Revalorisation du SMIC et chômage

Revalorisation du SMIC et chômage

Le gouvernement vient de recevoir le pré-rapport demandé en juin dernier par le ministre délégué à l’Emploi à Jean-Denis Combrexelle, « directeur des relations du travail », sur les conséquences d’une augmentation du SMIC sur les salaires, l’emploi et la croissance.
Le SMIC a en effet augmenté de 18 % en trois ans. Cette énorme augmentation est une des conséquences de la loi de Martine Aubry sur les 35 heures.
L’augmentation du SMIC donne en apparence une augmentation des revenus. 15,5 % des salariés (2,4 millions) sont au SMIC en France, et une augmentation du SMIC touche aussi les bas salaires proches du SMIC ; elle concerne finalement plus de 30 % des salariés français. Tous ceux qui profitent d’une augmentation du SMIC sont heureux de cette augmentation, c’est évident, et ils croient disposer d’une augmentation de leur pouvoir d’achat. Et, pour certains économistes, une augmentation du SMIC risquerait d’augmenter la consommation des ménages, donc de relancer l’économie.
Mais attention, dans tous les secteurs de l’économie qui ne sont pas soumis à la concurrence étrangère, les entreprises augmenteront leurs prix pour rééquilibrer leurs comptes et l’inflation réduira d’autant le pouvoir d’achat.
70 % des entreprises françaises travaillent dans les services, donc ne sont pas encore en concurrence avec les entreprises étrangères. Finalement une augmentation du SMIC augmente peu les revenus, et c’est le cas actuel de la France.
L’influence d’une augmentation du SMIC sur la croissance est néfaste. Les entreprises qui doivent financer l’augmentation du SMIC ont leurs finances diminuées d’autant. Elles rééquilibrent donc leurs comptes en augmentant leurs prix. Mais depuis la mondialisation et l’Europe, les pays étrangers à bas salaires imposent leurs prix à beaucoup de nos entreprises. Nos entreprises, qui n’avaient déjà pas assez de revenus pour financer leur recherche et leurs investissements, en auront encore moins. Seules les entreprises françaises qui ont déjà délocalisé une part importante de leurs activités ont des revenus suffisants pour faire des investissements de recherche et de productivité.
Les entreprises étrangères hésiteront encore un peu plus à investir en France. Sans investissements de recherche et de productivité, pas de croissance possible… L’économie française stagnera un peu plus.
L’influence de l’augmentation du SMIC sur le chômage, est évidente. Une croissance insuffisante génère immédiatement le chômage. Une délocalisation des activités crée des emplois à l’étranger, mais pas en France. Une inflation en France pousse à acheter des produits étrangers. Tous ces facteurs sont sources de chômage. Mais le SMIC français est très élevé. Tellement élevé que de nombreux Français payés au SMIC coûteraient plus cher à leur entreprise qu’ils ne lui rapporteraient. Ils ne sont donc pas embauchés.
Pour cette raison, le chômage des jeunes inexpérimentés est particulièrement élevé en France. Il en est de même pour le chômage des moins jeunes arrivés en fin de carrière avec des augmentations de salaire ne correspondant pas à leur efficacité réelle.
Il y a plus de trois ans, un rapport de l’INSEE estimait qu’une augmentation du SMIC d’1 % donnait 35 000 chômeurs. Le MEDEF à la même époque donnait le chiffre de 40 000 chômeurs. Les experts du ministère du Travail avancent maintenant un nombre compris entre 4 000 et 20 000…
Le rapport de monsieur Combrexelle aborde pratiquement tous ces points. En minimisant cependant les inconvénients. Il propose même la création d’un SMIC européen, ce qui semble bien utopique.
La suppression du SMIC n’est, par contre, pas envisagée, alors que c’est la seule solution économiquement valable, si l’on veut vraiment relancer l’économie et supprimer le chômage.
Il faut supprimer le SMIC d’urgence si on veut faire embaucher les « voyous ».

Partager cette publication

(13) Commentaires

  • cathy Répondre

    Comme le dit Freeduty une baisse des charges sociales donneraient deja de l’air au entreprise et si l’etat donnait deja l’exemple en baissant ses depenses ca serait pas mal aussi.(pour ex :air sarko one!! est ce vraiment utile?!!!)
    et que dire des remuneration à vie de nos hommes politique:est ce normal? je ne crois pas. ils donnent leurs "vies"à la nation? mais il me semblent que nous sommes un certain nombres dans ce cas.
    Malheureusement pour l’etat reduire les depenses signifies baisser le nombres de fonctionnaires dans l’education nationale et la santé!!!! et là je bosse dans un service de sante et je sais de quoi je parle!!
    Le fait d’avoir prete aux banques est ce normal?,on est en droit de se poser la question.
    Quand aux entreprises (et là je ne parle pas des artisans) la plupart ont assez d’argent pour verser des dividentes aux actionnaires mais pas assez pour augmenter les salaries:chercher l’erreur!
    Le but de ces dits  entreprises est de gagner de l’argent le plus possible sans tenir compte des degats eventuels (sociaux entre autres)  qu’ils peuvent provoquer:ils ne vivent pas dans le monde des bisounours! et la je parle egalement d’experience pour avoir travailler dans 1grosse entreprise pendant 20ans ou le seul mot d’ordre que l’on entendait  était: le  resultats apres impots doit etre de 20%!!!!!
    Supprimer le smic n’empechera jamais une entreprise de delocaliser :les couts de production et des matieres premieres étant toujours plus elevé chez nous sans parler des charges sociales diverses et varies!!!
    Une chose serait bien:avoir dejà plus de transparence concernant les depenses publiques,à l’exemple des pays nordiques où tout citoyen a accès au "compte" de l’etat.

    04/11/2010 à 10 h 30 min
  • newo Répondre

    Je voudrais dire que tout le monde n’as pas eu la chance de faire de haute études et on un parcours hachuré dû a leurs structure familial, tout le monde n’as pas eu des parents aimant, qui se priver de tout pour assurer les hautes études de leurs rejetons.

    Beaucoup sont cassé psychologiquement et essaie tant bien que mal de s’en sortir et sont bien content d’avoir un travail, et pour certain des plus ingrats, lorsque je lie certain commentaire qui disent qu’ils sont trop payer 1051 euro net le smic pour ce qu’ils font ??? est ce l’hopital qui se fou de la charité??

    Tout le monde n’a pas une âme de patron d’entreprise a diriger des employé et tout le monde n’as pas son cul assis derriére un bureau. Il y a des travaux qui sont trés pénible dois je citer des exemples? l’usine par exemple, femme de chambre , ou de menage collectivitè ect… il en existe tant d’autre et je peux vous dire qu’apres une de ces journées de travail l’on rentre à la maison complétement vaner affalé dans le canapé a ne plus rien faire chez soi car rebelotte l’on remets ça le lendemain et ainsi de suite, des semaines des années, épuisement physique assuré à long terme!

    Pour au final ne payer que les factures par exemple moi je ne suis pas au smic j’ai la chance de travailler dans le medical et d’avoir une moyenne de 1300euro et bien même avec cela le total de mes charges loyer ect… s’eleve a 840 euro^il me reste 460 euro pour le mois c’est suffisant me dirai vous, moi je vous dit c’est trés juste j’habite a+de 30kil de mon lieu de travail j’utilise 160euro gasoil, il me reste 360 pour l’alimentaire sachant que je mets 100euro de cotè par mois pour la fin de l’année et nos chere impots donc il me reste 260e pour l’alimentaire ce qui fait 65euro par semaines, je m’en sort mais faut être réaliste je ne peux rien faire d’autre alors boulot dodo boulot heureusement que j’habite une jolie region ou une rando ne me coûte aucun pécule mais voyons!

    Vivez vous avec un salaire comme ça ou l’on n’est toujours le nez dans les comptes a toujours calculer, toujours se serrer la ceinture et vaux mieux pas avoir un probleme mécanique avec votre voiture car c’est tout de suite de 80 a + de 150 euro de frais de réparation selon la gravité du probleme, il y a toujours des imprévu a faire face, alors lorsque vous avez un petit salaire comme beaucoup de français ont, je peux vous dire qu’il y a de quoi être dégouté et surtout lorsque l’on vois que l’allocation chômage a augmenter de 1.2%, et que le salaire des fonctionnaire de 0.5% et le smic idem, il y a de quoi sortir de ses gongs!!

    Alors ne vous étonner pas qu’il y est de plus en plus de chomeur, ils ont plus a y gagner d’être au chomage, de 1: moins de loyer car apl

    de2: moins d’essence car plus de déplacement

    de3: plus d’impôts car pas assez travailler

    et de 4 pour finir: prime pour l’emploi car travailler un peu dans l’année

    au final ça fait des sacrées économies tout ça, alors bon on n’as un systéme trés mal fait et il y en n’as ras le bol de cette manipulation de la population et un jour ça va péter tout ça, nous ne sommes pas les rois du monde!

    04/11/2010 à 9 h 48 min
  • freeduty Répondre

    Pas besoin d’un Smic.. La suppression des cotisations sociales entrainerait une hausse immédiate des salaires de 15% , sans porter atteinte ) notre compétitivité.

    25/01/2006 à 22 h 07 min
  • grandpas Répondre

    Marie georges ne s’intéresse qu’au buffet de l’assemblée nationale comme du temps de georges qui se voyait marcher dans le palais de l’Elysé ce qui effrayait fortement madame Pompidou. D’accord,ceux sont de mauvais « jeu » de mots comme du temps de « l’oreille en coin » sur France Inter et leurs mauvais « quicollequi ». Bien à vous.

    25/01/2006 à 20 h 13 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    A propos de la « culture » française qui enseigne presque dès la maternelle à vitupérer contre les patrons, comme je le relevais dans un de mes « posts », je suis heureux d’avoir entendu hier à l’Assemblée nationale, Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, dire (en français, s’il vous plaît !), à tous les députés roses-verts-rouges, mais aussi à certains députés « bleus » qui ont dû ausi le prendre pour eux : « CE N’EST PAS AVEC UN DISCOURS CONTRE LES ENTREPRISES QUE VOUS ALLEZ CREER PLUS D’EMPLOIS ! ». Dits par un ancien trotskyste (surtout que on sait que, comme un défroqué reste prêtre, un trotskyste le rest aussi !)ces propos n’en sont que plus savoureux. Et il était plaisant de voir la mimique de la Marie-George Buffet, accompagnée d’un geste du bras et de la main comme pour chasser cette « grosse mouche » inopportune de trotskyste sur le chemin du revisionnisme… économique ! Le jour où les « travailleurs » chers à Arlette, Alain, et à tous les autres qui les caressent dans le sens du poil pour mieux les domestiquer, auront compris que leur ennemi, ce ne sont pas les « patrons » (je parle des « petits » et des « moyens »), mais les syndicats et les partis politiques démagogues, que ce n’est pas en bramant dans les rues avec des pancartes réclamant « des sous », mais en retroussant les manches solidairement avec leur entreprise, avec leur patron, que la France sera sur le chemin de l’emploi, et sur celui du redressement, alors, tous les mauvais bergers qui contribuent au naufrage du « FRANCE-TITANIC » seront, EUX, au chômage. Ce sera tant pis pour eux. Et tant mieux pour « leur » peuple comme on a appris à dire dans les écoles du « P.C. » Pourquoi tu tousses, Marie-George ? Cordialement, Jean-Claude

    25/01/2006 à 14 h 09 min
  • sas Répondre

    A jean claude,que tu ne puises te présenter au suffrages des français…ma voix t’es acquise… Dire tout cela consiste à défoncer des portes ouvertes…mais c’est tellement frais à le voir écrit noir sur blanc(sans racisme cette comparaison..) Pour les grandes ecoles, illétré tout de même,sans bagage culturel,sachant tout et rien…quel autre exemple que de prendre l’ecole nationale de la magistrature…REGARDE OUTREAU et ce juge burgot(du même nom que le mollusque c’est pas un hasard car même qi)…quest-ce qu’il a ce juge à part son irresponsabilité erigée en étendar; aucune perspicacité(il faut leur faire faire fort boyard avec note éliminative)….aucune logique ni suivi…aucune ne expèrience et un égo surdimensioné….donc pas étonnant que même instruit nos élites soient « connes »….et ce sont ces modèles qui imposent aux autres…et dont les fourmis sont tributaires… Pour la création d’entreprise…même merde…même motif…même punition…j’ai crée moi même de grosses affaires et suis tombé naturellement en concurrence(soit disant libre) contre les potentats locaux souvent maçons ou élus de dieu…..et là je peux te dire que je cherche encore L EGALITE la LIBERTE et la FRATERNITE acrochées en rappel à tous nos frontons…. Ce sont des lecons à plusieur milliers de francs et millions de francs que le « gentil entrepreneur » à ramasser…c’est donc pour cette raison précise que je me suis dépêché de comprendre….cqfd Ceci pour te dire cher jean claude que tout ceci est particulièrement voulu….planifié…et géré que mes propos plaisent ou ne plaisent pas…. Amis du site, prenez la peine de regarder les débats publics sur la chaine du sénat….la commission d’enquête (hyper sélectionné: un max de juge,avocat et francs maçons parmis les membres)qui auditionne dans l’affaire outreau….c’est E D I F I A N T…le résultat présenti de cette pentalonnade « controuvée »: suppréssion du juge d’instruction,introduction d’une instruction collégiale d’où redillution des responsabilités des juges, augmentation des droits de la défense au profit des coupables…,augmentation des budget de la justice(encore plus…pas mieux mais plus),introduction officielle des dogmes maçonniques référant pour les magistrats républicain(humanisme…..moi je leur imposerais la perspicacité;attribu essentiel d’un postulant juge…tout comme ne pas avoir le vertige pour un laveur de carreaux) bref…du bon sens (et pas celui du credit agricole et de ses 5 millions 700 milles sociétaires baisés…) En fait, dans un pays où l’on mine tout endroit d’autorité et de « patronage constructif » comment veux tu que l’on encense les « patrons »….d’autant que ceux montré volontairement en exemple comme TAPIE sont l’anti thèse de ce qu’il faut être et faire… sas qui observe la derniere nation communiste de l’europe… syndicat,haute finance,maçonnerie,repentance=la fin de la france.

    25/01/2006 à 12 h 22 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    A Bernard TREMEAU. Je me réjouis de vous voir revenu dans les « 4-Vérités », d’autant que, ignorant tout de votre maladie, j’apprends en même temps par ailleurs que vous êtes rétabli. Et je suis d’autant plus confus d’avoir adressé mes commentaires sur votre article de rentrée au forum réservé à celui de Pierre LANCE. Vous le trouvez donc par ailleurs. Avec mes excuses et mes regrets. Et que Clay Rambar (Clérembard ?) me permette d’apprécier son « post », même si je ne suis pas certain d’avoir compris parfaitement son raisonnement. N’ayant été ni ouvrier ni patron, je ferai remarquer que si l’Education (plus du tout) nationale n’avait pas passé son temps à dénigrer le travail manuel (qui est pour moi, le prolongement de l’intelligence qui est en chaque homme), ou à le dévaloriser, en formant de pseudo-intellectuels (qui, au sortir de l’école ne savent pas même parler le français* (et je ne parle même pas de ceux qui ne savent ni lire, ni écrire ni compter !), des bons à rien qui ne savent rien faire ni de leur cervelle ni de leurs dix doigts, si elle avait appris aux enfants le goût du travail, du travail bien fait, et du perfectionnement (indispensable à qui veut évoluer dans un monde qui évolue en permanence), la France serait moins peuplée de Smicards ou de chômeurs Pour ce qui est des patrons (que, paraphrasant Péguy, je qualifierai – du moins ceux qui ont eu le courage de créer leur propre entreprise – d' »aventuriers des temps modernes ») je dirai simplement à tous ceux Rmïstes, ou Smicards en treillis bleu ou en col blanc qui trouvent qu’on ne les aide pas assez et qui, en plus, agonisent d’injures les « patrons » (certes, il y en a de mauvais, et même d’exploiteurs**, qu’avez-vous fait à l’école ? pourquoi ne créez-vous pas votre propre entreprise. Et si vous estimez que c’est de la faute à l’Ecole si vous n’y avez rien fichu ou à l’Etat paperassier et collectiviste si vous n’avez pas osé créer votre propre affaire, prenez-vous en à l’Education Nationale, ou à l’Etat. Et non aux patrons. Sachez en tout cas que votre « travail » est payé trop cher. Non pas, certes, en fonction de vos besoins toujours grandissants de parfaits consumméristes, mais en fonction du travail que vous fournissez réellement, sans parler de la concurrence des « travailleurs » des pays en voie de développement dont vous êtes les premiers à préférer les produits ! Précision : non, je n’ai pas eu le courage de créer ma propre entreprise. Oui, j’ai dirigé une petite entreprise, avec la hantise de la rentrabilité sans laquelle il n’y a pas d’emplois possibles. Et encore moins d’augmentations possibles. Ou d’embauche ! Que n’apprend-on cela dans les écoles. En même temps que la nécessité de sortir « couvert », ou encore de l’antiracisme***. Cordialement, Jean-Claude Lahitte * on l’a vu encore dimanche, sur TF1, avec un jeune bachelier maghrébin particulièrement méritant – ce qui lui avait permis d’obtenir une bourse au mérite – qui, en intégrant une école d’ingénieurs à Poitiers s’est aperçu que son langage – au vocabulaire très pauvre, a-t-il eu l’honnêteté de reconnaître – était à peine compris de ses camarades de promotion. Comme c’est un garçon courageux,au lieu d’aller brûler des voitures, il s’est mis à lire en mettant les bouchées double. Quand je pense que mon père qui, instituteur au Maroc, avant la dernière guerre, a appris à lire, à écrire et à parler oarfaitement notre langue (orthographe comprise !) à des dizaines de jeunes Marocains qui entraient à l’école dans parler un seul mot de français, et non les parents – totalement illettrés – parlaient seulement l’arabe dialectal ! Il est vrai que ces jeunes enfants ont eu la chance d’être enseignés par l’Instruction publique, et non par l’Education… nationale rongée jusqu’à la moelle par le marxisme et les pseudo idéaux maçons qui sont l’instrument (aveugles ou non) de la globalisation qui n’a qu’un seul objectif en tête : rabaisser les masses pour mieux les uniformiser, pour mieux les asservir ! Et le Smic, sans cesse réévalué (jamais assez selon ceux qui ont pour objectif de rester « smicard ») n’est – selon moi – qu’un instrument d’asservissement de l’Etat… Les Smicards ne sont-ils pas les « serfs » de l’état UMPS ? Cordialement, Jean-Claude Lahitte ** il y a le même pourcentage de salauds chez les ouvriers (surtout dans les syndicats dont les dirigeants, pour la plupart, n’ont jamais véritablement connu la condition d’ouvrier, et encore moins de smicard) que chez les patrons ! *** on apprend à l’Education « nationale », le racisme « anti-patrons »

    24/01/2006 à 16 h 52 min
  • sas Répondre

    Car cela c’est de l’économie libérale(qui n’existe pas en france d’ailleurs)…et on n’en parle ni au 20h00, ni à la starac, ni dans les feuilletons à 2 balles brésiliens pour aliénés en tout genre…..même Vierra ou zizou n’en causent pas…alors ca doit être faux…sinon debouze en aurait fait un skeatch… sas qui milite pour la libération du « savoir »…

    24/01/2006 à 12 h 13 min
  • Anonyme Répondre

    Si l’on suprimer le SIMC se serai catastrofique les jeunes ne trouverais pas la raison d’aller travaillee alor qu’il n’auron^s pas le SIMC!

    24/01/2006 à 9 h 52 min
  • GEF Répondre

    Car, bien sûr, il y a mieux à attendre si le smic provoque du chômage… Je suis convaincu que les « jeunes » dont vous parlez se réconcilieront d’autant plus vite avec le travail légal qu’ils seront bloqués dans leur situation de chômeurs à cause d’un coût du travail trop élevé… Ce que je trouve extraordinaire, c’est qu’un lecteur qui vient d’apprendre que le smic est vecteur de chômage quand il est trop haut trouve encore le moyen d’ignorer cela… Comment ne pas s’étonner de l’état lamentable de ce pays…

    22/01/2006 à 23 h 47 min
  • guillaume Répondre

    Supprimons le SMIC!! Le smic est une des causes majeures du chomage de masse que nous connaissons actuellement en France, dernier pays soviétisant… Le smic est un contre-sens économique terrible, dans la mesure ou il exclut du marché du travail les personnes les moins qualifiées…!Alors que si ces personnes avaient la possibilité de travailler pour un salaire inférieur, alors les entreprises rechigneraient moins à les embaucher, ainsi ces personnes pourraient se former par le travail et gagner dignement les moyens de leur subsistance… De plus, à force de se placer du point de vue de l’intérêt à très court terme des salariés, on esquive une solution beaucoup plus efficace pour l’ensemble des acteurs économiques, qui serait de favoriser l’offre des entreprises par le biais d’une réduction des charges sociales et des impôts en tout genre…ainsi, les salariés verraient leur pouvoir d’achat augmenter et les entreprises leurs bénéfices suivre le même chemin!

    22/01/2006 à 22 h 28 min
  • Clay Rambar Répondre

    En tant qu’ouvrier professionnel qualifié, je ne suis évidemment pas smicard. Bien que senior, je ne connais pas le chômage et je suis même recherché par la seule et unique race de gens qui créent des emplois dans ce pays, j’ai nommé les entrepreneurs. Comme tous les ouvriers du privé je me plains de la baisse de mon pouvoir d’achat par l’augmentation des impôts et de l’inflation. Une seconde machine outil me permettrait d’augmenter ma production et par le fait, mon salaire. Encore faudrait il que mon entrepreneur de patron investisse. A t il de la thune ? Mon pire cauchemar est que pour me rendre service, un abruti de parlementaire de l’UMPS fasse voter une loi instaurant un SMIC spécial course pour les ouvriers professionnels aux alentours de 3000€. Face à l’augmentation du SMIC les inemployables n’ont que deux solutions : soit mettre un cierge quotidien à sainte Rita ou entrer dans « une colère BLEUE ». (Les sages comprendront).

    22/01/2006 à 19 h 18 min
  • christophe azzolin Répondre

    article bien rigolo mais vous ne devez surement pas vivre avec le smic.votre conclusion est encore plus drole puisque vous ne devez certainement pas cotoyer non plus ces voyous ,en effet ces jeunes sont au mieux payes le smic quand ils travaillent alors qu il est facile de gagner 1000 euros en une journee au pied de son immeuble.pourquoi iraient ils travailler?il est urgent de revaloriser le travail en tant que valeur mais aussi en tant que moyen de subsistance mais biensur cela a cout! il faut croire que le rmi est plus rentable pour la paix sociale

    22/01/2006 à 9 h 12 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *