Pouvoir d’achat : la montagne accouche d’une souris

Posté le décembre 05, 2007, 12:00
4 mins

Jusqu’à l’interview présidentielle du 29 novembre, François Fillon avait le monopole du pessimisme : « La France est en faillite », dit-il en septembre. Et, le 25 novembre : « Je n’ai pas d’argent à distribuer. On n’a donc pas de mesures de court terme à proposer. » Agacement de Sarkozy, à l’approche de l’interview fatidique : « Comment faire maintenant un discours sur le pouvoir d’achat, quand le Premier ministre dit que les caisses sont vides ? »
Mais aussi perplexité : « Ça patine, notre marge de manœuvre est faible. Je ne peux pas promettre de miracles à court terme. » Face aux caméras, il a lâché : « Les Français savent très bien qu’il n’y a pas d’argent dans les caisses ».

Principale – et salutaire – mesure proposée par Nicolas Sarkozy : une profonde remise en question des 35 heures, dans leur application sinon dans leur principe. Les 35 heures ont en partie gommé les effets des gains de productivité des Français : ils travaillent un tiers moins longtemps que les Britanniques. « Travailler plus pour gagner plus », a donc répété Sarkozy. Il a proposé que les entreprises puissent s’exonérer des 35 heures en échange d’augmentations de salaires. En cas d’accord entre les dirigeants de l’entreprise et les représentants des salariés, une entreprise pourrait donc renoncer aux 35 heures.

Par ailleurs, il a proposé la « monétisation » des 35 heures, c’est-à-dire la possibilité de les transformer en argent lorsqu’un accord existe dans l’entreprise. Ces mesures ne seront efficaces que dans les secteurs où il y a de fortes réserves de travail, comme le BTP et l’informatique. Ailleurs, le problème reste entier. Il faudrait augmenter le travail disponible en dopant la compétitivité des entreprises par une forte diminution de leurs charges. Ce que Sarkozy n’ose pas faire…

Il y a aussi des mesurettes. Il a proposé l’indexation des loyers sur l’indice des prix en général et non plus uniquement sur celui de la construction. Il a souhaité la fin du système des cautions et proposé le versement d’un mois de garantie au lieu de deux actuellement lorsqu’un nouveau locataire prend possession d’un appartement. Il a proposé de généraliser l’ouverture des magasins le dimanche à condition que le salaire soit payé double ce jour-là. Petit coup de pouce aux fonctionnaires : il a signalé que leurs heures supplémentaires seraient désormais payées au même tarif que dans le privé, soit 25 % de plus qu’une heure normale. Tout cela ne bouleversera pas le pouvoir d’achat des Français. La montagne a accouché d’une souris.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

12 réponses à l'article : Pouvoir d’achat : la montagne accouche d’une souris

  1. sas

    10/12/2007

    et pendant se temps là…….;madame la marquise…. tout va tres bien ….tout va très bien…..

    et même la bourse qui continu a carracoler…..

    même les "hautes autoritées habilitées" y perdent leur latin…

    ET SAS SE MARRE……

    Répondre
  2. sas

    07/12/2007

    Super……le mouvement s’emballe……la disparité choisie et voulu : controuvée……se maintiend grace à l’immobilisme de la BCE; mot d’ordre on touche pas aux taux….

    EADS ET DASSAULT ont accéléré ce qui était initié depuis longtemps….la délocalisation massive

    festival en ce momment entre les départs et les dépôts de bilan……. et qu’on se le dise bien, ce n’est que le début, les structures qui explosent ne seront jamais renouvelées par les nouvelles créations(discour habituel)……et ce sont les middel qui morfflent soit les plus nombreuses et notre véritable tissu economique avec l’artisannat qui lui est etrillé depuis des lustres….

    ca va morfler….2008 sera béni de dieux et rappelera aux marxistes de france que notre fonctionnement economique est basé sur le libre echange et la libre concurrence…..

    sas qui se marre…continuez les incantations naguybocsiennes

    Répondre
  3. dbp

    07/12/2007

    je propose l indexation des loyers sur les feuilles d impot locaux

    Répondre
  4. Jean-Claude THIALET

    06/12/2007

    06/12/07    – "Les 4-Vérités" –

    CoÎncidence, Jean ROUXEL titre, à propos des "mesures" (mot amplement injustifié, il faut en convenir) décidées par Nicolas SARKÖZY pour "gonfler" prétendûment le pouvoir d’achat de ses compatriotes,

    "… LA MONTAGNE ACCOUCHE D’UNE SOURIS"…

    Il se trouve que, dans un "forum" des "4-Vérités", j’avais moi-même écrit que le "SOMMET DE GRENELLE AVAIT ACCOUCHE D’UNE SOURIS VERTE !". Je n’ai pas la prétention de prétendre là que "les grands esprits se retrouvent", mais tout simplement de dire que le Gouvernement SARKÖZY/FILLON devient le champion toutes catégorie des "mesures-bidon" qui ne sont que des montagnes accouchant de souris.. . Il est permis de penser qu’à force d’accoucher de "souris", ce Gouvernement pourra fournir à bon compte je ne sais quel laboratoire où l’on étudiera, sur ces "souris",  comment un candidat a, en un peu plus de six mois, décevoir autant de Français, lui qui, lors de la Présidentielle, promettait non plus la "lune", mais les réformes qui sauveraient la FRANCE !

    En se reportant aux propos tenus l’autre soir par Nicolas SARKÖZY devant un Patrick POIBRE d’ARVOR et une Arlette CHABOT moralement au garde à vous, il n’y a en effet aucun grain à moudre. Pas même une de ces phrases qui vous secoue un peuple et le revigore pour lui donner la volonté et le courage de s’en sortir sans plus rien attendre d’un ETAT podagre.

    Jean ROUXEL parle de "principale – et salutaire – mesure (…) et même de "profonde remise en question des 35-heures" (sic). Je suis de ceux qui pense qu’on ne remet "pas en question" une loi dont on ne finira jamais de mesurer les effets pervers aussi bien pour la compétitivité de nos entreprises confrontées de plus en plus à la concurrence sauvage de pays à bas salaires et à de plus en plus forte productivivité : ON LA SUPPRIME, tout simplement ! Et on en profite pour décider, dans la foulée,  les vraies mesures qui remettront la FRANCE et les Français au travail … Qu’est-ce que signifie tous ces "bricolages" du genre "heures supplémentaires" aux charges réduites, rachat de RTT, etc ?

    De même, on ne se borne pas, quand on est un "patron" digne de ce nom, de "lâcher" à des Français qui n’attendaient ce soir-là que de nouvelles "largesses" de l’ETAT(1) : "Les Français savent très bien (2) qu’il n’y a pas d’argent dans les caisses". Surtout à peine trois semaines après avoir démenti son commis François FILLON qui avait annoncé, timidement "La France est en faillite" et quelques jours plus tard "Les caisses sont vides !".  Il faut que le nouveau Président prenne conscience et fasse prendre conscience à ceux que je n’ose appeler ses compatriotes (3) QUE LES CAISSES DE L’ETAT SONT VIDES, ET QUE CELA NE DATE PAS DE SON AVENEMENT ! Et que TOUS les partis (principalement le sien, celui dans lequel il a fait toute sa carrière et grâce auquel il est devenu le "premier des Français") SONT RESPONSABLES DE LA SITUATION.

    Et qu’une seule conclusion s’impose : L’AUSTERITE POUR L’ETAT (et particulièrement pour ses "agents", à commencer par les députés et les sénateurs, et tous ceux  – syndicats, assoces, corporations, etc qui vivent, parfois grassement, de ses subventions. !) ET LA CEINTURE POUR TOUS LES FRANCAIS. Avec en corollaire : augmenter la productivité, la créativité et l’innovation de TOUTES NOS ENTREPRISES, et, pour chaque Français, l’obligation de TRAVAILLER SANS CESSE DAVANTAGE, et plus longtemps; et de ne plus compter que sur sur soi-même pour augmenter son "pouvoir d’achat", son "standard de vie".. . Et non plus sur l’assistanat ou les mesures articifielles, pas plus que sur les augmentation à l’ancienneté, aux charges de famille, etc.

    Simple question : pourquoi même continuer à laisser entendre aux Français qu’on voudrait bien pouvoir augmenter leur pouvoir d’achat d’un coup de baguette magique ? Alors que les Français consacrent désormais le maximum de leur salaire à ACHETER DES PRODUITS ETRANGERS(4). Cela au détriment des PRODUITS FRANCAIS, au détriment, donc de leur propre travail … Ce qui a entraîné, et entraîne de plus en plus la fermeture ou la délocalisation de nos manufactures (celle d’AIRBUS vient d’ête annoncée, sans que cela entraîne la réaction de syndicats qui devaient savoir à quoi seen tenir !), et le chômage de centaines de milliers de salariés dont la plupart, ne leur en déplaise, ont vu, malgré tout,  progresser –   artificiellement ou non – leur satané "pouvoir d’achat".

    Monsieur SARKÖZY, Mesdames et Messieurs les Ministres, les Syndicalistes (NB. on ne voit guère de "parité  hommes/femmes" dans leurs états-majors !), députés et sénateurs, VOUS MANQUEZ DE COURAGE CIVIQUE, de COURAGE TOUT COURT, en n’osant pas dire la vérité aux Français. Serait-ce parce que VOUS VOUS SENTEZ TOUTES ET TOUS DIRECTEMENT RESPONSABLES DE LA SITUATION du "FRANCE TITANIC" ?

      Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) à leur décharge, les FrANCAIS qui ne demande d’ailleurs qu’à entendre cela, s’entendent répèter depuis des lustres "LA FRANCE EST UN PAYS RICHE…", "LES PATRONS PEUVENT (et doivent !) PAYER", etc…

    (2) Sauf votre respect, Monsieur le Président, grâce à vous, à cause de votre silence et de celui de vos précédesseeurs, les Français NE SAVAIENT PAS (ne voulaient pas savoir) QUE LES CAISSES SONT VIDES. D’ailleurs, qui les a vidées, ces "caisses" ? sinon les partis gouvernementaux (UMP, PS et leurs vassaux de l’UDF – "Nouveau Centre" et "MoDem" -,VERTS et PC"F") qui giuvernent si mal le pays en alternance depuis des lustres ?

    (3)rappel : selon une déclaration faite à des étudiants américains, il ne se sent pas français !

    (4) il faudra bien qu’un jour les FRANCAIS (j’entends par là tous les habitants qui peuplent la France !) se décident à REFLECHIR A LEURS ACTES DE CONSOMMATION". Non seulement pour connaître la valeur nutritive et la sécurité des produits d’alimentation, d’hygiène ou de santé qu’ils consomment, mais aussi pour réfléchir au fait de savoir si leurs achats NE TUENT PAS DES EMPLOIS chez eux !

    Répondre
  5. Jean-Claude THIALET

    06/12/2007

    06/12/07    – "Les 4 Vérités"

    Sans le savoir, Jean ROUXEL, avec son titre "LA MONTAGNE ACCOUCHE D’UNE SOURIS", formule que j’avais utilisée  (et pour les mêmes raisons) après le "GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT". Seu différence, "ma" souris était "verte" comme il se doit pour un plan-bidon qui a la prétention d’avoir mis en marche la "Révolution verte" (1), une révolution qui  –  je rassure les lectrices et les lecteurs – n’a rien à vois avec certain Prophète :

    Une fois de plus, nos gouvernants, Nicolas SARKÖZY le premier, prennent les Français pour des billes. Il n’a pas "augmenté le Pouvoir d’achat" des Français, pas même des gogos qui l’avaient élu le 6 mai en croyant que ce nouveau saint Nicolas allait remplacer le Père Noël présidentiel dont la hotte électorale remplie de promesses qui se dégonflent comme des baudruches le lendemain même de l’élection du président. Il est même à craindre que, les miettes qu’il a accepté de faire semblant de distribuer aux piailleurs d’aides en tous genres qui ont l’habitude de considérer l’ETAT comme le grand dispensateur, n’aient été ou ne soient largement dévaluées par toutes les augmentations annoncées, telles celles de l’électricité et du gaz…

    Une nouvelle fois, les habitants de ce pays auraient dû comprendre que l’Etat n’est pas – ne devrait pas, ne devrait plus – être le grand dispensateur du pouvoir d’achat. Et que celui-ci ne dépend, ne devrait dépendre que du travail individuel de chacun, de nos capacités à progresser dans nos emplois respectifs, à créer, à innover, bref de notre volonté individuelle, mais aussi collective à nous tirer d’affaire selon la formule divine du "AIDE-TOI, LE CIEL T’AIDERA", mais aussi, et surtout "TU GAGNERAS TON PAIN A LA SUEUR DE TON FRONT".

    Au lieu de cela, nous avons eu droit à des propos étriqués – aussi étriqués que celui qui nous les tenait – et qui, malgré son  art de la jactance électorale a été incapable de faire passer sur la FRANCE le grand souffle de jouvence dont ses habitants ont besoin. Au lieu de cela, on a vu, et entendu, un président, qui a tourné autour du pot (que n’apprend-il à tourner sept fois sa langue dans sa bouche ) devant deux interwieuveurs timorés dont aucun (aucune) n’a osé jouer les Gaston-la-Gaffe en lui disant "M’ENFIN, Monisue le président !" pour l’inciter à dire enfin la vérité aux Français.

    A SAVOIR que, non seulement l’ETAT n’a plus d’argent dans les Caisses (ça, Nicolas SARKÖZY l’a annoncé timidement)(2), mais que ce n’est pas son rôle d’augmenter d’un coup de baguette magique (celui qu’attendaient

    Répondre
  6. Anonyme

    06/12/2007

    Si ce n’était que 2000 ans !!!

    Répondre
  7. Gérard Pierre

    06/12/2007

       Discours pathétique du chef des tas sur la relance du pouvoir d’achat, pouvant se résumer ainsi : " Françaises, Français, je n’ai rien à vous dire mais je vais quand même vous en parler longuement ! "

       Les caisses de l’état sont vides, il restait juste de quoi verser un revenu " décent " à son chef. Dans six mois, à bout d’arguments, Sarkozy chantera peut-être : " Je te fais pouète pouète, tu me fais pouète pouète, on se fait pouète pouète et pis ça y est ! "

       La faim est proche.

    Répondre
  8. Jaures

    05/12/2007

    Les 35h n’existent plus depuis 2003 et la possibilité de payer les heures sups de 35 à 39h pour seulement 10% de supplément . Ce qui équivaut à payer 39h pour le prix de 39h30. On a gardé le cadre de la loi comme repoussoir: tout ce qui ne va pas est la faute des 35h et le sera probablement quand les 35h ne seront qu’un vieux souvenir du bon vieux temps. Quand aux baisses de charges (rappelons que jusqu’à 1,2 fois le smic on ne paye plus de charges) elles n’ont créé aucun emploi et sont la cause de la quasi totalité du déficit du budget de l’état.
    Il faudra, M Rouxel, nous trouver quelque chose de plus convaincant. Par exemple, une meilleure répartition des profits des entreprises vers les salaires. Ah! les bonnes vieilles augmentations de salaire! A-t-on jamais trouvé mieux pour augmenter le pouvoir d’achat.

    Répondre
  9. Marc

    05/12/2007

    Il faut constater, que Jean Marie Le Pen avait raison ,quand il disait que Sarkozy était un clone de Chirac !

    Répondre
  10. Beligue

    05/12/2007

    "Les heures sup payées à 25%de plus ppour le public "et les cotisations retraites à égalité avec le privé pour les heures sup???chiche

    Répondre
  11. sas

    05/12/2007

    Aux MAC (manches à couilles) de france qui continus à croire au pere noel……

    ……la croissance:naguiy en à rêver……l’augmentation de vos revenus……vous irez la chercher…

    Mr bocsa : doit faire comme la racaille et se livrer à l’economie undrground pour pouvoir amméliorer sensiblement notre vie ???

    ……tant il est vrai que la solution ne vous appartient pas vraiment, vous êtes justre là pour endetter les français…..n’etait-ce pas slogan de campagne ????

    …..les veaux vont être servis à plus soif.

    sas

    Répondre
  12. Florin

    05/12/2007

    Ce n’est pas la montagne qui a accouché d’une souris : disons les choses clairement à ceux qui attendent des miracles : vous êtes nés trop tard !!! Deux mille ans trop tard.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)