Pourquoi il ne faut pas augmenter les impôts !

Posté le octobre 15, 2012, 3:45
3 mins

Avec la réduction des dépenses publiques, la seule réforme qui pourrait provoquer un « choc » économique pour la France, c’est une réforme fiscale radicale !

Monstrueuse et tentaculaire, la pieuvre fiscale française est irréformable, d’une extrême complexité. Si l’on touche à une pierre de la forteresse, c’est tout l’édifice qui s’écroule. Sous les applaudissements de ceux qui payent, sous les cris d’orfraie de ceux qui en vivent.

La seule solution, c’est la suppression totale de l’impôt sur le revenu dans sa forme actuelle. Il faut supprimer l’ISF, supprimer toutes les niches, tout en prévoyant une amnistie fiscale pour les « riches » exilés de l’ISF en cas de retour en France avec leurs capitaux, leurs talents, leurs emplois.

Instaurer un impôt à taux unique sur tous les revenus. Cela permettrait de donner un grand coup de balai à des milliers de textes et de simplifier radicalement la situation des citoyens contribuables.

La simplification du Code des Impôts permet la disparition de niches fiscales où se réfugient les ménages « riches » et les entreprises, pour payer moins.

Certains économistes sont parvenus à la conclusion que des taux très élevés pour les plus hautes tranches d’imposition génèrent l’évasion fiscale et dissuadent de créer de la valeur…. (de la croissance,  du CA, des bénéfices, des investissements, des emplois solvables).

Pour redonner du pouvoir d’achat aux Français, la révolution fiscale doit être complétée par une réduction drastique des dépenses publique. Une lutte féroce contres les gaspillages, les fraudes

Rappel : 300 à 500 milliards d’euros ont quitté la France depuis  la création de l’impôt le plus stupide mis en place par nos énarques : l’ISF. Résultat : 15 à 16 milliards de pertes annuelles pour 4 milliards de recettes, et 500 000 emplois qualifiés perdus !

Ces chiffes nous rappellent les ravages de la révocation de l’édit de Nantes qui avait privé la France de ses acteurs les plus dynamiques, instruits et entreprenants, ruinant le royaume pour des décennies!  C’est bien notre fiscalité débridée qui paralyse notre économie, démoralise nos concitoyens, ruine nos enfants.

Estimation faible, Bercy et le SNUI cachent la vérité aux Français.

20 réponses à l'article : Pourquoi il ne faut pas augmenter les impôts !

  1. F

    21/10/2012

    C’est vous qui n’avez pas compris, jaures.
    L’impôt n’est pas bénéfique à l’économie? Je suis d’accord. Le seul impôt bénéfique est celui qui n’existe pas.
    Mais quand un impôt coûte plus qu’il ne rapporte, quand une augmentation des taux amène une baisse des recettes, c’est non seulement néfaste, mais c’est idiot.
    C’est socialiste, quoi!…

    Répondre
  2. Jaures

    21/10/2012

    F, une fois de plus, vous m’avez mal compris. L’ISF, comme tous les impôts, ne sont pas en soi bénéfiques à l’Economie. Seul compte ce qui en est fait. Que l’impôt soit juste est une donnée nécessaire mais pas suffisante.
    Enfin, ne vous en faites pas pour les riches. les récentes études montrent que la France est une terre bénie pour les millionnaires :
    lepoint.fr/economie/la-france-record-europeen-du-nombre-de-millionnaires-19-10-2011-1386400_28.php

    Répondre
  3. F

    20/10/2012

    Nous y voilà. L’ISF n’a pas pour but de rapporter des sous (ce qui soit dit en passant a largement été démontré dans les faits, le rendement est même négatif), mais d’assouvir le besoin de « justice » de certains. ( J’aurais dit plutôt calmer la jalousie de certains).
    En GB, les faits ont démontré que la super tranche d’impôts inventée par G. Brown, au lieu de rapporter les 7 milliards £ prévus en avait coûté 15 sur deux ans…
    On arrive à cette situation ubuesque où on paye pour en appauvrir d’autres! Avec des pertes largement supérieures aux recettes! Magnifique et tellement socialiste!

    Car pour ces gens là, Monsieur, il importe peu d’être riche, il faut surtout que les autres ne le soient pas.

    Répondre
  4. Jaures

    20/10/2012

    F, votre remarque est juste. L’ISF, en soi, n’a pas d’impact sur l’Economie. Elle est une simple mesure de justice fiscale: les quelques milliards prélevés sont autant que vous et moi n’auront pas à payer et ceux qui disent que cela nuit à l’Economie vous mentent.

    Répondre
  5. F

    20/10/2012

    Quinctius

    Le « camarade » fait partie de ces gens qui arrache les ailes à une mouche, lui intime l’ordre de voler, et constatant qu’elle ne bouge pas en déduisent que la mouche devient sourde quand on lui arrache les ailes…

    Répondre
  6. F

    20/10/2012

    Nous sommes le seul pays a avoir gardé l’ISF. Tout va beaucoup mieux chez nous, comme on le constate tous les jours…

    Répondre
  7. QUINCTIUS CINCINNATUS

    20/10/2012

    @ Jaurès

    avez vous entendu parler de la  » bulle immobilière  » en Espagne ? dans laquelle la suppression de l’I.S.F. n’a , à ma connaissance , joué qu’un rôle mineur
    l’appât financier étant depuis toujours le déclencheur des crises ( qu’on dit  » systémiques  » )

    Répondre
  8. Jaures

    19/10/2012

    F, l’Espagne a supprimé son ISF en 2008. L’Economie y a fait dés lors un sacré bon en avant !

    Répondre
  9. F

    19/10/2012

    Jaures, désolé de vous décevoir, mais nous ne sommes pas d’accord.
    – Vous voulez taxer les oeuvres d’art à l’ISF.
    – Je veux supprimer l’ISF.

    Vous voulez mettre les œuvres d’art au même niveau que les socialistes ont mis l’entreprise ou les capitaux.
    Je veux mettre les entreprises et les capitaux au même niveau que les socialistes ont mis les œuvres d’art.

    Répondre
  10. Jaures

    19/10/2012

    F, vous n’allez pas le croire mais je partage assez votre avis. Sur les oeuvres d’art, un peu comme pour les « pigeons », le lobbying a été efficace et fait retiré l’amendement des députés socialistes que, pour ma part, je soutenais. Celui-ci n’accordait d’exonération que si les oeuvres étaient présentées au public.
    Vous pouvez écrire que leur exonération pure et simple n’est pas pertinente. Je suis plutôt d’accord avec vous.

    Répondre
  11. F

    18/10/2012

    Quinctius

    Donc, d’après la dialectique socialiste, il n’y a aucun inconvénient à se passer des entreprises et des capitaux en France mais il est vital d’y conserver les bibendums de Jeff Koons?…

    Répondre
  12. QUINCTIUS CINCINNATUS

    18/10/2012

    @ F

    une fois encore , j’interviens pour vous dire que vous n’avez rien compris , mais absolument rien mon pauvre , à la dialectique ( si ce n’est à la logique ) socialiste : ci ceux ci ( les socialistes ) se refusent à taxer les oeuvres d’art c’est par pur et noble soucis patriotique ( mais oui , ne riez pas ! je vous prie ! ) : préserver intact notre patrimoine culturel … sauf bien sûr à promouvoir la  » diversitude culturelle  » mais là nous entrons dans un autre domaine de l’illogisme  » rose-bobo  » ( tiens , sans l’avoir fait intentionnellement , elle est bien bonne celle là ! ) ….

    Répondre
  13. F

    18/10/2012

    Les socialistes ne sont même pas logiques avec eux mêmes.
    – Quand ils augmentent outrageusement les impôts des « riches », ils vous soutiennent qu’ils ne partiront pas de France et que vos craintes sont infondées…
    – Quand ils augmentent les impôts des entreprises de façon déraisonnable, ils vous affirment qu’elles ne délocalisent pas à cause de cela, que c’est un fantasme…
    – Quand ils créent l’impôt sur la fortune, ils vous affirment que cela ne fera pas fuir les fortunes…
    – Mais s’ils envisagent de rentrer les œuvres d’art dans l’impôt sur la fortune, ils sont tous d’accord pour dire qu’elles partiront de France et qu’il ne faut donc pas le faire…

    Allez comprendre…

    Répondre
  14. QUINCTIUS CINCINNATUS

    17/10/2012

    @ Jaurès

    lisez et contentez vous de ce que vous lisez dans votre bréviaire syndical et surtout n’en « gargarisez » pas les autres … et mettez vous au travail !
    votre patron est comme certains maris … bien complaisant !

    @ Jean l’ Alsacien

    si @ Jaurès se contentait d’être sourd
    mais non de plus il est bavard !

    Répondre
  15. Jaures

    17/10/2012

    Quinctius, si les statistiques sont biaisées, comment savez-vous que nous avons plus de fonctionnaires et d’emplois aidés ?
    En Espagne et en Grèce, on licencie les fonctionnaires par milliers. Cela à l’air d’être particulièrement efficace. En Angleterre, il y a presque deux fois moins de fonctionnaires, pour un déficit inférieur ? Pour une dette inexistante ?
    Quant à l’Australie, j’en ai déjà parlé: elle prospère grâce à ses richesses en matières premières (pétrole et produits miniers représentent plus de 70% des exportations). Un peu comme si vous me proposiez le Qatar comme modèle économique.

    Répondre
    • pi31416

      18/10/2012

      Jaurès: « Quant à l’Australie, j’en ai déjà parlé: elle prospère grâce à ses richesses en matières premières (pétrole et produits miniers représentent plus de 70% des exportations). »

      L’Australie n’exporte pas de pétrole, elle en importe (730.000 barils par jour en 2009, excusez du peu). Vous vivez dans un univers parallèle où les faits comptent pour pas grand-chose et la vérité pour rien du tout.

      Répondre
  16. HansImSchnoggeLoch

    16/10/2012

    Quinctius, votre devise sur les faux-semblants fur celle de la défunte DDR. Jaures aurait tout le loisir d’étudier ce cas car il montre en grandeur réelle où mène le socialisme. Si ce cas ne l’emballait pas il pourrait choisir au hasard entre toutes les républiques démocratiques défuntes et celles encore moribondes. Mais il n’y a pires aveugles que ceux qui ne veulent voir. Jaures en fait partie, c’est tout naturel pour lui.

    Répondre
  17. QUINCTIUS CINCINNATUS

    16/10/2012

    @ Jaurès

    croit en deux choses , avec l’aveuglement du charbonnier :
    au socialisme
    aux statistiques
    sans croire que ces deux  » sciences  » sont manipulées car facilement manipulables

    exemple :

    si  » nous  » avons moins de chômeurs c’est que nous avons aussi plus d’emplois aidés ( et de fonctionnaires )
    ce qui est la raison même de l’existence de l’économie socialiste :  » je fais semblant de travailler , tu fais semblant de me payer  »

    décidément @ Jaurès il vous faudrait un jour ou l’autre vous mettre VERITABLEMENT au TRAVAIL

    Répondre
  18. pi31416

    16/10/2012

    « La France devrait donc afficher un taux de chômage bien plus important que celui des pays sans ISF »

    Tiens, l’Australie par exemple. Pas d’ISF, et taux de chômage: 5,4% mesuré en septembre dernier.

    Mais ces gens des antipodes marchent vraiment sur la tête. Ils ne paient même pas de droits de succession! Et les retraités, le croiriez-vous? mais c’est pourtant vrai, ne paient pas d’impôt sur le revenu. Il n’ont même pas de déclaration d’impôt à faire. Va falloir leur envoyer de nos énarques pour leur apprendre les bonnes manières, à ces sauvages.

    Répondre
  19. Jaures

    16/10/2012

    500 000 emplois de perdus ? La France devrait donc afficher un taux de chômage bien plus important que celui des pays sans ISF, l’Espagne, le RU, l’Irlande, ou la Grèce par exemple.
    De même, avec 15 à 16 milliards de pertes fiscales annuelles, elle devrait déplorer un déficit et un endettement bien supérieur à ces autres pays.
    Est-ce le cas ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)