peu moins spolié.
          C’est un peu comme si, puisque vous y tenez, après avoir fini le gâteau vous coupiez celui-ci en deux et que vous mettiez de la mie de pain entre les deux parts. Cela sera plus gros, mais cela ne sera en rien du gâteau.

          L’INSEE fixe le seuil de richesse pour la France à 8500 euros mensuels. Cela fait rêver, jusqu’au moment où on s’intéresse à la « vie » que cela rend possible. Cela fait tout de suite beaucoup moins rêver. Vous êtes visiblement très cultivé et je vous invite à y réfléchir.

          Pour terminer : « Au cours des vingt-cinq dernières années, le partage de tout ce qui a été produit par les Français s’est modifié de la façon la plus brutale qui soit. Dix points de la richesse totale produite sont passés de la poche des producteurs à celle des rentiers. Et cela alors même que l’effort fourni et les gains de productivité qui en ont résulté ont fait un bond prodigieux de 30 % depuis 1983. Ce détroussage représente 195 milliards par an.
          Jean-Luc MELANCHON
          Patrimoine : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/03/23/presidentielle-la-declaration-de-patrimoine-de-jean-luc-melenchon_5099650_4355770.html

          Je vous souhaite une très bonne soirée.

          Au (très grand) plaisir de discuter avec vous.

          Répondre
      • quinctius cincinnatus

        14 septembre 2018

        depuis des lustres je compare la France à l’ Argentine et chaque jour nous nous rapprochons davantage du ” modèle ” argentin

        à noter que le ” dynamisme démographique ” n’ est pas toujours un dynamisme économique surtout dans une économie mondialisée

        Répondre
        • Raoul Villain

          17 septembre 2018

          Bonsoir “Quinctius”.

          Depuis des lustres non, mais plus “on avance” et plus j’espère que votre “prophétie” ne se réalisera pas. Malgré ce, je ne peux constater que la justesse de la comparaison, j’inclinerai vers le début de la prochaine mandature pour nous retrouver dans le Chaos argentin.

          Bonne soirée.

          Répondre
  6. Raoul Villain

    11 septembre 2018

    Bonjour à toutes et à tous.

    Notre organisation sociale repose sur une logique: ceux qui participent à l’effort de production sont rémunérés (les salariés; les actionnaires). Cette logique a été amendée nous avons commencé à pratiquer la redistribution: horizontale pour couvrir des risques sociaux, verticale pour réduire les “inégalités”. Peu ou prou, tous les pays pratiquent ces deux politiques. Toutefois, il y a des éléments qui sont propres au cas français. Par exemple 10% des contribuables “payent” 70% de la masse collectée à travers l’IRPP. C’est une inégalité dont on ne “parle” jamais.

    Comme tout être humain je suis affecté par la détresse de certains de mes semblables. Pour autant évoquer ou discuter de la question sociale de la pauvreté relève du “totem” et du “tabou”.

    “Tabou”: la diffusion d’un documentaire sur M6 “Rue des allocs” a déclenché une hystérie médiatique. Je ne suis pas certain qu’il n’y ait pas eu des plaintes déposées. Le reportage était à mon avis mauvais (trop “télé réalité” à mon goût), mais permettait d’aborder une question de société.

    “Totem”: dans une thématique proche, toute allusion à une quelconque baisse de la dépense publique est qualifiée au mieux d’ultra-libérale au pire de fasciste. “Le français est attaché à ses profs, ses infirmières, ses policiers (beaucoup plus récent)”.

    Le revenu universel dans sa version socialiste correspond au “halo” démagogique du genre “grand soir” ou “lendemains qui chantent”. Supprimer la tranche au taux marginal de 5,5% (Valls) est une mesure électoraliste de la même veine que celle de la suppression de la taxe d’habitation. La “justice sociale” c’est: je ne “gagne” pas assez, les autres gagnent trop. De la même façon la fable française du consentement à l’impôt revient à dire: je suis très favorable à ce que les autres payent l’impôt à ma place.

    Je reviens pour terminer à la façon dont notre société fonctionne: le revenu ne peut en aucun cas être universel puisque les apports de chacun à l’effort productif sont différents. A mon avis, c’est un problème plus profond que celui de trouver la façon de le financer.

    Je souhaite à toutes et à tous une très bonne journée.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      12 septembre 2018

      Raoul, comme d’habitude vous avez trouvé les mots justes.

      La “justice sociale” est le plus grand frein au développement du progrès humain.
      Toutes les expériences socialistes du siècle dernier ont abouti à un fiasco complet..

      Pour les sceptiques voir ce qui se passe en ce moment au Vénézuéla.
      D’un d’un des pays les plus riches d’Amérique du Sud le socialisme en a fait un pays qui est fuit par ses habitants.

      Répondre
      • Raoul Villain

        12 septembre 2018

        Bonsoir “Hans”.

        Je vous remercie mais justement c’est ce que n’arrive pas à trouver: les mots justes. J’ai dans un entourage plus ou moins proche de nombreuses personnes qui font preuve à mon sens d’une cécité totale à l”endroit de la gauche. Je ne souhaite pourtant pas les convaincre de quoi que ce soit mais de les faire réfléchir simplement. Nous ne devrions pas être en ce qui concerne la chose politique dans le domaine du sacré. (“Rendons à César…”). Or ne serait-ce qu’évoquer la dépense publique amène sur vous une suspicion semblable à celle que l’on pourrait avoir face à un dangereux conspirateur. Pour autant: combien de dépenses locales correspondent vraiment à un investissement public ? La Mairie de Port-Vendres que tout le monde connaît pour sa très grande envergure de métropole de dimension mondiale a dépensé 84 000 € pour que l’Hermione mouille dans son Port.

        De la même façon, c’est le sujet de l’article. Pourquoi doubler le chiffre statistique de la “pauvreté” en modifiant le pourcentage associé au revenu médian ?

        Enfin par un pur hasard, je suis tombé dimanche dernier sur un passage à la télévision de Benoît Hamon (le promoteur en son heure du revenu universel). Son explication sur le désastre budgétaire français est limpide: les “cadeaux aux riches”. Pour le moment je suis un peu occupé mais dès que possible je soutiendrais ce Génie. Pensez fin de l’exit-tax (tout au plus 6 milliards), transformation ISF vers IFi (2 milliards à condition de gagner au nouveau loto pour le patrimoine de temps en temps). Coût de la dépense du revenu universel ? 50, 100, 500 milliards autre ? Personne ne sait. J’encourage vivement toutes les personnes de bonne volonté à me rejoindre dans un vaste soutien à ce “leader minimo”. Avec ces techniques de calcul, je vais bientôt pouvoir financer mon yacht !

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          13 septembre 2018

          Culte du cargo

          // Le culte du cargo est un ensemble de rites qui apparaissent à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle chez les aborigènes, en réaction à la colonisation de Mélanésie (Océanie). Il consiste à imiter les opérateurs radios américains et japonais commandant du ravitaillement (distribués par avion-cargo) et plus généralement la technologie et la culture occidentale (moyens de transports, défilés militaire, habillement, etc.) en espérant déboucher sur les mêmes effets, selon ce qu’on a qualifié de croyances « millénaristes »1,2. En effet, les indigènes ignorent l’existence et les modalités de production occidentale ; dès lors, ils attribuent l’abondance et la sophistication des biens apportés par cargo à une faveur divine2. Le culte a pris naissance en Mélanésie. Quasiment toute la Mélanésie, des îles Fidji à la Papouasie-Nouvelle-Guinée l’adopta simultanément (à l’exception de la Nouvelle-Calédonie) mais ce culte ne connaîtra une longévité exceptionnelle qu’à Tanna. //

          Nous en sommes à peu près à ce niveau en France en 2018.
          C’est cela le progrès en socialie.

          Répondre
  7. bettyboop

    10 septembre 2018

    Revenu universel ? on va encore et encore prendre à la classe moyenne pour donner à ceux qui n’ont jamais cotisé, et qui nous envahissent. Tout cela va mal finir.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      12 septembre 2018

      // Tout cela va mal finir //

      Ayez toujours le CD “Plus près de toi mon Dieu” à portée de mains.
      Et souvenez-vous il y a uniquement des canots de sauvetage pour les “zélites”.

      Répondre
  8. zoé

    10 septembre 2018

    La 1ère chose à envisager et cela a l’air d’échapper à nos chers gouvernants, est d’arrêter de procréer quand on est pas capables de prendre en charge sa famille. Nous sommes bien trop nombreux sur terre et quelle idée d’avoir fait venir sur notre sol des gens n’ayant pas la même religion que nous, et en plus mortifère. On pourra regarder le problème démographique dans tous les sens maisc’est bien la 1ère chose à faire.

    Répondre
  9. KAVULOMKAVULOS

    9 septembre 2018

    Pour vous enrichir – et vite – achetez des actions Tesla de Musk qui viennent de plonger mais selon le principe d’Archimède si cher aux “moustiques” ne tarderont pas à crever tous les plafonds. En plus, ça se prétend écologique, même si la production de l’énergie électrique emmagasinée dans ses accus est due à la combustion de la houille d’où rndement global extra!. Voir sur le site Contrepoints une intéressante analyse de la question par un groupe intitulé “Tesla owners Club Belgium” : c’est peut dire car connaisseurs. Il existe certains physiciens amateurs qui oublient d’aller jusqu’au bout de leur raisonnement mais n’en sont pas moins persuadés d’être toujours dans le vrai. Parfois, un peu de modestie ne nuit pas. A bon entendeur, salut.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      9 septembre 2018

      À un certain moment les actions d’Apple ne valaient pas grand chose. Beaucoup ont vendu les leurs, ils s’en mordent encore les doigts aujourd’hui.
      Voir l’histoire de Ronald Wayne, co-founder d’Apple.

      Si l’aventure automobile électrique est tellement nulle il faut se demander pourquoi Jaguar, Mercedes, BMW et d’autres y font leur entrée.

      Un conseil, un bon agent boursier vous dira d’acheter quand le prix des actions baisse,

      Inutile de faire comme si vous étiez différent du pseudo “Brennus”, je sais parfaitement que vous avez tous les deux la même adresse eMail.
      D’ici à débusquer cette adresse il n’y a qu’un pas que je franchirai allègrement si vous continuez à m’importuner.

      À bon entendeur salut.

      Répondre
    • Claude Courty

      9 septembre 2018

      Sauf que les ressources énergétiques sont pour longtemps encore un faux problème. Rien que pour le fossile, les hydrates de méthane, dont l’exploitation est à l’étude, représenteraient à eux seuls plusieurs fois l’ensemble de ce qui a été consommé à ce jour en hydrocarbures et houille cumulés. Quant aux énergies renouvelables (éolien, marémoteur et solaire), la preuve est faite de la source inépuisable qu’elles constituent, sans compter l’énergie osmotique (voir à ce sujet “Du sel dans mon moteur).
      Plutôt que de nature énergétique, les gros problèmes à venir ne risquent-ils pas être d’ordre démographique, avec toutes conséquences géo-politiques, sociales, alimentaires et environnementales (pollution) + incidence climatique ?

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      10 septembre 2018

      Lu dans Googe-news US de ce matin le 10.9.2018:

      // Although Tesla did not exceed other gasoline cars in terms of unit sales, it was by far the best selling electric vehicle, taking nearly 50% market share of all electric vehicles, according to InsideEVs estimates, and the Model S and X took another 15%.
      Because of Tesla’s high starting price and compelling options, which are also expensive, Tesla’s average selling price for the Model 3 surged past $55,759 according to Twitter user Troy Teslike, who polls people who order Model 3s and publishes a variety of resulting statistics.

      The high average selling price of the Model 3 and the record deliveries have resulted in Tesla’s Model 3 being the #1 best-selling car in the US by revenue in both July and August. //

      La dernière phrase montre que la chute des actions en bourse n’est pas justifiée.

      Répondre
    • Raoul Villain

      11 septembre 2018

      Bonjour.

      Si vraiment vous souhaitez vous enrichir tournez vous vers “l’Art”.

      Je vous souhaite une très bonne après-midi.

      Répondre
  10. HOMERE

    8 septembre 2018

    Si l’on souhaite éclaircir la situation il ne faut pas parler de “pauvres” sans avoir,au préalable quantifié et qualifié cette état et désigné la population à laquelle on se réfère,et également adopter les moyens propres à stopper la masse des “pauvres”.
    Sont ils jeunes ? pourquoi sont ils pauvres ? sans emploi,sans formation,sans famille,sans ressources…
    Sont ils âgés ? petites retraites,isolés,sans aide familiale,malades….
    Sont ils employés ? avec des revenus faibles,en CDD,…
    Sont ils dépourvus d’épargne,de logement,d’aides sociales…
    Sont ils au chômage ?pour quelles raisons,depuis combien de temps…
    Bref un faisceau de raisons (bonnes ou mauvaises) qui doit conduire à évaluer l’état de pauvreté et les remèdes qui en découlent.
    Oui le revenu universel est le remède mais connaître les symptômes de la maladie “pauvreté” et les traiter équitablement reste le problème qui doit être résolu par une participation plus juste des richesses.
    C’est un devoir national qui implique le tarissement des sources de pauvreté et notamment les apports constants des migrants à la pauvreté.

    Répondre
  11. Gérard Pierre

    8 septembre 2018

    LA PAUVRETÉ N’EST PAS UNE FATALITÉ !

    Elle n’est que la résultante d’une addition d’états d’esprit ‘’particuliers‘’ !

    ¤ Il fut un temps où l’Argentine était considérée comme un véritable Eldorado ! …… On s’y rendait pour y tenter sa chance tant la possibilité d’entreprendre était grande pour qui ne craignait pas de travailler, et les résultats étaient souvent au rendez-vous ! …… Puis vinrent au pouvoir des illusionnistes démagogues, …… qui entendirent tout dicter et tout contrôler !

    Le constat, lamentable, et aujourd’hui devant nos yeux, …… et seuls les ‘’aveugles‘’ ne le voient pas !

    ¤ En 1962, l’Algérie avait le plus haut niveau de vie des pays d’Afrique ! …… Elle était exportatrice des produits de sa terre, avant même que ne lui échoit la manne inespérée du gaz et du pétrole !

    Des criminels, rompus à l’exercice du couteau et de l’explosif artisanal, en prirent alors la direction ! …… Ils taillèrent d’élégants uniformes aux pouilleux égorgeurs qui en eurent les yeux bordés de reconnaissance, après quoi ils mirent l’économie en coupe réglée, …… À LEUR SEUL PROFIT !

    Ce pays, aujourd’hui au bord de la faillite, est proche d’une explosion économique et sociale dont le premier imbécile venu ne manquera pas d’attribuer la cause au …… ‘’colonialisme français‘’ [*] !

    ¤ Durant les siècles innombrables au cours desquels les Juifs, chassés de leurs terres par les Romains, connurent leur troisième exode, les Bédoins, les Ottomans, et tous les nomades de passage eurent tout loisir de faire de la terre de ‘’Palestine‘’ une terre d’abondance !

    Ils n’en firent rien ! …… Suivant l’exemple d’un chamelier analphabète, épileptique et priapique, ils n’eurent de cesse de se reproduire à son modèle !

    Lorsque les Juifs revinrent enfin en Israël, … SUR UNE INFIME PARTIE DE LEUR TERRE ANCESTRALE, … en une génération, ils transformèrent l’endroit en véritable Eden !

    Alors ? …… C’est Qui et c’est Quoi le problème ? …… A-t-on jamais vu de par le monde un seul paysan faire pousser des pommes de terre et des tomates avec des kalachs ?

    ¤ Imaginons un pays aride, où il fait très froid l’hiver et très chaud l’été, un pays dont le sol est difficilement cultivable, un pays dont le sous-sol ne recèle aucune richesse, un pays ‘’logiquement‘’ condamné à la pauvreté la plus extrême ! …… Il ne peut avoir d’autre vocation que d’être un désert !

    Pourtant, ce pays existe ! …… Il s’appelle la CORÉE !

    Bizarrement, partagée en deux à la suite d’un ‘’différend idéologique‘’, cette Corée connait deux situations diamétralement opposées : …… celle du Nord est d’une pauvreté économique insondable, tandis que celle du Sud connaît un niveau de vie élevé !

    Cherchez l’erreur !

    Alors, … préconiser le revenu universel pour endiguer la pauvreté ! ! ! …… c’est comme vouloir généraliser la soupe populaire en rendant « La Tour d’Argent » responsable de la mal bouffe !
    ————————————————————————————————
    [*] « La France n’a pas colonisé l’Algérie, … elle l’a fondée ! » – Ferhat Abbas, président du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne.

    Répondre
  12. BRENUS

    7 septembre 2018

    Si j’ai bien compris, la proposition tient en ceci : améliorez au maximum les revenus des populations surpondeuses et elles réguleront d’office leurs excès natalistes. Allez donc expliquer cela en afrique en général, vous allez rire des réponses.

    Répondre
  13. HansImSchnoggeLoch

    6 septembre 2018

    Le revenu universel?
    Idée fort louable mais comme toujours qui va payer?

    J’aimerai voir le méchanisme qui permet de maintenir ce navire à flot.
    Et dans les plus petits détails, svp.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)