Pour certains, dévaluer serait criminel

Posté le 31 octobre , 2012, 10:24
5 mins

Jeudi 25 octobre, un grand débat a opposé, et finalement uni, François Fillon et Jean-François Copé, les deux responsables de l’UMP qui veulent succéder à Nicolas Sarkozy.

Dans ce débat, pas un seul mot n’a été prononcé concernant le nécessaire changement de la parité fixe liant depuis 1999 les anciennes monnaies européennes. Le lendemain, du côté de l’actuelle majorité, lors de la présentation du budget de 2013, pas un seul mot n’a fait allusion à ce nécessaire changement de parité.

On répète sans arrêt qu’il faut rendre nos entreprises compétitives. Mais la majorité actuelle n’hésite pas à augmenter les impôts touchant les entreprises installées en France, ce qui ne pourra qu’aggraver le mal.

Tous les responsables économiques, politiques ou médiatiques sont parfaitement conscients de la mauvaise situation dans laquelle se trouve la France dans l’Europe et l’Europe dans le monde.

Mais pas un seul ne l’attribue à sa cause, à sa véritable cause : le maintien d’une parité fixe depuis plus de 12 ans, alors qu’il est absolument nécessaire de la changer au moins tous les trois ans.

Ce comportement est curieux. Le choix de la monnaie unique aurait miraculeusement rendu le comportement des Français aussi vertueux que celui des Allemands. La monnaie unique aurait donc rendu l’inflation par les coûts en France identique à l’inflation par les coûts en Allemagne.

Cerise sur le gâteau : alors que tous les pays européens retardent le départ de l’âge de la retraite, puisque la durée de vie moyenne des Européens augmente de trois mois tous les ans, le gouvernement actuel maintient le départ à 40 ans, voire moins, dans certaines entreprises.

Et surtout pas question de faire payer ce surcoût par une « TVA sociale », qui taxerait enfin les produits provenant de l’étranger !

Telle est la situation de la France dans l’Europe, et de l’Europe dans le monde.

Leurs dirigeants ignorent totalement qu’en plus de la monnaie unique, ils ont choisi une parité fixe liant entre elles les anciennes monnaies.

Il est donc tout à fait normal que les marchés préfèrent les bons du Trésor allemands aux bons du Trésor français. Ils prévoient, en effet, qu’un éclatement de la zone euro va se produire. Il vaudra mieux alors posséder des obligations d’État allemandes.

Un petit rappel historique nous semble nécessaire.

Depuis 1945, dans un premier temps, nos responsables politiques ont créé un climat de paix en Europe. Ils y ont réussi et une guerre entre la France et l’Allemagne est aujourd’hui impensable. Bravo !

Puis, dans un deuxième temps, nos responsables politiques ont créé un marché commun, ce qui permet à tous les Européens de profiter des produits fabriqués dans un pays voisin. Bravo de nouveau !

Pendant ces deux périodes, ils avaient choisi la parité fixe pour unir leurs monnaies entre elles. Comme le comportement économique des Français était moins vertueux que celui des Allemands, une dévaluation compétitive avait lieu tous les deux ou trois ans.

En 1999, dans un troisième temps, pour parfaire cette union, nos responsables politiques ont décidé de doter l’Europe d’une monnaie unique, l’euro. Encore bravo !

Et ils ont continué à choisir la parité fixe pour lier les anciennes monnaies entre elles. Ils auraient aussi bien pu choisir les cours flottants…

Curieusement, depuis 1999, les responsables politiques ont totalement ignoré que, depuis 1945, les prix français grimpaient plus rapidement que les prix allemands.

Ce comportement bizarre montre que les responsables européens pensent que le choix de la monnaie unique a rendu les Français aussi vertueux que les Allemands. Or, l’inflation par les coûts continue à être toujours plus importante en France qu’en Allemagne.

Comme tout est devenu bien plus cher en France qu’en Allemagne, il est tout à fait normal que le nombre des chômeurs augmente en France tous les mois et de plus en plus rapidement.

Pour revenir au plein emploi, il faut impérativement modifier la parité fixe liant le mark et le franc depuis 1999.

3 Commentaires sur : Pour certains, dévaluer serait criminel

  1. QUINCTIUS CINCINNATUS

    1 novembre 2012

    @ R Ed

    ce que semblerait vouloir dire le Docteur Trémeau , sans jamais l’exposer clairement , serait dispositif ( ou le montage ) monétaire suivant :

    le retour à l’ECU ( 1999 ) pour simplifier le commerce trans-européen ( au moins celui ci ) , ce qui serait un euro-franc exprimé en valeur ” écu ” pouvant être de ce fait dévalué par rapport à l’Euro de référence ( c.a.d. l’euro allemand )
    l’Euro( allemand ) restant une monnaie de référence internationale de garde comme un bon vin ” naturel ” ( lui non fixé ! )

    demeure un problème majeur : les U.S.A. ne veulent surtout pas de l’Euro ( d’ailleurs ils l’ont toujours combattu ) , ils veulent garder le monopole de l’unité monétaire ( papier ) de référence … le dollar qui leur permet d’imprimer une monnaie de singe qui diminue ( relativement ) le poids de leur dette abyssale ( et aussi et surtout la charge de celle ci ) ce qui leur permet aussi ( jusques à quand ? ) de continuer à emprunter à des taux ( relativement ) bas les agences de notation montrant une grande clémence … dans leur intérêt !

    les plus riches ( américains )pour garantir leurs biens font appel en dernier recours à la livre sterling ( parfois car ces deux monnaies sont comme cul et chemise depuis la fin du XIX ième siècle ) et au franc suisse ( toujours )

    j’attends avec impatience le moment où la Fédération de Russie inondera le marché de son or et de ses diamants !

    Répondre
  2. R. Ed.

    1 novembre 2012

    Il y a des états américains plus riches que d’autres, comme en Europe.

    Mais le dollar est partout le même !

    Louer un studio à Paris coûte plus cher que louer une maison en Corrèze, il faudrait donc changer la parité entre l’euro de la capitale et l’euro provincial.
    Donc, si je comprends bien, il faudrait dévaluer l’euro ” français ” par rapport à l’allemand.

    On fait comment ? On met un cachet sur l’euro français, Made in France ?(PS)
    Ce qui est certain, c’est que l’euro européen dévalue par rapport à la livre Sterling.

    PS : par la même occasion on mettra un “s” à tous les billets ainsi qu’aux pièces, à part à l’eurocent d’un “”” centime”””et à la pièce de cent centimes

    Répondre
  3. QUINCTIUS CINCINNATUS

    31 octobre 2012

    ” le changement de la parité fixe ” par le Docteur Trémeau …

    … un succès journalistique qui ne s’épuise pas

    bien , passons maintenant , aux choses sérieuses !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)