Retraites : la quadrature du cercle

Posté le mai 23, 2010, 12:00
4 mins

Il faut vraiment avoir l’esprit tordu pour imaginer, comme le prétendent les socialistes, que vivre plus longtemps puisse être considéré comme coupable par qui que ce soit.

Et il faut avoir la comprenette singulièrement obtuse pour ne pas comprendre que, quand on vit vingt ans de plus qu’à l’époque où l’actuel système de retraite a été mis en place, on perçoit sa pension trois ou quatre fois plus longtemps qu’il n’avait été prévu à l’origine.

Or pour verser une retraite trois ou quatre fois plus longtemps, il faut nécessairement trois ou quatre fois plus d’argent !

Cet argent, les socialistes proposent de le prendre dans la poche des « riches » : mais, même si on taxait les revenus et les patrimoines les plus élevés à 95% (ce qui conduirait les contribuables ainsi visés à quitter la France et tarirait aussitôt cette source), cela ne suffirait pas, à moins de considérer comme « riches » les membres les plus modestes de la classe moyenne !

Tripler ou quadrupler les cotisations semble impossible. Diminuer des deux-tiers ou des trois-quarts le montant des retraites ne l’est pas moins. Reste donc la solution d’obliger les Français à travailler, et donc à cotiser plus longtemps.

Mais cette nécessité se heurte aux très mauvaises habitudes prises par les entreprises et les salariés.

Les entreprises se refusent à donner des emplois sûrs et correctement rémunérés aux plus jeunes, à cause du coût de leur formation ; et les jeunes ne sont pas tous mécontents de n’entrer réellement dans la vie active que vers trente ans, car l’assistance ne leur fait pas défaut et leur permet de jouir de leur liberté.

Par ailleurs, elles se débarrassent au plus tôt, à cinquante ans ou même avant, de leurs salariés anciens et compétents, parce qu’il faut les payer plus cher que les jeunes. Et les salariés ne sont pas tous mécontents de jouir de leur préretraite ou de leur retraite quand, les progrès médicaux aidant, ils sont encore dans la force de l’âge.

Mais à ce compte, les cotisations ne sont versées à un niveau normal que pendant une vingtaine d’années… Et trouver un compromis entre la nécessaire liberté des entreprises et des salariés et la nécessité de leur faire perdre leurs mauvaises habitudes, s’apparente à une tentative de résoudre le problème de la quadrature du cercle.

Marie Merlin

6 réponses à l'article : Retraites : la quadrature du cercle

  1. pierre42

    28/05/2010

    La véritable cause de discorde au sujet des retraites est que les jeunes ne veulent plus faire acte de solidarité puisque tous les gouvernements les ont habitués à vivre sans travailler avec l’argent de ceux qui travaillent encore un peu ( 35 heures pour les privés 28 pour les fonctionnaires )  mais cela ne durera pas des années . Il faudra bien un jour gagner sa croute , et l’à se sera très dure. Après avoir mangé le pain blanc , il faudra se contenter du pain noir ,même très noir .

    Répondre
  2. Anonyme

    27/05/2010

    Iosa, malheureusement, beaucoup de gens meurent après avoir cotisé pedant 35 ou 40 ans sans ayants-droits. Pourquoi ne nous parle-t-on jamais de leurs cotisations ? Je vous en prie, cherchez les chiffres, c’est étonnant.

    Bravo pour votre humour décapant !

    Répondre
  3. m.duforest

    27/05/2010

    Les socialistes ont en fait une solution.La commisaire du peuple Martine AUBRY n’a t’elle pas clairement exprime qu’il sufira de confisquer tous biens qui existent en France a la facon des soviets ou de Cuba a la chute de Baptista.

    Répondre
  4. Leroy

    26/05/2010

    Dans ma profession, le départ à la retraite est fixé à 65 ans. Je n’ai jamais entendu Thibaut ou Cherèque dire quoique ce soit. Ils ne représentent qu’eux mêmes, Mais Sarko leur donne de l’importance pourtant que valent ils ? S’ils s’entendent aussi bien, c’est qu’ils doivent être au même niveau.

    Répondre
  5. arnaud

    25/05/2010

     

    réforme sur les retraites les ministres y pensent pour nous escroter des sous

    et les millards que nous donnons pour la polygamies

    on se ferai une belle retraite

     

    Répondre
  6. IOSA

    24/05/2010

    Il faut vraiment avoir l’esprit tordu pour imaginer, comme le prétendent les socialistes, que vivre plus longtemps puisse être considéré comme coupable par qui que ce soit.

    La Droite en la personne de son prédident Sarkosy, ne demande t’elle pas aux vieux de travailler plus longtemps ?

    Si celà n’est pas un aveu…qu’est ce donc alors ?

    Explication pour les vieux et les futurs vieux:

    En travaillant plus longtemps, vous raccourcicez votre espérance de durée de vie en retraite, d’où l’économie conséquente pour la caisse des retraites, mais vous faites aussi passer le double message…le premier au niveau du conscient, l’autre en dessous du niveau de la concience ( message subliminal).

    1er message: Avoir l’age de la retraite ne veut pas dire impotent ou sénile.

    2eme message: Qu’étant retraité valide, vous profitez indument de l’argent de la retraite….alors que vous pouvez continuez à travailler comme tout le monde et qu’en fait vous voler cet argent à d’autres qui eux mérite leur retraite, bref vous êtes pour les autres un fainéant et un voleur.

    Et puis ce n’est pas tout, parce que lorsque vous mourez plus vite en retraite, l’Etat percevra plus vite les droits de succession et la tva accessoire.

    IOSA

     

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)