Retraites : Double déni des socialistes

Posté le 29 août , 2013, 1:34
35 secs

Communiqué de Jacques Myard, député de la Nation, maire de Maisons-Laffitte, Président du Cercle Nation et République,

le 26 août 2013

Le gouvernement socialiste s’apprête à présenter sa réforme des retraites qui consiste en un double déni :
déni de réalité tout d’abord puisqu’il se refuse à prendre en compte l’allongement de la durée de vie et se prépare à augmenter la CSG. Ce qui va peser directement sur le pouvoir d’achat des Français et des entreprises, et accélérer la crise économique.

Il se refuse à reconnaître la réalité démographique, prisonnier de son idéologie et de ses promesses électorales mensongères.

Déni de justice puisqu’il se refuse à aligner le régime des fonctionnaires sur le secteur privé en ce qui concerne la prise en compte des 6 derniers mois pour les fonctionnaires, comparée au 25 années dans le secteur privé.

Ces socialistes qui chantent à tue-tête le principe d’égalité foulent aux pieds leur propres principes.
Cette réforme des retraites va à l’encontre du plus élémentaire bon sens !

8 Commentaires sur : Retraites : Double déni des socialistes

  1. Minouw

    30 août 2013

    6 derniers mois contre 25 ans, oui…

    MAIS
    SANS les primes, ce qui revient au même. Les études l’ont maintes fois montré… A carrière comparable, poste comparable, il s’entend…

    Cessez d’enfoncez les portes ouvertes. Les fonctionnaires ne sont pas les coupables d’un système multi facettes, inégalitaire et corporatiste. Il y a trop de fonctionnaires certes mais ils ne sont pas coupables des inégalités et tous n’ont pas le savantages qu’on leur impute!
    Il faut parler de tout et tous…

    Répondre
    • Oeildevraicon

      30 août 2013

      Certes… Ils ne sont pas les seuls responsables, ils y en a d’autres, dont l’auteur de cet article, ses congénères et tous les régimes spéciaux.
      Mais comme son électorat fond comme neige au soleil, la gauche brosse dans le sens du poil tout ce qui peut lui ramener quelques voix, immigration comprise.

      Vous dites:
      SANS les primes, ce qui revient au même. Les études l’ont maintes fois montré… A carrière comparable, poste comparable, il s’entend…

      On en est bien loin…

      Vous êtes-vous demandé pourquoi les un peuvent partir à la retraite à 55 ans, voire 50, en ayant peut ou très peu cotisé et dans le même temps d’autres qui ont cotisé davantage, sont obligés de travailler jusqu’à 65 ans et plus pour obtenir une retraite bien moindre.
      L’un que l’on oblige à cotiser et payer des impôts afin de financer la retraite et les beaux voyages de l’autre.
      C’est ainsi que vous traduisez la devise: Liberté- Égalité-Fraternité?
      Dans le publique, les pensions sont égales à 75% du dernier salaire. Dans le privé, le calcul se fait sur 25ans et le retraité ne touche plus en moyenne, que 60% de sont dernier revenu ou 54% pour un cadre supérieur.
      Le système étant d’une extraordinaire complexité, je vous ferai grâce des avantages des régimes spéciaux et et ceux pharaoniques de nos élus, que pourtant vote après vote, on s’acharne à réélire.

      Au conseil d’administration de la CNAV, le président est un syndicaliste FO ancien agent de la poste, et les représentants des retraités du privé sont tous issus de la fonction publique.
      Croyez-vous que ceux-là même, vont défendre les intérêts du privé?
      Pour mémoire; Il y a quelques mois, le gouvernement a décidé de geler les complémentaires, les valeureux syndicalistes gestionnaires de nos caisses n’ont rien trouvé de mieux que de signer l’accord et par la même, imposer à des millions de retraités la baisse de leur pension par rapport au cout de la vie.
      Et quelques jours plus tard, ces mêmes syndicalistes étaient dans la rue, avec banderoles et sifflets (mais sans les gaz de manuel) pour réclamer une hausse des salaires des fonctionnaires!

      Liberté-Egalité pour les uns (toujours les mêmes) et jamais pour les autres.

      Répondre
      • Minouw

        1 septembre 2013

        Il faut regarder le taux de remplacement : soit le ratio salaire / retraite, et ce taux est sensiblement égal à 2 ou 3 points de différence. 75% du traitement indiciaire ne veut pas forcément dire bcp du fait que le traitement indiciaire n’est pas les primes… Ca revient aux 60% du privé…

        je ne parle pas de l’âge de départ où je suis entièrement d’accord avec vous.
        Ces différences d’âges sont intolérables et ont pu trouvé une justification dans le passé mais n’ont plus de raison d’être aujourd’hui.
        Ce sont des corporations gauchistes qui défendent leurs privilèges qu’ils veulent interdire aux autres.
        Pour ces questions d’âges, adressez vous à la cgt cheminots qui défend les salariés de la sncf, de la ratp… Qui ne sont d’ailleurs plus des fonctionnaires, il ne faut pas l’oublier….

        Répondre
  2. BRENUS

    29 août 2013

    Sur le sujet des retraites – et aussi du chomage – dans l’émission télé C dans l’air d’hier, une intéressante piste de solution avancée par une tête pensante intellectuelle : Mathilde Lemoine, qui sévit régulièrement dans cette émission. Cette jeune dame, conseillère a HSBC et prof occasionnelle a SciencesPo, selon la banderolle de présentation, propose que l’on oblige les “patrons” a apporter a leurs employés une formation qualifiée de “générale” – a leurs frais, bien sur-, dans la mesure où les dits employés seraient amenés ou auraient envie de faire un autre job. La formation dans ;l’entreprise avec pour but d’améliorer les performances des gens qui y travaillent au profit de leur job, ne lui suffit pas. Comme cette penseuse n’a pas précisé les domaines dans lesquels la boite doit former (générale), bon courage aux chefs d’entreprise. Décidément, lorsque l’on entend de telles absurdités proférées par des gens dont on attendrait au moins du bon sens et qui participent à la formation de ce qui s’auto qualifie d’élite, on comprend mieux la somme d’inepties que peuvent produire les gouvernants, surtout de gauche.

    Répondre
  3. mariedefrance

    29 août 2013

    Cette réforme des retraites va à l’encontre du plus élémentaire bon sens !

    Quelle REFORME ?

    Où avez-vous vu une REFORME ?

    LA réforme commencera
    * lorsqu’il y aura un seul système de retraites pour tous, privé et public.

    * lorsque le calcul se fera par points pour que ce soit équitable en fonction de ce que l’on a payé soit-même.

    Cette répartition sera la mort du système les hypothèses de base n’existant plus :
    démographie, offres de travail, cotisations.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29 août 2013

      Monsieur Myard, qui s’est assuré, avec ses collègues , toutes couleurs de l’arc en ciel politique confondues, une retraite des plus confortable et pérenne, pour être clair un régime un peu ” spécial ” , me fait penser à ces bons pères missionnaires qui recommandaient la bonne position aux ” peuplades sauvages “

      Répondre
      • Oeildevraicon

        30 août 2013

        Vous voulez parler de (la position du missionnaire) je suppose?

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          2 septembre 2013

          celle là même qui en vaut bien une autre … de temps à autre !

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)