Une fonction publique pléthorique

Posté le mai 12, 2020, 11:12
6 mins

Le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et, bien entendu, j’en fais partie.

Mais cet « après » sera terrifiant et fera beaucoup plus de dégâts économiques dans notre pays et au niveau mondial – la preuve en est les dizaines de milliers de milliards d’euros injectés pour en limiter les conséquences.

Ça ne coûte rien, c’est l’Europe qui paie, dirait François Hollande !

M. Macron, plus terre à terre, nous promet un effort de soutien des entreprises, « quoi qu’il en coûte ». Il a oublié d’ajouter : « dans la limite de nos capacités et de la réaction des agences de notation et donc de nos créanciers et des taux d’intérêt qu’ils exigeront » !

Je vais encore en agacer quelques-uns, mais comparons ce « quoi qu’il en coûte » en France et en Allemagne :
– La France a budgétisé l’effort pour l’aide aux entreprises à 1,9 % de notre PIB soit environ 50 Mds€. L’Allemagne a prévu 4,4 % de son PIB, soit 160 Mds€.
– Aides non remboursables pour les TPE : France 7 Mds€ (de 2000 à 5 000 €) ; Allemagne : 50 Mds€ (de 9 000 à 30 000 €).
– Soutien aux grands groupes : France : 20 Mds€ ; Allemagne : 100 Mds€.
– Cautionnement des prêts par l’État : France : 90 % ; Allemagne : 100 %. Et c’est d’une grande importance, les banques françaises rechignent sur les 10 % restant à leur charge.

Devinez qui, de l’Allemagne ou de la France, s’en sortira le mieux ? D’autant que nos voisins maîtriseront leur déficit largement en dessous de 100 %.

Il y a les paroles et il y a les faits : les défaillances de PME s’accélèrent depuis fin mars ; elles ont plus que doublé (source Altarès).

Les milliards pleuvent et nous n’avons pas le choix mais notre « État cigale » fonce vers un avenir plus qu’incertain et nul n’en connaît d’avance les dégâts.

Bercy nous pronostique un endettement à 120 % en 2021. Donc une dépense supplémentaire de 480 Mds €, qui correspond au total des sommes supplémentaires et des pertes de rentrées fiscales et sociales qu’il faudra bien compenser.

Cela me paraît largement sous-estimé et nous serons certainement plus proches des 1 000 Mds €.

De plus, ils ont oublié que notre PIB chutera fortement (d’environ 20 % selon certains spécialistes qui me semblent fiables).

Notre dette sera alors de 2 400 + 1 000 = 3 400 Mds € et notre PIB baissera à 2000 Mds €.

Faites le calcul : la dette sera certainement plus proche des 170 % !

Pour les lecteurs qui ont, et c’est logique, du mal se représenter à quoi correspondent les milliards, et encore moins les milliers de milliards d’euros dont je parle, je leur propose une « monnaie » moins virtuelle et donc plus parlante.

Je vous propose de parler d’années de fabrication de Clio, voiture la plus vendue en France.

Sans intégrer les futures dettes qui s’annoncent pour répondre à la crise sanitaire, mais en comptant les dettes dites hors bilan, principalement les futures retraites de nos fonctionnaires, notre endettement réel à ce jour atteint 6 000 Mds €, c’est-à-dire : 4 000 années de fabrication de Clio au rythme actuel. Rendez-vous donc en l’an 6020 !

Je vous laisse méditer sur cette situation que nous devons au laxisme, durant 40 ans, de l’ensemble de nos hommes politiques.

Il n’y a pas de solution, pensez-vous ? Eh bien si, détrompez-vous et elle est facile à comprendre :
Nous n’aurions jamais dû en arriver là si nous avions, comme nos amis allemands, maîtrisé le nombre de fonctionnaires.

Les fonctionnaires allemands sont beaucoup plus efficaces que les nôtres, nous venons d’en avoir la preuve avec le COVID-19.

En investissant moins, mais mieux, dans un effectif de fonctionnaire inférieur de 2 millions au nôtre (un fonctionnaire allemand est actuellement embauché sur une base de 42 heures par semaine, avec retraite à 67 ans, ce qui correspond déjà à 1 million d’agents en équivalent temps plein). Cette meilleure productivité est également constatable dans leur police et beaucoup d’autres domaines.

Ce n’est pas moi qui l’affirme mais l’État, un fonctionnaire coûte durant toute sa vie (travail actif et retraite, y compris réversion) 3,5 millions d’euros à la collectivité.

Là encore, faites le calcul : 3,5 millions € x 2 millions de fonctionnaires en trop = 7 000 Mds€. Attaquons-nous au poids de la fonction publique et la dette fera « pschitt » !

La solution est donc évidente. Mais, pour la mettre en œuvre, il faut un courage politique qui manque à Macron comme à tous les autres !

 

8 réponses à l'article : Une fonction publique pléthorique

  1. quinctius cincinnatus

    16/05/2020

    à moins que l’ humour soit une  » fausse route  » qui vous fait tousser et vous étouffe

    le problème n’ est pas seulement la pléthore ( l’ obésité ) c’ est aussi et surtout son corollaire la lourdeur ( le boulet )

    Répondre
  2. ELEVENTH

    14/05/2020

    Tant que la France considèrera que la fonction publique est une sorte de bureau de placement indispensable pour fournir une rémunération à des millions de gens qui, sans cela, se retrouveraient à pole emploi (sans parler des excès de personnels dans les entreprises d’Etat) , vous pouvez toujours espérer réduire…en vain.
    L’idéal pour certains est « tous fonctionnaires » – même payés à lire le journal -, mais pas avec le standard de vie de l’ex-URSS dans laquelle la formule était : ils font semblant de nous payer, nous faisons semblant de travailler. Nous avons tous su comment cela s’est terminé, malgré les risques de « goulag » pour les récalcitrants.
    Vous ne virerez jamais ces sangsues, sauf s’il ne vous reste plus de sang à pomper. Belle perspective.

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    13/05/2020

    mais Monsieur Goudron en France c’ est l’ Etat et les collectivités locales qui sont les principaux employeurs ! si vous supprimez leurs  » employés  » vous faites exploser le chômage ! et c’ est un nouvel  » octobre rouge  » !

    Répondre
    • Claude GOUDRON

      15/05/2020

      Vous faites encore une fois fausse route, un fonctionnaire de plus c’est eux chômeurs de plus ! Si vous aviez raison la France aurait (début 2020) 3,5% de chômeurs et l’Allemagne avec moins de fonctionnaires 9% . C’est l’inverse ! Toute création de richesse vient uniquement de l’entreprise et, pour payer une pléthore de fonctionnaires, en France on les taxe à outrance, le résultat c’est qu’elles ne sont plus compétitives et se doivent de délocaliser pour fuir cet « enfer fiscal » français d’où le nombre de chômeur toujours supérieur aux autres pays développés. Vous allez bondir lorsque vous découvrirez mon prochain article.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        16/05/2020

        à moins que l’ humour soit une  » fausse route  » qui vous fait tousser et vous étouffe

        le problème n’ est pas seulement la pléthore ( l’ obésité ) c’ est aussi et surtout son corollaire la lourdeur ( le boulet )

        Répondre
  4. Anti-liberal

    13/05/2020

    Tout faux :
    – Le salaire des fonctionnaires allemands est supérieur à celui des fonctionnaires français. C’est d’ailleurs pour cela qu’il y a des médecins français dans les hôpitaux allemands et des médecins du tiers-monde dans les hôpitaux français.
    – L’Allemagne est un état fédéral, la santé est gérée par les landers et c’est là que réside la meilleure gestion de la crise du Coronavirus. Les landers sont souvent de gauche et investissent dans le socio-medical.
    – L’Allemagne n’entretient pas une armée pléthorique et coûteuse. Pas de porte-avion. Pas d’arme nucléaire. Pas d’aventure outre-mer. La vanité a un prix.
    – Lorsque Nicolas Sarkozy a quitté l’Elysée la dette était de 1500 milliards d’Euros. A la même époque, le total des intérêts versés depuis les années 70 aux banques privées était de… 1500 milliards.
    – L’argent public n’a pas à renflouer les entreprises privées. Si elles étaient bien gérées, elles auraient plus de trésorerie et moins de dividendes versés aux actionnaires. Il est d’ailleurs à noter que la plupart des grandes entreprises possèdent des comptes off-shore. Qu’elles demandent donc de l’aide au Panama ou aux Îles Vierges.
    Le libéralisme n’est pas compatible avec le nationalisme. Un libéral est toujours un appatride.

    Répondre
    • Claude GOUDRON

      15/05/2020

      Avant de se dire « antilibéral » il faudrait d’abord savoir ce qu’est le libéralisme, le vrai. POINT 1 J’ai toujours dit que le salaire des fonctionnaires allemands (qui, dans sa vie, travaillent 30% de plus qu’un fonctionnaire français) était supérieur à celui d’un Français, dans la santé mais aussi l’éducation, la sécurité, la justice etc… La raison en est simple il y a beaucoup moins d’administratif pour faire tourner le système exemple pour la santé de 35 à 50 % de l’effectif en France contre 10 à 15 % chez eux. POINT 2 La santé est gérée par les Landers donc plus proche des citoyens mais allez consulter internet, à ce jour il y a 7 dirigeants CDU (droite) 5 SPD gauche mais pas la gauche à la française, celle de Gerard Shroeder à l’origine des réformes dites HARTZ 10, celles que je réclame pour notre pays et qui vous ferait hurler! 1 Linke (équivalent à la gauche française et 1 vert. POINT 3 Si l’Allemagne a une armée plus faible c’est la conséquence de sa défaite de 1945 et elle s’est mise sous protection américaine, si vous pensez que c’es mieux…. PONT 4 Il faut continuer votre raisonnement avec F. Hollande et E. Macron on passe à 2450 Mds€… sans compter + 1000 Mds€ à venir (chacun sa crise) les ,1500 Mds€ d’intérêt depuis 1970 soit 42 ans jusqu’à 2012 représentent un intérêt annuel de … 3% POINT 5 Je suis d’accord avec vous l’argent public ne doit pas servir à renflouer une entreprise privée, c’est contraire au principe libéral et d’ailleurs interdit par Bruxelles, mais d’un autre coté il ne faut pas spolier l’entreprise. Votre affirmation sur les comptes off-shore n’est plus d’actualité avec la transparence bancaire et la mise à l’index des « paradis fiscaux » ce n’était d’ailleurs que marginal même si ça méritait fortes sanctions comme pour l’affaire Cahuzac, pas de droite ni libéral me semble-t-il!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        16/05/2020

        le problème n’ est pas d’ être libéral, ultra-libéral, anti-libéral ou étatiste-marxiste le problème est comment être efficace c’ est à dire comment être responsable; donc le problème n’ est pas idéologique mais bien pratique

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)