Une cause structurelle de la crise : l’effondrement du PIB industriel dans certains pays occidentaux.

Posté le septembre 27, 2010, 12:00
3 mins

Pourquoi la Chine continue-t-elle de présenter une croissance de 9 % et des excédents tant financiers que commerciaux qui nous font rêver ? Pourquoi se veut-elle désormais la deuxième puissance mondiale, visant à contester la suprématie américaine ?

Pour une raison simple que bien peu de commentateurs osent formuler : la prééminence du secteur industriel, la production de vrais richesses.

Regardons un peu les chiffres de PIB :

Industrie
Agriculture
Tertiaire
Chine

48 %

12 %

40 %

Norvège

44 %

2 %

54 %

Corée

39 %

3 %

58 %

Russie

39 %

5 %

56 %

Brésil

30 %

5 %

64 %

Japon

30 %

2 %

68 %

Allemagne

30 %

1 %

69 %

Suède

29 %

1 %

70 %

Inde

29 %

18 %

53 %

Suisse

28 %

2 %

70 %

Italie

27 %

2 %

71 %

Espagne

27 %

3 %

73 %

Royaume Uni

24 %

1 %

76 %

USA

23 %

1 %

23 %

France

19 %

3 %

78 %


Combien d’idées préconçues démenties par les chiffres !
  • Le PIB industriel chinois est le double de celui des USA.

  • Le PIB industriel de l’Allemagne est de 11 points supérieurs à celui de la France.

  • Le PIB industriel de la Suisse, paradis fiscal, est lui aussi très supérieur (9 points) à celui de la France.

Quant à la France, son secteur tertiaire est obèse : 78 % du PIB.

Pourquoi cette obésité du secteur tertiaire en France ? Le dernier rapport de la cour des Comptes répond pour une part :

En 25 ans, le nombre de fonctionnaires s’est accru de 1 200 000. Cette augmentation gonfle certes le PIB, mais il s’agit d’une dépense et non d’une recette.

Avec quelles conséquences ? Elles sont doubles : une fiscalité sans cesse accrue qui place la France en tête des prélèvements mondiaux et une délocalisation croissante des élites et des entreprises.

Le PIB additionnant les recettes et les dépenses, l’INSEE annonce des croissances artificielles et une augmentation fictive du pouvoir d’achat.

La restriction du secteur productif a une autre conséquence : le déficit croissant de notre balance commerciale. Nous achetons chaque jour davantage que nous ne vendons, puisque notre secteur industriel est deux fois moins important que celui de l’Allemagne. L’Euro nous protège, mais combien de temps encore notre partenaire d’Outre-Rhin acceptera-t-il de financer nos déficits si nous ne modifions pas radicalement notre politique économique ?

Ayons comme priorité économique, politique et sociale la production de vraies richesses : voilà la condition pour assurer l’emploi et la croissance.

Hubert de Beaufort

Avec l’aimable autorisation de Radio Notre-Dame

11 réponses à l'article : Une cause structurelle de la crise : l’effondrement du PIB industriel dans certains pays occidentaux.

  1. JMCharier

    17/07/2012

    Petite précision demandée sur la strucuture du PIB annoncé

    France Industrie 19 %
    France Agriculture 3 %
    France Tertiaire 78 %

    En bon économiste, Pouvez vous citer vos sources et l’année de référence

    Répondre
  2. Jaures

    29/09/2010

    C’est ça, Homère et St Tex, les Français et leurs enseignants sont des nuls surclassés par tous les pays sur tous les continents.

    On se demande d’où sortent les 2000 milliards de PIB produits chaque année par les travailleurs français,
    comment les entreprises du cac40 ont pu verser 54 milliards d’euros de dividendes en 2008, comment les Français peuvent épargner 1250 milliards en assurance vie, 118 milliards sur les PEA.

    Bref, si les Français arrivent à produire et épargner de telles richesses malgré une administration parasite et pléthorique, des enseignants incapables, des syndicats néo-staliniens (voire néo-nazis), des immigrés omniprésents, etc, c’est que nous sommes des génies bénis des dieux.

    Qu’est-ce que ce serait si, en plus, nous avions la bonne idée de mieux répartir ces richesses !

    Répondre
  3. Anonyme

    29/09/2010

    Joresse dit : "L’administration crée effectivement des richesses, sauf à penser qu’un cours de physique n’est qu’une dépense alors qu’un déodorant est une richesse !"

    Mort de rire !!!!  C’est nouveau !!  : le parasitisme administratif créé des richesses !  Il se raccroche à l’exemple de l’éducation nationale qui fabrique de + en + de crétins, ne sait pallier l’illétrisme grandissant et fait que nos universités et grandes écoles sont à la traîne : l’ X est 200ème et la 1er université française est 48ème !!!   Tu parles d’une richesse quand les chinois produisent des milliers d’ingénieurs par an et que les Américains sont toujours au top du palmarès. 

    Le problème de la France est que depuis la fin de la guerre, les syndicats de gôche n’ont de cesse de couler son industrie et sont des parasites de la société.  Le syndicalisme n’est pas mauvais en soi quand il est politiquement neutre, ce qui est très loin d’être le cas de la CGT, CFDT et FO.  Ils en sont encore à Staline.  Déjà, en 1940, il ont servi 2 dictateurs (Staline et Hitler) et en 1942 un dictateur (Staline) mais n’ont JAMAIS défendu la liberté des Français et de la France.  Et ça la ramène !

    Et il ne faut pas oublier que la France se place parmi les grands champions de la corruption !

    Le problème de la France est effectivement son administration obèse ; un vrai cancer.  Ensuite, la seule solution est d’aller de l’avant avec une industrie Hi-Tech quand les chinois en sont à la production de masse des années 70.  Et enfin, de lancer toute son agriculture, sa première force depuis des siècles) dans le bio, comme les Allemands et Autrichiens qui s’en sortent très bien en production mais sont, comme les scandinaves, très en avance en ce domaine aussi.

    Quant à la vente, il est bien connu que les Français savent inventer, concevoir et construire, mais ils sont nuls en vente (marketing).  Les recordmen en ce domaine sont les Hollandais, les Chinois et les Juifs.

    Et pour finir, il faut arrêter d’accueillir des immigrés quand on a même pas de travail à donner aux Français (quelque soit leur origine).

    Quant au patriotisme, oulaaaaaa, c’est trop demander.  Personne n’en a rien à foutre, des patrons aux ouviers en passant, bien sûr, par les syndicats.  Ce qui fait de la France un pays sans âme.  Et vous voulez qu’il ne soit pas parasité et rongé par l’immigration ?  Les cloportes aiment les cadavres, c’est connu.

     

    Répondre
  4. IOSA

    28/09/2010

    Le pire est à venir avec la disparition de l’agriculture…car sans elle, tu peux être milliardaire et bouffer chinois a longueur de journée.

    Mais quand est il pour les non-milliardaires ?

    Ce qui est sur et certain, c’est que le pib soit au plus haut ou au plus bas, n’arrange toujours pas la sauce des moins riches et donc de la majorité des Français.

    Les gouver-noeuds s’en foutent complet que ta gamelle soit vide, du moment que tu paies tes impôts.

    221 ans plus tard…que reste t’il de la révolution ? Les mêmes profiteurs qui sont devenus républicains.

    IOSA

    Répondre
  5. HOMERE

    28/09/2010

    Je dirai à Jojo que l »éducation est un investissement rentable ou non selon :

    1 – La capacité et les performances des élèves et étudiants dont on sait qu’en France c’est pas le Top (la première école supérieure française (polytechnique) est classée 17ème parmi les écoles mondiales,

    2 – Je lui répèterai inlassablement que le nombre de fonctionnaires est dans notre beau pays, le plus élevé du monde sans pour autant qu’il soit le plus performant,

    3- Je ressasserai inéluctablement que nous pourrions supprimer autant de fonctionnaires que d’agents des collectivités gonflés par les politicards préservant leur potentiel électoral,

    4- Je m’égosillerai sans relâche pour lui dire que les fonfons qui fonfon rien sont pléthore dans les cabinets, services, bureaux, jardins et espaces verts, maintenance, entretien….

    Ceci étant postulé, il faut bien reconnaître, ce serait alors vulgarité, que faire des fonfons ? la retraite ? il faut payer…paf dans le déficit, le chômage ? il faut payer…pif dans le déficit, l’intégration dans les entreprises ? il faut payer la formation…..pof dans le déficit,….bref, pif,paf,pof…il faut payer ! ainsi fonfons….

    5 – Je ne me lasserai pas de formuler que la vraie richesse est dans la balance des échanges et que le tertiaire est est absent sauf pour le tourisme qui est une grande misère chez nous…..le tertiaire enrichit le commerce, les services, les prestations diverses, l’artisanat, la médecine et les professions libérales, le bâtiment, les équipements,la maintenance…….etc ! bref..tout ce qui est dépenses de richesses de moins en moins disponibles….

    Nos industries, je l’ai déjà dit mille fois, n’ont pas investi là ou il falait, se sont et continuent de se montrer timorées sur la concurrence extérieure, sont absentes des marché de production de masse, sont inefficaces à l’export n’ayant pas de stratégies globales, ont une image défaillante en terme de sérieux et de qualité……elles vont donc continuer de perdre des parts de marché jusque,et compris, à devenir une peau de chagrin indigne d’un pays dynamique….et moderne…..on pourra toujours faire visiter nos ruines industrielles et nos mosquées flambant neuf avec leurs minarets triomphants…..

    Mon Dieu !!!!  que deviens ce pauvre pays ? une jachère…..de tout !

     

    Répondre
  6. vozuti

    28/09/2010

    les chinois produisent et les français s’occupent de la vente,la répartition,l’assurance,le placement,ect….            le problème c’est qu’on aura bientot plus que des babouches et des tamtams à se partager,à assurer ou à placer à la banque.       sans production le secteur tertiaire n’est que du vent.

    Répondre
  7. Jaures

    27/09/2010

    Le noble Hubert de Beaufort va remplacer Tremeau comme parangon du grand n’importe quoi économique.

    Outre la fantaisie des chiffres (il manque 53% de PIB américain, le Royaume Uni voit ses 3 secteurs atteindre 101% du PIB, l’Espagne, plus performante arrive à 103% !),ces chiffres ont probablement été soufflés, n’est-ce pas chère Bête Blonde, par Marine Le Pen elle même !

     L’administration crée effectivement des richesses, sauf à penser qu’un cours de physique n’est qu’une dépense alors qu’un déodorant est une richesse !

    La part de l’industrie dans les pays développés vient de l’accroissement des services. Si la part de ceux-ci est moindre en Chine, c’est que n’y existent pas, avec la même qualité, les services dont nous profitons: éducation, santé, culture, loisirs, communication, …

    L’idéal selon H de B: réouvrir les mines, baisser les salaires au niveau des Chinois, fermer les services publics, contrôler justice, culture et information. Ainsi, notre part de l’industrie dans notre PIB aura repris l’avantage sur le tertiaire.

    Bon, c’est vrai, ce PIB sera divisé par 2 ou 3 mais puisqu’on vous dit que le reste n’était que de la dépense !

    Répondre
  8. ozone

    27/09/2010

    Ce n’est pas le tertiare qui est obése mais l’industriel qui se retrécit

    Comme attendu,puisque l’on sait que le capitalisme français est le plus apatride de la Terre

    Aucun grand patron français n’a le Drapeau National dans sont bureau a contrario des américains (Francis Mer)

    Le pays peut couler,ils en ont rien a foutre,ils trouveront toujours une bonne raison pour cela.

    Autre chose,l’agriculture n’est pas une activité du passé,comme le pretend Blair et ses adorateurs,l’abandonner a sont sort pour faire plaisir aux ploucs de Bruxelles serait la plus grosse connerie qui reste a faire par la France,aprés tant d’autres.

    Répondre
  9. jopechacabri

    27/09/2010

    à FrançoisPremier

    Il suffit de corriger 23 en 73 dans la colonne "Tertiares" des USA

    C’est limpide vu les classements par ordre

    Répondre
  10. FrançoisPremier

    27/09/2010

    Il  faudrait  revoir les chiffres notamment ceux des USA ..le total est loin de faire 100…

    du sérieux je vous prie .

    cqfd

     

    Répondre
  11. La bête blonde Teuton

    27/09/2010

    http://www.frontnational.com/?p=5864

    http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Marine-Le-Pen-Si-j-etais-presidente-199138/

    Elle ne dit pas autre chose, la fille le Pen. Evidemment, avec un smic à 1000 euros ( 1500 en Californie qui a presque 13% de chômeurs ), la concurrence ne peut qu’être destructrice, à part peut-être dans l’esprit des keynésiens…

    " 64 % des emplois industriels ont disparu en dix ans à cause de la concurrence internationale. " – Marine Le Pen

    Heureusement pour la Californie, Margaret Whitman, qui a fait d’e-bay une entreprise supuissante en partant de presque rien, est candidate pour être gouverneur de Californie cette année et a de bonnes chances de l’emporter.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)