Pourquoi il ne faut pas augmenter les impôts

Pourquoi il ne faut pas augmenter les impôts

Avec la réduction des dépenses publiques, la seule réforme qui pourrait provoquer un « choc » économique pour la France, c’est une réforme fiscale radicale !

Monstrueuse et tentaculaire, la pieuvre fiscale française est irréformable, d’une extrême complexité. Si l’on touche à une pierre de la forteresse, c’est tout l’édifice qui s’écroule. Sous les applaudissements de ceux qui payent, sous les cris d’orfraie de ceux qui en vivent.

La seule solution, c’est la suppression totale de l’impôt sur le revenu dans sa forme actuelle. Il faut supprimer l’ISF, tout en prévoyant une amnistie fiscale pour les « riches » exilés de l’ISF en cas de retour en France avec leurs capitaux, leurs talents, leurs emplois. Rappelons que depuis 1982, 200 milliards d’euros ont quitté la France à cause de cet impôt, le plus stupide qu’aient créé nos énarques. Résultat : 8 milliards de pertes annuelles pour 4 milliards de recettes, et 500 000 emplois qualifiés perdus.

La simplification du Code des Impôts permettrait aussi la disparition des niches fiscales où se réfugient les ménages « riches » et les entreprises, pour payer moins.Il faut instaurer un impôt à taux unique sur tous les revenus. Cela permettrait de donner un grand coup de balai à des milliers de textes et de simplifier radicalement la situation des citoyens contribuables. Certains économistes sont parvenus à la conclusion que des taux très élevés pour les plus hautes tranches d’imposition génèrent l’évasion fiscale1 et dissuadent de créer de la valeur ( de la croissance,  du chiffre d’affaires, des bénéfices, des investissements, des emplois solvables…).

Par ailleurs, pour redonner du pouvoir d’achat aux Français la révolution fiscale doit être complétée par une réduction drastique des dépenses publique etune lutte féroce contre les gaspillages, les fraudes

Notre fiscalité débridée paralyse notre économie, démoralise nos concitoyens et ruine nos enfants.

Gérard Gelé

Partager cette publication

Comments (7)

  • carpentier Répondre

    On peut toujours réver! je souscris entièrement a l’idée de la flat tax et a la réduction des dépenses publiques,mais malheureusement il ny a aucune chance pour que cela se produise;en effet simplifier le code fiscal reviendrai a diminuer le nombre de fonctionnaires du fisc et ils sont influents et ne sont pas du tout d’accord!d’autre part ceux qui beneficient de l’etat providence sont beaucoup plus nombreux que ceux qui sont lourdement taxés.

    22/04/2010 à 20 h 00 min
  • Anonyme Répondre

    un exemple ;

    "Fin mars, la SNCF a annoncé 1 milliard d’euros de pertes l’an passé. Difficile d’accuser la crise financière : l’entreprise publique détient le monopole des transports ferroviaires et bénéficie en plus d’environ 12 Milliards d’euros de subventions publiques annuelles. En même temps, l’équivalent allemand de la SNCF, la Deutsche Bahn, a annoncé plus de 830 millions de bénéfices. C’est une entreprise qui vient d’être privatisée et qui ne reçoit pas de subventions publiques."

    12 Mds de subventions publiques par an, ça fait 20 boucliers fiscaux…

    Notons que la Cour des Comptes a dénoncé un déficit de 30% de rentabilité de la SNCF par rapport à ses concurrents privés.

    Alors, avant de demander encore des efforts aux contribuables qui n’en peuvent mais, les cheminots devraient se mettre au boulot, ces grèves à répétition sont obscènes de la part de privilégiés du secteur protégé, il y en a qui vont pleurer quand le trafic sera entièrement ouvert à la concurrence, ce qui permettra au consommateur d’avoir un choix véritable, de baisser les prix et de retirer le pouvoir de nuisance dont disposent aujourd’hui certains syndicats.

     

    Tout comme les gauchistes entêtés de ce forum, vous commettez un contresens sur le terme d’égalité.
     
    "égalité", dans la devise de la république, signifie que nous avons tous les mêmes droits (et les mêmes devoirs…); pas que nous devons avoir la même rémunération !
     
    Qu’un enfant vivant dans un milieu défavorisé puisse accéder à une éducation de qualité ou que chacun puisse être soigné dans les mêmes conditions, c’est de l’égalité. Et, comme je l’ai exprimé, j’y souscrit à 100%.
     
    Mais qu’un agent de la SNCF qui glande de 20h/30h  par semaine prétende avoir des avantages que n’a pas la grande majorité des travailleurs, c’est du corporatisme syndical et tout le contraire de l’équité.

     

     

    Suite à la fermeture des aéroports toutes les compagnies ferroviaires d’Europe mettent des trains supplémentaires et demandent à leurs employés de faire des heures supplémentaires ce WE.

     

    Toutes sauf la SNCF bien sur!

     

    Ce gouffre financier Français ! qui est une merveille théologique, financé à 80% par nos impôts et incapable d’assurer un service public digne de ce nom.

     

     C’est lamentable et le mot est faible. Ils nous font honte ! face au monde.

     

    22/04/2010 à 18 h 10 min
  • Dupont Répondre

    En plus  ,au passif de l’ISF ,4 milliards de pertes par an (8 Md fe recettes contre 4 Md de frais ) cela fait ,en 25 ans ,100 Md de pertes en plus. Coût total de l’ISF = 300 Md €
    Et si on y ajoute le coût des 750.000 chômeurs qu’il a provoqué…20.000€ /an /chômeur =15 Md € /an…

    22/04/2010 à 15 h 02 min
  • Clémentine Répondre

    Il ne faut pas chercher du bon sens chez les énarques et autres élus en général. Ils en ont jamais eu. Ces gens là sont uniquement intéressés par leurs avantages et leurs privilèges. C’est les raisons pour lesquelles, ils se battent pour les places . Si nos élus avaient eu un minimum de bon sens, d’intelligence et d’intégrité, la France ne sait pas dans la m…. où elle se trouve. Et le pire est à venir ! Merci UMP PS et autres, les résultats de vos travaux sont remarquables : non seulement vous avez ruiné le pays mais encore il sera (encore 4 ou 5 ans) au bord de la guerre civile.

    22/04/2010 à 12 h 33 min
  • R. Ed. Répondre

      LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE, cette magnifique invention due à Bokassa, non, à Valéry, errare humanum est.

     

    La taxe qui permet de taxer les taxes, par exemple la taxe sur les produits pétroliers, assugettie aussi à la TVA, c’est t’y pas magnifique, ça ?

    20/04/2010 à 13 h 28 min
  • Ben Répondre

    "la seule réforme qui pourrait provoquer un « choc » économique pour la France, c’est une réforme fiscale radicale !"

    Les taxes sont intrusives; l’intrusion est illégale, d’où les taxes sont illégales. Au lieu de taxer, divisez votre budget national débarrassé des gaspis par le nombre de travailleurs et demandez cette somme identique à tous. Car même la flat-tax est intrusive puisque pour taxer un pourcentage des avoirs, il faut qu’une gestapo espionne ces avoirs. En réaction instinctive à cette agression, les contribuables cacheront leurs biens ou partiront.

    L’unique méthode non gestapiste pour payer les dépenses publiques est celle décrite plus haut. Si on veut l’augmenter injustement, la majorité se révoltera, et puisque les gens à bas revenus sont les votants les plus nombreux, ils la maintiendront très, très basse. Mais à condition que l’état ne puisse plus acheter leur vote avec les cadeaux pseudo gratuits de l’école publique, des allocations familiales, etc.

    Mais les petites gens ne pourront pas se payer l’école privée? Supprimez d’abord tous les gaspis et tous les vols dans le budget, et vous verrez que le vrai coût de l’école est faible. Mais il faut assainir la notion des prix en supprimant les taxes pour commencer, afin que chacun voie qu’il peut se payer toutes les choses ordinaires avec un salaire de base.

    Tout le monde trouvait cela évident avant que la valeur des choses soit complétement pervertie par le fisc.

    19/04/2010 à 20 h 44 min
  • richa83 Répondre

    Sauf erreur de ma part, cela s’appelle ‘FLAT TAX"!!

    18/04/2010 à 23 h 42 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: