Plan de relance: qui veut perdre des milliards!

Posté le septembre 15, 2020, 9:31
4 mins

Un plan de relance de 100 milliards d’euros pour la relance économique: trop peu, trop tardif, trop complexe, trop administratif et trop étalé dans le temps (jusqu’en 2024), dénoncent de nombreux économistes et chefs d’entreprise.

Encore une fois, nous serons distancés par nos amis allemands qui, eux, ont acquis, ces dernières 15 années, les moyens financiers de leurs ambitions.

Petit retour en arrière: le dernier plan de relance après la crise de 2008 s’élevait, lui, à 57 Mds€.

À ce jour, seulement 25 ont été décaissés! Sans commentaire.

C’est mieux que rien, me direz-vous mais il faut mettre ce chiffre en parallèle avec un autre, passé presque inaperçu. Pourtant, il s’agit d’une somme importante: 136 Mds €.

C’est la somme qui a été empruntée par la CADES (caisse d’amortissement de la dette sociale), uniquement pour répondre à l’emballement des dépenses de l’Urssaf.

Cette somme, cumulée avec le restant dû, permet à la dette de la CADES d’atteindre la somme astronomique de 209 milliards d’euros, auxquels s’ajouteront, au minimum, une dizaine de milliards annuels, au cours des prochaines années.

C’est uniquement de la dette sociale. Donc, quand j’entends toute la «clique» de gauche réclamer des contreparties aux «cadeaux» faits aux entreprises, je pense qu’ils ont été largement anticipés!

Tout ce déferlement de milliards devrait nous inquiéter.

Allons-nous attendre encore longtemps sans réagir à l’agonie de la France? D’autant plus que la pandémie semble se réactiver et serait, de l’avis même de notre gouvernement, le coup fatal porté à notre pays.

Il y a pourtant une solution, que je préconise depuis 20 ans: baisser immédiatement les charges qui pèsent sur nos entreprises, industrielles particulièrement, à hauteur de 150 Mds d’euros – ce qui nous rapprocherait de nos collègues allemands.

Cette solution aurait plusieurs avantages:
– Une compétitivité retrouvée, qui entraînerait une baisse massive du chômage et donc des rentrées d’argent à la place d’une indemnisation qui nous coûte une fortune.
– La perte de recettes sociales serait, à terme, compensée par un nombre croissant de nouvelles entreprises.
– La balance commerciale deviendrait largement excédentaire – autour de 200 Mds € par an (pour mémoire, l’Allemagne dégage 240 Mds€ d’excédent commercial). Cela augmenterait notre PIB de près de 10%.
– Une relocalisation de notre industrie.
– La fin du recours excessif à l’emprunt qui pénalise nos descendants.
– Un coût certes, mais qui remplacerait avantageusement la course à l’endettement, sans en avoir les inconvénients sur la présentation de notre bilan auprès des organismes internationaux de notation.
– Une obligation de réduire drastiquement les dépenses d’État, principalement en réduisant le nombre de fonctionnaires et en améliorant leur efficacité, tout en dégageant de la trésorerie pour la justice, la défense, sans oublier le bien-être de nos concitoyens.
– Enfin, une crédibilité retrouvée au niveau international, cette mesure s’accompagnant d’une libéralisation poussée des contraintes infligées à l’entreprenariat.

C’est pourtant simple, les Allemands l’ont compris. Pourquoi pas nous?

8 réponses à l'article : Plan de relance: qui veut perdre des milliards!

  1. quinctius cincinnatus

    26/09/2020

    le plan dit de relance c’ est tout autant un plan de secours sociaux qu’ un plan d’ investissements !

    donc pour moitié il dilapide et gaspille notre avenir alors que le pays est depuis un demi siècle sur le reculoir

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    24/09/2020

    les lecteurs des  » 4 Vérités  » ne connaissent pas leur bonheur ! avoir comme intervenant un esprit de votre qualité tout le monde ne peut pas s’ en vanter !

    hé oui j’ ai un diplôme d’ équivalence de FIN d’ études des universités américaines ( comme d’ ailleurs mon épouse ) qui m’ a permis d’ exercer comme résident dans un CHU canadien

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    19/09/2020

     » Macron s’ agace contre son gouvernement et exige des résultats  »

    étonnant !

    les choix des objectifs ont ils été les bons ? Les choix des  » collaborateurs  » ont ils été les bons en tenant compte que la pépinière est bien malade ? l’ estimation de la franchouillardise jacobine de la population en générale a t elle été estimée à son juste niveau ? la communication en a t elle tenue compte ? etc … etc …

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    16/09/2020

    fraudes massives aux prestations sociales et mensonges de l’ Administration à la Commission d’ enquête sénatoriale confirmés par la Cour des Comptes

    il faut mettre de l’ ORDRE dans l’ Administration

    en 2022 élisons un DICTATEUR – COMPTABLE ( donc pas la  » populiste  » Marine Le Pen )

    Répondre
    • ELEVENTH

      20/09/2020

      Un « dictateur comptable » ? Mais c’est bien sur. Et nous soutenons tous votre candidature. Ne serait ce qu’en tant que dictateur, il n’y a pas de question à se poser.
      Et à part ces suggestions idiotes, auriez vous (c’est peu probable) une proposition intelligente et réalisable ?
      Nous sommes peut être tous des minables et des « raz du front » comme il vous plait dee nous le seriner sans fin, mais vous, à part votre gonflitude que pensez vous apporter de concret ? gros troll

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        20/09/2020

        inculte ! savez vous au moins ce qu’ était un  » dictateur  » à l’ époque de la Rome républicaine

        quand on est, comme vous, aussi ignare que con on devrait plutôt faire profil bas

        vous êtes la risée de ce blog et cela me réjouie qui donne l’ idée à certain nombre de lecteurs éduqués des  » 4Vérités  » de quel niveau sont leurs troupes auxiliaires celles sorties de la plèbe et de l’ ergastule

        Répondre
        • ELEVENTH

          21/09/2020

          A part lancer des insultes, que savez vous faire de constructif ?
          J’ai déjà eu l’occasion de préciser que le « dictateur » – par exemple Q.C. dont vous vous attribuez risiblement le nom) n’avait rien à voir avec Mussolini, par exemple.
          Si vous pensez me toucher en me qualifiant d’inculte, continuez : j’aime ça .
          Pour en revenir au sujet de l’article, à part blablater des âneries, que proposez vous à part votre invraisemblable appel à un « dictateur » (type Rome antique ou moderne, genre Adolf).
          Vous êtes un faiseur et un causeur, et toujours un nul.
          Retournez finir les études de médecine que vous n’avez pas terminées aux US il y a des lustres, cela nous fera des vacances et nous fera oublier le cafard ds 4V que vous êtes.

          Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    16/09/2020

    une fois encore il sera intéressant de comparer , dans les années qui viennent, les résultats des plans de relance français et allemand même si l’ Allemagne part déjà avec un net avantage du à son passé économique et que la dette sera  » mutualisée  » et certains investissements communs

    présenter E.M. comme un libéral [ en économie ] me semble fallacieux : il roule pour les banques et les banques ont pour principal revenu une dette qui progresse en fonction des mauvaises décisions et choix économiques ( voyez Alstom )

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)