Pour la création de champions européens

Posté le avril 25, 2017, 9:29
6 mins

En tout temps, la France a prouvé son ingéniosité et son talent d’entreprendre et d’entreprise.

Cette année encore, les start-ups françaises ont su attirer l’attention au CES 2017. Elles étaient plus de 200 à exposer. C’est un vrai retour en force qui montre bien que notre pays est une puissance entrepreneuriale incontournable.

Pourtant, un paradoxe existe. Il semble, en effet, que pour obtenir cette visibilité mondiale, les entrepreneurs français aient besoin de s’exporter aux États-Unis, et plus particulièrement à San Francisco ou New York, véritables places to be, quand on est un entrepreneur qui rêve de se mondialiser. C’est pour cela, à l’instar de ce que nous avons fait avec SensioLabs d’ailleurs, que les Français ont littéralement pris d’assaut ces villes avec leurs innovations et leurs start-ups novatrices. Ils sont plus de 60 000 à San Francisco et 10 000 rien que dans la Silicon Valley.

Pourquoi cette véritable marée d’entreprises françaises vers ces régions américaines ? La cause en est double, voire triple.

En effet, d’une part les États-Unis ont un marché national immense et unique dans lequel la réglementation est peu contraignante et assez proche d’un État à un autre.

D’autre part, leur marché national est parfaitement inscrit dans le marché mondial – leur permettant, par ailleurs, d’attirer des financements indispensables au développement mondial d’une entreprise.

Et le petit bonus, il est vrai, c’est qu’il y fait bon vivre !

Pourtant, il existe bien, à notre échelle, des prémices de solutions pour favoriser l’entreprenariat français : ces prémices, c’est l’Europe. En effet, l’Europe est un formidable outil qui possède, depuis sa création, la force économique de plusieurs pays, afin d’en tirer le meilleur. À titre d’exemples, la libre circulation des biens et des services, et, aujourd’hui, le marché intérieur unique du numérique sont autant de solutions pour favoriser les entreprises à se développer au niveau européen puis vers le marché mondial.

Néanmoins, l’Europe piétine au niveau politique, ce qui immobilise les institutions et qui se répercute au niveau économique, l’empêchant de tirer la pleine puissance de son potentiel.

Deux exemples pour illustrer cette idée. Le premier est que le marché intérieur est beaucoup trop fragmenté : les cadres fiscaux, juridiques et sociaux restent très peu ou non harmonisés, engendrant, de facto, un coût élevé lorsqu’on souhaite s’installer dans un autre pays européen. Nous avons pu nous-mêmes juger de ces difficultés, lorsque nous avons ouvert un bureau SensioLabs en Allema­gne ou en Grande-Bretagne.

Le second est que les États mem­bres, et notamment la France, doivent être plus proactifs dans la mise en place du marché unique numérique. Ce dernier serait un avantage compétitif considérable pour nos entreprises.

Quelle plus belle occasion à saisir qu’un système qui bat de l’aile pour y apporter les améliorations nécessaires ? Il s’agirait alors de ne plus voir des champions nationaux, mais bien des champions européens avant de vouloir partir à la conquête du monde.

Pour parvenir à faire de ces entreprises nationales de véritables concurrents européens, l’Europe doit activer deux leviers fondamentaux pour favoriser le développement mondial des entreprises.

Le premier consisterait à continuer les travaux pour la création d’un level playing field (terrain de jeu égal) pour tous les acteurs du marché unique. L’Internet n’a pas de frontières, les services numériques ne devraient pas en avoir non plus.

Le deuxième serait la création d’un NASDAQ européen, bourse technologique européenne.

L’objectif serait de supprimer le blocage du financement des entreprises qui se sentent souvent obligées de partir en chercher aux quatre coins du monde.

Ainsi, aujourd’hui, nous avons à la fois les idées et un contexte national et européen favorable à cette refondation de l’Europe économique.

Espérons que les prochaines élections présidentielles apportent une nouvelle dynamique au niveau national et européen. Également, avec la perspective du Brexit, les marchés financiers européens seront restructurés.

Saisissons donc cette opportunité pour créer un écosystème européen plus favorable à nos start-ups !

On peut parier qu’à l’avenir, en mettant en place ces quelques idées, nos entreprises françaises, aujourd’hui dépendantes des avantages du marché américain, parviendront à devenir les nouvelles pépites mondiales !

Grégory Pascal
Co­fondateur de SensioLabs

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)