Quelques remarques sur la crise automobile

Posté le août 22, 2012, 12:00
5 mins

La grave crise, prévisible, dans laquelle est plongée notre industrie au­tomobile est malheureusement la conjonction des comportements :

De nos gouvernants successifs, perdus dans « l’idéologie verte » et la méconnaissance absolue des réalités industrielles et du marché automobile ;
– et de nos constructeurs nationaux.

Aux gouvernants, nous devons :

1) Un malus/bonus favorisant les petites voitures. Or, les marges sont moindres que sur les plus grosses et les petites voitures sont surtout fabriquées à l’étranger (particulièrement pour Renault, qui ne produit que 22 % de son chiffre d’affaires sur le territoire national), sans parler des mesures mises en place avant d’en envisager les conséquences.
2) La prime à la casse qui a également favorisé ces petites voitures fabriquées en dehors de l’hexagone.
3) L’absence de prise en compte de la pollution invisible, mais extrêmement nocive, du diesel, qui génère du gaz NoX et du fait que nos raffineries françaises sont dans l’incapacité de satisfaire la totalité de nos besoins en gaz oil, qui, pourtant, reste moins taxé que l’essence.
4) La limitation de vitesse sur les autoroutes dans les portions non dangereuses, ce qui fait que cette limitation aveugle n’est pas crédible, mais ce qui a surtout eu pour effet d’écarter du marché mondial des voitures puissantes nos constructeurs nationaux au bénéfice de nos voisins allemands. (Naturelle­ment, cela n’exclut aucunement une sévérité accrue dans les portions dangereuses.)

Quant aux constructeurs nationaux, ils sont aussi responsables. Endormis par la réussite du diesel, ils ont négligé d’orienter leurs recherches vers de nouveaux moteurs à essence et vers des boîtes automatiques plus économes, comme l’ont fait les constructeurs allemands (encore !). À telle enseigne qu’actuellement, PSA équipe ses modèles essence de moteurs BMW 155 THP et 200 THP…

Plutôt que de considérer ces divers errements stratégiques et d’y remédier en prenant des mesures permettant de surmonter la crise actuelle et d’assurer la pérennité de notre industrie automobile, le ministre du « Redressement productif » n’a certainement pas pris les bonnes décisions.
En passant, on peut s’interroger sur la raison d’être d’un tel ministère, alors qu’il existe un ministère de l’Économie !

Compter sur l’électrique et l’hybride est une grave erreur, car ces nouvelles technologies n’impacteront pas réellement nos industries à court terme ! Dans l’immédiat, ces technologies ne représentent que 1 % du marché français et les primes vont essentiellement favoriser Toyota.

Il convenait, plutôt que des vitupérations d’un ministre sans au­cune culture industrielle, d’encourager les constructeurs français dans la recherche et le développement, ainsi que dans la qualité perçue, qualité visuelle et fiabilité des organes mécaniques, cette dernière étant déjà en progression.
Finalement, la seule solution à la crise est que la production automobile française soit nettement plus attractive face à la concurrence.

Jean F. Lacouchie

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

15 réponses à l'article : Quelques remarques sur la crise automobile

  1. HansImSchnoggeLoch

    28/08/2012

    < > Je mentionnais un élément de chauffage du carter d’huile, pas de la cabine du conducteur et des passagers. Toutes les voitures ne sont pas équipées de ce système, pas les PSA que je sache. Cela évite que l’huile ne se fige empêchant le vilebrequin de tourner au démarrage. On peut brancher cette résistance au 110 V à travers un timer avec l’ordre de commencer le chauffage à l’heure désirée. En principe 1h de chauffage suffit pour rendre l’huile fluide.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    28/08/2012

    @ jean l’alsacien

    vous savez tout aussi bien que moi que TOUTES les voitures peuvent être équipées d’un pré-chauffage sur leur parking ou dans leur garage ( cela se faisait même dans la Sibérie soviétique ! ) … et que d’autre part   je n’ai jamais parlé de moteur diesel …  quant aux ponts prenez en certains en Floride où on ne laisse passer sur de longs tronçons qu’une file de voitures dans un sens ou dans  l’autre pour … éviter les " vibrations " les camions eux y étant pour ainsi dire interdits
    en somme , si vous avez bien lu , je parlais de voitures à la tenue de route  sûre comme une Subaru , une Audi ou une P.S.A. pas d’une " béême " ou d’une Mercédès !

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    27/08/2012

    <<Quintius: pendant les rudes hivers nord-américains vous trouverez certainement sûres les voitures européennes ( en particulier les P.S.A. ) >>
    Pensez vraiment faire démarrer une PSA par -40 degré F ou Celsius (c’est la même chose)?
    Il faut déjà une voiture équipée d’un chauffage annexe (110 V) du carter d’huile.
    Une diesel n’a aucune chance à cette température.
    Pendant mon séjour de 3 ans au Saskatchewan même les Volvo 4 cylindres ne démarraient pas, seuls les huit cylindres américains à essence avaient une chance.
    Avez-vous déjà eu des pneus carrés, c.à.d. figé à plat  là où ils reposent sur la route (à -40)?
    Ce n’est pas parce que le pont de Minneapolis sur le Mississipi  s’est écroulé que tous les ponts US  et Canadiens vont s’écrouler d’un instant à l’autre.

    Répondre
  4. Fucius

    27/08/2012

    La décrépitude de notre industrie automobile me semble refléter celle de notre industrie en général.

    Une cause méconnue: La création monétaire, dont la cause est toujours la mégalomanie des politiques, ruine l’industrie.

    La nouvelle monnaie sert avant tout l’État, ses "serviteurs", et les clients politiciens; puis les banques, en première position dans le circuit de dispersion du faux argent; et en dernier lieu l’industrie.

    N’avez-vous pas connaissance d’ingénieurs compétents reconvertis dans la banque pour gagner 10 fois plus ? C’est l’effet de la création monétaire, entièrement imputable aux politiciens au pouvoir.

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    25/08/2012

    @ Petitjean

    quand  vous aurez , comme je l’ai fait pendant des années  , conduit  leurs bagnoles y compris leurs 4 * 4 , sur leurs routes en patch-work  ( je ne parle pas des ponts sur lesquels on ne s’engage qu’après une invocation mariale ) pendant les rudes hivers nord-américains vous trouverez certainement sûres les voitures européennes ( en particulier les P.S.A. )

    Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    25/08/2012

    <<@Petitjean>>
    J’ai fait les mêmes constatations que vous lors de mon dernier voyage dans les états de NY et du Massachusetts l’an dernier.

    Répondre
  7. F

    24/08/2012

      Homère, les pots catalytiques, c’est pour l’essence. Pour les diesels, c’est le filtre à particules. Et je crois que le premier est bien plus dispendieux que le second…

    Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    24/08/2012

    un autre facteur qui explique l’atrophie industrielle française peut être trouvée aussi dans le classement international des établissements d’enseignement supérieur ****** ( E.S. ) où on cherche désespérément ,dans les 100 premiers cités ,le " fleuron " français dont sont issus nos grands dirigeants industriels , je veux parler bien entendu de l’Ecole Polytechnique !
    un autre facteur qui nous vient ( lui aussi ) de à l’étranger , en particulier de la  R.F.A. : plus aucun responsable politique ne pense  que les Français sont encore des entrepreneurs

    **** Notre ministre de l’E.S. pense elle que ce classement est biaisé car il ne prend pas en compte d’une part les " sciences" humaines et d’autre part la transmission du savoir

    Répondre
  9. petitjean

    24/08/2012

    je rentre d’un voyage aux USA.  Constat (déja fait au cours d’autres voyages ! )

    voyage dans le  nord-est, la Nouvelle Angleterre:

    -d’une manière générale le carburant est moitié moins cher qu’en France

    -le diesel est le carburant le plus cher à la pompe

    -l’immense majorité des véhicules de tourisme roulent à l’essence

    -les six cylindres sont majoritaires, accouplés à des boites auto à au moins six rapports, ce qui fait  que les véhicules sont très silencieux, la conduite est onctueuse.

     les véhicules diesels sont plus polluants que les essences.

    En France une fiscalité criminelle, des énarques qui décident sans aucune compétence technique………………….. 

    Répondre
  10. HOMERE

    24/08/2012

    Pour s’implanter aux USA,c’est trop tard et avant c’était trop tôt…..voilà le raisonnement de nos constructeurs automobiles qui,de fait,ne se sont jamais interressés à ce marché.Alors,il y avait les marchés africains, russes et européens….qui ont été vivement attaqués par les japonais (qui ont viré Peugeot d’afrique) et l’ouverture à l’est qui a profité aux…Allemands.

    Tout le monde savait que le diésel était très polluant en oxyde d’azote et en imbrûlés de particules fines (d’ou les pots catalytiques qui ont aussi obéré le côut de ces moteurs)….mais Peugeot était le "Roi" du Diésel……à présent il est le Roi du désert !

    Les petites bagnoles ? on rigole ou quoi ? les Tatas font un tabac en Inde, les skodas se vendent bien et les Yaris et autres japonaises sont partout……les Dacia tiennent le coup,mais sont aussi concurrencées à l’est notamment qui leur font préférer les VW un peu plus chère mais plus valorisantes……

    En fait la crise françaises est un gachis honteux de l’absence de marketing et de bureaux d’études pédants,accompagnée de la suffisance des dirigeants qui n’ont pas vu venir les coups….et ils sont toujours là !!

    Montebourg ? bof vaut mieux pas en parler tellement son inutilité est son incompétence s’affichent tous les jours…..

    Répondre
  11. HansImSchnoggeLoch

    24/08/2012

    <<F: Mais nos dirigeants préfèrent croire le contraire… >>
    Les dirigeants UMPS qui se sont succédés ces dernières années en France sont comme Jaures sur ce site,  ils concoctent des solutions irréalistes dans leurs cervelles atrophiées et s’offusquent ensuite qu’il n’y ait pas de résultats positifs. Loin d’apprendre de leurs échecs comme le feraient des êtres sensés,  ils en remettent une nouvelle couche plus épaisse et c’est reparti pour un nouveau fiasco.
    Ce combat ne pourra jamais être gagné avec des cloches!

    Répondre
  12. Anonyme

    23/08/2012

    L’Inedit? Renault a essayé à plusieurs reprise^s de s’implanter aux USA, il fit fabriquer une Renault 11 sous le nom d’Alliance , elle exista même en version cabriolet. Pas de succès, le fait que les constructeurs français ne furent jamais intéressés par ce marché.

    Répondre
  13. Anonyme

    23/08/2012

    Pour résumer une partie de l’article, "La différence entre les enfants et les adultes, c’est le prix des jouets" disait Nietzsche !

     

    On nous a même fait passer le goût des jouets……

    Ce pays, complètement aseptisé par une bande de hauts-fonctionnaires qui a confisqué l’Etat, est devenu le symbole de la morosité, de la mièvrerie, bref, de la tristesse de vivre !

     

    Répondre
  14. L' Inedit

    23/08/2012

    Lors d’ un commentaire précédent, j’ avais fait part de mon étonnement que les marques, Peugeot, Citroën et Renault ne soient pas représentées sur le marche automobile américain. Certains de vos correspondants m’ avaient objecte que les gammes de modèles français ne correspondent pas aux désirs du marche américain.
    Ayant travaille pendant une trentaine d’ années chez l’ un de ces constructeurs français, je suis bien place pour vous assurer que les modèles de ces marques présentent une ligne verticale équivalente a tous les modèles circulant aux Etats Unis.
    Simplement j’ ignore les raisons de cette absence sur un marche aussi porteur et colossal ; Quelques vieux conducteurs se souviennent encore parfois avec nostalgie des sigles Peugeot et Renault qui ornaient quelques voitures importées il y a bien longtemps….

    Répondre
  15. F

    22/08/2012

       Si on veut continuer à fabriquer des automobiles, il faut qu’il y aient des gens pour les acheter.
       Si on veut qu’il y ait des gens pour les acheter, il faut cesser de tout faire pour qu’ils ne le fassent pas.
       
       On pourrait dire cela dans beaucoup de domaines en France.
       Mais nos dirigeants préfèrent croire le contraire…
      

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)