Relance : nous allons dans le mur à toute allure

Posté le janvier 14, 2009, 12:00
4 mins

La classe politico-médiatique française est décidément curieuse ! On la savait massivement intoxiquée de socialisme. Mais, en ce moment, elle se surpasse !

Les commentaires qui vont bon train au sujet de la crise et des « solutions » politiques sont en effet exemplaires de la pensée unique socialiste (voir l’article d’Alain Dumait en p. 2), de l’incohérence et de l’irresponsabilité des médias français. Je n’insiste pas sur l’aspect pensée unique socialiste. Mais, l’incohérence et l’irresponsabilité doivent elles aussi être dénoncées.

En gros, la pensée unique se résume à ceci : pour lutter contre la crise, il faut relancer les déficits publics pour favoriser la consommation privée. Et, tout spécialement, pour favoriser la consommation à crédit.

Pourtant, les médias post-soixante-huitards n’ont pas cessé de seriner leur dégoût de la société de consommation. Même ceux qui n’adhéraient pas ouvertement à « l’altermondialisme » (c’est-à-dire au mondialisme collectiviste) n’arrêtaient pas jusqu’à une date récente de nous culpabiliser pour notre consommation effrénée.

On voit à présent le vrai visage de cette critique de la société de consommation. Ce n’était pas la consommation qui était en cause, mais bien la société libre. Nos braves journalistes de la grande presse se moquent totalement de la planète ou du sort des pays du Sud. Ce qui les motivait, c’était bien d’imposer par la loi un collectivisme plus profond que celui de Staline.

Leur apologie de la relance par la consommation les démasque. Ils sont en fait des « accros » de la consommation, mais aussi des inconditionnels de l’esclavage collectiviste.
Cette idéologie délétère reprend ainsi ce qu’il y a de pire dans nos sociétés occidentales (la consommation effrénée, le goût immodéré du crédit et, par conséquent, l’insouciance pour les générations futures et le mépris de l’épargne), en l’associant à un collectivisme stalinien sournois.

Mais cette idéologie, déjà criminelle en temps normal, est absurde dans la crise que nous traversons. Chacun s’accorde à dire que cette crise est une crise du crédit et de l’argent virtuel. Ce qui a déclenché la crise est le goût de l’argent facile et les « bulles » financières, donc l’argent virtuel, non gagé sur l’épargne.

Eh bien ! voici la réaction de nos « élites » : il faut encore plus d’argent virtuel, encore plus de consommation à crédit, donc encore plus de « bulles ». Autrement dit : la direction est mauvaise, accélérons pour foncer plus vite dans le mur…

9 réponses à l'article : Relance : nous allons dans le mur à toute allure

  1. Anonyme

    21/01/2009

    Ne sommes-nous pas dans l’Apocalypse selon St jean, c’est à dire simplement le temps des révélations ?

    Mais il y en a qui n’ont pas encore compris, donc faudra-t-il la couche supplémentaire d’une guerre mondiale pour que les humains comprennent enfin ?  sauf qu’avec les moyens actuels, je crains qu’il y ait seulement un quart de l’humanité qui y survive.

    Répondre
  2. drazig

    20/01/2009

    D’accord avec vos commentaires… Mais plus vite nous serons dans le mur, mieux cela vaudra. Et ces pauvres politiques ne s’en rendent pas compte; mais ils nous y aident avec ardeur et tant mieux.

    Répondre
  3. LEPIAF

    19/01/2009

    Mes chers compatriotes, vous^étes dans la merde……et moi aussi,mais si peu !

    Vous devriez comprendre que je ne peux pas faire plaisir à tout le monde; Mes ministres , mes députés, mes sénateurs  me réclament sans cesse de l’augmentation et je ne peux leur refuser car croyez-moi c’est un énorme travail que de foutre la merde dans notre pays !

    Car ces braves gens m’ont écoutés, la tâche est tellement grande qu’ ils font des heures supplémentaires pour améliorer leur fin de mois afin de se payer villas,bijoux,bateaux,vacances dans les iles….etc   Enfin, tout ce que vous ne pouvez pas voler !

    Pourquoi leur jeter la pierre ?  Ils participent au développement du commerce et de l’artisanat ! Vous également vous pouvez  participer : créez votre entreprise, nous vous y aiderons en vous subventionnant avec des impôts et des taxes réclamés à vos compatriotes; car l’Etat prête seulement aux banques.

    Vous devriez également comprendre que notre présence ne durant que 5 ans, il faut que nous en profitions au maximum et puis pour vous il ne s’agit que de patience pour un sacrifice passager.

    N.S.

    Répondre
  4. Clovis Brunehaut

    19/01/2009

    L’affaire du veau d’or !

    Ils y croient et se le partagent……..  (nos politiciens)

    Foutez-moi tous ces gens là dehors !

    Jésus Christ

    Eniéme commandement qu’il faudra bien, un jour, respecter !

    Humour des……taxés .

    Répondre
  5. Ben

    18/01/2009

    Taxer, c’est appauvrir. Prétendre relancer l’économie en taxant, c’est prétendre relancer l’économie en appauvrissant. Donc enrichir en appauvrissant. C’est de la logique de détraqué gauchiste; ça n’enrichira que les taxeurs, exclusivité qu’ils ont toujours rêvée. Et la majorité de miséreux qui subsisteront? Ils n’existent que pour permettre aux élitistes de constater leur supériorité!

    Répondre
  6. ami

    17/01/2009

    De quelle épaisseur, le mur ?

    Répondre
  7. philip

    16/01/2009

    "Leur apologie de la relance par la consommation les démasque. Ils sont en fait des « accros » de la consommation, mais aussi des inconditionnels de l’esclavage collectiviste."

    Bien vu !

    J’ajouterais que ce sont souvent les même qui prétendent "réorienter" nos comportements de consommation qui dénoncent  la dictature des marchés !

     

     

    Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    14/01/2009

    Il est dans l’intérêt d’un politicard de caresser la bête *) dans le sens des poils pour se faire réélire. Annoncer des mesures d’austérité est synonyme de mort politique. Et la politique paie puisque les candidats sont nombreux et les apanages reçus par les retenus sont substantiels.

    *) pardon le peuple

    Lire le document dans "Contribuables associés" sur les revenus de ces Mesdames et Messieurs.

    « Indemnités, facilités, avantages…
    Ce que gagnent vraiment nos élus »

    http://www.contribuables.org/publications/les-monographies/ce-que-gagnent-vraiment-nos-elus-2/

     

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)