Une nouvelle réformette pour les retraites ?

Posté le mars 27, 2018, 5:41
4 mins

Notre gouvernement va s’occuper activement de la réforme du système de retraite, nous dit-on. Mais ce problème n’a-t-il pas déjà été maintes et maintes fois posé ? Combien de gouvernements s’y sont-ils déjà attelés et de combien de souris ces montagnes ont-elles accouché ?

Il faudrait que l’État cesse d’être une sorte de « Fake State » fluctuant, incapable de traiter sérieusement, à fond, les affaires nationales.

Un État digne de ce nom gérerait le pays en réglant ses problèmes dans leur intégralité avec pragmatisme, sincérité et courage.

Il passerait sans lésiner par-dessus les barrières dressées par des oppositions fallacieuses, quelles que soient les difficultés de mise en œuvre.

Or que voyons-nous depuis plusieurs années ? Des reculades perpétuelles, des décisions électoralistes ou minimalistes, et des options fréquemment soumises à des directives extérieures.

Mais revenons à nos retraites.

Tout citoyen devrait être traité avec équité lors du règlement de sa pension de retraité. Liberté, égalité, fraternité, n’est-ce pas ?

Et, pourtant, avez-vous entendu parler des régimes spéciaux ?

Eh bien, examinons, par exemple, quelques-unes des données concernant les agents de la SNCF :

– Emploi et salaire avec avancement automatique garantis à vie et pensions plus avantageuses que dans le privé ;
– Départ à la retraite de 52 à 57 ans (62 dans le privé) ;
– Montant de la pension égal à 75 % de la moyenne des salaires des six derniers mois d’activité (calcul fait sur les vingt meilleures années dans le privé) ;
– Réversion des pensions au conjoint survivant sans conditions, contrairement au privé ;
– Et plusieurs autres avantages …

L’existence de ces faits est-elle contestable ?

Évidemment non, car ces privilèges sont dûment établis et vérifiables.

Il s’agit donc d’une injustice caractérisée flagrante qu’il serait, par conséquent, malhonnête de pérenniser.

Il ne serait d’ailleurs pas scandaleux de dire que perpétuer de tels avantages pour une catégorie particulière de salariés relèverait carrément d’une escroquerie organisée.

Alors, pourquoi tous ces débats à l’Assemblée nationale et au sénat, ces commissions, ces tergiversations gouvernementales ? Ah oui, n’oublions pas l’hostilité des syndicats dits « représentatifs » (environ 10 % des salariés !). Qu’attendent donc nos élus pour proposer ne serait-ce qu’un référendum ?

Les réponses à apporter à cette question d’égalité de nos retraites ne correspondent d’ailleurs qu’à une infime partie de l’ensemble des réponses à apporter, en urgence, aux vastes problèmes qui touchent la France.

Notamment ceux qui concernent l’invasion migratoire, l’islam, la justice, l’Éducation nationale, l’armée, le budget et la dette.

Le tout est de savoir si la France est actuellement capable de se reconstruire avec un État digne de ce nom.

Autrement dit, les Français peuvent-ils encore redevenir suffisamment lucides et conséquents pour réagir et se comporter plus judicieusement qu’ils ne le font depuis déjà pas mal de temps ?

14 réponses à l'article : Une nouvelle réformette pour les retraites ?

  1. betsynette

    03/04/2018

    Nos retraites sont impactées par le versement des cotisations versées par …….ceux …..qui travaillent, sauf que maintenant, il y a …….les travailleurs détachés…….ceux qui ne paient plus de cotisations…..les petits salaires……la dernière trouvaille de macron……on vole les retraités pour les …….jeunots……qui n’arrivent pas à ce prendre en charge…….les étrangers qui si ils arrivent à 65 ans bénéficient de la retraites sans avoir cotisé……et j’en passe.
    Un gouvernement de bobos godillots, qui ne trouvant pas de solution, sauf de faire les pôoooooooches aux vieux, se fait payer 1200 pour se loger à paris, et fait les pôooooooches aux jeunots de 5 euros sur l’APL, et aussi encore des vieux qui touchent aussi l’APL, ces riens, soit disant les …..zélites…….se conduisent comme des malfrats.

    Répondre
  2. OEILDEVRAICON

    28/03/2018

    Deo gratias… ANS

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      29/03/2018

      Un bon pensionné est un pensionné mort.
      Les problèmes de financement de pension sont résolus dans l’autre monde!

      Répondre
      • OEILDEVRAICON

        29/03/2018

        Pourtant c’est en ce bas monde, qu’une des momies de gauche veut résoudre ce problème, en expédiant les retraités qui coutent chère dans l’autre monde.

        « Dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures. » Jacques Attali – L’avenir de la vie – 1981

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          30/03/2018

          Je connais le gus, s’il s’appliquait ses propres principes il devrait être sublimé depuis longtemps.

          Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    28/03/2018

    Il est difficile de changer de bateau sur le titanic en train de couler.
    Les gilets et cannots de sauvetage ont d’ailleurs déjà été séquestrés par les « zélites » et leurs mignons.
    Adieu monde cruel…

    Répondre
    • Paul

      28/03/2018

      Monsieur, il est heureusement possible de passer de la répartition à la capitalisation. De nombreux économistes (comme Jacques Garello) ont montré que la transition progressive prendrait entre 15 et 20 années.
      Bien sûr, il y aurait des gagnants (ceux qui travaillent, innovent, épargnent) et des perdants (ceux qui préfèrent les allocations et le gaspillage) mais nous aurions au moins un système équitable et économiquement performant avec des capitaux qui profitent aux entreprises.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        28/03/2018

        Entretemps le titanic coule ainsi que les passagers de 2ème et 3ème classe.
        Le fond se situe à environ -4000m.
        Mr J.Garello vient trop tard, un « Plus près de toi mon Dieu » s’impose.

        Répondre
        • Paul

          28/03/2018

          Je ne suis pas aussi pessimiste que vous. Je dirai même que ce pessimisme, comme ceux qui prétendent qu’on ne peut changer le système par répartition, fait le jeu de nos adversaires.
          Heureusement que les électeurs de Trump n’ont pas ainsi baissé les bras face à la maison Obama.
          L’exemple nous vient encore d’outre-Atlantique.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            28/03/2018

            Aus USA « errare humanum est. » exit Obama hello Donald.
            En France  » perseverare diabolicum. » exit Flanby hello Jupiter.
            Ite missa est!

          • Paul

            29/03/2018

            Même aux USA cela ne marche pas toujours: Obama a remplacé Bush et a même été réélu. Tant que l’on baisse les bras on laisse la place aux islamo-gauchistes.

          • HansImSchnoggeLoch

            30/03/2018

            En France nous en sommes déjà à 5 connards qui se suivent.

  4. Paul

    27/03/2018

    M Parfenoff, vous ne posez pas le problème de la bonne manière. La question n’est pas de supprimer tel ou tel régime spécial, ce qui, au bout du compte ne fera qu’écoper un système moribond avec une petite cuillère. Ce qu’il faut remettre en cause est le système par répartition, véritable hérésie économique qui déresponsabilise (on cotise pour les autres) et escroque (les retraités naïfs pensent avoir cotisé pour eux).
    Il faut mettre peu à peu en place un système par capitalisation. La transition peut être accomplie par les points en restituant progressivement les cotisations à chacun et en incitant à un effort d’épargne compensateur au fur et à mesure que les pensions d’état seront supprimées. Sinon, peu à peu, le système disparaitra et on devra cotiser à fonds perdu pour un départ aux limites de l’espérance de vie. C’est là le résultat de tout système socialiste: l’iniquité, l’irresponsabilité et la faillite. Toute réforme permettant de maintenir ce système ne serait-ce qu’une seule année est toxique.

    Répondre
  5. G De Sorne

    27/03/2018

    Les Francais ne realisent pas que le systeme de retraite par repartition est une escroquerie legale…. Ceci dit quels moyens disposent-ils pour changer de systeme ?
    AUCUNS tant qu’ils continueront a croire au socialisme de Papa et se reposent sur l’idee que l’etat peut tout faire.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)